Résumé

Chapitre VI La légalité de la peine de mort dans la Bible et dans la Tradition et les erreurs du Pape François à cet égard, dans Amoris Laetitia et dans ses autres écrits.

Remarque préliminaire : le texte officiel est uniquement celui en italien, les différentes versions dans d'autres langues sont des traductions automatiques neurales.

« Que Dieu m'accorde de parler intelligemment et de réfléchir dignement sur les dons reçus, car lui-même est le guide de la sagesse et dirige les sages. Entre ses mains nous sommes et nos mots, toutes sortes de connaissances et toutes les capacités opérationnelles."
(Sg 7,15 : 23-XNUMX)

1) La peine de mort dans Amoris Laetitia, et dans d'autres déclarations du Pape François.

L'erreur concernant l'ordre de la charité, au n. 101 d'Amoris Letitia, vu par nous ci-dessus, est certainement l'une des causes qui déterminent une autre erreur concernant la peine de mort. 83 d'Amoris Laetitia déclare « De la même manière, l'Église non seulement ressent l'urgence d'affirmer le droit à la mort naturelle, en évitant la fureur thérapeutique et l'euthanasie », mais « rejette fermement la peine de mort » (Relatio finalis 2015, 64.). " Ce dernier passage réitère ce qui a été dit dans la Relatio Finalis du Synode : « De la même manière, l'Église sent non seulement l'urgence d'affirmer le droit à la mort naturelle, en évitant la fureur thérapeutique et l'euthanasie, mais aussi prend soin des personnes âgées, protège personnes handicapées, assiste les malades en phase terminale, réconforte les mourants, rejette fermement la peine de mort (cf. CEC, 2258). » .

Il faut aussi dire que le pape François s'est radicalement opposé à la peine de mort dans diverses de ses interventions ces dernières années.

En fait, il a dit :

« Il est impossible d'imaginer que les États d'aujourd'hui ne puissent avoir d'autre moyen que la peine capitale pour défendre la vie d'autrui contre l'injuste agresseur.

Saint Jean-Paul II a condamné la peine de mort (cf. Lettre encyclique Evangelium vitae, 56), tout comme le Catéchisme de l'Église catholique (n. 2267). ...

Les arguments contre la peine de mort sont nombreux et bien connus. L'Église en a opportunément signalé quelques-unes...

Tous les chrétiens et hommes de bonne volonté sont donc appelés aujourd'hui à lutter non seulement pour l'abolition de la peine de mort, légale ou illégale, et sous toutes ses formes, mais aussi pour l'amélioration des conditions carcérales, dans le respect de la dignité humaine de personnes privées de liberté.

Le pape a également déclaré :

« Un signe d'espoir est le développement, dans l'opinion publique, d'une opposition croissante à la peine de mort, même en tant qu'instrument de défense sociale légitime. En fait, aujourd'hui, la peine de mort est inadmissible, quelle que soit la gravité du crime du délinquant. C'est une offense à l'inviolabilité de la vie et à la dignité de la personne humaine, qui contredit le dessein de Dieu sur l'homme et la société et sa justice miséricordieuse et empêche l'accomplissement du juste but des peines. Cela ne rend pas justice aux victimes, mais cela alimente la vengeance. Le commandement "Tu ne tueras pas" a une valeur absolue et inclut à la fois l'innocent et le coupable."

D'autres déclarations du pape François sur ce sujet sont les suivantes :

« J'espère que le symposium donnera un nouvel élan à l'engagement d'abolir la peine de mort. … Le commandement "Tu ne tueras pas" a une valeur absolue et concerne aussi bien l'innocent que le coupable. … Même le criminel maintient le droit inviolable à la vie, don de Dieu.J'en appelle à la conscience des gouvernants, afin qu'un consensus international puisse être atteint pour l'abolition de la peine de mort. … Tous les chrétiens et hommes de bonne volonté sont appelés aujourd'hui à œuvrer non seulement pour l'abolition de la peine de mort, mais aussi dans le but d'améliorer les conditions carcérales, dans le respect de la dignité humaine des personnes privées de liberté. »

Le pape a également déclaré : « Je pense, en fait, à la peine de mort. Ce problème ne peut être réduit à une simple mémoire de l'enseignement historique sans faire ressortir non seulement les progrès de la doctrine par les derniers papes, mais aussi le changement de conscience du peuple chrétien, qui refuse une attitude consentante à l'égard d'un châtiment qui porte gravement atteinte à la dignité humaine. Il faut affirmer avec force que la peine de mort est une mesure inhumaine qui humilie la dignité de la personne, quelle que soit la manière dont elle est appliquée. Elle est en soi contraire à l'Evangile parce qu'elle est volontairement décidée à supprimer une vie humaine qui est toujours sacrée aux yeux du Créateur et dont Dieu seul est finalement le véritable juge et garant. »

On le voit, le Pape affirme une opposition radicale de la peine de mort à l'Evangile. Poursuivant le discours, le pape a déclaré que "même le meurtrier ne perd pas sa dignité personnelle" , en effet, Dieu est un Père qui attend toujours le retour de son fils errant qui demande pardon et commence une nouvelle vie. » Le pape a ensuite poursuivi en disant que dans le passé, compte tenu de la situation de retard par rapport à aujourd'hui, la peine de mort était considérée comme une conséquence logique de l'application de la justice ; dans cette ligne, le pape a condamné, d'une certaine manière, l'utilisation de la peine de mort dans les États pontificaux au cours des siècles passés, négligeant la primauté de la miséricorde sur la justice. Selon le pape, l'utilisation de la peine de mort a été dictée par une mentalité plus légaliste que chrétienne. Le pape a ensuite précisé que ses déclarations n'impliquaient pas une contradiction avec l'enseignement du passé mais un développement harmonieux de celui-ci, étant donné que l'Église a toujours défendu la vie humaine de la conception à la mort naturelle. Le pape a ensuite conclu : « Il est donc nécessaire de rappeler que, aussi grave que soit le crime commis, la peine de mort est inadmissible car elle porte atteinte à l'inviolabilité et à la dignité de la personne.

Récemment, le pape François a voulu changer n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique, voici le nouveau texte dans sa partie la plus significative : "... l'Église enseigne, à la lumière de l'Évangile, que" la peine de mort est inadmissible parce qu'elle porte atteinte à l'inviolabilité et à la dignité de la personne ", [1] et s'engage pour son abolition dans le monde entier. "

La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a voulu expliquer la modification apportée par le Pape au n. 2267 du Catéchisme disant, entre autres, ce qui suit : « 1. Le Saint-Père François… a demandé que l'enseignement sur la peine de mort soit reformulé, afin de mieux refléter l'évolution de la doctrine qui s'est opérée sur ce point ces derniers temps. François, Discours aux participants à la rencontre promue par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation (11 octobre 2017) : L'Osservatore Romano (13 octobre 2017), 4.] Cette évolution repose principalement sur la prise de conscience toujours plus claire dans l'Église du respect dû à toute vie humaine. Dans cette ligne, Jean-Paul II affirmait : « Même le meurtrier ne perd pas sa dignité personnelle et Dieu lui-même est son garant. » [Jean-Paul II, Lettre encyclique. Evangelium vitae (25 mars 1995), n. 9 : AAS 87 (1995), 411.] " Le texte rappelle que si dans le passé la peine de mort était acceptable, aujourd'hui elle ne l'est plus tant pour la vive conscience que la dignité de la personne ne se perd pas même si elle commet de grands péchés, que pour la profonde compréhension de la sens des peines infligées par l'État, et pour le développement de systèmes de détention plus efficaces qui assurent la nécessaire défense des citoyens. Le document rappelle ensuite diverses déclarations de papes opposés à la peine de mort et conclut donc : « C'est dans cette optique que le pape François a demandé une révision de la formulation du Catéchisme de l'Église catholique sur la peine de mort, afin qu'elle soit a déclaré que " dans la mesure où le crime commis peut avoir été grave, la peine de mort est inadmissible car elle porte atteinte à l'inviolabilité et à la dignité de la personne. " [François, Discours aux participants à la rencontre promue par le Conseil pontifical pour la promotion de la la nouvelle évangélisation (11 octobre 2017) : L'Osservatore Romano (13 octobre 2017), 5.] La nouvelle rédaction du n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique, approuvé par le Pape François, s'inscrit dans la continuité du Magistère précédent, réalisant un développement cohérent de la doctrine catholique. »

Le texte de la Congrégation pour la doctrine de la foi tente d'offrir des indications pour présenter les nouveautés voulues par le pape François comme un développement harmonieux de la doctrine catholique.

Les paroles de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi apparaissent en réalité comme une habile "couverture" avec laquelle les collaborateurs du Pape tentent de cacher ses erreurs.Pape qui sur de nombreux points, comme nous le voyons déjà, diffuse des enseignements qui s'écartent de la foi juste et en particulier de la vraie morale catholique. Ces innovations ne sont pas un développement harmonieux de la doctrine de l'Église mais une grave erreur d'un Pape qui sur ce point comme sur d'autres ne diffuse pas la doctrine de l'Église.

Ces innovations sont une trahison de la saine doctrine faite par un Pape qui montre qu'il rejette radicalement la Loi Naturelle et la Loi Révélée puisqu'elles, notamment, affirment clairement la légalité, dans certains cas, de la peine de mort ; à cet égard, il convient de noter que le Pape avait déclaré : "... La certitude que toute vie est sacrée et que la dignité humaine doit être sauvegardée sans exception, m'a conduit, dès le début de mon ministère, à travailler à différents niveaux pour l'abolition universelle de la peine de mort. Tout cela s'est reflété récemment dans la nouvelle rédaction du n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique, qui exprime désormais les progrès de la doctrine des derniers papes... Sanction contraire à l'Évangile, car c'est la suppression d'une vie toujours sacrée aux yeux du Créateur et dont Dieu seul est le véritable juge et garant (cf. Lettre au Président de la Commission internationale contre la peine de mort, 20 mars 2015). » Donc, pour le Pape, la peine de mort est contraire à l'Evangile. Même le pape a également déclaré que l'Église a proclamé la légalité de la peine de mort par erreur, en raison d'une mentalité légaliste : "... C'est pourquoi la nouvelle version du Catéchisme implique que nous assumions également notre responsabilité pour le passé et que nous reconnaître que l'acceptation de ce type de châtiment était la conséquence d'une mentalité plus légaliste que chrétienne de l'époque, qui sacralisait la valeur des lois dépourvues d'humanité et de miséricorde. ... "

C'est pourquoi la peine de mort aurait toujours été acceptée dans l'Église comme conséquence d'une mentalité plus légaliste que chrétienne de l'époque, qui a sanctifié la valeur des lois dépourvues d'humanité et de miséricorde. Comme nous le verrons les choses sont bien différentes en effet l'Evangile, dans la lignée de l'Ancien Testament, ne condamne pas la peine de mort et montre plutôt l'accepter, comme nous le verrons ; de même, la Tradition reconnaît pleinement la légalité de la peine de mort dans certaines situations. Dans le même discours que nous venons de voir, le Pape a rappelé la licéité de la légitime défense : « Il est donc légitime de faire valoir son droit à la vie, même quand pour cela il faut porter un coup fatal à son agresseur (cf. Catéchisme de l'Église catholique, n° 2264). et précisé que : « La défense du bien commun exige de placer l'agresseur dans la condition de ne pas pouvoir causer de dommage.

Le Pape a ajouté : « … l'Église enseigne, à la lumière de l'Évangile, que la peine de mort est toujours inadmissible parce qu'elle porte atteinte à l'inviolabilité et à la dignité de la personne. "

Ces paroles devraient être la condamnation des affirmations des saints papes, des saints docteurs, des saints théologiens et de la Parole de Dieu qui, depuis des milliers d'années, ont affirmé la légalité de la peine de mort, en réalité ces paroles sont la condamnation que le pape François fait de la sa propre hétérodoxie, malheureusement, comme nous le verrons plus en détail au cours de ce chapitre.

Que le Pape, cependant, parle ici de l'Église qui enseigne l'illégalité absolue de la peine de mort est un mensonge évident ; l'Église avec ses saints papes, ses saints docteurs et ses saints théologiens, basée sur la Bible, a toujours été en faveur de la peine de mort, comme nous le verrons, bien qu'avec des limites particulières.

Ce que rapporte le pape ne sont donc que ses déclarations :

- qu'elles n'ont rien à voir avec le véritable enseignement de l'Église ;

- qui sont contraires à la saine doctrine que l'Église a toujours diffusée ;

- et qui évidemment sont doublement nuisibles à l'Église elle-même puisqu'elles sont propagées par son Chef.

Dieu intervient.

Je souligne avec toute la force que je ne dis pas ici, et que l'Église n'a jamais dit non plus, que la peine de mort est toujours légale mais que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves, elle est légale. Nous savons tous très bien que dans de nombreux ou très nombreux cas les puissants tuent leurs adversaires en se couvrant du manteau de la "justice" par des procès contrôlés et des condamnations à mort injustes et que ce sont souvent les plus faibles et les plus sans défense qui sont condamnés à mort précisément parce qu'ils n'ont pas pu se défendre efficacement en procès etc.; La sagesse chrétienne est certainement très consciente de tout cela... mais l'Église est aussi consciente du fait que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves, la peine de mort est légale, comme nous le verrons... au contraire, il est évident que pour Pape François la peine de mort est contraire à l'Evangile, elle est inadmissible sans si et sans mais… c'est-à-dire absolument !

Dieu nous éclaire de mieux en mieux !

2) La saine doctrine biblique, traditionnelle et magistrale sur la peine de mort.

a) Doctrine biblique.

a, 1) Ancien Testament

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Pour avoir des idées plus claires sur la peine de mort et sa légalité, il me semble important de lire ce qu'a dit le cardinal Dulles dans un important article paru en avril 2001, dans la revue First Things. A Monthly Journal of Religion and Public Life, publié par l'Institute on Religion and Public Life, de New York, aux États-Unis d'Amérique, intitulé Catholicisme et peine capitale (n.112, pp. 30-35) Le cardinal américain explique de manière très incisive que la Bible ne s'oppose pas à la peine de mort, en effet dans l'Ancien Testament elle était prévue dans divers cas, d'ailleurs aucun passage du Nouveau Testament ne désapprouve la peine de mort, plus précisément il déclare : « Dans Dans l'Ancien Testament, la loi mosaïque ne précise pas moins de trente-six péchés graves passibles d'exécution par lapidation, brûlure, décapitation ou strangulation. Cette liste comprend l'idolâtrie, la pratique de la magie, le blasphème, la violation du sabbat, le meurtre, l'adultère, la bestialité, la pédérastie et l'inceste. La peine de mort était considérée comme particulièrement appropriée comme châtiment pour meurtre parce que dans l'alliance avec Noé, Dieu a établi le principe selon lequel « quiconque verse le sang de l'homme / » de l'homme son sang sera versé, / « parce qu'à l'image de Dieu / « Il a fait homme » (Gen. 9, 6). Dans de nombreux cas, nous voyons comment Dieu punit justement le coupable par la mort, comme cela s'est produit à Koré, Dathan et Abiram (cf. Nom. 16). Dans d'autres cas, des gens comme Daniel et Mardochée sont des intermédiaires de Dieu lorsqu'ils punissent à juste titre les coupables par la mort. »

Un érudit catholique américain, Brugger, a minutieusement examiné le A. Testament à ce sujet et dit à juste titre : « La mort est prescrite plus de quarante fois et pour plus de vingt délits à travers les divers codes de loi des livres du Pentateuque. 1 Crimes graves contre la religion, l'ordre de la famille et de la communauté, et la vie humaine ont tous été punis de mort. » La peine de mort a été prescrite dans l'A. Testament plus de 40 fois et pour environ 20 crimes contre la religion, la communauté, la famille et la vie des gens.

Israël, surtout après l'exil, était une entité politique, une nation théocratique.

La Loi, explique Brugger, était le code juridique d'Israël et Dieu était le dirigeant politique et juridique d'Israël, l'obéissance à la Loi était à la fois l'obéissance à Dieu et la fidélité à la communauté dont il façonnait l'identité, tandis que sa violation était un acte de rébellion contre Dieu ainsi que d'hostilité contre la communauté ; la Loi avait été donnée à la nation dans son ensemble, de sorte que toute la communauté était liée par ses ordonnances (cf. Lév. 20, 22) de sorte que les violations impliquaient toute la communauté dans la culpabilité. La peine de mort, poursuit Brugger, avait non seulement la fonction rétributive d'expier la culpabilité mais aussi celle d'éliminer une influence nuisible à Israël, de plus cette peine avait le rôle pédagogique de stimuler au sein de la communauté la peur de la désobéissance (Deut. 13,11 ; 17,13 ; 19,20 ; 21,21) et de rappeler à Israël la fidélité et la puissance de Dieu (Dt 3, 21-22) ; la peine de mort contre les ennemis leur servait d'avertissement pour qu'ils comprennent que le Dieu d'Israël (Deut. 2,25:XNUMX) devait être grandement craint.

Voyons mieux... Dans le TA on lit, entre autres...

"Celui qui frappera un homme et causera sa mort sera mis à mort." (Ex 21,12:XNUMX)

"Si un homme frappe une personne et la tue, il doit être mis à mort." (Nv 24,17)

"Quiconque enlèvera un homme, qu'il le vende ou qu'il soit encore entre ses mains, sera mis à mort" (Ex 21,16:XNUMX)

"Quand on trouvera un homme qui a enlevé l'un de ses frères parmi les Israélites, l'a exploité comme esclave ou l'a vendu, ce voleur sera mis à mort. Ainsi tu éradiqueras le mal au milieu de toi. » (Dt 24,7)

"Celui qui offre un sacrifice aux dieux, plutôt qu'au Seigneur seul, sera voué à l'extermination." (Ex 22,19:XNUMX)

« « Quiconque maudira son Dieu portera le fardeau de son péché. Quiconque blasphème le nom du Seigneur doit être mis à mort : toute la communauté doit le lapider. Un étranger ou un natif de la terre, s'il a blasphémé le Nom, il sera mis à mort. » (Nv 24,15-16)

« Vous observerez donc le sabbat, car il est saint pour vous. Quiconque le profane sera mis à mort; quiconque fait un travail ce jour-là doit être retranché de son peuple. Travaillez pendant six jours, mais le septième jour, il y aura un repos absolu, sacré pour le Seigneur. Quiconque fait un travail le jour du sabbat doit être mis à mort. » (Ex 31,14-15)

"Tu ne laisseras pas vivre celui qui pratique la magie." (Ex 22,17:XNUMX)

"Si homme ou femme parmi vous pratique la nécromancie ou la divination, ils doivent être mis à mort : ils seront lapidés et leur sang tombera sur eux.." (Lv 20,27)

"Quiconque frappe son père ou sa mère sera mis à mort." (Ex 21,15:XNUMX)

"Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort." (Ex 21,17:XNUMX)

« Quiconque maudit son père et sa mère doit être mis à mort : il a maudit son père et sa mère ; son sang tombe sur lui." (Niv 20,9)

"Si quelqu'un commet un adultère avec la femme de son voisin, l'adultère et la femme adultère doivent être mis à mort." (Nv 20,10)

« Si quelqu'un a des relations sexuelles avec une femme de son père, il découvre la nudité du père ; tous deux doivent être mis à mort : leur sang tombera sur eux.

Si quelqu'un a des rapports avec sa belle-fille, ils doivent tous deux être mis à mort ; ils ont commis une perversion : leur sang tombera sur eux. » (Nv 20,11-12)

« Si un homme prend sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère, pour épouse, il voit sa nudité et elle voit sa nudité, c'est une honte ; ils doivent être éliminés en présence des enfants de leur peuple. « Cet homme a découvert la nudité de sa sœur : portez les conséquences de son péché. (Niv 20,17)

« Si l'on a des rapports avec un homme comme avec une femme, tous deux ont commis une abomination ; ils devront être mis à mort : leur sang tombera sur eux.

Si un homme prend sa fille et sa mère pour femme, c'est une infamie ; lui et eux seront brûlés au feu, de peur qu'un tel crime ne se produise parmi vous.

L'homme qui s'accouple avec une bête devra être mis à mort ; vous devrez tuer la bête aussi. Si une femme s'approche d'une bête pour s'accoupler avec elle, tu tueras la femme et la bête ; tous deux doivent être mis à mort : leur sang tombera sur eux.

Si quelqu'un prend sa sœur, la fille de son père ou la fille de sa mère, et voit sa nudité et qu'elle voit sa nudité, c'est un déshonneur ; tous deux seront éliminés en présence des enfants de leur peuple. Ce type a découvert la nudité de sa sœur : il devra supporter la peine de sa culpabilité.

Si quelqu'un a des relations sexuelles avec une femme pendant ses menstruations et découvre sa nudité, cet homme a découvert son flux et elle a découvert son propre flux sanguin ; donc tous deux seront éliminés de leur peuple." (Lév. 20, 13-17)

« Lorsqu'un homme est trouvé couché avec une femme mariée, tous deux doivent mourir : l'homme qui a couché avec la femme et la femme. Ainsi tu éradiqueras le mal d'Israël." (Dt 22,22)

« Le Seigneur dit à Moïse : « Parle à la communauté et ordonne-leur : Éloignez-vous des environs de la demeure de Koré, Dathan et Abiram. » … Moïse dit : « A ceci tu sauras que le Seigneur m'a envoyé pour faire toutes ces œuvres et que je n'ai pas agi de ma propre initiative. Si ces gens meurent comme tous les hommes meurent, si leur sort est le sort commun à tous les hommes, le Seigneur ne m'a pas envoyé ; mais si le Seigneur fait une chose merveilleuse, si la terre ouvre grande sa bouche et les engloutit avec ce qui leur appartient et s'ils descendent vivants en enfer, alors vous saurez que ces hommes ont méprisé le Seigneur." Alors qu'il finissait de prononcer toutes ces paroles, le sol s'épaissit sous leurs pieds, la terre ouvrit toute grande sa bouche et les engloutit : eux et leurs familles, avec tout le peuple qui appartenait à Koré et tout leur bagage. Ils sont descendus en enfer vivants et tout ce qui leur appartenait ; la terre les recouvrit et ils disparurent de l'assemblée. Tout Israël qui était autour d'eux s'enfuit à leurs cris ; parce qu'ils ont dit : "Que la terre ne nous engloutisse pas aussi !". Un feu sortit de la présence du Seigneur et dévora les deux cent cinquante hommes qui offraient de l'encens." (Nombres 16, 23ss)

Dans le premier livre des rois, la peine de mort infligée par le prophète Élie aux prophètes de Baal (1 Rois 18) est racontée qu'un homme de Dieu comme le grand prophète Élie traite de condamner et de massacrer environ 400 prophètes de Baal, évidemment pour leur idolâtrie .

Dans le livre de Daniel, il est question de la condamnation à mort prononcée contre deux vieux menteurs (Dan. 13)… etc. etc.

Il convient de noter que la déclaration biblique selon laquelle "... le Seigneur lui a dit : "Celui qui tuera Caïn subira sept fois vengeance n'est pas une déclaration d'illégalité absolue de la peine de mort !" Le Seigneur imposa un signe à Caïn, afin que personne, le rencontrant, ne le frappât. » (Gen. 4)

Jean-Paul II a dit : « Dieu, cependant, toujours miséricordieux même quand il punit », a imposé un signe à Caïn, afin que quiconque le rencontrait ne le frappe pas » (Gn 4, 15) : il lui donne donc une marque , dont il a pour but non pas de le condamner à l'exécration des autres hommes, mais de le protéger et de le défendre de ceux qui veulent le tuer, même si c'est pour venger la mort d'Abel. Même le meurtrier ne perd pas sa dignité personnelle et Dieu lui-même est son garant. Et c'est précisément ici que se manifeste le mystère paradoxal de la justice miséricordieuse de Dieu"

Le pape polonais cite ensuite un texte de s. Ambrogio dans lequel le s. Le docteur affirme qu'ayant commis un péché très grave immédiatement, Dieu a étendu la loi de la miséricorde divine afin qu'il ne se produise pas que les hommes n'aient utilisé aucune douceur pour punir donc Dieu a rejeté Caïn mais n'a pas voulu punir le meurtrier par un meurtre, car il veut la repentance du pécheur plus que sa mort. Comme nous le verrons en étudiant les Pères de l'Église et en particulier St. Ambrose, ils acceptent tous la peine de mort, basée sur la Bible. Saint Ambroise ne veut donc pas nier absolument cette peine mais seulement dire que dans ce cas Dieu n'a pas voulu qu'elle soit appliquée. L'Evangelium Vitae qui cite ce passage de St. Ambroise, en outre, réitère la légalité de la peine de mort dans certains cas (Jean-Paul II « Evangelium Vitae » n. 56), comme nous le verrons mieux plus tard.

Le texte de Gn. 4 n'affirme pas absolument l'illégalité de la peine de mort, il protège simplement Caïn ; d'autre part il est évident que le Seigneur lui-même, s'adressant à Moïse, ordonne, dans les textes que j'ai rapportés plus haut et appartenant au Pentateuque, que cette peine capitale soit appliquée au peuple d'Israël. Si Dieu avait absolument condamné la peine de mort, il n'aurait jamais ordonné son application. La tradition, qui a pleinement accepté la légalité de la peine de mort, comme nous le verrons, a évidemment nié que ce passage affirme l'illégalité absolue de la peine de mort.

La déclaration de Dieu concernant Caïn doit être bien placée dans le contexte de la situation et dans le contexte de toute la Bible : pour le péché commis par Adam et Ève, l'Autorité qui inflige la punition est Dieu (Gen. 3), et Dieu est également le Autorité qui fixe le châtiment de Caïn ; ce n'est pas l'homme mais Dieu qui fixe le châtiment du péché. La juste punition pour le péché de l'homme, toute la Bible le dit clairement, seul Dieu peut l'établir d'une manière droite et juste, Dieu est le Juge (Gn 18,25; Rom. 2), et l'homme peut le faire correctement sous la conseils parce que le jugement appartient à Dieu (Deut. 1,17:8,16; Jean XNUMX:XNUMX). Celui qui a tué Caïn l'a fait contre la volonté de Dieu, en fait Dieu est le législateur et le juge suprême et tout, même les condamnations à mort, doit être exécuté selon sa volonté. Le passage de la Genèse en question ne nie pas la légalité de la peine de mort ; il nie qu'elle puisse être imposée en dehors de la volonté de Dieu, il offre donc une clarification éclairante qui sert à éliminer les prétentions sataniques de ceux qui utilisent la peine de mort. de faire justice selon Dieu mais de condamner par des lois et des procédés contraires à la volonté de Dieu et de tuer, contre la volonté de Dieu, des innocents. En effet, Dieu est le Législateur et le Juge suprême, il est le Seigneur de la vie et de la mort.Tous les jugements et condamnations, même capitales, doivent être exécutés selon sa Volonté, selon sa Parole.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

E. (latin H.) Lio dans un article profond que l'on peut lire dans « Dictionarium morale et canonicum », Officium Libri Catholici, Agence catholique du livre, Romae, 1966, t. III p. 677ss stipule que les lois du to. Les testaments qui imposaient la peine de mort pour certains crimes étaient aussi des « leges quae interpretabantur legem naturalem », c'est-à-dire des lois qui expliquaient la loi naturelle. Le célèbre moraliste franciscain précise dans cette ligne, pratiquement avec tous les théologiens jusqu'alors, que le consentement de tous les peuples à imposer la peine de mort indique la légalité intrinsèque de la peine de mort. Par conséquent, quiconque veut nier la légalité selon la loi naturelle doit également rejeter cet argument tiré du consensus de tous les peuples.

Le fait que la Bible parle clairement de la légalité et même dans certains cas de l'obligation d'imposer la peine de mort indique que cette légalité est clairement énoncée dans la Loi révélée. Non seulement la loi naturelle mais aussi la loi révélée parlent de la légalité de la peine de mort.

a, 2) Nouveau Testament.

Le cardinal Dulles affirme que dans le Nouveau Testament, le droit de l'État de mettre à mort les criminels semble être tenu pour acquis. « … En aucun cas, Jésus ne nie que l'État ait le pouvoir d'infliger la peine capitale. Dans ses débats avec les pharisiens, Jésus mentionne - avec approbation - le commandement sévère selon lequel « quiconque maudira son père et sa mère sera mis à mort » (Mt 15, 4 ; Mc 7, 10 renvoyant à Ex. 21, 7 ; cf. Lév. 20, 9). Lorsque Pilate rappelle à Jésus qu'il a le pouvoir de le crucifier, Jésus précise que le pouvoir de Pilate lui vient d'en haut, c'est-à-dire de Dieu (cf. Jn 19, 11). Jésus se réjouit des paroles du bon larron, crucifié à côté de lui, lorsqu'il admet que lui et son compagnon reçoivent la récompense due pour leurs actions (cf. Lc. 23, 41)."   Comme nous pouvons le voir, il est évident que le droit de l'État à mettre à mort est pris pour acquis et n'est jamais nié, pour cette raison les premiers chrétiens n'avaient évidemment rien contre la peine de mort et le Nouveau Testament, dans cette ligne, quand déclare que "lorsque quelqu'un a violé la loi de Moïse, il est mis à mort sans pitié sur le témoignage de deux ou trois témoins" (Héb. 10, 28) il ne semble pas qu'il y ait de problème avec ce précepte en raison du fait que la peine de mort est prononcée.

... d'où la déclaration du pape François selon laquelle : la peine de mort est une peine contraire à l'Evangile, car elle signifie la suppression d'une vie qui est toujours sacrée aux yeux du Créateur et dont seul Dieu est le véritable juge et garant. En réalité, un autre passage de l'Evangile nous présente aussi la peine de mort, pensez à la parabole de Luc 19 qui se termine par ces mots : "Et ceux de mes ennemis, qui n'ont pas voulu que je devienne leur roi, amenez-les ici et tuez devant moi. »" (Luc 19,27:XNUMX) De toute évidence, nous sommes confrontés à la peine de mort... et le Christ ne dit rien qui suggère une condamnation de la peine de mort... au contraire, il utilise l'exemple parler clairement de la condamnation finale que Dieu réserve à ses adversaires.

Au chap. 20 du même Evangile de Luc on lit, à la fin de la parabole des paysans meurtriers, que le propriétaire... : "Il viendra, tuera ces paysans et donnera la vigne à d'autres". Évidemment, nous sommes ici aussi confrontés à la peine de mort... et le Christ ne dit rien qui suggère une condamnation de la peine de mort... au contraire, il utilise l'exemple pour parler clairement de la sentence finale que Dieu réserve à ses adversaires.

Toujours dans l'Évangile de Matthieu, nous trouvons une parabole dans laquelle il est question d'un roi qui tue ses méchants sujets ... "Alors le roi s'indigna: il envoya ses troupes, fit tuer ces meurtriers et incendia leur ville." (Mt 22,1-14) Évidemment, nous sommes ici aussi confrontés à la peine de mort... et le Christ ne dit rien qui suggère une condamnation de la peine de mort... au contraire, il utilise l'exemple pour parler clairement de la sentence finale que Dieu réserve à ses adversaires.

Dans l'évangile de Marc au chap. 12, à la fin de la parabole des paysans meurtriers, nous lisons : « Que fera donc le propriétaire de la vigne ? Il viendra tuer les fermiers et donnera la vigne à d'autres. »

Évidemment, nous sommes ici aussi confrontés à la peine de mort... et le Christ ne dit rien qui suggère une condamnation de la peine de mort... au contraire, il utilise l'exemple pour parler clairement de la sentence finale que Dieu réserve à ses adversaires.

a, 2,1) Dans Jn. 8 Le Christ a-t-il complètement abrogé la peine de mort ?

Le gars. 8 de l'évangile de Jean où il est question de la femme surprise en adultère est parfois présenté comme un passage qui nierait la légalité de la peine de mort.

Disons tout d'abord que ce passage de l'Évangile n'est mentionné par aucun Père oriental avant le Xe siècle, dans le domaine latin le texte est connu depuis le IVe siècle. pour cette raison, malheureusement, il manque des indications de plusieurs Pères à ce sujet.

Le passage en question ne parle clairement d'aucune illégitimité de la peine de mort, il n'affirme aucun contraste entre la peine de mort et la Loi de Dieu, en effet, lorsqu'il est dit que certains péchés sont punis de mort, Jésus pourrait énoncer clairement la illégalité de cette peine, mais ne le fait pas. Dans l'épisode de la femme adultère, St. Augustin, Jésus-Christ : "... il ne désapprouvait pas la loi qui prescrivait la peine de mort pour les femmes coupables d'adultère, mais en même temps, avec crainte, il appelait à la compassion ceux qui jugeaient qu'elle pouvait être condamnée à mort. " . Lorsque saint Augustin commente cet évangile, il n'y voit pas un passage où le Christ manifeste la volonté d'annuler désormais et pour toujours la peine de mort ; le passage, en revanche, doit être vu objectivement comme une épreuve à laquelle Jésus est soumis ; derrière l'épreuve se trouve la perversité de ses ennemis, qui s'oppose à la vérité de Christ, il y a leur cœur corrompu qui s'oppose au cœur juste de Christ .

Remarquez que le Christ déclare simplement que celui qui est sans péché peut lapider la femme… puis il déclare que lui, qui n'était pas juge, ne la condamne pas… sans expliquer pourquoi. Jésus va au cas concret et ne dit absolument rien sur la question générale de la légalité de la peine de mort ! Jésus laisse la question doctrinale sur la peine de mort et va simplement au cas concret et affirme que lui, comme les autres, ne condamne pas les femmes. Le fait que le Christ n'entre pas dans la question doctrinale de la légalité de la peine de mort est extrêmement significatif, il ne touche évidemment pas ici au principe de la légitimité de la peine de mort ! Il ne s'occupe que du cas particulier.

Expliquez l'art. Augustin : « En quel sens ont-ils donc voulu le mettre à l'épreuve, pour avoir de quoi l'accuser ? Nous avons l'occasion d'admirer, frères, l'extraordinaire douceur du Seigneur. ... Et comme ses ennemis, par envie et colère, ne pouvaient lui pardonner ni la vérité ni la douceur, ils ont monté un scandale pour la troisième chose, c'est-à-dire pour la justice. ... Alors ils se dirent : Il se considérait comme un ami de la vérité et passe pour doux ; il faut lui faire scandale de la justice ; présentons-le à une femme surprise en adultère, rappelons-lui ce que la loi établit en pareil cas. S'il ordonne qu'elle soit lapidée, il ne fera pas preuve de douceur ; s'il décide qu'elle est libérée, il ne sauvera pas la justice. … Le Seigneur, en effet, répond de manière à sauver la justice sans renier la douceur. Il ne tombe pas dans le piège qu'on lui a tendu, mais ceux qui l'ont tendu y tombent : c'est qu'ils n'ont pas cru en celui qui pouvait les délivrer de tout piège. »

Dans la Catena Aurea s. Thomas rapporte diverses affirmations des Pères sur ce passage, et aucune d'elles ne va dans le sens d'abolir la peine de mort ; le Docteur Angélique, adepte de la Vérité et de la Sainte Tradition, affirme la légalité de la peine de mort, comme nous le verrons. Oui, certainement. Thomas n'aurait pas défendu, comme il l'a fait, la peine de mort si Jn. 8 avaient dit qu'il fallait l'abolir.

Laissant intacte la légitimité de la peine de mort, Jésus affirme diverses choses sur le cas concret… Je souligne le cas concret.

Il faut d'abord noter que, dans le cas concret, le Christ n'avait pas été nommé juge par le peuple d'Israël, un cas comme celui-là devait être soumis au Sanhédrin; donc le cas en question ne se présente pas comme un véritable jugement dans lequel le Christ est appelé à affirmer la Loi de Dieu et à l'appliquer jusqu'au bout en tant que juge établi, l'homme avec qui la femme a péché est également absent... Bref, nous nous trouvons évidemment face à une situation qui n'a pas de réelle valeur judiciaire, l'épreuve à laquelle Jésus est soumis n'est qu'une épreuve doctrinale, sans réelles conséquences sur le plan pratique.

Rien ne découlerait des paroles du Christ au niveau judiciaire pour la femme. À une autre occasion, Jésus avait dit de manière significative : « Ô homme, qui m'a établi juge ou médiateur sur toi ? » (Luc 12,14 :XNUMX).

Si je n'ai pas été nommé juge, évidemment, moi, comme ceux qui m'ont amené cette femme, je ne peux pas condamner... alors : "Je ne te condamne pas non plus." ... Moi, comme eux, je ne suis pas constitué juge... Jésus se démasque avec une extrême sagesse du filet dans lequel ils voulaient emmêler ceux qui voulaient l'accuser...

Même les hommes qui lui avaient amené la femme, dans le cas précis, ne pouvaient pas la lapider ... un procès était nécessaire devant le Sanhédrin (cf. Ricciotti "Vie du Christ", éd. Mondadori 2011 II réimpression pp. 466) .

A cette époque le Sanhédrin avait le pouvoir de prononcer directement les condamnations à mort mais pas de les faire exécuter, le magistrat romain devait intervenir pour l'exécution (voir Ricciotti "Vie du Christ", éd. Mondadori 2011 II réimpression pp. 63)

Une règle judiciaire solennelle voulait que les condamnations à mort soient évitées autant que possible et il semble que de telles condamnations aient été très rares (voir Ricciotti "Vie du Christ", éd. Mondadori 2011 II réimpression p. 63).

Laissant intacte la validité de la doctrine concernant la légitimité de la peine de mort, les réponses du Christ doivent être comprises en tenant compte des particularités du cas concret ; il n'y a pas de condamnation parce que, évidemment, le cas concret l'exclut.

Et précisément parce que le cas concret exclut la peine de mort, le Christ appelle comme juge le même Dieu qui est sans péché : Dieu, le Saint, peut intervenir et dans la sainteté amener quelqu'un à la condamner justement si elle doit vraiment être condamnée.

Le Christ est Dieu-homme : il sait bien que Dieu n'intervient pas et qu'évidemment aucun d'eux n'est sans péché !

De plus, le Christ en profite pour inviter la femme à mener la vie à laquelle Dieu l'appelle : ne pèche plus...

Je signale que la Bible rapporte aussi le cas d'une femme faussement accusée d'adultère (cf. Dn. 13) il ne semble pas que la femme de Jn. 8 soyez sainte comme Suzanne, en fait les paroles du Christ vont plutôt dans le sens qu'elle avait péché... mais il n'était pas juste de la condamner à mort, tout comme il n'était pas juste de condamner Caïn à mort (Gen. 4,15 :XNUMX) même s'il avait tué Abel. Le jugement appartient à Dieu, le Juge Suprême est Dieu, Il sait quand il est juste de condamner, Il peut juger et condamner !

Le Christ est Dieu et homme et comme Dieu lui-même avait fixé la peine de mort par Moïse… et dans Jean 8 il ne touche pas au principe que la peine de mort est légitime, il n'entre que dans la question concrète de la condamnation des femmes ; cependant, ce n'est pas un procès, les témoignages paraissent vagues, l'homme avec qui la femme a péché est porté disparu, on ne sait pas si la femme a été violée ou en tout cas a agi contre sa volonté réelle, les hommes qui l'accusent ne peuvent pas la condamner ... pas même Lui, qui n'a pas été nommé juge et n'a donc aucune autorité, ne la condamne.

Les partisans de l'abolitionnisme concernant la peine de mort devraient chercher, s'ils le trouvent, quelque autre passage biblique qui étaye leurs affirmations, car celui de Jean 8 non seulement ne soutient pas leurs idées mais les réfute : le Christ, en effet, trouvant lui-même devant une affaire qui rappelle la condamnation à mort fixée par lui par l'intermédiaire de Moïse ne la déclare pas abrogée... et donc la confirme indirectement et publiquement ! Il semble clair que la peine de mort après cette rencontre de Jésus avec cette femme reste généralement et pleinement en vigueur donc, comme nous le voyons et comme nous le verrons mieux par la suite, l'Église, qui connaît bien ce passage de l'Évangile de Jean, a toujours considéré c'est légal peine de mort .

a, 2,2) Enseignement de St. Paulo et s. Pietro sur les questions relatives à la peine de mort.

Saint Paul, qui connaissait bien l'Evangile et le Christ, a écrit, avec une référence évidente à la peine de mort, que l'autorité «[…] ce n'est pas en vain qu'elle porte l'épée ; il est en effet au service de Dieu pour la juste condamnation de ceux qui font le mal » (Rom. 13, 4).

Dans son article sur la peine de mort H. Lio examinez ce texte par l'art. Paul et le premier affirme que ce texte ne peut s'expliquer autrement qu'en ce sens que les magistrats peuvent punir les hommes par l'épée et que ce droit distingué de vie et de mort les magistrats l'ont reçu et l'exercent non pas avec insouciance mais pour qu'ils en punissent ceux qui agir pour le mal, puis citer ce passage de l'art. Paolo le commentaire du célèbre exégète F. Prat que les magistrats ne portent pas en vain l'épée, symbole du droit de vie et de mort : un droit redoutable qui ne peut venir que du Maître de vie ; donc leurs châtiments, comme justes, sont des châtiments de Dieu (cf. F. Prat, "La Théologie de saint Paul", II, Beauchesne, Paris 1949 p. 392), le commentaire de F. Prat est pratiquement égal à celui des autres exégètes catholiques concernant ce passage, dans ce même sens compris ce passage s. Ambroise, s. Augustin, s. Innocent I et pratiquement tous les théologiens catholiques.

En ce qui concerne l'interprétation de Rm 13,4 et en particulier sur la question de la valeur du terme μάχαιραν (machairan) il faut dire que la question du sens de "l'épée" dans Rm 13,4 est résolue, dans le ligne de la Tradition, par les grands érudits bibliques ... qui ont parlé en "des temps sans méfiance" ...

Ricciotti dans son texte « Les lettres de s. Paolo a traduit et commenté "ed. Coletti, Rome, 1949, p. 353, explique que la déclaration de St. Paul (Romains 13,4) pour qui l'autorité porte "l'épée" est une métonymie du droit de punir, qui commençait par la peine de mort, le ius gladii, et descendait jusqu'aux peines moindres", la métonymie est une "figure de la rhétorique traditionnelle, qui consiste dans le transfert de sens d'un mot à un autre selon une relation de contiguïté spatiale, temporelle ou causale » dans ce cas, l'auteur biblique parle de l'épée pour indiquer ce que l'épée cause, c'est-à-dire aussi la mort.

Le terme épée est également utilisé dans Rm 8,35 et Ricciotti précise qu'il s'agit d'une métonymie qui indique la mort violente (Ricciotti "Les lettres de saint Paul traduites et commentées" éd. Coletti, Rome, 1949, p. 323) Dans le lettre aux Hébreux 11,37 le terme machaira est utilisé pour indiquer la punition et aussi la mort donnée par l'épée...

F.Zorell dans son “Lexicon Graecum Novi Testamenti”, (Institut Biblique Pontifical, Rome 1990) à la avec le. 805 précise que le terme μάχαιρα (machaira) a diverses significations : grand couteau, en particulier petite épée mais est généralement utilisé dans le sens d'épée et désigne la mort par métonymie (Rm 8,35) et indique le droit de punir (Rm 13,4, 13,4 ) ... et à juste titre Ricciotti, comme nous venons de le voir, souligne que l'affirmation de l'art. Paul (Romains 13) pour qui l'autorité porte "l'épée" est une métonymie du droit de punir, qui commençait par la peine de mort, le ius gladii, et descendait jusqu'aux peines moindres "d'où le texte de Rm 4, 8,35 énonce clairement et fortement la peine de mort ... en fait, comme mentionné, le terme épée est également utilisé dans Rm 1949 et Ricciotti précise qu'il s'agit d'une métonymie qui indique la mort violente (Ricciotti "Les lettres de saint Paul traduites et commenté" ed. Coletti, Rome, 323, p. 11,37) Dans la lettre aux Hébreux XNUMX le terme μάχαιρα machaira est utilisé pour indiquer la mort donnée par l'épée.

W. Michaelis dans le "Grand Lexique du Nouveau Testament" (Paideia, Brescia 1970 vol. VI p. 1419ss) explique précisément que le terme en question est utilisé dans Rm 13, 4 "comme symbole du pouvoir punitif". Plus généralement Michaelis souligne que dans le NT la mort violente est attribuée à μάχαιρα (machaira) :

1) voir Mt. 26, 52 : « » Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée ;

2) voir ap. 13,10:XNUMX : « Celui qui doit aller en captivité, qu'il aille en captivité ;

celui qui doit être tué par l'épée, qu'il soit tué par l'épée. C'est en cela que réside la persévérance et la foi des saints."

3) voir Héb. 11,34.37:35:36: "... ils ont éteint la violence du feu, ils ont échappé à la lame de l'épée, ils ont puisé leur force dans leur faiblesse, ils sont devenus forts à la guerre, ils ont repoussé les invasions d'étrangers. 37 Certaines femmes ont récupéré leurs morts par la résurrection. D'autres, alors, furent torturés, n'acceptant pas la libération qui leur était offerte, afin d'obtenir une meilleure résurrection. 1 D'autres, enfin, ont subi des outrages et des flagellations, des chaînes et des emprisonnements. 19,1 Ils ont été lapidés, torturés, coupés en deux, tués par l'épée, promenés couverts de peaux de moutons et de chèvres, nécessiteux, troublés, maltraités.. "il faut noter que dans ces deux versets le terme en question est utilisé pour mentionner Les événements de l'Ancien Testament, en particulier les meurtres (1 Rois 19,10 ss. ; 26,23 Rois 17,33 ; Jér. 21,24), il convient également de noter que dans divers passages de la LXX (Ex. 13,16 ; Nom. 20,13, 11,37 ; Deut. XNUMX, XNUMX; XNUMX) on utilise l'expression ἐν φόνῳ ⸀μαχαίρης ἀπέθανον, trouvée en Héb. XNUMX:XNUMX, indiquant la mort donnée par l'épée ;

4) voir aussi Lc. 21, 24 : « Ils tomberont sous le tranchant de l'épée et seront emmenés captifs parmi toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par les païens jusqu'à ce que les temps des païens soient accomplis. » ;

5) voir dans le texte qui parle de l'exécution de Jacques, Actes 12,2 : "Il fit tuer par l'épée Jacques, frère de Jean."

6) avec une valeur significative pour indiquer l'exécution capitale, voir Rom 8,35:35 : « XNUMX Qui nous séparera de l'amour de Christ ? Peut-être la tribulation, l'angoisse, la persécution, la faim, la nudité, le danger, l'épée ? »

Michaelis conclut que de tout cela découle la valeur de μάχαιρα comme symbole de l'effusion de sang, Ap. 6,4 : « Puis un autre cheval est sorti, rouge feu. Celui qui l'a monté a reçu le pouvoir de retirer la paix de la terre et de les faire s'égorger mutuellement, et il a reçu une grande épée. "

Dans cette ligne, ce que je tire de ce Lexique du grec semble éclairant : « de l'épée comme instrument d'un magistrat ou d'un juge : la mort par l'épée, Romains 8:35 ; ἀναιρεῖν τινα μάχαιρα, Actes 12 : 2 ; τήν μαχαίρας φόρειν, porter l'épée, est utilisé pour celui à qui l'épée a été confiée, à savoir. à utiliser lorsqu'un malfaiteur doit être puni; donc, équivalent à avoir le pouvoir de vie et de mort, Romains 13 : 4 (donc ξίφος, ξιφη ἔχειν, Philostr. vit. Apoll. 7, 16 ; vit. sophist. 1, 25, 2 (3), cf. Dion Cass . 42, 27; et dans le Talmud le roi qui porte l'épée, du roi hébreu .. " En particulier, pour notre intérêt, cela signifie que : le terme machaira en Rm 13,4 signifie avoir droit de vie et de mort.

Dans le commentaire de Rm 13 fait par s. Thomas nous lisons que tout ce qui est communément dit de Dieu et des créatures vient de Dieu dans les créatures et comme toute sagesse vient de Dieu ainsi toute puissance vient de Dieu Les principes doivent être établis sur les communautés afin que ceux qui ne sont pas mus par l'amour éviter le mal et faire le bien, ils y sont contraints par la crainte du châtiment. D'autre part, les princes doivent aider les sujets à agir par amour et pas seulement par peur. Les princes portent l'épée, symbole du pouvoir de l'autorité, voire du pouvoir de tuer, et en cela se manifeste leur être des ministres de Dieu qui infligent des châtiments pour exécuter le juste jugement de Dieu sur ceux qui pèchent. Selon les principes, il est non seulement licite mais méritoire d'agir avec zèle pour exécuter le juste jugement de Dieu sur ceux qui pèchent (cf. Super Rom., Chap. 13 l. 1).

Saint Thomas qui, comme nous le verrons, affirme clairement la légalité de la peine de mort inclut évidemment la peine capitale dans les peines que les princes peuvent infliger, et dont il vient de nous parler.

Meyer commente ce passage (Rom. 13,4) en disant :

"Οὐ γὰρ εἰκῆ] non sans raison correspondante (fréquemment en grec classique), mais afin de l'utiliser réellement, si le cas l'exige.

τὴν μάχαιρ. φορεῖ] Il ne s'agit pas du poignard, que les empereurs romains et les gouvernants à côté d'eux avaient l'habitude de porter comme gage de leur jus vitae et necis (Aurel. Vict. 13 ; Grotius et Wetstein in loc.) ; car μάχαιρα,…, signifie dans le NT toujours l'épée… et aussi chez les Grecs le port de l'épée (Philostr. Vit. Ap. vii. 16) est expressément utilisé pour représenter ce pouvoir des magistrats. … Nous pouvons ajouter que notre passage prouve (comp. Actes 25:11) que l'abolition du droit à la peine capitale prive la magistrature d'un pouvoir qui ne lui est pas simplement donné dans l'AT, mais est également confirmé de manière décisive dans le NT , et qu'il (là réside la limitation sacrée et la responsabilité de ce pouvoir) possède en tant que ministre de Dieu "

En conclusion, la déclaration de St. Paul (Romains 13,4) pour qui l'autorité porte "l'épée" est, comme l'expliquait Ricciotti, une métonymie du droit de punir, qui commençait par la peine de mort, le ius gladii, et descendait jusqu'aux peines moindres "avec une telle expression , comme l'art. Innocent I, art. Paul souligne en particulier le fait que l'autorité légitime tient de Dieu le pouvoir de punir, selon la justice, les malfaiteurs et aussi de leur infliger la mort. Les paroles de St. Innocent I, que nous examinerons mieux plus tard : « La question se pose de ceux qui après le Baptême ont été des administrateurs publics et n'ont utilisé que des instruments de torture ou même prononcé la peine de mort. Nous ne lisons rien à leur sujet tel que défini par les anciens. Il faut se rappeler que de tels pouvoirs étaient accordés par Dieu et que, pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il était indiqué que le ministre de Dieu punit de cette manière (Rm 13, 1. 4) Comment pourraient-ils condamner un comportement qui ont-ils vu a été accordée par l'autorité de Dieu? A leur égard, nous continuons donc à nous réglementer comme nous l'avons été jusqu'à présent, afin qu'il ne semble pas que nous renversions la discipline ou que nous allions à l'encontre de l'autorité du Seigneur. Il leur est réservé de rendre compte de toutes leurs actions." Il faut se rappeler que ces pouvoirs ont été accordés par Dieu et que, pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il a été indiqué que le ministre de Dieu punit de cette manière (Rom 13 : 1. 4)

Le texte de l'art. Paul indique clairement que Dieu a accordé à l'autorité, dans la mesure où elle est au service de Dieu, le pouvoir de frapper les criminels avec la peine capitale.

Évidemment à l'art. Paul parle de Dieu et de Christ et de St. Paul répand l'Evangile... c'est pourquoi la déclaration du pape François selon laquelle : la peine de mort est une peine contraire à l'Evangile, car elle signifie la suppression d'une vie qui est toujours sacrée aux yeux du Créateur et dont seul Dieu est le vrai juge et garant. Dieu libère son Église de ces erreurs ! .

Saint Paul insiste aussi fréquemment sur le lien entre le péché et la mort, pensons en particulier à cette affirmation : "... à cause d'un seul homme il est entré dans le monde et, avec le péché, la mort" (Rm 5,12, 5,15). Pensez aussi à cette autre affirmation : « par la chute d'un seul ils sont tous morts » (Rm 400, 2,17). Le Catéchisme de l'Église catholique affirme au n. 3,19 : « Enfin, la conséquence explicitement annoncée dans l'hypothèse de la désobéissance (Cf Gn 5,12.) se réalisera : l'homme retournera à la poussière, cette poussière d'où il a été tiré. (Cf Gn XNUMX.) La mort entre dans l'histoire de l'humanité. (Cf Rm XNUMX.) "

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Cyrille Dunot dans un article intéressant sur la peine de mort précise que : oui. Paul a posé les fondements les plus précis de la légitimité de la peine de mort : d'abord en pratique dans Actes 25,11 lorsqu'il l'accepte pleinement pour lui-même, puis en théorie dans Romains 13,4. De plus, selon Dunot, l'art. Paul offre un autre passage éclairant dans cette ligne dans 1 Cor. 5,13.

Concernant l'art. Peter et à ses déclarations sur cette question, Dunot, dans le même article affirme que l'autorité publique selon St. Pierre a le pouvoir de punir les malfaiteurs et de récompenser les méritants (1 Pt. 2,13s), certains Pères, dit Dunot, ont soutenu que l'art. Pierre lui-même a condamné à mort Ananias et Saphira (Actes 5, 1-11).

Le texte de 1 P. 2,13s est le suivant : « Vivez dans la soumission à toute autorité humaine pour l'amour du Seigneur : à la fois au roi comme souverain, et aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir les malfaiteurs et récompenser ceux qui fais le bien."

Commentant ce passage, Sales note que St. Pietro : « Dans w. 13-17 traite des devoirs des chrétiens envers le pouvoir civil. Ce passage a plusieurs points de contact avec ce qu'écrit saint Paul, Rom XIII, 1 et suiv. ; Éphès. V, 21-VI, 9 ; Moi Tim. II, 1 et suiv., Etc. ... Les principaux doivent être obéis, car ils sont les représentants de l'empereur, et exercent en son nom l'autorité de punir les méchants et de récompenser les bons (Voir n. Rom. XIII, 3)."

Dans ce passage la peine de mort, alors courante, n'est pas condamnée, mais plutôt une justification profonde lui est donnée, Dieu a établi l'autorité civile et l'a dotée du pouvoir de punir les malfaiteurs et de récompenser les justes et justement pour l'amour de Dieu soit justement soumis à une telle autorité établie par Dieu lui-même; évidemment une telle autorité doit user de son pouvoir dans la justice et ne doit pas en abuser.

Au non. 380 du « Compendium de la doctrine sociale de l'Église », nous lisons à propos de ce passage : « Saint Pierre exhorte les chrétiens à être « soumis à toute institution humaine pour l'amour du Seigneur » (1 P 2,13, 1). Le roi et ses gouverneurs ont pour tâche de "punir les malfaiteurs et récompenser les bons" (2,14 P 1, 2,17). Leur autorité doit être « honorée » (cf. 1 Pt 2,15, XNUMX), c'est-à-dire reconnue, car Dieu exige une conduite droite, qui ferme « la bouche à l'ignorance des insensés » (XNUMX P XNUMX, XNUMX). ... "

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

a, 2,3) Conclusion sur la légalité de la peine de mort dans le Nouveau Testament.

E. Christian Brugger, tout en étant favorable à l'inadmissibilité de la peine de mort, déclare : « Le Nouveau Testament n'a pas grand-chose à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait guère de doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament. " Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait aucun doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament et en particulier par l'auteur du Nouveau Testament.

L'image que nous recevons invariablement lorsque le Nouveau Testament relate les rencontres avec les autorités civiles où la mort est en jeu est celle d'une pratique judiciaire normale, qui n'est remise en cause que lorsqu'elle est jugée injustement exercée. ... d'où la déclaration du pape François selon laquelle : la peine de mort est une peine contraire à l'Evangile, car elle signifie la suppression d'une vie qui est toujours sacrée aux yeux du Créateur et dont seul Dieu est le véritable juge et garant.

Le cardinal Dulles déclare : "Aucun passage du Nouveau Testament ne désapprouve la peine de mort."

Le Nouveau Testament ne condamne pas la peine de mort mais la tient plutôt pour acquise et, en fait, dans certains de ses passages, il la légitime ; le Nouveau Testament accepte donc pleinement ce que l'Ancien Testament énonce fondamentalement à cet égard, à savoir que la peine de mort est pleinement légitime dans certains cas.

Bessette et Feser dans une vaste étude sur la peine de mort ont pu affirmer que l'enseignement clair et cohérent des Écritures est que la peine capitale est en principe légitime. Puisque l'Église soutient que l'enseignement biblique sur les questions de foi et de morale est d'inspiration divine et infaillible, nous concluons également que, pour cette seule raison, l'affirmation radicale selon laquelle la peine capitale est toujours et en principe mauvaise est tout simplement contraire à l'orthodoxie catholique et cela le jugement est encore renforcé par l'enseignement cohérent des Pères et Docteurs de l'Église, des Papes et des documents ecclésiastiques faisant autorité, c'est-à-dire par la Tradition qui est clairement dans cette même ligne.

Le cardinal Journet a pu affirmer significativement, dans cette ligne : « Yes l'Évangile interdit aux États d'appliquer jamais la peine de mort, saint Paul lui-même alors a trahi l'Évangile » dont la traduction italienne est : « Si l'Evangile interdit aux Etats d'appliquer la peine de mort, alors saint Paul lui-même a trahi l'Evangile » (ma traduction)... donc la déclaration du Pape François est retirée de tout fondement que : la peine de mort est une sanction contraire à l'Evangile, car c'est la suppression d'une vie qui est toujours sacrée aux yeux du Créateur et dont Dieu seul est le véritable juge et garant.

Comme le dit le Compendium de la doctrine sociale de l'Église catholique au n. 380 : « La soumission, non pas passive, mais pour des raisons de conscience (cf. Rm 13,5, 13,1), au pouvoir établi répond à l'ordre établi par Dieu. Saint Paul définit les relations et les devoirs des chrétiens envers les autorités (cf. .Rom. 7-12,17). ... L'Apôtre n'a certainement pas l'intention de légitimer tout pouvoir, mais plutôt d'aider les chrétiens « à faire le bien devant tous les hommes » (Rm 13,4, 1), même dans les relations avec l'autorité, dans la mesure où c'est au service de Dieu pour le bien de la personne (cf. Rm 2,1, 2 ; 3,1 Tm 13,4, 1-2,13 ; Tt 1, 2,14) et « pour la juste condamnation de ceux qui font le mal » (Rm 1, 2,17). Saint Pierre exhorte les chrétiens à être "soumis à toute institution humaine pour l'amour du Seigneur" (1 P 2,15, XNUMX). Le roi et ses gouverneurs ont pour tâche de "punir les malfaiteurs et récompenser les bons" (XNUMX P XNUMX, XNUMX). Leur autorité doit être « honorée » (cf. XNUMX Pt XNUMX, XNUMX), c'est-à-dire reconnue, car Dieu exige une conduite droite, qui ferme « la bouche à l'ignorance des insensés » (XNUMX P XNUMX, XNUMX). ... "

Dans un passage très significatif d'Evangelium Vitae s. Jean-Paul II déclare : « 40. De la sacralité de la vie découle son inviolabilité, inscrite depuis ses origines dans le cœur de l'homme, dans sa conscience. … Le commandement relatif à l'inviolabilité de la vie humaine résonne au centre des « dix paroles » de l'Alliance du Sinaï (cf. Ex 34, 28). ... le message global, qu'il appartiendra au Nouveau Testament de perfectionner, est un appel fort au respect de l'inviolabilité de la vie physique et de l'intégrité personnelle, et trouve son sommet dans le commandement positif qui nous oblige à prendre en charge du prochain comme soi-même : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lv 19, 18). … Ainsi, le commandement de Dieu de sauvegarder la vie de l'homme a son aspect le plus profond dans le besoin de vénération et d'amour pour chaque personne et sa vie. C'est l'enseignement que l'apôtre Paul, faisant écho à la parole de Jésus (cf. Mt 19, 17-18), adresse aux chrétiens de Rome... (Rm 13, 9-10). » Il convient de noter que les paroles de St. Jean-Paul II ne veut pas dire que le Nouveau Testament a annulé la peine de mort, ce serait absolument contraire à la Tradition et à la vérité biblique, le texte du pape polonais souligne simplement comment l'Ancien Testament présente clairement la peine de mort comme licite et comment l'Évangile a atténué les peines établies dans l'Ancien Testament, tout en préservant toutefois la peine de mort, en fait toujours dans Evangelium Vitae nous lisons, conformément à l'Évangile et à la Tradition : "... l'étendue et la qualité de la peine doivent être soigneusement évaluées et décidées, et elles ne doivent atteindre l'extrême mesure de la répression du contrevenant qu'en cas de force majeure, c'est-à-dire lorsque la défense de la société n'était pas possible autrement »

Comme le dit aussi cette encyclique : « Cependant, face aux cas nombreux et souvent dramatiques que présente la vie individuelle et sociale, la réflexion des croyants s'est efforcée d'atteindre une compréhension plus complète et plus profonde que ce que le commandement de Dieu interdit et prescrit »

Le commandement : ne tuez pas a donc été interprété en profondeur, sous la conduite de l'Esprit Saint, en particulier par l'Église, vu l'importance de ce commandement, afin de bien connaître la volonté de Dieu qu'il contient. Cette interprétation, également effectuée sur les textes évangéliques, signifie clairement qu'il existe un véritable droit à l'autodéfense, qu'il existe aussi un devoir de légitime défense pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui et qu'il existe aussi un droit de la société à l'autodéfense (cf. Catéchisme de l'Église catholique nn. 2263.2265) comme le dit clairement Evangelium Vitae : « Sans aucun doute, la valeur intrinsèque de la vie et le devoir de se faire aimer non moins que les autres établissent un véritable droit à la légitime défense. ... Ainsi, nul ne pourrait renoncer au droit de se défendre par manque d'amour de la vie ou de soi, mais seulement en vertu d'un amour héroïque... D'autre part, « la légitime défense ne peut être qu'un droit, mais un devoir sérieux, pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui, pour le bien commun de la famille ou de la communauté civile "(cf. Catéchisme de l'Église catholique n. 2265)"

Évidemment, la légitime défense peut déterminer la mort de l'agresseur et la saine interprétation biblique enseigne que : dans ce cas : "... l'issue mortelle doit être attribuée au même agresseur qui s'y est exposé par son action par son action, même dans le cas où il n'était pas moralement responsable du manque d'usage de la raison."   Nous sommes donc pleinement dans la sagesse biblique suivant cette ligne d'interprétation ecclésiale du commandement de ne pas tuer... et nous sommes également pleinement dans la sagesse biblique suivant cette ligne d'interprétation ecclésiale du commandement de ne pas tuer lorsque cette interprétation dit qu'à l'horizon de la légalité de la légitime défense est la légalité de la peine de mort (...)

En fait, il dit que l'art. Jean-Paul II, après avoir fixé l'horizon biblique de la licéité de la légitime défense : « 56. Le problème de la peine de mort est également placé dans cet horizon... »

La peine de mort est placée dans l'horizon biblique pour lequel la légitime défense est légitime, donc nous ne sommes pas hors de la Bible ou contre la Bible quand nous affirmons la légalité, dans certains cas, de la peine de mort, mais nous sommes dans la Bible, dans la sagesse biblique, dans la bonne interprétation biblique… et donc nous sommes dans l'Evangile, dans la sagesse évangélique et dans la bonne interprétation de l'Evangile. La peine de mort ne va pas à l'encontre de l'Evangile... depuis 2000 ans l'Eglise, guidée par l'Esprit Saint et à la lumière de l'Evangile, a affirmé la légalité de la peine de mort.

Ce que nous avons dit et ce que nous verrons confirme encore que l'affirmation du pape François selon laquelle : la peine de mort est une peine contraire à l'Évangile, car elle signifie la suppression d'une vie qui est toujours sacrée aux yeux du Créateur et du Dieu est vrai juge et garant. Les déclarations du pape François sont une très grave insulte à l'Esprit Saint qui, depuis 2000 ans, a guidé les papes et les docteurs de l'Église et qui les a conduits à la lumière de la vraie sagesse évangélique pour affirmer clairement la légalité de la peine de mort dans certains cas. .

Que Dieu se lève et que ses ennemis soient dispersés (Ps. 67 (68)

b) Enseignements des principaux Pères et Docteurs, en particulier de St. Tommaso d'Aquino, sur la peine de mort.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

La légitimité opérée par le N. Testament concernant la peine de mort est reçue très clairement par les Pères de l'Église, le Cardinal Dulles poursuit en effet en disant : « En revenant à la Tradition chrétienne, nous pouvons voir que les Pères et les Docteurs de l'Église sont presque unanime à soutenir la peine de mort, même si certains d'entre eux - comme saint Ambroise (339 c.-397) - exhortent les clercs à ne pas prononcer de condamnations à mort ni à servir d'exécuteurs."

Brugger écrit : « Pour les Pères de l'Église primitive, l'autorité de l'État pour tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient sur la question de savoir si les chrétiens devraient occuper des fonctions dont les responsabilités incluent le jugement et l'exécution des peines capitales - les auteurs pré-constantiniens ont dit qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après 313 ont dit qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais remise en question. "

Pour les premiers Pères de l'Église, l'autorité de l'État à tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient quant à savoir si les chrétiens devaient occuper des fonctions dont les responsabilités incluaient le jugement et l'exécution de la peine de mort, en fait les auteurs pré-constantiniens disaient qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après l'édit de 313 ont dit qu'ils devraient; mais la légitimité de principe de la peine capitale elle-même n'est jamais remise en question.

Brugger montre bien dans son livre les diverses affirmations des Pères sur la question de la peine de mort et montre précisément comment ils affirment unanimement la légalité de la peine de mort.

En ce qui concerne ce consensus unanime, il est nécessaire de rappeler ce que le Concile Vatican I affirme « … personne ne devrait être autorisé à interpréter cette Écriture…. contre le consentement unanime des Pères. » .

Je souligne encore avec toute la force que je ne dis pas ici, et l'Église n'a jamais dit non plus, que la peine de mort est toujours légale mais que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves elle est légale. Nous savons tous très bien que dans de nombreux ou très nombreux cas les puissants tuent leurs adversaires en se couvrant du manteau de la "justice" par des procès contrôlés et des condamnations à mort injustes et que ce sont souvent les plus faibles et les plus sans défense qui sont condamnés à mort justement parce qu'ils n'ont pas pu se défendre efficacement en procès etc.; La sagesse chrétienne est certes très consciente de tout cela… mais elle est aussi consciente du fait que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves la peine de mort est légale, comme nous le voyons.

b, 1) Pères Pré-Constantiniens.

Disons tout d'abord que, comme l'a affirmé H. Giudice : « En los diversos escritores cristianos de los cinco primeros siglos se consensus en reconocer el origen divino de la autoridad civil y por lo tanto para obedecer las leyes justas. Fuera de las aplicaciones injustas, la justification du système pénal est enracinée dans la nécessité de freiner la violence. Según Ireneo, l'existencia del pecado hizo necesario el ejercicio de la autoridad punitiva. Para el Crisóstomo this institución no only está ligada al pecado fino que hace a la concepción del orden." Chez les différents écrivains chrétiens des cinq premiers siècles, il existe un consensus pour reconnaître l'origine divine de l'autorité civile et donc pour obéir à des lois justes. En dehors des applications injustes, la justification du système pénal réside dans la nécessité d'arrêter la violence. Selon Irénée, l'existence du péché rendait nécessaire l'exercice de l'autorité punitive. Pour Chrysostome, cette institution n'est pas seulement liée au péché mais aussi à la conception de l'ordre.

Ces déclarations du Juge paraissent d'une extrême importance... Je le répète : chez les différents écrivains chrétiens des cinq premiers siècles il y a consensus pour reconnaître l'origine divine de l'autorité civile... Je vous invite à réfléchir profondément sur ce point.. .

On retrouve les mêmes affirmations, mais développées, dans le texte de Brugger : « Si l'on admet deux présupposés patristiques, à savoir que le pouvoir politique est divinement institué et qu'inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les malfaiteurs, alors l'idée que l'exercice du pouvoir politique le pouvoir est incompatible avec l'appartenance à la communauté spéciale de Dieu, l'Église, souffre d'une tension évidente. »

Deux présupposés patristiques doivent être gardés à l'esprit : le pouvoir politique est divinement institué, inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les criminels. Ces deux présupposés éliminent pratiquement l'idée que l'exercice du pouvoir politique et donc de la peine de mort est incompatible avec l'appartenance à l'Église. Le pouvoir de l'État est institué par Dieu et par Dieu, il a le droit de tuer les malfaiteurs, de sorte que la peine de mort est légale dans certains cas.

En outre, en ce qui concerne les Pères pré-Constantiniens, il me semble important de souligner ce que dit Brugger, qui dans son texte a constitué une grande collection de textes de ces Pères et parle donc d'en haut d'une compétence remarquable : les Pères de II et Le 1e siècle aborde rarement directement la moralité de la peine de mort, nous devons donc déduire leurs idées par inférence ; trois croyances reconnaissables dans les textes patristiques dès le deuxième siècle méritent l'attention : (2) que les dirigeants civils ont une autorité moralement légitime sur la vie et la mort ; (3) que cette autorité a été conférée par Dieu et attestée dans les Ecritures ; et (XNUMX) que le discipulat chrétien est incompatible avec la participation à la violence et à l'effusion de sang.

Il faut dire cependant que cette incompatibilité se comprend bien si l'on considère que les auteurs cités étaient des sujets d'un empire radicalement antichrétien, se mettant directement au service d'un tel empire et condamnant à mort ou à tuer sur le base des lois d'un tel empire signifiait se mettre au service d'un antéchrist puis tuer en son nom.

En résumé, les citations rapportées par Brugger et par moi élaborées et clarifiées concernant les déclarations des Pères pré-Constantiniens et sur lesquelles se fonde son jugement sont les suivantes :

- s. Justin (mort vers 165 après JC): Justin Martyr, "The First Apology", ch. 2,3,11,68 ; les travaux de s. Giustino est consultable gratuitement en ligne dans le tome 6 de la Patrologie grecque qui se trouve sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/graeca/#t006 ;

- Athénagoras (vécu au IIe siècle) : Athénagoras, « Plaidoyer pour les chrétiens », ch. 1, 2,3, 35 ; les oeuvres d'Athénagoras présentes dans la Patrologie grecque sont consultables gratuitement en ligne dans le tome 6 de la Patrologie grecque qui se trouve sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/graeca/#t006

- s. Irénée (né entre 140 et 160, date de décès incertaine) : Irénée de Lyon, « Contre les hérésies », bk. 4, ch. 36, par. 6 ; bk. 5, ch. 24, par. 2 ; les travaux de s. Irénée présent dans la Patrologie grecque peut être consulté gratuitement en ligne dans le tome 7 de la Patrologie grecque qui se trouve sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/graeca/#t006

- Clemente Alessandrino (né entre 145 et 150 - mort entre 211 et 217) : Clément d'Alexandrie, « Stromateis », bk. 1, ch. 27, par. 171- 173   BK. 4, ch. 24 , "Paidagogos", bk. 1, ch. 8; bk. 3, ch. 8 ; les travaux de Clemente Alessandrino présents dans la Patrologie grecque peuvent être consultés gratuitement en ligne dans les tomes 8-9 de la Patrologie grecque qui se trouvent sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/graeca/# t006

- Tertullien (né vers 155 - mort après 220) : Tertullien, « De Idololatria », ch. 17 ; "De Idolatria", chap. 19 ; "De Corona", chap. 11.2 et 11.4–5 ; "De Spectaculis", chap. 19 ; "Scorpiace", ch. 14 ; "De Anima", chap. 56 ; "Traité sur la Résurrection", n. 16 (éd. Ernest Evans, Londres : SPCK, 1960 p. 42 ; PL. 2, 814 ff) ; "Excuses", ch. 4.9 ; Les oeuvres de Tertullien sont consultables gratuitement en ligne dans les tomes 1-2 de la Patrologie latine qui se trouve sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/latina/

- Origène (né en 185 - mort en 253) : Origène "In Jeremiam" Homilia XII (PG, vol. 13, col. 386b)., "In Leviticum" Homilia XI (PG, vol. 12, col. 532- 533 ). « In Leviticum » Homilia XIV (PG, vol. 12, col. 557a – b) ; "Contra Celsum", bk. 7, ch. 26, livre. 8, ch. 65 et 73, trad. Henry Chadwick (Cambridge : Cambridge University Press, 1953 ; PG. 11, 1458, 1614ss ; 1626ss) ; Dans Matthaeum Tomus X, 21 (PG, vol. 13, col. 890b) ; « Dans Epist. annonce Romanos "Lib. VI, 7 (PG, vol. 14, col. 1073a) ; "Commenter. Dans Episte. ad Rom." Lib. IX (PG, vol. 14, col. 1228b); les oeuvres d'Origène présentes dans la Patrologie grecque peuvent être consultées gratuitement en ligne dans les volumes 11-17 de la Patrologie grecque qui se trouvent sur ce site http://patristica.net/graeca/#t006

- s. Cyprien (né en 200 et mort vers 258 après JC) : Cyprien, « Épître 60, à Corneille », par. 2 ; "Ad Donatum", chap. 7; les travaux de s. Cyprien est consultable gratuitement en ligne dans les tomes 3-4 de la Patrologie latine qui se trouve sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/latina/ et dans le Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum http:// www.earlymedievalmonasticism.org/Corpus-Scriptorum-Ecclesiasticorum-Latinorum.html

- la Didascalia Apostolorum (début IIIe siècle) : « Didascalia et Constitutiones Apostolorum », lib. IV, chap. 6, non. 4, éd. FX Funk, vol. 1 (Paderborn, 1905), 224 disponible gratuitement sur ce site archive.org, https://archive.org/details/didascaliaetcon00funkgoog)

- s. Ippolito : Saint Hippolyte de Rome : « La tradition apostolique de saint Hippolyte de Rome », partie II, ch. 16, articles 17 à 19, éd. Gregory Dix, réédité par Henry Chadwick (Londres : SPCK, 1968), 26-27) ; les travaux de s. Hippolyte présent dans la Patrologie grecque peut être consulté gratuitement en ligne dans le tome 10 de la Patrologie grecque qui se trouve sur ce site http://patristica.net/graeca/#t006

- Minucius Felix (a vécu au II-III siècle) : Minucius Felix, « Octavius ​​», ch. 30 ( ; les oeuvres de Minucio Felice peuvent être consultées gratuitement en ligne dans le tome no. 3 de la Patrologie latine qui se trouve sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/latina/ ;

- Lactance (a vécu aux III-IV siècles) : Lactance, « Divinae Institutiones », lib. VI, chap. 20 ; "De Ira", lib. 17 Les œuvres de Lattanzio sont consultables gratuitement en ligne dans les tomes 6-7 de la Patrologia Latina qui se trouve sur le site Patristica.net à cette adresse http://patristica.net/latina/ ;

- le Synode d'Elvire qui dit au Canon 73 : si quelqu'un par accusation ou dénonciation fait exiler ou condamner à mort une autre personne, on doit lui refuser les sacrements même à la fin de sa vie : « Delator si quis exstiterit fidelis, et per delationem ejus aliquis fuerit proscriptus vel interfectus, placuit eum nec in finem accipere communionem, "(PL, vol. 84, 309c; https://books.google.it/books?id=mObNin3ReVIC&redir_esc=y ).

Quelques précisions concernant les textes qui viennent d'être présentés.

1) Irénée de Lyon à la fin du s. II, dans sa controverse avec les Gnostiques, est le premier des Pères à commenter le texte paulinien de Rm 13 ; il déclare que les royaumes de la terre ont été établis par Dieu et non par le diable ; donc il s'appuie sur l'autorité de saint Paul et explique qu'il faut se soumettre à toutes les autorités supérieures, car il n'y a pas d'autorité qui ne vienne de Dieu et celles qui existent ont été ordonnées par Dieu ; le pouvoir d'état ne porte pas en vain l'épée en fait c'est un ministre de Dieu, en fait il exerce la vengeance pour la punition de ceux qui travaillent mal ; c'est aussi la raison pour laquelle vous devez payer des impôts, car le pouvoir est le ministre de Dieu, chargé d'accomplir cette tâche Le texte de l'art. Irénée ne condamne nullement la peine capitale mais l'implique comme juste et voulue par Dieu.

2) Il convient de noter que, selon Brugger, Origène dans le Contra Celso soutiendrait que l'enseignement de saint Paul dans Romains 13 implique que l'autorité civile a un pouvoir légitime sur la vie et la mort. il me semble que c'est plutôt le commentaire d'Origène sur la lettre aux Romains qui parle de cette implication (cf. Origène "Commentaire sur la lettre aux Romains" PG 14, 1226-1228)

3) Comme l'explique Brugger en rapportant la doctrine de Clément d'Alexandrie : lorsque la loi voit une personne dans un état apparemment incurable, plongée jusqu'au cou dans le crime, dans la crainte que d'autres puissent être infectés par elle, elle la tue pour le santé maximale de tous . Cette punition, poursuit Brugger en citant Clément, sert également à contrôler les tendances rebelles des autres, dans cette ligne ce que dit la Bible est mis en œuvre : la crainte du Seigneur engendre la sagesse ; Clemente déclare dans cette ligne que la peine de mort est bonne pour son bénéficiaire, les lois qui infligent la mort agissent comme un "bienfaiteur". Je souligne qu'à ma connaissance aucun Père n'a excommunié Clément pour ses affirmations sur la peine de mort...

4) Concernant l'art. Cipriano, aux indications fournies par Brugger et pour lesquelles l'art. Cyprien montre dans certains cas qu'il accepte fondamentalement la légalité de la peine de mort, il semble utile d'ajouter cela dans un texte longtemps attribué à lui-même. Cyprien mais actuellement considéré comme n'appartenant pas au saint il est précisé que le roi doit réprimer le vol, punir les adultères, faire disparaître les méchants de la terre, ne pas laisser vivre les parricides et les parjures, ni tolérer l'impiété des enfants . On ne sait pas à qui appartient cette œuvre à l'heure actuelle. Dans un texte appartenant certainement à St. Cyprien, le martyr rappelle les règles établies par Moïse avec la peine de mort pour les idolâtres et commentant le geste par lequel Mattathias a tué un idolâtre (1Macc. 2, 24), affirme que si ces préceptes concernant l'adoration de Dieu et le mépris des idoles ont été observées avant l'avènement de Jésus-Christ, d'autant plus qu'elles doivent l'être maintenant qu'il est arrivé. Il faut dire que l'art. Cyprien accepte ici ce qui s'est passé dans la TA mais ne parle pas directement et clairement de la peine de mort et de sa légitimité, même si ses propos sont extrêmement significatifs.

5) Comme le souligne Thompson, dans "De Ira Dei", Lactance avertit les stoïciens et les épicuriens que la peine de mort est acceptable si elle est infligée à juste titre dans l'intérêt du bien contre le mal , chap. VI, 20 ; Lactance, Traité de la colère de Dieu, in « Pères des troisième et quatrième siècles », éd. A. Cleveland Coxe (Édimbourg : T&T Clark, 1989), vol. 7, 273, 274) le texte en question se trouve aussi dans PL 6, 705-713. Thompson précise que cette déclaration de Lactance doit être combinée avec ses autres déclarations contraires à la peine de mort présentes dans les Institutions précédentes ou dans l'Épitomé des Institutions divines ultérieures. ... (Thompson "Augustin et la peine de mort" Augustinian Studies 40 (2) p. 190-191)

6) Le texte du Concile d'Elvira doit être compris en considérant que les informateurs ou sycophantes étaient déjà considérés comme mauvais pour la morale commune de l'époque et avec certains empereurs pour un certain type d'informer la peine de mort était prévue   , la dénonciation calomnieuse, en particulier, est un mensonge préjudiciable et précisément dans la mesure où elle entraîne la mort ou des dommages graves pour la victime est un péché évident d'une gravité particulière, particulièrement grave pour la communauté chrétienne était la dénonciation avec laquelle les chrétiens qui ont fait connaître aux autorités les noms d'autres chrétiens de leurs communautés et les fit donc mettre à mort. Ces dénonciateurs, qui agissaient dans un but lucratif ou pour acquérir du pouvoir, ont sans doute commis un acte très grave digne d'une très grave pénitence, et donc la très grave condamnation prononcée par le Conseil apparaît d'une certaine manière justifiée. Le texte en question n'est pas une condamnation radicale et absolue de la peine de mort mais uniquement du délit de dénonciation désigné. À Treccani, nous lisons : « Les chrétiens des premiers siècles ont beaucoup souffert pour le travail des delatores. Les anciens « canons pénitentiels » contenaient 10 peines très sévères contre les dénonciateurs. »

7) Thompson à la p. 191 de l'article cité (Thompson "Augustine and the Death Penalty" Augustinian Studies 40 (2) p. 191), estime que l'affirmation de Brugger est correcte selon laquelle trois données fondamentales apparaissent reconnaissables dans les textes patristiques : (1) que les dirigeants civils qu'ils ont une autorité moralement légitime sur la vie et la mort ; (2) que cette autorité a été conférée par Dieu et attestée dans les Ecritures ; et (3) que le discipulat chrétien est incompatible avec la participation à la violence et à l'effusion de sang. Thompson est également d'accord avec l'opposition de Brugger au point de vue de Compagnoni, ce dernier croyait en fait qu'Ambroise, Augustin et l'église post-Constantine en soutenant la peine de mort capitulaient simplement devant la nouvelle situation créée avec la création d'un empire chrétien. (Thompson "Augustin et la peine de mort" Augustinian Studies 40 (2) p. 191)

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

b, 2) Pères Post-Constantiniens.

En ce qui concerne les Pères post-Constantiniens, il faut dire que saint Hilaire de Poitiers, dans ses commentaires sur saint Matthieu, indique qu'il y a deux types d'usages légitimes de l'épée et donc il y a deux types de meurtres légitimes : ceux qui sont exécutés pour exécuter un jugement de l'autorité légitime, ceux qui sont exécutés dans le besoin de résister aux brigands [cf. Hilaire de Poitiers, Sur Matthieu, éd. et trad. J. Doignon, Cerf, 1979 (Sources chrétiennes n° 258), t. 2, p. 243, XXXII, 2).]. On ne sait pas qu'aucun Père ait excommunié St. Hilary pour ces déclarations, mais nous savons que les Pères avaient le Saint-Esprit et condamnaient très fortement les erreurs. Evidemment cette doctrine était déjà bien enracinée au cœur du christianisme et n'était pas une nouveauté mais plutôt une re-proposition de ce que la Bible affirme. Les travaux de s. Ilario présent dans la Patrologie latine peut être consulté sur ce site, vol. 10-11 http://patristica.net/latina/

Saint Ambroise répondant à l'Étude précise clairement la doctrine et la Tradition catholiques à l'égard des juges : « De quo etiam ego vererer responsum referre : constrictus altero, quod est commissum vobis propter custodiam legum ; altero autem propter misericordiam et gratiam, nisi de hoc Apostolicam haberes auctoritatem : Quia non sine causa gladium portat, qui ju dicat (Rom. XIII, 4) ; Dei enim vindex est in eos, qui male agunt. Nam sunt, extra Ecclesiam tamen, qui eos in communionem non vocent sacramentorum coelestium, qui in aliquos capitalm sententiam ferendam æstimaverunt. Plerique etiam sponte se abstinent : et laudantur quidem, nec ipsi eos possumus non prædicare : qui auctoritatem Apostoli eatenus observamus, ut iis communionem non audeamus negare. - 5. Vides igitur quid auctoritas tribuat, quid suadeat misericordia. Excusationem habebis, si feceris : laudem, si non feceris. » (S. Ambrogio "Epist. Ad Studium" PL t. XVI, col. 1040 A)

Précisément basé sur l'autorité des affirmations de St. Paul (Rom 13 : 4) s. Ambroise affirme que les juges peuvent recevoir l'Eucharistie, en fait ils sont ministres de Dieu.

Il y en a, poursuit l'art. Docteur, étrangers à l'Église, qui refusent les sacrements à ceux qui imposent la peine de mort (probablement, comme le note Migne, il se réfère aux Novatiens, qui ont précisément exclu les juges de la communion eucharistique mais précisément sur la base du texte clair de St. Paul S. Ambroise croit qu'on ne peut nier que ceux qui exercent des activités judiciaires et imposent la peine capitale sont dans la communion de l'Église et peuvent recevoir l'Eucharistie. Certains d'entre eux s'abstiennent de recevoir ce sacrement et en sont loués, tandis que d'autres le reçoivent légalement. De Dieu, ils ont le pouvoir de prononcer des condamnations à mort, ils ne peuvent donc pas être considérés comme des pécheurs publics et peuvent donc recevoir l'Eucharistie.

Saint Ambroise développe ensuite une réflexion à partir de Jn. 8 qui nous invite à ne pas verser le sang et donc à ne pas imposer la peine de mort pour que le coupable se repente et que son âme soit sauvée, alors ce saint Evêque et Docteur de l'Eglise nous offre une clarification très importante sur la Tradition Catholique, en fait il déclare : "Et ideo majores maluerunt indulgentiores esse circa judices ; ut dum gladius eorum timetur, reprimerum seleerum furor, et non incitaretur : quod si negaretur communio, videretur criminosorum vindicata poena. Maluerunt igitur priores nostra, ut in voluntate magis abstinentis, quam in necessitate sit legis. » (Cf. "Epist. Ad Studium" PL t. XVI, col. 1042)

La Tradition catholique était dans le sens d'être plus indulgente envers les juges car si leur épée est redoutée, la colère des méchants est réprimée et non incitée ; leur refuser la communion semblerait une revanche de criminels contre de tels juges. Nos pères préféraient donc laisser la liberté de se communiquer aux juges, louant cependant en particulier, comme nous l'avons vu, ceux qui s'abstinrent de ce sacrement ; ainsi la question devait être résolue non par la loi mais par la conscience et donc par la volonté du sujet.

De plus, le juge n'est pas autorisé à s'abstenir de punir les coupables, même de la peine de mort, dans de nombreux cas judiciaires, puisqu'il est au service de la loi, affirme aussi l'art. Ambroise (voir « Super Psaume XXXVII », 51, PL XIV, 1035s).

Les travaux de s. Ambroise présent dans la Patrologie latine peut être consulté sur ce site, vol. 14-17 http://patristica.net/latina/

Saint Jean Chrysostome, parlant du parricide, dit Dunot, apparaît comme un partisan de la peine de mort puisqu'il affirme que : un homme aussi dégradé, c'est-à-dire un parricide, ne suffit pas pour le faire bannir de la ville, il faut encore le faire disparaître de la lumière ; un tel homme, en effet, est un ennemi commun de tous les hommes et de Dieu, donc nous devons tous participer à son extermination, afin de purifier la ville. (S. Giovanni Chrisostomo, Œuvres complètes, trad. M. Jeannin, L. Guérin & Cie éditeur, Clermont-Bar-le-Duc-Paris, 1865, t. 5, p. 456.]. (4e discours sur la Genèse, § 3)

Dans les Sermons sur les statues de s. Jean Chrysostome, comme l'explique Brugger, montre qu'il accepte pleinement la légitimité de la peine de mort mais montre en revanche son action et celle des autres pour que l'empereur n'intervienne pas pour punir les criminels qui, dans ce cas précis, avaient commis de graves agit contre les statues de l'empereur et de sa famille Les travaux de s. Giovanni Crisostomo présent dans la Patrologie grecque peut être consulté sur ce site, vol. 47-64, http://patristica.net/graeca/

Eusèbe de Césarée, souligne Brugger, considère également la peine de mort comme légale dans certains cas et loue à cet égard l'empereur Constantin pour son travail de justice qui, bien qu'effectué le plus souvent avec bienveillance et sans l'usage de l'épée, dans certains cas, il exigeait évidemment l'utilisation de celui-ci, comme dans le cas de l'exécution de Licinius et de ses conseillers.   Les travaux d'Eusèbe présents dans la Patrologie grecque peuvent être consultés sur ce site, vol. 19-24 http://patristica.net/graeca/

Dans cette même ligne, fondamentalement, oui va aussi. Gregorio Nazianzeno qui, tout en exhortant un magistrat chrétien à faire preuve de retenue dans la punition des criminels, montre qu'il reconnaît que dans certains cas, l'épée de l'autorité frappe à juste titre les criminels pour leurs crimes. Les travaux de s. Gregorio Nazianzeno présent dans la Patrologie grecque peut être consulté sur ce site, vol. 35-38 http://patristica.net/graeca/

S. Ottato di Milevi, comme l'explique H. Giudice , devrait figurer parmi les partisans du recours à la force et de la peine de mort. En effet, S. Ottato a pris la défense des soldats de l'empereur qui, envoyés pour distribuer de la nourriture pendant une période de privation, ont tué des rebelles donatistes.

Saint Octate indique que le commandement qui interdit de tuer (Ex 20, 13 ; Dt 5, 17 ; Mt 5, 21) et celui qui ordonne de punir certaines actions viennent du même Dieu (Dt 22, 22 ; Lv 20 : 10) le saint observe en outre que certains maux sont faits avec une mauvaise fin et d'autres sont faits avec une bonne fin donc le brigand fait le mal pour une mauvaise fin tandis que le juge accomplit son devoir rigoureux avec une bonne fin quand il devient vengeur de la culpabilité perpétré par le bandit ; les donatistes qui ont été tués avaient eux-mêmes été la cause de leur mort, le fonctionnaire impérial Macario a agi pour la défense des droits de Dieu de la même manière que Moïse et Elía qui ont également appliqué la peine de mort ; Ottato assume la défense de Macaire contre les accusations donatistes, reconnaissant que cela aurait été un grave sentiment de culpabilité si Macaire avait agi de son plein gré sur ce qu'il avait à faire, mais en réalité, le fonctionnaire impérial a agi en tant qu'exécuteur testamentaire de la volonté de Dieu. ( S. Ottato, « De schismate donatistarum » 3, 5-7 PL 11, 1013ss).

Je signale que l'art. Ottato est un saint et on ne sait pas que St. Augustin ou un autre évêque a excommunié Ottato parce qu'il était en faveur de la peine de mort ... Ottato, pour mémoire, a écrit avant l'art. Agostino… Les oeuvres de s. Ottato présent dans la Patrologie latine peut être consulté sur ce site, vol. 11 http://patristica.net/latina/

Saint Augustin (354-430) apparaît, parmi tous les Pères, celui qui parle le plus à ce sujet. Saint Augustin, dit Thompson, précise que la peine de mort ne peut être infligée que par les autorités compétentes pour promouvoir le bien commun de la société et comme moyen de dissuasion à de nouvelles actions criminelles, c'est une mesure inhabituelle qui ne devrait être utilisée que dans des cas d'extrême nécessité lorsqu'il n'y a pas d'autre option; l'Église peut et doit être un ardent défenseur de la miséricorde envers les condamnés, car Dieu est juste et peut pardonner aux pécheurs. (Thompson "Augustin et la peine de mort" Augustinian Studies 40 (2) p. 198)

Dans cette ligne s. Agostino, comme l'explique Thompson, face aux attaques des donatistes affirme qu'ils ne devraient pas être punis de la peine de mort : « La peine de mort ne peut pas être appliquée car il préfère libérer tous les donatistes qui ont assassiné et persécuté des catholiques plutôt que d'exiger leur sang pour se venger. »

En particulier, il dit que l'art. Augustin : " Non pas que nous voulions empêcher que la liberté de commettre des crimes ne soit enlevée aux individus méchants, mais nous voulons qu'il suffise qu'en les laissant en vie et sans les mutiler en aucune partie du corps, en appliquant la répression lois, ils sont détournés de leur agitation folle pour être ramenés à une vie saine et paisible, ou que, retirés de leurs mauvaises œuvres, ils se livrent à quelque travail utile. … Indignez-vous contre l'iniquité pour ne pas oublier l'humanité ; n'exprime pas la volupté de la vengeance contre les atrocités des pécheurs, mais tourne ta volonté pour panser leurs blessures " . Saint Augustin, en tant que ministre de Dieu, interprétant la volonté divine dans le cas spécifique dit que Dieu ne veut pas que la peine de mort leur soit appliquée, comme une sorte de peine de représailles, que Jésus avait pratiquement abrogée. Mais la confirmation de l'art. Augustin à cette occasion est un jugement concernant cette situation spécifique, ce n'est pas un jugement de condamnation radicale de la peine de mort, en fait, St. Augustin, dans plusieurs de ses ouvrages, affirme la légalité de la peine de mort.

Plus précisément, l'art. Augustin, à la lumière de la volonté de Dieu, nous invite à sauver la vie du criminel autant que possible mais il admet clairement que dans certains cas, Dieu lui-même veut l'imposition de la peine de mort et alors l'utilisation de cette peine sera pleinement cohérente avec la charité du Christ donc St. Augustin, dans plusieurs de ses ouvrages, affirme la légalité de la peine de mort.

Comme le dit Thompson : oui. Augustin reconnaît déjà dans « DeOrdine » (386) que le bourreau est une « vilaine fonction », mais nécessaire à un État « bien gouverné » ; Thompson cite diverses œuvres de St. Augustin qui vont évidemment dans cette direction . Thompson lui-même ajoute que cette position d'Augustin est basée sur les Saintes Écritures, de nombreuses histoires de l'Ancien Testament suggèrent que "des hommes nobles et saints ont infligé la mort en punition du péché"; dans cette ligne s. Augustin affirme que quiconque exécute une condamnation à mort n'est pas coupable d'un péché (Thompson "Augustine and the Death Penalty" Augustinian Studies 40 (2) p. 197). la paix romaine ; selon l'art. Médecin africain, les autorités étatiques ont le devoir de stabiliser la vie de la communauté et de lui donner la paix.

Plus précisément …

Dans le "Deorder" s. Augustin déclare : « Qu'y a-t-il de plus sombre qu'un bourreau ? Quoi de plus sombre et odieux que sa mentalité ? Cependant, il a une place indispensable parmi les lois et fait partie de l'ordre d'un État bien gouverné. Et bien qu'il fasse du mal à sa propre âme, c'est néanmoins la punition des malfaiteurs pour un ordre qui lui est étranger."

Dans la "Cité de Dieu", St. Augustin déclare : « Le magistère divin lui-même a fait des exceptions à la loi de ne pas tuer. Sauf pour les cas d'individus que Dieu ordonne de tuer soit par une loi établie, soit par un ordre exprès adressé temporairement à une personne. Par conséquent, cela ne tue pas ceux qui doivent le service au magistrat. C'est comme l'épée qui est l'instrument de celui qui l'utilise. C'est pourquoi ils ne transgressent en aucune façon le commandement par lequel il a été enjoint de ne pas tuer ceux qui ont fait la guerre par ordre de Dieu ou, représentant la force de la puissance publique, selon ses lois, c'est-à-dire selon un ordre de la juste raison. , ils punissaient les délinquants de mort. ... A l'exception de ces cas, dans lesquels une loi juste en général ou Dieu en particulier, la source même de la justice, ordonne de tuer, quiconque se tue ou tue un autre individu est responsable du crime de meurtre." . Ce n'est donc pas un péché de donner la peine de mort dans certains cas, c'est décisif pour comprendre la véritable pensée augustinienne : la peine de mort peut être imposée sans péché et, comme nous le verrons clairement plus loin, selon la volonté de Dieu.

Il explique également le même art. médecin africain dans une lettre à Publicola que : "Je n'aime pas l'opinion qu'on puisse tuer des gens pour ne pas être tué par eux, sauf si c'est un militaire ou quelqu'un qui est obligé au service public, sauf qu'on n'agit pas pour lui-même, mais pour la défense d'autrui ou de l'Etat auquel il appartient, s'il est légitimement autorisé et si son action est conforme à sa fonction. »

Dans une longue lettre à Macedonio, vicaire d'Afrique, St. Augustin développe largement les arguments justifiant la peine de mort, et donc le pouvoir de maintenir en vie ou de donner la mort (vitae necisque legitimam potestatem, Ep, 153, 8) Saint Augustin explique que les juges : "... dans l'accomplissement de leur charge doivent ne pas être motivé par des ressentiments personnels, mais 'seulement exécuteurs des lois; ils doivent punir non pas les injustices perpétrées contre eux-mêmes mais celles des autres ... ils doivent considérer qu'ils ont eux-mêmes besoin de la miséricorde de Dieu à cause de leurs péchés personnels et ils ne doivent pas penser qu'ils manquent à leur devoir s'ils se livrent au peuple plus à qui ils ont droit de vie et de mort. »

Dans l'épisode de la femme adultère, St. Augustin, Jésus-Christ : "... il ne désapprouvait pas la loi qui prescrivait la peine de mort pour les femmes coupables d'adultère, mais en même temps, avec crainte, il appelait à la compassion ceux qui jugeaient qu'elle pouvait être condamnée à mort. " .

Le S Le médecin africain précise alors que : "... le pouvoir du souverain, le droit de vie et de mort propre au juge, les crochets de torture du bourreau, les armes des soldats, le pouvoir de punir propre au souverain n'ont pas été institué sans but, et même la sévérité d'un bon père de famille. Tous ces systèmes ont leurs propres normes, leurs causes, leur raison, leur utilité. Lorsqu'ils sont craints, non seulement les méchants sont tenus en échec, mais les bons eux-mêmes vivent plus paisiblement parmi les méchants. ... cependant, il n'est pas inutile de réprimer l'arrogance et l'arrogance des hommes aussi par la peur qu'inspirent les lois humaines, afin que non seulement les innocents se sentent en sécurité au milieu des malfaiteurs mais, tandis que la peur du châtiment est mise un terme à leur possibilité de faire du mal, leur volonté sera guérie en recourant à l'aide de Dieu."

Continue. Augustin : « Votre sévérité est aussi utile, avec laquelle notre tranquillité est également assurée ; cependant, notre intercession avec laquelle votre sévérité est atténuée est également utile. ... Même l'apôtre Paul a effrayé les méchants non seulement avec le jugement futur, mais aussi avec votre pouvoir judiciaire en affirmant qu'il relève lui aussi de l'ordre voulu par la providence divine... Ces paroles de l'Apôtre démontrent l'utilité de votre sévérité . … Ne faites rien par désir de nuire, mais pour aider, et rien de cruel, rien d'inhumain ne sera fait. ... Si donc la perversion et l'impiété sont si grandes que ni la punition ni le pardon n'aident à les corriger, les bons ne font rien d'autre que d'accomplir le précepte d'aimer avec la bonne intention et avec la conscience que Dieu sait, à la fois quand ils punissent à la fois quand ils pardonnent."

Il est évident, de la part de l'art. Docteur, l'engagement d'orienter les juges chrétiens sur le chemin de la justice, sur le chemin de la justice qui vient de Dieu, afin qu'à cette lumière ils sachent juger, avec miséricorde et justice, les personnes et donc appliquer les différentes peines avec une extrême prudence .. celle de la mort, celle-ci, en particulier, doit être imposée comme un rapport extrême. Particulièrement éclairant dans cette ligne est le texte augustinien suivant : "Certains grands et saints hommes ... ont puni certains péchés avec la mort, afin que les vivants puissent éveiller une saine peur et que ceux qui ont été punis de mort ne nuisent pas à la mort elle-même, mais le péché qui pourrait augmenter s'ils continuaient à vivre. Ils n'ont pas jugé imprudemment parce que Dieu leur avait donné un tel jugement. ... Ainsi, après leur avoir enseigné ce que signifie aimer son prochain comme soi-même, même avec l'infusion du Saint-Esprit ... de telles punitions ne manquaient pas, bien que beaucoup plus rarement que dans l'Ancien Testament. Ensuite, principalement en tant qu'esclaves, ils ont été réduits en esclavage par la peur, puis principalement avec amour, ils ont été élevés comme des enfants. En effet, comme nous le lisons dans les Actes des Apôtres, aux paroles de l'apôtre Pierre Ananias et sa femme tombèrent sans vie et ne furent pas ressuscités mais ensevelis..." Le travail de l'art. Agostino va quindi nel senso di aiutare gli uomini a lasciarsi guidare da Dio sicché la pena di morte sia applicata quando Dio vuole e non quando Egli non vuole e appunto in alcuni particolari casi, anche dopo la venuta di Cristo, Dio vuole che sia irrogata tale peine.

Saint Augustin n'est donc pas un abolitionniste de la peine de mort, il l'accepte pleinement mais seulement dans les cas où Dieu le veut vraiment !

Le grand bibliste St. Girolamo, apparaît clairement et fortement soutenu pour la légalité de la peine de mort. Comme le rappelle Dunot, dont je cite les citations , art. Jérôme a justifié l'application de la peine de mort à plusieurs reprises, quoique de manière plus concise que l'art. Augustin. Dans son commentaire de l'Épître aux Galates, il s'intéresse à affirmer l'innocence du juge qui prononce la peine : le juge n'est pas coupable du crime lorsqu'il a enchaîné les méchants et les enferme et les déclare coupables en vertu de sa autorité (cf. . “In Galatas” PL XVI, 367s) Pour l'art. Jérôme : quiconque frappe les méchants à cause de leur méchanceté, et tient les outils de la mort pour tuer les méchants, est le ministre du Seigneur : « Qui igitur malos percutit in eo quod mali sunt, et habet vasa interfectionis, ut occidat pessimos, minister domaines les plus récents. (« In Ézéchielem », III, 9 PL XXV, 85) Dans le « Commentaire sur Joël » s. Jérôme déclare que ceux qui punissent les malfaiteurs sont ministres et exécuteurs de la colère de Dieu contre ceux qui font le mal, et ce n'est pas sans raison qu'ils portent l'épée (cf. "In Joelem", PL XXV 973), Il n'est pas cruel celui qui tue les gens cruels disent aussi oui. Jérôme : "Non est enim rawlis qui rawles jugulat sed quod rawlis patientibus esse videatur" ; la tâche du roi est de rendre justice, donc punir de mort les meurtres, les sacrilèges et les adultères n'est pas verser le sang, c'est le ministère des lois (cf. « In Hieremiam » IV, 22,3, PL 24, 811).

Malheureusement, Brugger ne rapporte qu'une seule des déclarations de s. Jérôme, je n'en trouve qu'un dans une note

Les Constitutions apostoliques, rédigées à la fin du IVe siècle et dont l'influence sur les textes juridiques sera considérable, ne font que répéter ce que disaient les Pères : le meurtre n'est pas répréhensible, mais seulement le meurtre d'innocents, et le meurtre permis par la loi est réservé aux seuls magistrats

J'ai inclus les affirmations des Papes de cette période patristique dans la partie relative aux affirmations papales et magistrales... mais ici je tiens à souligner que Saint Grégoire le Grand, Pape, Père et Docteur de l'Église, enseigne la légitimité de la peine capitale dans plusieurs de ses lettres, reconnaissant que les crimes graves méritent une telle peine , comme nous le verrons mieux par la suite.

Beaucoup de ces textes des Pères de l'Église sont bien connus des théologiens et des canonistes et ont été largement incorporés dans le décret de Gratien , dont une question est explicitement consacrée à la légalité de la peine de mort (C. 23, q. 5) .

La position fondamentale d'acceptation de la peine de mort que nous voyons affirmée par les Pères sera maintenue et développée par les Papes qui traiteront de ce sujet.

Je note que chez certains auteurs de notre époque on remarque une critique des Pères post-constantiniens car selon lui ils auraient succombé au pouvoir militaire constantinien et auraient accepté la peine de mort que les Pères pré-constantiniens n'acceptaient pas. Cette position me semble contraire à la réalité des choses et en ce sens je suis Thompson qui rejoint l'opposition de Brugger au point de vue de Compagnoni, ce dernier croyait en fait qu'Ambroise, Augustin et l'église post-Constantine en soutenant la peine de mort capitulaient simplement devant la nouvelle situation créée avec la création d'un empire chrétien. (Thompson "Augustin et la peine de mort" Augustinian Studies 40 (2) p. 191)

J'ajoute qu'il est évident que les Pères post-Constantiniens avaient la certitude de suivre la vraie doctrine de l'Église de tous les temps et de suivre la Tradition sinon ils n'auraient pas dit ce qu'ils ont dit. Plusieurs Pères sont Docteurs de l'Église et surtout ils n'attaquent généralement pas les chefs de peuples pour la peine de mort, ils ne la nient pas en général, ils peuvent le faire concrètement, particulièrement dans certaines situations, mais ils ne nient pas qu'il y ait est un tel droit par les chefs d'Etats, et je ne sais pas non plus qu'il y ait eu un Père qui ait accusé d'autres d'avoir trahi, d'avoir renié la Tradition notamment pour avoir soutenu la légalité de la peine de mort... alors pour eux c'est était conforme à la saine doctrine qui affirmait la légalité de la peine de mort en général.

Je le répète : aucun Père partisan de la peine de mort n'a été accusé pour cela d'hérésie... ou d'opposition à la Tradition... en effet, comme nous l'avons vu, ce sont des groupes extérieurs à l'Église qui ont empêché les juges de recevoir l'Eucharistie ...

Les affirmations de la Bible et en particulier de St. Paul était évidemment trop clair et trop fort pour que la véritable Église et ses Évêques nient absolument la légalité de la peine de mort ; et sur les affirmations bibliques, en particulier de St. Paul se fonde, comme on le voit, sur deux postulats de la légalité de la peine de mort : le pouvoir politique est divinement institué, les gouvernants civils ont une autorité moralement légitime sur la vie et la mort notamment pour punir les méchants.

Dans cette lignée, l'opposition supposée de la doctrine de certains Pères pré-Constantiniens par rapport à celle de certains Pères post-Constantiniens semble plus une construction moderne qu'une réalité antique... Certes la doctrine de l'Église catholique, comme nous le verrons, a atteint une clarté toujours plus grande sur le thème, jusqu'à la grande disposition fixée par l'art. Thomas, mais il y a toujours eu une acceptation fondamentale de la possibilité que le chef de la communauté puisse imposer la peine de mort dans certains cas, Brugger est très clair sur ce point, comme on l'a vu, et d'autres auteurs aussi avec lui.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

b, 3) Conclusions sur l'enseignement des Pères concernant la légalité de la peine de mort.

Tirant les conclusions de l'enseignement des Pères sur la légalité de la peine de mort, nous devons donc dire que deux faits fondamentaux apparaissent reconnaissables dans les textes patristiques : (1) que les gouvernants civils ont une autorité moralement légitime sur la vie et la mort ; (2) que cette autorité a été conférée par Dieu et est attestée dans les Écritures (cf. E. Christian Brugger « Peine capitale et tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 75)

Brugger ajoute : « Si nous admettons deux hypothèses patristiques, à savoir que le pouvoir politique est divinement institué et qu'inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les malfaiteurs, alors l'idée que l'exercice du pouvoir politique est incompatible avec l'appartenance à la communauté spéciale de Dieu, l'Église, souffre d'une tension évidente. »

Deux présupposés patristiques doivent être gardés à l'esprit : le pouvoir politique est divinement institué, inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les criminels. Ces deux présupposés éliminent pratiquement l'idée que l'exercice du pouvoir politique et donc de la peine de mort est absolument incompatible avec l'appartenance à l'Église. Le pouvoir de l'État est institué par Dieu et par Dieu, il a le droit de tuer les malfaiteurs, de sorte que la peine de mort est légale dans certains cas.

Le cardinal Dulles a déclaré : « En revenant à la Tradition chrétienne, nous pouvons voir que les Pères et les Docteurs de l'Église sont presque unanimes pour soutenir la peine de mort, même si certains d'entre eux - comme saint Ambroise (339 ca.-397) - ils exhorter les clercs à ne pas prononcer de condamnations à mort ni à servir d'exécuteurs."

Brugger a significativement précisé : « Tout au long de la période patristique, comme nous l'avons vu, les textes qui remettent en cause la prérogative de l'autorité civile d'exercer la peine de mort sont notoirement absents. Dans les récits qui traitent directement de la question, nous trouvons une acceptation quasi unanime d'une telle autorité. Lorsque des raisons sont élaborées, cette acceptation est invariablement fondée sur un appel à l'Écriture, en particulier à Romains 13. " Tout au long de la période patristique, les textes qui remettent en cause la prérogative de l'autorité civile d'exercer la peine de mort sont absents. Dans les récits qui traitent directement de la question, nous trouvons une acceptation presque unanime de cette autorité. Lorsque des raisons sont élaborées, cette acceptation est invariablement fondée sur un appel aux Écritures, en particulier à Romains 13.

Brugger a de nouveau écrit : « Parmi ces écrivains patristiques… nous trouvons un accord unanime sur le fait que l'autorité civile, en tant que gardienne du bien public, a le droit d'infliger des châtiments aux malfaiteurs, y compris la peine de mort. Parmi les auteurs patristiques, nous trouvons un accord unanime sur ce point : l'autorité civile, en tant que gardienne du bien public, a le droit d'infliger des peines aux malfaiteurs, y compris la peine de mort. Quant à la raison pour laquelle les Pères ont soutenu cette affirmation il faut dire que leurs raisons étaient à la fois théologiques, philosophiques et pratiques : théologiques parce que ces écrivains fondent leurs affirmations sur l'autorité de l'Écriture, en particulier sur les écrits de l'apôtre Paul et surtout sur la lettre aux Romains, chap. 13; philosophiques parce qu'ils croyaient que cette vérité était attestée par la raison humaine, une raison qui, comme nous l'avons dit, a pratiquement toujours et partout accepté la légalité de la peine de mort ; et pratiques dans la mesure où leurs croyances reflètent les situations historiques dans lesquelles ils ont vécu et les hypothèses conventionnelles sur la nature de l'autorité et de la punition qu'ils ont partagées.

Nous précisons que dans un bel article à ce sujet le P. A. Bellon, après avoir expliqué qui sont les Saints Pères, rapporte les affirmations du P. Congar selon lequel : « Le consensus unanimis Patrum (le consentement unanime des Pères) est une norme sûre. Elle exprime le sens de l'Église, et l'unanimité est toujours la marque de l'Esprit Saint. C'est un consensus moral, qui n'exclut pas l'existence de quelques voix divergentes. » . Le consentement unanime des Pères n'exclut pas l'existence de quelques voix divergentes. À l'heure actuelle, il ne semble pas y avoir de voix de Pères qui s'opposent radicalement à la légalité de la peine de mort, mais même s'il y avait quelques rares voix vraiment divergentes du consensus unanime des Pères, un tel consensus serait également unanime.

En ce qui concerne le consentement unanime des Pères, il est nécessaire de rappeler ce que le Concile Vatican I affirme « … personne ne devrait être autorisé à interpréter cette Écriture…. contre le consentement unanime des Pères. » (Concile Vatican I, Constitution dogmatique "Dei Filius", c. 2 : DS 3007)

Dans cette ligne, il me semble que je dois affirmer que personne n'est autorisé à interpréter l'Écriture contre le consentement unanime des Pères qui affirment la légalité fondamentale de la peine de mort.

Dieu nous éclaire.

b, 4) Médecins et théologiens médiévaux, en particulier s. Thomas d'Aquin.

Au Moyen Âge, rappelle le cardinal Dulles dans la lignée de H. Lio, les principaux canonistes et théologiens ont affirmé la légalité des tribunaux civils pour prononcer la peine de mort pour des crimes très graves comme le meurtre et la trahison ; S. Anselme, s. Albert le Grand s. Bonaventure, art. Thomas d'Aquin et Duns Scot ont soutenu la légalité de la peine de mort en la fondant sur l'autorité de l'Écriture et de la tradition patristique, et ont également fourni des arguments éclairants de la raison.

Saint Bonaventure, dans un sermon sur les préceptes, attaque les manichéens qui déforment la pensée chrétienne sur le commandement interdisant de tuer et rejetant la peine de mort, il répond à leurs erreurs en déclarant que : lorsque le ministre de la loi exécute la peine de mort selon loi (juste), c'est la loi qui tue l'homme pour une cause juste et selon l'esprit de justice, de sorte que le bourreau dans ce cas n'exécute pas par désir de vengeance, mais par amour de la justice.

Le même art. Bonaventure déclare : « Ad illud vero quod obicitur, quod in iudicialibus praecipitur interficere maleficos ; dicendum, quod nulla est ibi contradiction, quia in un prohibetur homicidium innocentis et iusti, in alio praecipitur occisio malefici. In uno etiam prohibetur homicidium ex propria auctoritate, in alio iniungitur ex auctoritate Legis ; et ista duo non habent oppositionem nec repugnantiam."

Saint Thomas, en particulier, auquel le Pape dit se référer dans Amoris Laetitia, écrit à ce propos dans la Summa Theologiae : « Respondeo dicendum quod, sicut dictum est, licitum est occidere animalia bruta inquantum ordinantur naturaliter ad hominum usum, sicut imperfectum ordinatur ad perfectum. Omnis autem pars ordinatur ad totum ut imperfectum ad perfectum. Et ideo omnis pars naturaliter est propter totum. Et propter hoc videmus quod si saluti totius corporis humani expediat praecisio alicuius membres, puta cum est putridum et corruptivum aliorum, laudabiliter et salubriter abscinditur. Quaelibet autem persona singularis comparatur ad totam communitatem sicut pars ad totum. Et ideo si aliquis homo sit periculosus communitati et corruptivus ipsius propter aliquod peccatum, laudabiliter et salubriter occiditur, ut bonum commune conservetur, modicum enim fermentum totam massam corrumpit, ut dicitur I ad Cor. V. » (II-II, q. 64 a. 2 in c.). Donc, si la santé de tout le corps humain exige la coupure d'un membre qui est gangrené ou nuisible au reste de l'organisme, c'est une coupure louable et avec un avantage pour la santé ; mais chaque individu est à la communauté tout entière comme une partie est au tout, comme un membre est au corps tout entier, donc si un homme par ses péchés est dangereux pour la communauté et la corrompt, il est louable et sain de le supprimer, pour la conservation du bien commun; en effet, comme le dit saint Paul (1 Co 5, 6), « un peu de levain fait fermenter toute la pâte ». Toujours l'art. Thomas déclare : « Respondeo dicendum quod, sicut dictum est, occidere malefactorem licitum est inquantum ordinatur ad salutem totius communitatis. Et ideo ad illum solum pertinet cui committitur cura communitatis conservandae, sicut ad medicum pertinet praecidere membrum putridum quand ei commissa fuerit cura salutis totius corporis. Cura autem communis boni commissa est principibus habentibus publicam auctoritatem. Et ideo eis solum licet malefactores occidere, non autem privatis personis. » (I-II, q. 64 a. 3 in c.) Tuer un criminel, comme sa mort est ordonnée au salut de toute la communauté, est un acte moral licite et n'appartient qu'à celui à qui est confié le soin de la sécurité collective.

Dans les "Collationes in decem praeceptis" s. Thomas déclare : « Quidam dixerunt hic prohibitum esse homicidium hominis omnino. Unde homicidas dicunt esse iudices saeculares, qui condamne secundum leges aliquos. Contra quos dicit Augustinus, quod Deus per hoc praeceptum non abstulit sibi potestatem occidendi : unde Deut. XXXII, 39 : ego occidam, et viviam faciam. Est ergo licitum illis ici mandaté Dei occidunt, quia tunc Deus facit. Omnis enim lex mandatum Dei est. Prov. VIII, 15 : per me reges regnant, et legum conditores iusta decernunt. Et apostolus, Rom XIII, 4 : si malum feceris, temps : non enim sine causa gladium portat, Dei enim minister est. Moysi quoque dicitur, Exode. XXII, 18 : maleficos non patieris vivre. Id enim quod licitum est Deo, licitum est et ministris eius, per mandatum ipsius. Constat autem quod Deus non peccat, cum sit auctor legum, infligeant mortem propter peccatum. Rom VI, 23 : salaire sins mors. Ergo nec ministre eius. Est ergo sensus : non occidés. » ("Collationes in decem praeceptis", a. 7)

Certains ont dit qu'il était toujours interdit de tuer l'homme pour lequel les juges séculiers étaient accusés d'être des meurtriers, mais Dieu ne s'est pas ôté le pouvoir de tuer et donc il est licite de tuer par ordre de Dieu, et quiconque tue par ordre de Dieu devient l'instrument par lequel Dieu tue celui qui doit être tué.

Chaque loi divine est un commandement de Dieu, les chefs des nations qui selon la Vérité condamnent les méchants à mort et tuent les méchants sont des ministres de Dieu (Rom 13 : 4). Ce qui est licite à Dieu est licite à ses ministres par mandat de Dieu. Dieu ne pèche pas en infligeant la mort pour le péché (Rom 6,23:XNUMX) donc le ministre de Dieu qui tue par mandat de Dieu ne pèche pas non plus. ne tuera pas par votre autorité.

Un autre texte particulièrement éclairant sur la doctrine thomiste à ce sujet dont nous traitons est le suivant, que nous trouvons dans la Somme contre les Gentils : les choses qu'on voit. , la providence divine a ordonné qu'il y ait sur la terre des hommes qui, avec des peines sensibles et présentes, les forcent à observer la justice. Or, il est évident que de telles personnes ne pèchent pas lorsqu'elles punissent les méchants. En effet : Personne ne pèche en rendant justice. Mais que les méchants soient punis est une chose juste : puisque, comme nous l'avons vu plus haut [c. 140], la culpabilité est réparée par la peine. Les juges ne pèchent donc pas en punissant les méchants. … 5. De même que le médecin vise la santé, qui consiste dans l'harmonie ordonnée des humeurs, de même le dirigeant de l'État vise la paix, qui consiste dans «l'harmonie ordonnée des citoyens» [cf. c. 128]. .. C'est pourquoi aussi le chef de l'État tue les méchants avec justice et sans péché, afin que la paix de l'État ne soit pas troublée. … Car dans la loi qui dit : « Tu ne tueras pas », il ajoute aussi « Ne laisse pas vivre les malfaiteurs » (Ex. XXII, 18). Faisant ainsi comprendre que le meurtre injuste d'hommes est interdit. … Le fait que les méchants puissent s'amender de leur vivant ne signifie pas qu'ils ne peuvent être tués à juste titre : puisque le danger découlant de leur vie est plus grave et plus certain que le bien espéré de leur amendement. » Comme l'art. Thomas, donc, la peine de mort est licite parce que le danger découlant de la vie des méchants est plus grave et plus certain que le bien espéré de leur amendement. Dans un autre texte, l'art. Thomas précise « quicumque non cavet pericula, videtur contemnere id cuius detrimentum pericula induite possunt » (Quodlibet III, q. 4 a. 1 ad 3) celui qui ne prête pas attention aux dangers montre qu'il méprise quels dangers peuvent induire des dommages. Quiconque ne prête donc pas attention au danger que ceux qui ont commis des crimes graves peuvent causer à une communauté montre qu'il méprise la communauté elle-même et la vie de ceux qui peuvent être tués ou gravement endommagés par de tels criminels. La peine de mort est licite parce que le danger dérivant de la vie des méchants est plus grave et plus certain que le bien espéré de leur amendement. Si le système carcéral est vraiment efficace le criminel est mis en prison et le danger, d'une certaine manière, cesse mais s'il n'y a pas un tel système efficace, le danger demeure, et c'est un danger que oui. Thomas le signale comme plus grave et plus certain que son amendement.

Que Dieu nous éclaire et nous fasse comprendre que la charité et avec elle la prudence apportent, comme l'art. Thomas, d'imposer la peine de mort : « C'est pourquoi les lois divines et humaines ordonnent de tuer ces pécheurs, dont on peut attendre plus de mal aux autres que de les amender. Cependant, le juge ne le fait pas par haine envers eux, mais par amour de la charité qui fait préférer le bien public à la vie d'un seul. De plus, la mort infligée par le juge profite aussi au pécheur : si, en fait, il se convertit, sa mort sert à l'expiation de la culpabilité, et s'il ne se convertit pas, sa mort sert à la cessation du mal, donc, en fait, on lui enlève la possibilité de commettre d'autres péchés." L'amour de la charité conduit à infliger la peine de mort dans certains cas pour le véritable bien de la communauté et aussi du délinquant, dans cette ligne la loi divine et humaine ordonne à juste titre d'infliger la peine de mort dans certains cas.

En ce qui concerne la charité, en particulier, en imposant la peine de mort, St. Thomas précise que celui qui exerce la charge de chef de la communauté peut légitimement punir et même tuer les malfaiteurs, alors qu'il les aime avec charité ; explique en fait l'art. Grégoire que les justes exercent une action judiciaire en charité : « Ad decimum dicendum, quod licite potest ille ad quem ex officio pertinet, malefactores punire, vel etiam occidere, eos ex charitate diligendo. Dicit enim Gregorius in quadam homilia, quod iusti persécutionem commovent, sed amantes : quia si foris increpationes per disciplinam exaggerant, intus tamen dulcedinem per caritatem serviteur. » (De virtutibus, q. 2 a. 8 ad 10) trois raisons : « Primo quidem, propter eorum correctionem. Secundo, in quantum aliquorum temporalis prosperitas est in detrimentum alicuius multitudinis, vel etiam totius Ecclesiae... Tertio, ad servandumdinem divinae iustitiae... » (Cfr. De virtutibus, q. 2 a. 8 ad 10)

On peut causer du mal temporel par charité aux malfaiteurs pour trois raisons : (1) les corriger, (2) parce que leur prospérité se fait au détriment d'un peuple ou de l'Église car s'ils grandissent beaucoup sont opprimés, (3) pour préserver l'ordre de la justice divine.

Je précise que selon St. Thomas, d'après ce que nous avons dit, la charité et donc la prudence conduisent à l'acte d'infliger la peine de mort, dans les cas où il est juste de le faire (cf. De virtutibus, q. 2 a. 8 ad 10) ; ne pas accomplir cet acte quand il est juste de le faire reviendrait normalement à commettre une grave imprudence, mettant en danger la communauté et souvent les plus faibles d'entre elle.

De plus, il convient de noter que l'art. Dans le texte que nous venons de voir, Thomas explique quelles sont les véritables fonctions de la punition, c'est-à-dire les fins auxquelles on tend quand, par charité, une punition est infligée à une personne.

Préciser l'art. Thomas dans un autre texte : « Une peine grave est infligée non seulement pour la gravité de la faute, mais aussi pour d'autres motifs. D'abord, à cause de la grandeur du péché : puisqu'un crime plus grand, toutes choses égales par ailleurs, est dû à une peine plus grave. Deuxièmement, à cause de l'habitude de pécher : puisque les hommes ne se détachent facilement de l'habitude de pécher qu'au moyen de fortes douleurs. Troisièmement, à cause de l'intensité de la convoitise ou du plaisir dans le péché : puisque même ces péchés les hommes ne s'en détachent pas sans punitions sévères. Quatrièmement, pour la facilité de commettre le péché et de le cacher : en effet ces péchés, une fois découverts, doivent être punis plus sévèrement, pour effrayer les autres. » Dans le texte que nous venons de voir, saint Thomas insiste d'une manière particulière sur la fonction exemplaire et médicinale de la punition. Au lieu de cela, dans le texte précédent, il a également parlé de la fonction vengeresse de la punition. Il me semble intéressant de noter ici que la peine a, selon la doctrine traditionnelle, suivie de l'art. Thomas, trois fonctions : une fonction vindicative, tendant à rétablir l'ordre rompu et à expier le crime ; une fonction exemplaire visant à dissuader les contrevenants potentiels et à éviter les rechutes dans la délinquance ; une fonction médicinale qui vise à l'amendement du délinquant, à sa "conversion". Cette doctrine a des origines très anciennes et se retrouve également à l'art. Grégoire le Grand (voir Gregorii Magni "Registrum epistularum" l. XII, epistula 11) selon lequel une peine adéquate est exécutée de manière à inclure à la fois une peine proportionnée pour l'auteur et une cause de peur pour ceux qui partagent la sa commande. ". La juste punition est donc, selon St. Grégoire (voir Gregorii Magni "Registrum epistularum" l. VIII, epistula19) une punition pour laquelle l'offense faite à Dieu est réparée et la punition infligée est un exemple qui incite les autres à corriger ". La peine prévue à l'art. Grégoire (cfr. Gregorii Magni « Registrum epistularum » l. IX, epistula 86) a un but : social pour lequel il doit éviter la contagion du mal et doit dissuader de commettre des actions mauvaises ; un but individuel pour lequel c'est un devoir et une punition, de sorte que la punition corrige la culpabilité.

La Bible met également en lumière ce rôle exemplaire du châtiment : « Si un témoin injuste s'élève contre un homme pour l'accuser de rébellion, les deux hommes entre lesquels il y a contestation comparaîtront devant le Seigneur, devant les prêtres et les juges qui seront en fonction A cette époque-là. Les juges enquêteront avec soin, et si le témoin est un menteur et accuse faussement son frère, vous lui ferez ce qu'il pensait faire à son frère. Vous éliminerez le mal parmi vous. D'autres en entendront parler, en auront peur et ne commettront plus une mauvaise action comme celle-ci au milieu de vous. » (Dt 19,15 : 20-XNUMX)

La Bible est le phare qui guide les réflexions des grands théologiens, à sa lumière les grands docteurs que nous avons vus jusqu'ici ont affirmé la légalité de la peine de mort, à sa lumière aussi. Antonin a réaffirmé cette légitimité et a rejeté l'erreur de ceux qui affirment que le précepte biblique interdit de tuer tout homme, même un criminel, et qui appellent les juges et les officiers qui tuent les assassins coupables ; le saint archevêque de Florence, en particulier, s'oppose à l'autorité de S. Augustin et les Écritures, ajoute ensuite que : les juges, tuant les coupables selon l'ordre légal, tuent selon le mandat de Dieu, qui a établi les lois qui ordonnent de tuer les coupables ; Dieu qui a donné l'ordre de ne pas tuer ne s'est pas privé du pouvoir de tuer pour cela, comme il ressort clairement de la Bible, et les juges et les bourreaux qui imposent légalement la peine de mort le font précisément par mandat de Dieu ; le S Bishop cite également la lettre de St. Paul aux Romains chap. 13 pour fonder ses affirmations sur des données bibliques.

b, 5) Autres docteurs et saints plus récents.

Plus tard, de grands docteurs de l'Église tels que St. Roberto Bellarmino et saint Alphonse Maria Liguori ont tranquillement soutenu la légalité de cette peine et avec eux Francisco de Vitoria et Francisco Suárez .

Saint Pierre Canisius, dans son Grand Catéchisme, demande : quand sommes-nous coupables de connivence avec le péché ? Et il répond en disant que nous commettons un tel péché lorsque nous laissons impunément commettre un mal ou aggraver un mal que nous pourrions ou devrions réprimer ou punir avec les moyens propres à notre autorité. C'est le péché des ministres de la justice qui portent l'épée mais ne s'en servent pas, c'est-à-dire qu'ils n'infligent pas la peine de mort quand il le faut, et ainsi ne répriment pas les criminels ou ceux qui excitent les séditions.

Saint Robert Bellarmin affirme qu'il est permis aux magistrats chrétiens de punir par l'épée le trouble à la paix publique et démontre cette légalité des Écritures, des Pères, de la raison et réfute les erreurs de ceux qui nient une telle légalité.

S. Alfonso affirme à propos de la peine de mort « 9. Il n'est pas permis à quiconque de tuer un autre homme, sauf par autorité publique ou pour sa propre défense. Pour l'autorité publique, les condamnés peuvent certainement être tués, ainsi que les proscrits (vulgairement c'était jugé), tant qu'ils restent sur le territoire du prince proscrivant. . "

Le même art. Docteur d'un autre ouvrage : « Pour deux raisons seulement il est permis de tuer son prochain, pour l'autorité publique, et pour sa propre défense : pour l'autorité publique, qui condamne à mort les malfaiteurs aux mains des bourreaux ; et donne également la permission à tout le monde de tuer les hors-la-loi…. Ici, il convient de noter 1. que les clercs, même s'ils sont juges, ne peuvent pas condamner d'autres personnes à mort ; eux seuls peuvent confier un tel pouvoir aux laïcs, s'ils l'ont. Il convient de noter que chaque juge doit laisser aux condamnés à mort le temps de se confesser ainsi que de recevoir la communion (N. 2.). De plus, il est permis de tuer l'agresseur injuste pour défendre sa vie, lorsqu'il n'y a pas d'autre moyen de se défendre ; donc s. Thomas (10. 2. q. 2. a. 64) avec l'autre dd. communément, comme exprimé au chap. Oui vrai, 7. dé envoyé. excomm., où il est écrit : Cum vim vi repellere omnes leges, omniaque iura permittant etc. Cela n'empêche pas non plus de dire que la vie spirituelle du prochain doit être préférée à sa propre vie temporelle ; puisque (comme Petrocorense et les autres auteurs répondent couramment) cela ne se produit que lorsque le voisin est dans l'extrême nécessité de la vie ; par exemple, nous sommes tenus, même au péril de notre vie, de baptiser un enfant qui est en danger proche de mourir sans baptême ; mais il ne court pas, lorsque l'agresseur s'expose volontairement au danger de mourir et de se nuire, car alors sa mort est entièrement attribuée à sa volonté et à sa malice. »

Dans "L'éducation au peuple" s. Alphonse affirme : « … comme alors au voisin, il n'est permis de tuer un autre homme que pour trois raisons : pour l'autorité publique, pour sa propre défense et pour la juste guerre. Pour l'autorité publique il est licite, en effet c'est l'obligation des princes et des juges de condamner les coupables à la mort qu'ils méritent, et c'est l'obligation des bourreaux d'exécuter la sentence. Dieu lui-même veut que les malfaiteurs soient punis."

Je souligne encore avec toute la force que je ne dis pas ici, et l'Église n'a jamais dit non plus, que la peine de mort est toujours légale mais que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves elle est légale. Nous savons tous très bien que dans de nombreux ou très nombreux cas les puissants tuent leurs adversaires en se couvrant du manteau de la "justice" par des procès contrôlés et des condamnations à mort injustes et que ce sont souvent les plus faibles et les plus sans défense qui sont condamnés à mort justement parce qu'ils n'ont pas pu se défendre efficacement en procès etc.; La sagesse chrétienne est certes très consciente de tout cela… mais elle est aussi consciente du fait que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves la peine de mort est légale, comme nous le voyons.

c) Enseignements magistériels et pontificaux sur la peine de mort

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Les Papes, pratiquement jusqu'à Benoît XVI, ont pacifiquement accepté la légalité de la peine de mort dans certains cas.

La légitimation opérée par la Bible concernant la peine de mort a été pleinement reconnue par le Magistère pontifical et dans un texte de S. Innocent I dans la lettre à Exsuperius, de l'an 405, nous lisons: «La question se pose de ceux qui après le baptême étaient des administrateurs publics et n'ont utilisé que des instruments de torture ou même prononcé la peine de mort. Nous ne lisons rien à leur sujet tel que défini par les anciens. Il faut se rappeler que de tels pouvoirs étaient accordés par Dieu et que, pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il était indiqué que le ministre de Dieu punit de cette manière (Rm 13, 1. 4) Comment pourraient-ils condamner un comportement qui ont-ils vu a été accordée par l'autorité de Dieu? A leur égard, nous continuons donc à nous réglementer comme nous l'avons été jusqu'à présent, afin qu'il ne semble pas que nous renversions la discipline ou que nous allions à l'encontre de l'autorité du Seigneur. Il leur est réservé de rendre compte de toutes leurs actions."

Le texte de l'art. Innocent I doit être bien analysé, il affirme avant tout qu'Innocent suit la Tradition, et suit l'Ecriture (Rm 13) ; de tels pouvoirs, explique le pape, ont été accordés par Dieu et que, pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il a été indiqué que le ministre de Dieu punit de cette manière (Rm 13: 1. 4). Comment pouvaient-ils condamner, les prédécesseurs d'Innocent, un comportement qu'ils voyaient comme ayant été accordé par l'autorité de Dieu ? Par conséquent, ils n'avaient rien défini contre ceux qui, après le baptême, étaient des administrateurs publics et n'utilisaient que des instruments de torture ou même prononçaient la peine de mort. L'expression que rien n'avait été défini ne doit pas être entendue en général à l'égard de ces personnes mais dans le sens que rien n'avait été défini contrairement à elles, aucune condamnation n'avait été portée contre elles, au contraire une discipline avait été établie au moins dans les grandes lignes ., que l'art. Innocent I suit, ce qui leur permet de continuer leur vie dans la communauté ecclésiale.

Mais que dire des affirmations d'un synode de Rome (Synode romain aux évêques des Gaules, (Epître V, 13, PL XIII, 1190) selon lesquelles les magistrats qui ont exercé leur mandat et ont envoyé à mort ne peuvent être exempts de péché ? même texte de la Patrologie latine précise (PL XIII, p. 1180, V ; note e, p. 1190 ;) qu'il s'agit ici de personnes qui devaient être élevées au ministère épiscopal dans l'Église et explique que ces personnes parlent aussi à propos du pape saint Innocent Ier dans sa lettre II, celle écrite à Vittricius (PL 20, 472), dans laquelle, au n. 2, il affirme, dans la lignée de saint Sirice, que ceux qui après le baptême auront " reçu la ceinture de milice », c'est-à-dire qu'ils auront fait partie de l'armée, ne doivent pas être admis à faire partie du clergé.

Les affirmations d'Innocent Ier et de Sirius, tous deux saints, sont en accord évident si l'on considère qu'Innocent est devenu pape environ 2 ans après la mort de Sirius et que donc il connaissait très bien les affirmations de ce dernier et savait très bien quelle était la discipline qui a été observée durant son pontificat.

Léon le Grand, le pape, a déclaré de manière significative à propos de l'impiété des priscilliens « Merito Patres nostra… instanter egere, ut impius furor ab universa Ecclesia pelleretur : quand etiam mundi principes ita hanc sacrilegam amentiam detestati sunt, ut auctorem eius (scl. Priscillianum) cum plerisque discipulis legum publicarum ense prosternerent. Videbant enim omnemjugiorum copulam solvi simulque divinum ius humanumque subverti, si huiusmodi hominibus usquam living cum such profession licuisset. Profuit diu ista districtio ecclesiasticae lenitati, quae etsi sacerdotali contenta iudicio, cruentas refugit ultiones, severis tamen christianorum principum constitutionibus adiuvatur, dum ad spiritale nonnumquam recurrunt remedium, qui timent caporale supplicium. ... "

Il est clair ici que Léon le Grand affirme non seulement la légalité de la peine de mort mais loue les pouvoirs publics qui l'ont utilisée pour réprimer l'hérésie de Priscillien. Je me souviens que Léon le Grand n'est pas seulement un Père mais un Docteur de l'Église et Pape ! Ses paroles sont donc particulièrement précieuses.

Ces paroles ont été reprises au IIIe concile du Latran peu avant l'anathème contre les Albigeois : « … comme l'a dit le bienheureux Léon [I], etc. "(Can. 27). (Voir COD p.224).

Le pape Simplicius, en 478, recommanda à l'empereur Zénon de mettre à mort les assassins des évêques ; ces tueurs sacrilèges, selon le Pontife, sont dignes de périr au moyen de ces tourments, avec de telles douleurs l'Église et l'Empire trouveront le repos, avec eux les faveurs divines seront attirées vers l'Empire.

La même justification est donnée par Pélage Ier, dans une lettre au duc d'Italie, lorsque le Pontife affirme qu'il ne faut pas penser que c'est un péché de punir les évêques réfractaires, en fait il est établi par des lois divines et humaines que les désordres de la paix et de l'unité de l'Église doivent être réprimés par le pouvoir civil, et c'est le plus grand service qu'on puisse rendre à la religion.

Honorius Ier reconnaît toujours ce pouvoir et exige que l'auteur d'un viol reçoive la peine de mort, que cette peine ne soit pas retardée, et qu'elle soit notifiée au plus grand nombre.

Dunot lui-même, dans le même article que je viens de citer, affirme que saint Grégoire le Grand, pape, enseigne la légitimité de la peine de mort dans plusieurs de ses lettres, reconnaissant que les crimes graves méritent un tel châtiment. Dans un cas, parlant des violences infligées à Mgr Janvier de Malaga, il dit que : la loi punit l'auteur d'une telle insulte de la peine de mort. (Lett. XIII, 49) Dans une lettre à une reine (Lett. VIII, 4), il l'exhorte à réparer les offenses faites à Dieu en punissant de la peine de mort les adultères, les voleurs et les responsables d'autres actes dépravés pour dont elle est pourvue pour cette peine    Je me souviens que la peine juste est, selon l'art. Grégoire, une punition pour laquelle : l'offense faite à Dieu est réparée, un exemple est offert qui incite les autres à ne pas commettre le mal, la faute est corrigée. La peine prévue à l'art. Grégoire (cf. Gregorii Magni « Registrum epistularum » l. IX, epistula 86) a un but social et un but individuel ; la finalité sociale est celle pour laquelle elle doit éviter la contagion du mal et doit dissuader de commettre de mauvaises actions ; la fin individuelle est ce pour quoi elle est un devoir et une punition, de sorte que la punition corrige la culpabilité.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Saint Nicolas Ier dans sa réponse aux Bulgares entre autres il affirme que : quant à ceux qui ont égorgé leur parent il est bon que les lois respectables trouvent leur application mais si les coupables se sont réfugiés dans l'église, ils sont arrachés à la mort promise par les lois. Évidemment, cela signifie que des lois respectables prévoyaient la peine de mort pour ceux qui tuaient leurs parents par le sang et le pape Nicolas accepte qu'elles s'appliquent, demandant seulement que les coupables soient épargnés de la mort s'ils se réfugiaient à l'église. Saint-Nicolas n'était donc pas radicalement opposé à la peine de mort ! … Et il ne s'est pas prononcé radicalement contre la peine de mort ; comment pourrait-il le faire, en revanche, si Rom 13 :4, comme nous l'avons vu, est très clair en accordant aux gouvernants le droit de tuer les méchants ?

Les affirmations de St. Nicolas Ier a été considéré par certains comme un témoignage d'opposition à la peine de mort, Nicolas Ier serait une sorte d'abolitionniste du IXe siècle... Les choses sont bien différentes si l'on considère ce que j'ai dit plus haut et si l'on considère aussi ce que Tradition catholique affirmée jusqu'alors, comme nous l'avons vu. La tradition, comme on le voit, affirmait clairement que la peine de mort était légale. Aucun auteur de l'époque n'a tenu compte des affirmations de S. Nicola aux Bulgares parce qu'en réalité, comme mentionné, ils ont suivi la Tradition et affirmé la légalité de la peine de mort. Nicolas Ier n'a pas protesté contre les condamnations à mort prononcées par les rois chrétiens de l'époque, mais il est évident qu'elles ont été prononcées… en fait, Nicolas Ier ne s'est pas opposé à la légalité de la peine de mort. Les affirmations de St. Nicolas Ier n'a pas conduit à l'opposition à la peine de mort à Rome, en Italie ou ailleurs ... simplement parce qu'ils ne s'opposaient pas à la peine de mort ... L'idée que l'art. Nicolas est un abolitionniste, une idée apparaît qui est née lorsque certains catholiques abolitionnistes ont cherché à prendre pied pour leurs affirmations dans la Tradition ... malheureusement, cependant, dans ce cas, ils ont trouvé un faux pied ...

Urbain II, dans un décret adressé à l'évêque de Lucques, légitimait une condamnation à mort non encore prononcée judiciairement ; il n'appelle pas meurtre celui de ceux qui, dans l'ardeur de leur zèle pour leur mère, la sainte Église, ont mis à mort les excommuniés, mais demande qu'ils reçoivent une pénitence adéquate, le texte est tiré de Gratien

Dans cette lignée, le pape Innocent III en 1199, avec le Decretale Vergentis établit un parallèle entre hérétiques et coupables de trahison, et écrit que selon les sanctions légitimes, les coupables de trahison sont punis de mort, d'autant plus que les hérétiques qui offensent Jésus-Christ doivent être séparés de notre tête qui est le Christ.

Le Pontife lui-même réaffirmera encore la légitimité de cette peine capitale en ordonnant aux disciples de Pietro Waldo, qui cherchaient à se réconcilier avec l'Église, d'accepter explicitement la doctrine catholique sur la légalité de la peine de mort : « De potestate saeculari asserimus, quod sine sin mortali potest iudicium sanguinis exercere, dummodo ad inferendam vindictam non haine, sed iudicio, not incaute, sed consulte procedat " . Ce qui signifie essentiellement ceci : le pouvoir séculier peut, sans péché mortel, exercer le jugement de sang, c'est-à-dire imposer la peine de mort, à condition qu'en infligeant la peine il ne procède pas par haine, mais avec raison, avec prudence, sans imprudence. Le fait qu'Innocent III ait inclus la légalité de la peine de mort parmi les vérités auxquelles les Vaudois devaient expressément croire pour entrer dans la communion de l'Église catholique montre que cette vérité était évidemment considérée comme une partie importante de la doctrine de l'Église.

Brugger dans son texte sur la peine de mort rapporte également une lettre d'Innocent III à Durando écrite en juillet 1209 dans laquelle le Pontife affirme que c'est une erreur d'affirmer que le pouvoir séculier ne peut, sans péché mortel, condamner quelqu'un à mort.

Les Papes Lucius III   Innocent III , Grégoire IX et Boniface VIII ils adoptèrent des décrétales, passées en législation universelle, qui prévoyaient de placer l'hérétique au pouvoir du bras séculier pour le châtiment ; la punition qu'ils ont indiquée pour ce crime était la peine de mort pour la crémation. Au-delà de toute autre considération concernant les sanctions pour le crime d'hérésie et les crimes similaires, cela indique clairement qu'il est permis à la doctrine catholique d'infliger la peine de mort dans certains cas.

Boniface VIII venait menacer de sanctionner les autorités temporelles qui ne procédaient pas sans délai (indilando) à l'exécution des hérétiques ; le Pontife lui-même décida d'abandonner les assassins des cardinaux au bras séculier afin que ces assassinats soient punis de mort.

Le décret Furatur , paraphrasant l'Exode (21, 16), il affirme que quiconque est reconnu coupable d'un enlèvement et qui a vendu la personne enlevée est mis à mort.

En 1215, lors du IV Concile de Latran (XII Œcuménique), le canon Excommunimus fut adopté, qui ordonna l'abandon des hérétiques condamnés "aux pouvoirs séculiers" (Const. 3) ... avec pour conséquence l'imposition de la peine de mort (COD p. 233 ss. .) ce texte passera dans les décrétales de Grégoire IX .

Pour avoir plus de clarté sur le châtiment des hérétiques à cette époque, il me semble intéressant de rapporter ce texte qui traite du châtiment réservé aux hérétiques par la législation de Frédéric II : « La norme fédéricienne établissait d'abord que les hérétiques condamnés par l'Église et assigné au jugement séculier étaient punis animadversione due, un euphémisme qui indiquait désormais techniquement la peine capitale. Si, par crainte de la mort, le coupable avait décidé de rentrer dans l'orthodoxie, il n'en aurait pas moins été puni de la prison perpétuelle, comme l'établit le décret de 1231, reprenant à son tour un canon du concile de Toulouse de 1229 (chapitre 11 , in Mansi, vol. 23, coll. 191-205). La peine de mort était infligée non seulement aux hérétiques, mais aussi aux aides et à ceux qui, après avoir abjuré par peur de la mort, étaient revenus à l'hérésie. »

Une résolution égale à celle du IV Concile de Latran sera adoptée par le Concile de Constance contre les wyclifites (cf. COD p. 414ss) et les Hussites (cf. COD p. 429, condamnation de Hus).

Parmi les sentences condamnées par le concile de Constance dans la doctrine de Wicleff il y a celle pour laquelle cet hérétique se montre opposé à la remise des hérétiques au bras séculier en fait il affirme que Dieu ne peut pas approuver qu'on soit civilement jugé ou civilement condamné (cf. . COD p . 425, n° 44)

Parmi les sentences condamnées dans la doctrine de Hus par le Concile de Constance figure celle pour laquelle cet hérétique se montre opposé à la remise des hérétiques au bras séculier (cf. COD p. 430, n.14)

Selon Seppelt Martin V n'a jamais formellement validé les décrets du Concile de Constance, cette validation a plutôt été effectuée par Eugène IV en 1446 avec la réserve : « sans préjudice de la loi, de la dignité et de la prééminence du Siège Apostolique ». (FX Seppelt- G. Schwaiger "Histoire des Papes" Ed. Mediterranee, Rome 1964 v. III p. 186)

Martin V accepta cependant les décrets du concile de Constance ; C. Bianca déclare : « La pleine adhésion aux décrets du concile qui l'avait élu est attestée par la bulle du 22 février. 1418 avec lequel Martin V réaffirme conjointement la condamnation de John Wyclif, Jan Hus et Girolamo da Praga. »

R. De Mattei précise : "Martin V, élu "vrai" Pape à Constance le 11 novembre 1417, dans la bulle Inter cunctas du 22 février 1418, reconnut le caractère œcuménique du Concile de Constance et de tout ce qu'il avait décidé dans les ans, bien qu'avec une formule génériquement restrictive : « in favorm fidei et salutem animarum » Le texte de Hefele Histoire des Conciles d'après les documents originaux , traduit en français et publié dans une édition de 1876, déclare que Martin V a obtenu cette reconnaissance grâce à un questionnaire qu'il voulait présenter aux personnes soupçonnées d'hérésie. À propos de ce questionnaire, Hefele déclare : "Comme nous avons vu, les évêques et les inquisiteurs devaient demander à tout suspect s'il croyait que le concile général, et nommément celui de Constance, supposait l'Église universelle, et s'il regardait ce que le dit concile, représentant l'Église universelle, avait approuvé et approuvé in favorm fidei et salutem animarum, comme devant être observé par tous les fidèles chrétiens, etc. (Article 5) " Les évêques et les inquisiteurs devaient demander à tout homme soupçonné d'hérésie s'il croyait que le Concile de Constance représente l'Église et s'il considérait les décrets du Concile, rendus « in favorm fidei et salutem animarum », comme obligatoires pour tous les fidèles chrétiens. Cela signifiait évidemment que ce concile de Constance et ses documents étaient accueillis par l'Église et devaient être acceptés par les fidèles. Avec ce document, donc, Martin V réaffirme la doctrine de ce Concile sur la légalité de la peine de mort et la renforce car dans ce questionnaire pour examiner la doctrine professée par les personnes soupçonnées de wyclifisme et de hussisme, on demandait explicitement à la personne interrogée si elle croyait en possibilité pour les prélats de faire appel au bras séculier et donc de se voir infliger la peine de mort. Une telle question est extrêmement significative de l'importance de cette question dans la doctrine catholique ; si ce n'était pas important, et très important, il n'aurait certainement pas été donné à ces gens de reconnaître leur catholicité. Au fond Martin V reconnaît pleinement la doctrine selon laquelle il est possible de condamner à mort un hérétique et condamne à son tour comme hérétiques ceux qui n'acceptent pas cette doctrine.

Une décision du concile œcuménique de Vienne de 1311-1312 , condamne la coutume de refuser le sacrement de la confession aux condamnés à mort ; les Pères conciliaires souhaitaient évidemment que les condamnés à mort puissent avoir recours à ce sacrement avant la peine de mort, cette réglementation universelle avait été précédée par d'autres, locales, aux VIIe et IXe siècles, comme le can. 27 du Concile de Mayence en 847 (Mansi v. 14 p. 910ss) Ici l'abus condamné n'est pas la peine de mort, mais le refus d'apporter des remèdes spirituels au condamné. Le pape exhorte les magistrats et les seigneurs temporels à affirmer la possibilité pour les condamnés à mort de se confesser et de recevoir la communion.

Léon X, en 1520, incluait également ceci parmi les erreurs de Luther : « Que les hérétiques soient brûlés est contre la volonté de l'Esprit ». Au-delà de toute autre considération concernant les sanctions pour le crime d'hérésie et les délits similaires, cette déclaration indique clairement qu'il est permis à la doctrine catholique d'infliger la peine de mort dans certains cas. L'erreur pour laquelle Luther nie que la peine de mort pour hérésie puisse être infligée rentre dans les erreurs signalées ainsi par Léon X : nous avons vu que ces mêmes erreurs ou articles ne sont pas catholiques, et ne doivent pas être crus comme tels, mais que ils sont contraires à la doctrine de l'Église catholique et à la Tradition, surtout à l'interprétation vraie et commune des Écritures divines… en fait des mêmes erreurs ou de quelques-unes il ressort clairement que la même Église, qui est gouvernée par la Sainte Esprit, se trompe et s'est toujours trompé.

De plus, ajoute Léon X, dans le même document : « Praefatos omnes et singulos articulos seu errores tamquam, ut praemittitur, respective haereticos, aut scandalosos, aut falsos, aut piarum aurium offensivos, vel simplicium mentium seductivos, et veritati catholicae obviantes, damnamus, reprobamus, atque omnino reicimus. »

Ce qui signifie que "... de l'avis et du consentement des mêmes vénérables Nos frères, après mûre délibération sur chacun des articles précités, par l'autorité de Dieu Tout-Puissant et des bienheureux apôtres Pierre et Paul et des Nôtres nous condamnons et reprenons et rejettent chacun et chacune les articles et erreurs précités, respectivement hérétiques, scandaleux, faux, offensants pour les oreilles pieuses, capables de séduire l'esprit des simples et contraires à la vérité catholique ; et nous déclarons et définissons que par tous les chrétiens, des deux sexes, ils doivent être tenus pour condamnés, réprimandés et rejetés. »   Ainsi l'erreur de Luther concernant la peine de mort pour les hérétiques se retrouve dans ce groupe d'erreurs dont il est dit : par l'autorité de Dieu Tout-Puissant et des bienheureux apôtres Pierre et Paul et Notre nous condamnons et reprenons et rejetons tous et individus les articles précités et les erreurs, respectivement hérétiques, scandaleuses, fausses, offensantes pour les oreilles pieuses, capables de séduire l'esprit des simples et contraires à la vérité catholique ; et nous déclarons et définissons que par tous les chrétiens, des deux sexes, ils doivent être tenus pour condamnés, réprimandés et rejetés.

Le Catéchisme romain enseignait la légalité de la peine de mort : « Une autre catégorie de meurtres autorisés est celle qui relève des pouvoirs des magistrats qui ont la faculté de condamner à mort. Cette faculté, exercée selon les normes légales, sert à réprimer les fauteurs de troubles et à défendre les innocents. En l'appliquant, les magistrats non seulement ne sont pas coupables de meurtre, mais, au contraire, obéissent d'une manière supérieure à la loi divine, qui interdit de tuer, puisque le but de la loi est la protection de la vie et de la tranquillité humaines. Or les décisions des magistrats, justiciers légitimes des crimes, visent précisément à garantir la tranquillité de la vie civile, par la répression punitive de l'audace et de la délinquance. David a dit : « Aux premières heures du jour, j'ai supprimé tous les pécheurs du territoire, afin d'éliminer de la ville de l'Éternel tous ceux qui commettent l'iniquité » (Ps 100,8). Pour les mêmes raisons, ceux qui, pendant une guerre juste, non mus par la cupidité ou la cruauté, mais uniquement par l'amour du bien public, prennent la vie de leurs ennemis pendant une guerre juste ».

De même, le Catéchisme Majeur de Saint Pie X (troisième partie, n. 413) enseignait la légalité de cette peine : « 413 Q. Y a-t-il des cas où il est permis de tuer son prochain ? A. Il est permis de tuer son voisin quand on combat dans une guerre juste, quand on exécute par ordre de l'autorité suprême la sentence de mort sous peine de quelque crime ; et enfin quand il s'agit de la défense nécessaire et légitime de la vie contre un agresseur injuste. »

Le pape Léon XIII a écrit dans "Pastoralis Officii", une lettre encyclique de 1881 : "Il est bien établi que les deux lois divines, à la fois celle qui a été proposée avec la lumière de la raison, et celle qui a été promulguée avec des écrits divinement inspirés , interdire à quiconque, de la manière la plus absolue, de tuer ou de blesser un homme en l'absence d'un juste motif public, à moins d'y être contraint par la nécessité de défendre sa vie. »

Je signale que jusqu'en 1870 les exécutions capitales ont été exécutées dans l'État pontifical, ce qui indique évidemment que la doctrine de la légalité de la peine de mort était parfaitement acceptée par les Souverains Pontifes. Dunot écrit que la dernière preuve de la légitimité de la peine de mort est la pratique des papes souverains ; ce n'est qu'une justification indirecte, précise le professeur français, mais il est évident que si cette peine était contraire à l'Evangile, il n'aurait pas eu le droit de cité dans l'Etat pontifical. La peine de mort était prévue et appliquée par les différents papes jusqu'à l'abolition de l'État pontifical en 1870. Les papes appliquaient la peine de mort dans l'État pontifical et le Code pénal du Saint-Siège prévoyait la peine de mort jusqu'en 1962 pour ceux qui tentaient tuer le pape.

Évidemment, tout cela a été fait dans la certitude absolue que cette punition était légitime, compte tenu des indications bibliques et patristiques claires ainsi que des affirmations des saints Docteurs.

Léon X a donné au gouverneur de la ville le pouvoir de prendre des mesures contre les criminels et aussi de leur imposer la peine de mort. [Etsi pro, 1514, in Bull. , t. 5, p. 615 ; ] Jules III prévoyait la peine de mort pour les détenteurs d'exemplaires non purgés du Talmud de leurs prétentions négatives contre le Christ [Cum sicut, 1554, in Bull. , t. 6, p. 482] Paul IV le prévoyait pour les procurations [Volens seleeribus, 1558, in Bull., T. 6, p. 538.] etc. ; Cyrille Dounot dans son article « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église » Revue Catholica 16.10.2018 il cite divers autres crimes qui, sur la base de décisions papales, prévoyaient la peine de mort.

Pie XI dans Casti Connubii affirmait : « Et, avec une légèreté suprême, ce pouvoir découle, contre les innocents, du droit de l'épée, qui n'est valable que contre les coupables ; le droit de défense, jusqu'au sang, contre l'agresseur injuste n'a pas non plus lieu ici (qui, en effet, appellerait une créature innocente un agresseur injuste ?) ; ce ne peut pas non plus être, en aucune façon, le droit qu'ils disent "droit d'extrême nécessité", et qui peut aller jusqu'au meurtre direct d'innocents. " Le droit de l'épée, c'est la peine de mort qui ne s'applique qu'aux coupables, bien entendu.

Le pontife qui a le plus traité le sujet est Pie XII. À plusieurs reprises, le pape Pacelli a repris l'enseignement de l'Église sur la peine de mort.

Dans un discours du 22 février 1944, il dit : « Mais même en cette matière, la clé de toute solution est donnée par la foi en un Dieu personnel, qui est la source de la justice et s'est réservé le droit de vie et de mort. Rien d'autre que cette foi ne servira à conférer la force morale d'observer les limites dues face à tous les écueils et tentations de les franchir ; sachant qu'à l'exception des cas de légitime défense privée, de guerre juste et menée avec de justes méthodes, et de la peine de mort prononcée par l'autorité publique pour des crimes très graves bien déterminés et avérés, la vie humaine est intangible. "

Pie XII lui-même, jugeant la peine de mort parfaitement légale dans certains cas, dit encore dans un discours du 12 novembre 1944 : « Le cinquième commandement - Non occides (Exode 20, 13) -, cette synthèse des devoirs concernant la vie et l'intégrité du corps humain est fertile en enseignement, tant pour le professeur titulaire de la chaire universitaire que pour le médecin praticien. Tant qu'un homme n'est pas coupable, sa vie est intangible, et donc tout acte tendant directement à la détruire est illégal, que cette destruction soit destinée à une fin ou seulement comme un moyen pour une fin, qu'il s'agisse d'une vie embryonnaire ou dans sa plénitude, développement qui touche maintenant à sa fin. De la vie d'un homme, non coupable d'un crime passible de la peine de mort, Dieu est le seul seigneur !"

Dans le même discours on lit aussi : « Ici aussi la raison et la foi tracent les frontières entre les droits respectifs de la société et de l'individu. … Pas d'elle, mais dans le Créateur lui-même, il a droit sur son propre corps et sur sa vie, et devant le Créateur il répond de l'usage qu'il en fait. Il en résulte que l'entreprise ne peut directement le priver de ce droit, tant qu'il ne s'est pas rendu passible d'une telle privation d'un crime grave et proportionné. »

Et dans un discours prononcé devant les chirurgiens l'année suivante, le pape lui-même déclara : "... à moins qu'un homme ne soit coupable d'un crime méritant la peine de mort, Dieu seul, aucun pouvoir sur terre, peut disposer de sa vie." Ce que nous pouvons traduire ainsi : à moins qu'un homme ne soit coupable d'un crime qui mérite la peine de mort, seul Dieu peut disposer de la vie.

Plus loin, Pie XII, a affirmé : « Aun dans le cas de l'ejecución de un condenado a muerte, el Estado no dispose du derecho de l'individu a la vida. Entonces está reservado al poder público privar al condenado del "bien" de la vida, en expiación de su falta, después de que, por su crimen, él se ha desposeído de su "derecho" a la vida."  Ce qui signifie essentiellement : même lorsqu'il s'agit de l'exécution d'un condamné à mort, l'État n'a pas le droit de l'individu à la vie. Il est alors réservé à la puissance publique de priver le condamné du bien de la vie, en réparation de sa faute, après qu'il s'est déjà privé de son droit à la vie par son crime.

Évidemment, la peine de mort ne doit être appliquée que lorsque l'on est sûr de la capacité réelle de comprendre et de vouloir et de la responsabilité réelle du coupable ; Pie XII disait dans un discours du 5 décembre 1954 : « Selon les cas, le juge ne manquera pas de consulter des spécialistes renommés sur la capacité et la responsabilité de l'auteur présumé et de tenir compte des résultats des examens modernes psychologiques, psychiatriques et sciences caractérologiques. Si malgré toutes ces inquiétudes, un doute important et sérieux subsiste, aucun juge de conscience ne procédera à une condamnation, surtout lorsqu'il s'agit d'une peine irrémédiable, comme la peine de mort. "

Benoît XVI, bien qu'il ait affirmé que « l'attention des dirigeants de la société sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour parvenir à l'abolition de la peine de mort »  ... et que "vos délibérations peuvent encourager des initiatives politiques et législatives, promues dans un nombre croissant de pays, pour éliminer la peine de mort et poursuivre les progrès substantiels accomplis pour adapter le droit pénal à la fois aux besoins de la dignité humaine des détenus et à la "maintien effectif de l'ordre public". … A cependant laissé intact le Catéchisme qui, comme on le voit, au n. 2267, dans son édition typique fixée par l'art. Jean-Paul II, avec la grande aide du cardinal Ratzinger, qui devint plus tard le pape Benoît XVI, a affirmé la légalité de la peine de mort dans certains cas.

On verra mieux plus loin ce qu'il dit à cet égard s. Jean Paul II mais en attendant il me semble important de préciser que la peine de mort ne nie pas la dignité de l'homme mais affirme notamment la nécessité de se défendre des méchants, plus précisément elle affirme la nécessité de se défendre du danger ils posent à la communauté. Cela a été clairement énoncé par le Catéchisme de l'Église catholique dans l'editio typica réalisée à l'époque de St. Jean-Paul II au n. 2267..

Dans la lignée de l'art. Thomas et de toute la Tradition sont également allés à Evangelium Vitae où il a déclaré: "Il est clair que, précisément pour atteindre tous ces objectifs, l'étendue et la qualité de la punition doivent être soigneusement évaluées et décidées, et ne doivent pas atteindre l'extrême mesure de répression du contrevenant sauf cas de force majeure, c'est-à-dire lorsque la défense de l'entreprise n'était pas possible autrement. »

La saine morale affirme l'inviolabilité de l'innocent mais pas l'inviolabilité du coupable, le coupable n'est pas inviolable en fait la légitime défense, que même le pape François accepte, dit clairement que celui qui attaque la vie peut être tué des autres .

En conclusion, l'affirmation de la légalité de la peine de mort dans certains cas est évidente dans le Magistère bimillénaire de l'Église, d'autre part l'engagement à défendre la vie humaine contre l'usage excessif de la peine de mort est évident surtout dans les récentes décennies.

d) Autres documents et déclarations récents particulièrement significatifs sur la légalité de la peine de mort.

Le cardinal Ratzinger interrogé sur la question de la peine de mort dans le Catéchisme de l'Église catholique a déclaré : « Il y a un dynamisme, qui ne s'écarte pas de l'enseignement de 2000 ans, mais en même temps souligne que ce n'est que dans les cas d'extrême gravité cette pénalité peut être appliquée. Le Catéchisme donne une grande responsabilité aux mêmes autorités d'évaluer la gravité du crime et de voir si le but moral est réalisable sans la peine de mort. Dans ce cas, il est obligatoire de suivre la voie sans effusion de sang. Le Catéchisme donne donc l'idée d'une évolution qui s'éloigne de plus en plus de la peine de mort ». Le même, pratiquement, a également dit Mgr. Coléoptères barrant clairement la voie à ceux qui, incroyablement, voulaient affirmer que le Catéchisme en question niait la légitimité de la peine de mort (voir R. Tamanti "La peine de mort" Cittadella Editrice, Assise, 2004 pp. 169s)

En 2004, le Conseil Pontifical Justice et Paix, avec la pleine approbation du Pape, a publié le "Compendium de la Doctrine Sociale de l'Église", nous y lisons au n. 405 : "L'Église voit comme un signe d'espérance" l'aversion de plus en plus répandue de l'opinion publique pour la peine de mort, ne serait-ce que comme instrument de "légitime défense" sociale... Bien que l'enseignement traditionnel de l'Église n'exclue pas - assumant la pleine vérification de l'identité et de la responsabilité du coupable - la peine de mort "alors que c'était le seul moyen viable de défendre efficacement la vie des êtres humains contre l'agresseur injuste", (Catéchisme de l'Église catholique, 2267) le non-sanglant les méthodes de répression et de punition sont préférables car "elles répondent mieux aux conditions concrètes du bien commun et plus conformes à la dignité de la personne humaine" (Catéchisme de l'Église catholique, 2267) ... les cas où il est absolument nécessaires pour réprimer le contrevenant "sont désormais très rares, voire pratiquement inexistantes". ... "

La doctrine traditionnelle est donc pleinement confirmée même s'il existe une forte tendance à l'abolition pratique de la peine de mort compte tenu des mesures de sécurité efficaces actuelles qui, dans de nombreux cas, rendent le délinquant pratiquement inoffensif.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Le cardinal Dulles conclut son examen de la Bible et de la Tradition concernant la peine de mort par ces mots : « En résumant le verdict de l'Écriture et de la Tradition, nous pouvons recueillir quelques points fermes de la doctrine. Il est convenu que le crime mérite d'être puni dans cette vie et pas seulement dans l'autre. En outre, il a été convenu que l'État a le pouvoir d'appliquer des peines adéquates aux personnes reconnues coupables de crimes et que, dans les cas graves, ces peines peuvent inclure la peine de mort. »

Comme nous l'avons vu en 2000 ans l'Église n'a jamais dit que cette peine était contraire à l'Évangile, mais au contraire les Papes et les saints Docteurs, qui avaient le Saint-Esprit, ont clairement affirmé que c'était selon l'art. Gospel.

Le cardinal Dulles ajoute une précision importante : « L'opposition croissante à la peine de mort en Europe après les Lumières est allée de pair avec une baisse de la confiance dans la vie éternelle. ... et conclut : "Les évêques américains, pour leur part, avaient déjà déclaré dans leur déclaration majoritaire de 1980 que" dans les conditions de la société américaine contemporaine, les buts légitimes de la peine ne justifient pas l'imposition de la peine de mort ". Depuis lors, ils sont intervenus à plusieurs reprises pour demander la clémence dans des cas particuliers. Comme le pape, même les évêques n'excluent pas complètement la peine capitale, mais affirment qu'elle n'est pas justifiable telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui aux États-Unis.

En parvenant à cette conclusion prudentielle, le magistère ne change pas la doctrine de l'Église. La doctrine reste ce qu'elle était : que l'État, en principe, a le droit d'imposer la peine de mort aux personnes reconnues coupables de crimes très graves. "

La peine de mort n'est pas légale, selon la sagesse chrétienne, là ou tant que le système pénitentiaire est réellement efficace, mais elle reste légale là ou quand il n'y a pas de système carcéral efficace, elle reste légale, par conséquent, en cas de guerre lorsque de tels un prisonnier du système saute ou manque complètement; le recours à la peine de mort reste légitime quand c'est le seul moyen viable de défendre efficacement la vie des êtres humains contre l'agresseur injuste.

e) Déclarations importantes de cardinaux et d'évêques qui réaffirment la légalité de la peine de mort même après la modification du n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique.

Après les affirmations du pape François, divers intellectuels, théologiens et en particulier divers pasteurs ont réaffirmé la doctrine traditionnelle qui affirme la légalité de la peine de mort. Les déclarations du cardinal Müller, préfet émérite de la Congrégation pour la doctrine de la foi figurent dans cette ligne. . qui, à une question sur la révision du Catéchisme effectuée par le Pontife actuellement en place pour rendre la peine capitale "inadmissible", a répondu en disant : "Nous sommes contre les exécutions, mais en théorie nous ne pouvons absolument pas les nier, si l'on regarde l'historique de la discussion sur ce sujet. … Et l'impression n'est pas bonne que le Pape, s'il veut le faire, puisse simplement changer le catéchisme. Où sont les limites ? Le magistère n'est pas au-dessus de la parole de Dieu, mais au-dessous d'elle et la sert (Dei Verbum, 10). ...

Elle était justifiée en tant que développement du dogme, mais la peine de mort n'a rien à voir directement avec le dogme. C'est une vérité naturelle qui appartient à l'éthique naturelle de l'État. Elle n'est pas matérielle relative à la révélation de la vérité et au salut de tous par Dieu."

Cardinaux et évêques sont également intervenus sur la question et ont récemment fait une importante « Déclaration… » dans laquelle ils affirment, entre autres : « 28. Conformément à l'Écriture Sainte et à la tradition constante du Magistère ordinaire et universel, l'Église n'a pas commis d'erreur en enseignant que le pouvoir civil peut légitimement appliquer la peine de mort aux malfaiteurs là où cela est vraiment nécessaire pour préserver l'existence ou le juste ordre de la société. . »

Ainsi, malgré les affirmations du pape François, la peine de mort reste légitime dans certains cas, comme l'Église l'a toujours enseigné.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

f) La légalité de la peine de mort est affirmée par la loi naturelle et confirmée par la Bible.

Bessette et Feser dans leur livre sur la peine de mort déclarent : "La loi naturelle, selon une définition typique, consiste en des jugements universels, pratiques et obligatoires de la raison, connaissables par tous les hommes comme les obligeant à faire le bien et à éviter le mal, et découverts par la droite raison de la nature de l'homme adéquatement considérée. »

La loi naturelle est donc constituée par les jugements obligatoires universels et pratiques de la raison, connus de tous les hommes comme obligeant à faire le bien et à éviter le mal, et découverts par la juste raison par la nature de l'homme adéquatement considérée.

Comme nous l'avons dit plus haut, H. Lio dans un article profond qu'on peut lire dans « Dictionarium morale et canonicum », Officuum Libri Catholici, Agence catholique du livre, Romae, 1966, III p. 677ss stipule que les lois du to. Les testaments qui imposaient la peine de mort pour certains crimes n'étaient pas simplement des lois positives des Juifs mais des "leges quae interpretabantur legem naturalem", c'est-à-dire des lois qui expliquaient la loi naturelle. Le célèbre moraliste franciscain précise dans cette ligne que tous les théologiens prennent habituellement comme argument pour démontrer la légalité intrinsèque de la peine de mort le consensus général de toutes les nations pour imposer cette peine ; quiconque veut nier la légalité d'une telle peine en vertu de la loi naturelle doit également rejeter l'argument tiré du consentement de tous les peuples; si la légalité de la peine de mort était une doctrine connue uniquement par révélation divine, elle ne devrait appartenir qu'à ceux qui ont fait l'objet d'une révélation divine spéciale, comme les juifs et les chrétiens, au lieu de cela, elle est le patrimoine de tous les peuples ... donc cela fait partie de la loi naturelle.

J. Leclerq a également affirmé que la légalité de la peine de mort est affirmée par le droit naturel ("Leçons de Droit Naturel." Wesmael-Charlier, Namur 1946, IV 89) comme l'affirme G. Concepts dans son texte "Peine de mort" éd. Piemme 1993, p. 112.

Ce qui a été dit par H. Lio et Leclerq a été réitéré par le Cardinal Müller, comme on le voit dans le paragraphe précédent « … la peine de mort n'a rien à voir directement avec le dogme. C'est une vérité naturelle qui appartient à l'éthique naturelle de l'État. Ce n'est pas matériel relatif à la révélation de la vérité et au salut de tous par Dieu.… Mais nous avons aussi des vérités naturelles : l'Église se bat pour les droits de l'homme, par exemple, mais les droits humains naturels n'appartiennent pas à la révélation surnaturelle. »

Saint Thomas affirme que : du fait que le bien est présenté comme une fin à atteindre et le mal comme une chose contraire, la raison reconnaît comme bien, et donc à faire, toutes les choses vers lesquelles l'homme a une inclination naturelle et contraire il les reconnaît comme mauvaises et à éviter (cf. I-II q. 94 a. 2 in c.).

La loi naturelle, expliquent Bessette et Feser, est "naturelle" à la fois dans le sens où elle n'est pas créée par l'homme, ayant une force contraignante qui découle de la nature même des choses avant toute connaissance ou détermination par un législateur humain ; à la fois en ce sens qu'il n'est pas surnaturel mais distinct de l'ordre de la grâce et connaissable, en principe, de la raison, sans révélation divine spéciale.

Dieu a inséré la loi naturelle dans les esprits humains, afin qu'elle soit connue naturellement, et avec cette insertion, il l'a promulguée.

La loi, selon St. Thomas, est une ordination (ordinatio) de la raison pour le bien commun, promulguée par quiconque a la garde d'une communauté. Le mot ordination me semble mieux exprimer ce qu'il dit. Thomas pris, en particulier, dans le sens de donner de l'ordre, de l'ordre, de la disposition régulière La loi ordonne, règle.

Saint Paul affirme l'existence de la loi naturelle (Rom 1,19-20), dans leur cœur les païens ont cette loi, établie par Dieu (Rom 2,14-15)

Léon XIII affirmait : « C'est pourquoi la loi est un guide pour l'homme dans l'action, et avec des récompenses et des châtiments, elle l'incite à bien faire et l'éloigne du péché. Souveraine sur tout : telle est la loi naturelle, écrite et gravée dans l'âme de tout homme, puisque ce n'est autre que la raison humaine qui nous ordonne d'agir avec droiture et nous interdit de pécher. En effet, cette norme de la raison humaine ne peut avoir force de loi que parce qu'elle est la voix et l'interprète d'une raison supérieure, à laquelle notre esprit et notre liberté doivent être soumis. »

Saint Paul VI affirmait : "... même la loi naturelle est une expression de la volonté de Dieu, son accomplissement fidèle est également nécessaire pour le salut éternel des hommes".

Selon Bessette et Feser, l'argument fondamental du droit naturel pour la légitimité de la peine capitale est en principe très clair et peut être résumé comme suit :

1. Les criminels méritent d'être punis.

2. Plus la transgression est grave, plus la punition méritée est sévère.

3. Certains crimes sont si graves qu'aucune peine inférieure à la mort ne serait proportionnelle à sa gravité.

4 Par conséquent, les délinquants coupables de tels crimes méritent la mort.

5. Les autorités publiques ont le droit, en principe, d'infliger la peine qu'elles méritent aux contrevenants.

6 Par conséquent, les autorités publiques ont le droit, en principe, d'infliger la peine de mort aux personnes coupables de crimes plus graves.

Saint Thomas montre clairement dans la « Summa contra gentiles » (Somme contre les gentils) du livre III au chapitre CXLVI comment la loi naturelle affirme que les juges ont le pouvoir de punir et d'infliger la mort aux malfaiteurs ; en effet, sur la base d'une réflexion précise, ancrée dans les principes de la juste raison, il affirme la légitimité de la peine de mort. Cette peine est juste dans certains cas et la raison humaine elle-même la reconnaît.

Le raisonnement de l'art. Thomas est dans le sens où : le plan divin prévoit la récompense des bons et la punition des méchants, la culpabilité est réparée par la punition ; pour le bien des hommes il faut que les méchants soient punis ; le bien commun est plus important que le bien particulier d'un individu, donc même les dirigeants tuent à juste titre les hommes mauvais, pour maintenir la paix dans l'État.

Je souligne que dans ces affirmations de l'art. Doctor inclut également l'idée que la peine de mort empêche le criminel de commettre d'autres crimes et plus généralement de nuire à la communauté et en ce sens la peine de mort rentre dans le cadre de la légitime défense qu'évidemment la loi naturelle énonce clairement.

Saint Thomas conclut ses affirmations en indiquant comment la loi naturelle affirme la légitimité de la peine de mort en citant quelques textes bibliques : 1 Cor. 5,6, Rm 13, 4, 1 Pierre 2,13.

Ces textes bibliques, donc, selon St. Thomas contiennent la loi naturelle selon laquelle il est permis aux dirigeants d'infliger des peines et aussi d'infliger la peine de mort ; d'autre part, ils confirment du haut de la révélation surnaturelle la vérité qu'il est permis dans certains cas d'infliger la peine capitale.

Il s'agit donc de préceptes moraux affirmés par la loi naturelle et confirmés par la loi révélée, nous avons longuement parlé, au-dessus de ces préceptes quand nous avons traité de la loi naturelle et de son rapport avec la loi révélée.

g) L'origine divine de la puissance publique et les peines qu'elle peut justement imposer.

Disons tout d'abord que, comme l'a affirmé H. Giudice : « En los diversos escritores cristianos de los cinco primeros siglos se consensus en reconocer el origen divino de la autoridad civil y por lo tanto para obedecer las leyes justas. Fuera de las aplicaciones injustas, la justification du système pénal est enracinée dans la nécessité de freiner la violence. Según Ireneo, l'existencia del pecado hizo necesario el ejercicio de la autoridad punitiva. Para el Crisóstomo this institución no only está ligada al pecado fino que hace a la concepción del orden." Chez les différents écrivains chrétiens des cinq premiers siècles, il existe un consensus pour reconnaître l'origine divine de l'autorité civile et donc pour obéir à des lois justes. En dehors des applications injustes, la justification du système pénal réside dans la nécessité d'arrêter la violence. Selon l'art. Irénée, l'existence du péché rendait nécessaire l'exercice de l'autorité punitive. Pour Chrysostome, cette institution n'est pas seulement liée au péché mais aussi à la conception de l'ordre.

Ces déclarations du Juge paraissent d'une extrême importance... Je le répète : chez les différents écrivains chrétiens des cinq premiers siècles il y a consensus pour reconnaître l'origine divine de l'autorité civile... Je vous invite à réfléchir profondément sur ce point.. .

On retrouve les mêmes affirmations, mais développées, dans le texte de Brugger : « Si l'on admet deux présupposés patristiques, à savoir que le pouvoir politique est divinement institué et qu'inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les malfaiteurs, alors l'idée que l'exercice du pouvoir politique le pouvoir est incompatible avec l'appartenance à la communauté spéciale de Dieu, l'Église, souffre d'une tension évidente. »

Deux indications patristiques doivent être gardées à l'esprit : le pouvoir politique est divinement institué, inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les criminels. Ces deux présupposés éliminent pratiquement l'idée que l'exercice du pouvoir politique et donc de la peine de mort est incompatible avec l'appartenance à l'Église. Le pouvoir de l'État est institué par Dieu et par Dieu, il a le droit de tuer les malfaiteurs, de sorte que la peine de mort est légale dans certains cas.

Évidemment, les Pères de l'Église ont reconnu cette origine divine basée sur la Bible, qui dit précisément, comme le dit le Catéchisme de l'Église catholique, que l'autorité est requise par l'ordre moral et vient de Dieu (cf. Catéchisme de l'Église catholique n. 1899) ; ce passage du Catéchisme cite deux textes bibliques : (1) le célèbre texte de St. Paul pour qui : « Tout le monde est soumis aux autorités établies ; car il n'y a d'autorité que par Dieu et ceux qui existent sont établis par Dieu. Ainsi, quiconque s'oppose à l'autorité s'oppose à l'ordre établi par Dieu. Et ceux qui s'y opposent attireront sur eux la condamnation. (Rm 13,1 : 2-2) ; (1) le texte de la première lettre de Pierre selon laquelle : « Vivez soumis à toute autorité humaine pour l'amour du Seigneur : à la fois au roi comme souverain, et aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir les malfaiteurs et récompenser ceux qui font du bien. Car telle est la volonté de Dieu : qu'en faisant le bien, vous fermiez votre bouche à l'ignorance des insensés, comme des hommes libres, utilisant la liberté non comme un voile pour couvrir la méchanceté, mais comme des serviteurs de Dieu. Honorez tous, aimez vos frères, craignez Dieu, honore le roi." (2,13 Pt 17 : XNUMX-XNUMX.)

Cette doctrine ressort également des textes de l'Ancien Testament

Dans le livre de Proverbes 8, nous lisons : « Par moi les rois règnent et les princes prennent des décrets justes ; par moi les chefs gouvernent et le grand règne avec justice. »

Dans Proverbes 24, nous lisons : "Mon fils, crains l'Éternel et le roi, et ne te mêle pas des rebelles, car soudain leur châtiment s'élèvera et la ruine sera envoyée par ceux qui le savent ?"

Dans le livre de la Sagesse, au chap. 6 nous lisons : « Écoute donc, ô roi, et cherche à comprendre ; apprenez, ô dirigeants de toute la terre. Faites attention, vous les dirigeants des peuples, qui êtes fiers de régner sur de nombreuses nations. Le Seigneur vous a donné le pouvoir et l'autorité du Très-Haut; il examinera vos œuvres et scrutera vos desseins : bien que vous ayez été ministres de son royaume, vous n'avez pas gouverné avec droiture, ni observé la loi, ni conduit selon la volonté de Dieu. »

L'origine divine de l'autorité est un fait qui ressort clairement de l'Ecriture Sainte et que l'Eglise a toujours reconnu.

Léon XIII a déclaré : « Et puisqu'aucune société ne peut subsister sans quelqu'un qui est à la tête de tous et qui pousse chacun, d'une impulsion efficace et cohérente, vers un but commun, il s'ensuit que la coexistence civile exige une autorité que les gouvernements : et cela , un peu comme la société, vient de la nature et donc de Dieu lui-même. Il s'ensuit que la puissance publique par elle-même ne peut venir que de Dieu, Dieu seul, en effet, est le Seigneur absolu et suprême des choses, à qui tout ce qui existe doit se soumettre et honorer : de sorte que quiconque investi du droit d'empire ne reçoit de quiconque autre que Dieu, le plus grand Prince de tous. Il n'y a de puissance que de Dieu (Rm 13,1)."

Comme le dit le Compendium de la doctrine sociale de l'Église catholique au n. 380 : « La soumission, non pas passive, mais pour des raisons de conscience (cf. Rm 13,5, 13,1), au pouvoir établi répond à l'ordre établi par Dieu. Saint Paul définit les relations et les devoirs des chrétiens envers les autorités (cf. .Rom. 7-12,17). ... L'Apôtre n'a certainement pas l'intention de légitimer tout pouvoir, mais plutôt d'aider les chrétiens « à faire le bien devant tous les hommes » (Rm 13,4, 1), même dans les relations avec l'autorité, dans la mesure où c'est au service de Dieu pour le bien de la personne (cf. Rm 2,1, 2 ; 3,1 Tm 13,4, 1-2,13 ; Tt 1, 2,14) et « pour la juste condamnation de ceux qui font le mal » (Rm 1, 2,17). Saint Pierre exhorte les chrétiens à être "soumis à toute institution humaine pour l'amour du Seigneur" (1 P 2,15, XNUMX). Le roi et ses gouverneurs ont pour tâche de "punir les malfaiteurs et récompenser les bons" (XNUMX P XNUMX, XNUMX). Leur autorité doit être « honorée » (cf. XNUMX Pt XNUMX, XNUMX), c'est-à-dire reconnue, car Dieu exige une conduite droite, qui ferme « la bouche à l'ignorance des insensés » (XNUMX P XNUMX, XNUMX). ... "

Il faut obéir, selon la vérité, à ces autorités civiles en les honorant et en les respectant, comme le dit le Catéchisme au n. 1900 : « Le devoir d'obéissance oblige chacun à rendre à l'autorité les honneurs qui lui sont dus et à entourer les personnes qui exercent leur fonction de respect et, selon leur mérite, de reconnaissance et de bienveillance.

Il faut aussi prier pour les gouvernants, le Catéchisme de l'Église catholique (cf. Catéchisme de l'Église catholique n.1900) nous rappelle que S. Paul nous exhorte à prier pour les dirigeants : "Je recommande donc, avant tout, que nous posions des questions, des supplications, des prières et des remerciements pour tous les hommes, pour les rois et pour tous les puissants, afin que nous puissions mener une vie calme. et calme, digne et dévoué à Dieu. C'est une chose belle et agréable aux yeux de Dieu, notre sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité." (1 Timothée 2, 1ss)

Le Catéchisme parle donc de : "... la plus ancienne prière de l'Église pour l'autorité politique : (Cf déjà 1 Tm 2,1-2.)"

Cette prière a été écrite par St. Clément et demande à Dieu de donner aux dirigeants la paix, l'harmonie, etc. afin qu'ils puissent exercer avec sagesse la tâche que Dieu lui-même leur a conférée (cf. San Clemente Romano, Epistula ad Corinthios, 61, 1-2 : SC 167, 198-200 (Funk 1, 178-180).) "( Catéchisme de l'Église catholique n.1900)

Évidemment, l'autorité doit agir selon la loi divine : « L'autorité ne tire pas sa propre légitimité morale d'elle-même. (Catéchisme de l'Église catholique 1902)

Saint Thomas a affirmé que les lois humaines sont vraiment des lois et des règles dans la mesure où elles sont à leur tour réglées par la droite raison et donc par Dieu qui est la Loi éternelle. De Dieu qui est Loi éternelle, Règle suprême, la loi humaine puise sa force dans cette lignée. Dans la mesure où les lois humaines s'écartent de la raison et donc de la Loi Éternelle, elles sont injustes, elles sont plutôt une forme de violence et donc ne réalisent pas la notion de loi.

Léon XIII affirmait : « Mais dans tout type d'État, les princes doivent avant tout garder le regard fixé sur Dieu, souverain suprême du monde, et se proposer comme modèle et norme dans le gouvernement de la communauté. … Dieu… voulait qu'un pouvoir souverain existe dans la société civile, dont les gardiens refléteraient en quelque sorte l'image du pouvoir divin et de la providence divine sur l'humanité. L'exercice du pouvoir doit donc être juste, non en maître, mais presque paternel, puisque le pouvoir de Dieu sur les hommes est suprêmement juste et imprégné de la bienveillance paternelle ; elle doit être exercée en vue du bénéfice des citoyens, puisque celui qui détient le pouvoir gouverne avec cette seule tâche, de protéger le bien des citoyens. »

Le Catéchisme de l'Église catholique précise également que l'État peut et doit, dans certains cas, imposer des peines proportionnées à la gravité du crime : « L'autorité publique légitime a le droit et le devoir d'infliger des peines proportionnées à la gravité du crime. . "(Catéchisme de l'Église catholique 2266)

Comme l'explique bien le Compendium de l'Église catholique : « L'État a la double tâche de réprimer les comportements contraires aux droits de l'homme et aux règles fondamentales d'une coexistence civile, ainsi que de remédier, par le système des sanctions, au désordre causé par l'acte criminel."

Comme nous l'avons vu plus haut, la peine a, selon la doctrine traditionnelle, suivie de l'art. Thomas, trois fonctions : une fonction vindicative, tendant à rétablir l'ordre rompu et à expier le crime ; une fonction exemplaire visant à dissuader les contrevenants potentiels et à éviter les rechutes dans la délinquance ; une fonction médicinale qui vise à l'amendement du délinquant, à sa "conversion". Cette doctrine a des origines très anciennes et se retrouve également à l'art. Grégoire le Grand (voir Gregorii Magni "Registrum epistularum" l. XII, epistula 11) selon lequel une peine adéquate est exécutée de manière à inclure à la fois une peine proportionnée pour l'auteur et une cause de peur pour ceux qui partagent la sa commande. La juste punition est donc, selon St. Grégoire (voir Gregorii Magni "Registrum epistularum" l. VIII, epistula19) une punition pour laquelle l'offense faite à Dieu est réparée et la punition infligée est un exemple qui incite les autres à corriger . La peine prévue à l'art. Grégoire (cf. Gregorii Magni « Registrum epistularum », l. IX, epistula 86) a un but : (1) social pour lequel il doit éviter la contagion du mal et doit dissuader de commettre des actions mauvaises ; (2) individu pour qui c'est un devoir et une punition, de sorte que la punition corrige la culpabilité. (

Le but de la peine est multiple, confirme le Compendium de la doctrine sociale de l'Église : « La peine ne sert pas uniquement à défendre l'ordre public et à assurer la sécurité des personnes : elle devient aussi un instrument de correction des coupables, un correction qui assume également la valeur morale d'expiation lorsque le coupable accepte volontairement sa peine (cf. Catéchisme de l'Église catholique n.2266). "

Le Catéchisme de l'Église catholique affirme dans cette ligne que la peine :

1) a principalement un but réparateur ;

2) a pour but défensif les personnes et l'ordre public ;

3) a un but médicinal ;

4) s'il est accepté volontairement, il a valeur d'expiation (cf. Catéchisme de l'Église catholique n.2266)

Dunot déclare dans cette ligne : « De manière classique, trois fonctions sont attribuées à la peine : une fonction vindicative, tendant à restaurer l'ordre lésé, à faire expier le crime ; une fonction exemplaire, cherchant à dissuader la récidive, à intimider le délinquant potentiel ; une fonction médicinale, visant à améliorer le coupable, à son redressement. »

La peine a donc : une fonction vindicative, tendant à rétablir l'ordre rompu et à expier le crime ; une fonction exemplaire et défensive visant à dissuader les contrevenants potentiels et à éviter les rechutes dans la délinquance ; une fonction médicinale qui vise à l'amendement du délinquant, à sa "conversion".

h) Précisions sur la légalité de la réclusion à perpétuité, que le pape François conteste.

Nous voyons l'attaque du pape contre la réclusion à perpétuité déjà en 2014 lorsque le pape François a affirmé : « Et cela, je le relie à la réclusion à perpétuité. Depuis peu, dans le code pénal du Vatican, il n'y a plus de peine à perpétuité. La réclusion à perpétuité est une peine de mort cachée. »

Le Pape François a encore dit : "... le Magistère de l'Église considère que les condamnations à perpétuité, qui enlèvent la possibilité d'une rédemption morale et existentielle, en faveur du condamné et en faveur de la communauté, sont une forme de peine de mort cachée . "

Cette attaque du pape François contre la réclusion à perpétuité a également eu lieu en 2019 : « Tant que les erreurs du passé sont corrigées, l'espoir pour l'avenir ne peut être effacé. La réclusion à perpétuité n'est pas la solution des problèmes - je le répète : la réclusion à perpétuité n'est pas la solution des problèmes - mais un problème à résoudre. Car si l'espoir est enfermé dans la cellule, il n'y a pas d'avenir pour la société. Ne vous privez jamais du droit de recommencer !"

Dans un autre discours, dans ce sens, le pape a demandé : "... repenser sérieusement la prison à vie".

Le pape a ajouté : « Emportez avec vous cette image des fenêtres et de l'horizon, et assurez-vous que dans vos pays les prisons, les prisons, aient toujours une fenêtre et un horizon, même une condamnation à perpétuité, ce qui pour moi est discutable, même une condamnation à perpétuité devrait avoir un horizon. »

Ainsi le Pape, qui a déclaré la peine de mort inadmissible, nie pratiquement la légitimité même de la réclusion à perpétuité… même la réclusion à perpétuité serait, dans cette ligne, contraire à l'Evangile, comme la peine de mort.

Même le Pape affirme dans cette ligne que le Magistère de l'Église « croit que les condamnations à perpétuité » sont inadmissibles... précisément parce qu'elles seraient une forme cachée de peine de mort.

Cela me semble être une autre erreur manifeste.

Nous voyons et nous verrons de plus en plus que la légalité de la peine de mort est une vérité qui appartient à la loi divine et que le Magistère bimillénaire de l'Église n'a jamais nié la légalité de cette peine dans cette ligne. n'a jamais affirmé l'inadmissibilité de la réclusion à perpétuité. Si la peine de mort est légale, la réclusion à perpétuité l'est encore plus. Même la condamnation à la réclusion à perpétuité apparaît comme une erreur manifeste du Pape François qui n'a rien à voir avec le Magistère de l'Église, avec le Christ Maître et avec la loi divine.

Que Dieu nous éclaire mieux et libère son Église des erreurs que propage le Pape François.

i) Précisions sur la légitime défense, la guerre juste et la peine de mort.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

La saine interprétation biblique réalisée par l'Église, dont nous avons déjà parlé ci-dessus, affirme à travers le Catéchisme de l'Église catholique n. 2263 : "La légitime défense des personnes et des sociétés ne constitue pas une exception à l'interdiction de tuer un innocent, qui consiste en un meurtre volontaire." Saint Thomas explique qu'en exerçant sa légitime défense personnelle, l'homme peut provoquer deux choses : la préservation de sa vie et la mort de l'agresseur (cf. II-II, q. 64, a. 7, c ).

Les individus et les communautés peuvent se défendre et cette défense peut entraîner la mort de l'agresseur.

Dans l'Evangelium Vitae s. Jean-Paul II, après avoir examiné le cinquième commandement (ne pas tuer) à la lumière de toute l'Écriture et après avoir mis en évidence comment les premiers chrétiens envisageaient des peines très sévères pour les meurtres, affirme que : « Sans aucun doute, la valeur intrinsèque de la vie et le devoir pour se faire aimer non moins qu'aux autres, ils établissent un véritable droit à l'autodéfense. Le même précepte exigeant de l'amour des autres, énoncé dans l'Ancien Testament et confirmé par Jésus, suppose l'amour de soi-même comme terme de comparaison : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mc 12, 31). Nul ne peut donc renoncer au droit de se défendre par manque d'amour pour la vie ou pour soi-même, mais seulement en vertu d'un amour héroïque, qui approfondit et transfigure l'amour-propre lui-même, selon l'esprit des béatitudes évangéliques (cf. Mt 5, 38-48) dans le don de soi radical dont le Seigneur Jésus lui-même est un exemple sublime. »

Comme nous l'avons vu plus haut, dans l'horizon biblique et la bonne interprétation biblique, la légitime défense est légitime, donc nous ne sommes pas en dehors de la Bible ou contre la Bible lorsque nous affirmons la légalité de la légitime défense, mais nous sommes dans la Bible, dans la sagesse biblique , dans la bonne interprétation biblique… et donc nous sommes dans l'Evangile, dans la sagesse évangélique et dans la bonne interprétation de l'Evangile; nous ne sommes donc pas hors de la Bible ou contre la Bible lorsque nous affirmons la licéité, dans le cadre de la légitime défense, de tuer l'agresseur injuste mais nous sommes dans la Bible, dans la sagesse biblique, dans la bonne interprétation biblique... et donc nous sommes dans l'Evangile, dans la sagesse évangélique et dans la juste interprétation de l'Evangile...

Dans cette ligne de juste interprétation biblique, il convient de rappeler que la légitime défense, comme le précise Evangelium Vitae lui-même, dans le passage qui vient d'être cité, ne concerne pas seulement nous-mêmes mais aussi les personnes qui nous sont confiées, donc elle concerne aussi les dirigeants de la communauté et les personnes qui leur sont confiées ; en plus d'être un droit, la légitime défense est un devoir pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui. Le Catéchisme de l'Église catholique affirme en 2265 : « La légitime défense, en plus d'un droit, peut aussi être un devoir grave pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui. La défense du bien commun exige que l'agresseur injuste soit mis en état d'innocuité. »

Dans cette ligne d'interprétation biblique juste, il faut se rappeler qu'il y a aussi une guerre juste, menée en légitime défense.

Le Compendium de la Doctrine sociale de l'Église affirme au n. 500 : « Une guerre d'agression est intrinsèquement immorale. Dans le cas tragique où elle se déchaîne, les dirigeants d'un Etat attaqué ont le droit et le devoir d'organiser la défense même en utilisant la force des armes. (Catéchisme de l'Église catholique n. 2265) L'usage de la force, pour être licite, doit répondre à certaines conditions rigoureuses : « - que le dommage causé par l'agresseur à la nation ou à la communauté des nations soit durable, grave et certain ; - que tous les autres moyens d'y mettre fin se sont avérés irréalisables ou inefficaces ; - qu'il existe de bonnes conditions de réussite ; - que l'usage des armes ne cause pas de maux et désordres plus graves que le mal à éliminer. Dans l'évaluation de cette condition, la puissance des moyens modernes de destruction joue un rôle majeur. Ce sont les éléments traditionnels listés dans la doctrine dite de la « guerre juste ». L'évaluation de ces conditions de légitimité morale appartient au jugement prudent de ceux qui ont la responsabilité du bien commun". (Catéchisme de l'Église catholique, n° 2039)"

Dit l'art. Alphonse concernant la guerre juste : « … à propos de hostes in bello justo liceat ea omnia facere, quae ad finem belli sunt nécessaire, v. gr. occidere, desoliare, etc. : innocentes tamen (quo nomine intelliguntur pueri qui arma gestare non possunt, mulieres, senes, religieux, clercs, pèlerins, mercatores et rustici) directe vita spoliari non possunt. »

En ce qui concerne les ennemis, il est permis, dans une guerre juste, de faire tout ce qui est nécessaire à la fin de la guerre, c'est-à-dire tuer, dépouiller, etc. l'innocent, cependant, ne peut pas être tué.

Or, dans le cas d'une guerre juste, c'est-à-dire d'une guerre de légitime défense, il peut se présenter des situations où la nation qui se défend légitimement doit, au cours de cette guerre, frapper des personnes armées, des convois armés, des véhicules armés ennemis, etc. qu'ils ne sont pas ses agresseurs actuels mais seulement potentiels ; réfléchissons au cas, p. ex. , que cette nation frappe des troupes armées qui se dirigent vers le front de guerre mais n'y sont pas encore arrivées et n'ont pas commencé à tirer sur ceux qui se défendent légitimement... Cela doit nous faire comprendre que, dans le cadre de la guerre juste, il est permis d'attaquer ceux qui , parmi les ennemis, il est un danger sérieux, c'est-à-dire qu'il est un agresseur potentiel sérieux même s'il n'est pas l'agresseur réel.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Le discours de la guerre juste nous aide à mieux entrer dans le champ de la peine de mort car il nous présente des cas où il faut frapper des personnes dangereuses même si elles ne nous attaquent pas en ce moment... dans le cas de la peine de mort , la peine de mort n'est pas infligée aux personnes qui sont les agresseurs actuels de quelqu'un mais aux personnes qui ont causé des dommages graves et qui sont des agresseurs potentiels ; Je précise à ce propos que certains criminels peuvent aussi attaquer leurs geôliers et donc même en prison ils sont un danger actuel...

Evangelium Vitae présente la légalité de la peine de mort comme une vérité étroitement liée à la légitime défense et qui ressort de la Bible et de sa saine interprétation.

Evangelium Vitae affirme dans la lignée de l'Evangile et de la Tradition : « 56. Le problème de la peine de mort se place aussi dans cet horizon... L'autorité publique doit être victorieuse de la violation des droits personnels et sociaux en imposant une réparation adéquate pour le crime, comme condition pour être réadmis à l'exercice de sa liberté. ... Il est clair que, précisément pour atteindre tous ces objectifs, l'étendue et la qualité de la peine doivent être soigneusement évaluées et décidées, et ne doivent pas atteindre l'extrême étendue de la répression du délinquant, sauf en cas de nécessité absolue , c'est-à-dire lorsque la défense de la société n'était pas possible autrement. ... En tout état de cause, le principe indiqué par le nouveau Catéchisme de l'Église catholique reste valable, selon lequel "si les moyens non sanglants suffisent à défendre des vies humaines contre l'agresseur et à protéger l'ordre public et la sécurité des personnes, la les limitera à ces moyens, puisqu'ils répondent mieux aux conditions concrètes du bien commun et sont plus conformes à la dignité de la personne humaine ". (2267)"

S'il n'est pas possible de rendre un criminel reconnu comme auteur de crimes graves certainement inoffensif avec des systèmes pénitentiaires adéquats, il est licite de le réprimer pour défendre la communauté des dommages graves que sa méchanceté pourrait lui causer ; Je signale que précisément dans une telle situation, le chef de la communauté qui maintiendrait en vie un tel criminel mettrait la communauté en danger et manquerait à son devoir de la protéger. Une communauté n'est pas vraiment protégée en ne bloquant même avec leur mort que les agresseurs actuels, il faut en fait bloquer adéquatement, même avec la mort, si nécessaire, même ceux qui sont un réel danger pour la communauté. Tout comme il est juste d'incarcérer efficacement un criminel pour empêcher la communauté de répéter ses crimes, il est juste de tuer un criminel dangereux, au cas où il ne pourrait pas être effectivement incarcéré, pour empêcher la communauté de répéter ses crimes.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Comme on le voit, le problème qui ressort de ce qui vient d'être dit est le problème du danger que le criminel fait courir à la collectivité s'il ne peut effectivement l'emprisonner... l'autorité civile est tenue de protéger l'ordre public et la sécurité des non seulement par les agresseurs actuels mais aussi par ceux qui, sur la base de leurs crimes, sont considérés comme de réels dangers pour la communauté et en ce sens sont des agresseurs potentiels ...

La prudence exige que la personne ou l'autorité se prémunisse efficacement des dangers et donc non seulement des agresseurs actuels mais aussi des agresseurs potentiels, c'est-à-dire de ceux qui constituent un grave danger pour l'avenir...

Une imprudence grave serait pour un parent de laisser un enfant aller dans une zone où il y a des lions dangereux et mal gardés, une imprudence grave serait pour un parent de laisser une belle fille partir la nuit avec peu de protection parmi les violeurs connus, imprudence grave elle est celui des gouvernants qui, incapables d'incarcérer efficacement des criminels dangereux, les laissent vivre dans des prisons mal gardées dans lesquelles ils peuvent tuer des gardiens de prison ou d'autres prisonniers et dont ils peuvent s'évader assez facilement pour continuer leur travail criminel.

La prudence qui nous conduit à fuir la prochaine occasion de pécher, c'est-à-dire une situation dangereuse en ce qu'elle nous conduit au péché, nous conduit également à éviter que nous et les personnes dont nous sommes responsables de la vie soient en grave danger.

En particulier, c'est la prudence, partie intégrante de la prudence, qui nous conduit à éviter les dangers : « Parmi les maux que l'homme doit éviter, certains surviennent dans la majorité des cas. Et ceux-ci peuvent être embrassés par la raison. Et la prudence est ordonnée contre eux, pour les éviter complètement, ou pour les rendre moins nuisibles. D'autres, en revanche, arrivent rarement et par hasard. Et ceux-ci, étant infinis, échappent à la raison, et l'homme ne peut s'en protéger efficacement : quoique la prudence prépare l'homme à subir moins durement les coups de la fortune." L'expérience montre que certains criminels qui ont commis des crimes graves ont une tendance particulière à les commettre à nouveau, ils sont un danger pour la communauté. Gravement téméraire est le dirigeant qui, ne disposant pas d'un système pénitentiaire efficace et sûr, met en prison des criminels dangereux pour la communauté. Dans un autre texte, l'art. Thomas précise « quicumque non cavet pericula, videtur contemnere id cuius detrimentum pericula induite possunt » (Quodlibet III, q. 4 a. 1 ad 3) celui qui ne prête pas attention aux dangers montre qu'il méprise quels dangers peuvent induire des dommages. Quiconque ne prête donc pas attention au danger que certains criminels peuvent causer à une communauté, montre qu'il méprise la communauté elle-même et la vie de ceux qui peuvent être tués ou gravement endommagés par de tels criminels. La charité rend les gouvernants prudents et prudents parce qu'elle les conduit à aimer, dans le Christ, la communauté qu'ils dirigent et donc à ne pas l'exposer à des dangers clairement prévisibles.

Une communauté n'est pas vraiment protégée en ne bloquant que les agresseurs actuels même avec leur mort, il faut en fait bloquer adéquatement, même avec la mort, si nécessaire, même ceux qui sont un réel danger pour la communauté. Tout comme il est juste d'incarcérer efficacement un criminel pour empêcher la communauté de répéter ses crimes, il est juste de tuer un criminel dangereux, au cas où il ne pourrait pas être effectivement incarcéré, pour empêcher la communauté de répéter ses crimes.

Certains peuvent penser que le fait que le criminel puisse se convertir doit nous conduire à ne pas appliquer la peine de mort... mais en réalité même ceux qui nous attaquent peuvent se convertir... et un peuple qui attaque notre nation peut se convertir encore plus, mais le la saine doctrine, comme on le voit, cela nous donne aussi la possibilité de tuer l'agresseur injuste et nous donne la possibilité de mener une guerre juste contre les ennemis même si ces gens peuvent se convertir... Les gens que nous tuons dans le cadre de l'autodéfense et la guerre juste pourrait convertir, s'ils restaient en vie... mais cela ne veut pas dire qu'on puisse les tuer... Saint Thomas affirme : « Le fait que les méchants puissent se changer pendant qu'ils vivent, ne signifie pas qu'ils puissent être tués à juste titre : puisque le danger découlant de leur vie est plus grave et plus certain que le bien espéré de leur amendement. » Comme l'art. Thomas, donc, la peine de mort est licite parce que le danger découlant de la vie des méchants est plus grave et plus certain que le bien espéré de leur amendement. Si le système pénitentiaire est vraiment efficace, le criminel est placé dans une prison bien gardée et le danger, d'une certaine manière, cesse tant pour les citoyens que pour les geôliers et pour les autres détenus mais s'il n'y a pas un tel système efficace, le danger demeure, et il y a un danger que l'art. Thomas le signale comme plus grave et plus certain que son amendement.

Comme mentionné ci-dessus, je le répète ici aussi, la personne prudente et prudente, qui aime vraiment la communauté dans le Christ, comprend très bien ce que nous disons à la lumière de la charité, à qui les dangers peuvent porter préjudice (cf. Quodlibet III, q. 4 a.1 ad 3) les gouvernants qui ne sont pas attentifs aux dangers et qui n'y réfléchissent pas bien montrent qu'ils méprisent la communauté qui peut être endommagée par de tels dangers.

De plus, il convient également de noter que les criminels les plus méchants créent normalement des problèmes même en prison pour les autres détenus et peuvent également les tuer comme ils peuvent tuer des geôliers et que normalement les coûts qu'une communauté doit engager pour garder certains criminels inoffensifs en prison et éviter ceux qui ne tuent pas d'autres détenus ou geôliers ou ne s'échappent pas de tels lieux de détention, évidemment les ressources qui vont à de telles fins ne peuvent pas être utilisées pour la lutte contre la faim, pour la lutte contre les maladies etc. cela cause évidemment la mort de nombreux innocents tandis que les criminels sont bien maintenus en vie. Je ne sais pas si des experts se sont déjà penchés sur ce sujet mais force est de constater que les énormes ressources qu'une communauté doit déverser dans le milieu carcéral ne peuvent être utilisées à d'autres fins comme la lutte contre la faim et la maladie... et que donc de nombreux innocents meurent de faim, de maladies dans de nombreuses régions du monde... Il faut donc se demander dans quelle mesure, même dans des nations très riches, il est juste de vouloir sauver la vie de certains criminels qui commettent des crimes particulièrement graves, en supprimant des ressources qui font vivre tant d'innocents...

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

l) La peine de mort dans la tradition juive.

En ce qui concerne la peine de mort dans la tradition juive, ces articles intéressants peuvent être utilisés et consultés gratuitement : Haim Hermann Cohn, Louis Isaac Rabinowitz, Menachem Elon "Peine capitale" dans "Encyclopedia Judaica", The Gale Group 2008 ; Marcus Jastrow, S. Mendelsohn "Peine capitale" Encyclopédie juive, 1901-1906, New York et Londres

Le texte de Haim Hermann Cohn, Louis Isaac Rabinowitz, Menachem Elon offre notamment des indications intéressantes et actuelles, tout d'abord il nous avertit que, sur la base de l'A. Testament, la loi talmudique distinguait quatre modes d'exécution judiciaire : la lapidation, brûler, tuer et étrangler, précise ensuite qu'il est extrêmement difficile de déterminer si les méthodes susmentionnées de la peine capitale reflètent la pratique réelle, ou s'il s'agissait de discussions académiques ; l'argument académique est que, selon certains, un Sanhédrin qui met à mort un homme une fois tous les sept ans ou une fois tous les 70 ans est appelé un meurtrier ; R. Akiva et R. Tarfon affirment, dans la même discussion, que s'ils avaient été au Sanhédrin, la peine de mort n'aurait jamais été prononcée, mais d'autres encore affirment, de manière très réaliste, que si la peine de mort était supprimée, le nombre de tueries se multiplieraient. Israël. Dans l'arrêt Nagar (pp. 163-71), le juge Elon a évoqué les différentes évolutions du droit juif concernant la peine de mort et expliqué que le point de vue ci-dessus de R. Akiva et R. Tarfon, qui allait dans le sens de la l'abolition totale de la peine de mort, était un point de vue minoritaire, qui méritait le reproche ironique des rabbins R. Simeon b. Gamaliel que si Akiva et Tarfon l'avaient fait, ils auraient multiplié le nombre d'assassins en Israël ; un moratoire absolu sur l'exécution des condamnations à mort contre les meurtriers conduirait à la perte du pouvoir dissuasif du tribunal, et conduirait donc à une augmentation des effusions de sang.

Dans cette ligne, les indications de la tradition juive sont bien comprises dans le sens de la légalité de la peine de mort et en fait même si selon la loi la plus pure la compétence pour infliger la peine capitale a cessé avec la destruction du Temple, les tribunaux juifs continuaient, partout où ils en avaient le pouvoir, à exécuter des condamnations à mort et non seulement pour des crimes d'homicide mais aussi pour d'autres crimes considérés, selon les circonstances de l'époque, comme particulièrement dangereux ou odieux, voire seulement pour des crimes distincts de ceux initialement punissable par la loi. Dans la tradition juive, plus précisément, on lit que même s'il n'y a pas de juridiction en dehors de la Terre d'Israël pour la peine capitale, la flagellation ou les amendes, si toutefois un tribunal juif, en dehors de la Terre Sainte, considère qu'il s'agit d'une « exigence de temps, car le crime sévit parmi le peuple, peut imposer : la peine de mort, des amendes pécuniaires ou d'autres châtiments ; or, pour imposer une telle peine, il existe des preuves manifestes du fait qu'une certaine personne a commis ce crime car il vaut mieux que des coupables soient libres qu'un seul innocent soit mis à mort.

Concernant cette juridiction exercée hors de la terre d'Israël, il faut dire :

1) la communauté juive espagnole a joui d'une juridiction pénale étendue, y compris le pouvoir d'infliger la peine de mort, pendant une longue période ; une telle juridiction existait également dans la communauté juive de Pologne;

2) dans la plupart des cas, l'exécution des condamnations à mort était probablement laissée à la discrétion des personnes désignées par le juge pour l'exécuter

En ce qui concerne les preuves nécessaires pour condamner quelqu'un à la peine de mort, il faut dire que
la Cour suprême d'Israël a statué dans l'affaire Nagar que, bien qu'il soit nécessaire d'exercer la compétence capitale et de condamner sur la base de preuves circonstancielles, en violation des dispositions de la loi juive originale, les preuves doivent être telles que les juges les croient être la vérité, que l'accusation doit s'avérer fondée et que la seule intention doit être de rechercher la justice et la vérité. La Cour, dans l'affaire en question, a repris les commentaires de Maïmonide avertissant ceux qui condamneront quelqu'un à mort d'être très prudents dans l'exercice de cette juridiction spéciale avec laquelle la peine de mort est imposée, afin que la dignité humaine ne soit pas violée plus que nécessaire. . : Les juges doivent toujours agir en tant que ministres de Dieu et ne doivent pas adopter une attitude frivole envers la dignité humaine.

Il est intéressant de considérer la signification théologique de la peine de mort dans la pensée rabbinique, et pas seulement ses fonctions pénales et dissuasives telles que conçues par la société laïque. Le célèbre rabbin Neusner a déclaré que : « Dans le contexte halakhique, la peine de mort réalise l'expiation du péché, conduisant à la résurrection à la fin des jours. C'est un acte de miséricorde, expiant le péché qui autrement piège le pécheur/criminel dans la mort. … La Mishna interprète la peine de mort comme un moyen d'expiation en préparation du jugement menant à la résurrection, tout comme la théologie des récits de la Passion l'a toujours soutenu. Pour la Mishna comme pour les Évangiles, la peine de mort est un moyen pour parvenir à une fin. Il ne marque pas la fin mais le début. Le procès et la crucifixion du Christ pour le christianisme, comme le procès et l'exécution du criminel ou du pécheur israélite pour le judaïsme, constituent des étapes nécessaires vers la rédemption de l'humanité de la mort, comme les deux religions l'ont soutenu, chacune dans son propre idiome. …. " Dans le contexte halakhique, c'est-à-dire de la Loi, donc, la peine de mort obtient l'expiation du péché, conduisant à la résurrection à la fin des jours, donc c'est un acte de miséricorde, d'expiation pour le péché qui sinon piège le pécheur / criminel dans la mort. La Mishna interprète la peine de mort comme un moyen d'expiation en vue du jugement menant à la résurrection, tout comme la théologie de la Passion. Pour la Mishna comme pour les Évangiles, la peine de mort est un moyen pour parvenir à une fin. Il ne marque pas la fin mais le début. Le procès et la crucifixion du Christ pour le christianisme, comme le procès et l'exécution du criminel ou du pécheur israélite pour le judaïsme, sont des étapes nécessaires vers la rédemption de l'humanité de la mort, comme les deux religions l'ont soutenu, chacune dans sa propre langue, dit Neusner. Neusner lui-même explique plus en détail que pour le monothéisme, Dieu finira par restaurer cette perfection qui était fixée dans son plan original pour la création et la mort, venant à cause du péché, mourra, les morts seront ressuscités et jugés sur la base de leurs actes. dans cette vie, et la plupart d'entre eux, ayant été justifiés, iront à la vie éternelle dans le monde à venir.

Les Écritures indiquent que la justice l'emporte finalement et que la miséricorde de Dieu se manifeste finalement pleinement. La vie ne peut pas finir dans la tombe. Et puisque Dieu est juste, le pécheur ou le criminel survit à son péché ou à son crime par l'expiation, en particulier en payant de sa vie ici et maintenant, afin qu'à la résurrection il puisse reprendre sa vie, avec tout Israël. C'est pourquoi le moment culminant de la Loi vient à la fin du long catalogue des péchés et des crimes punis de la peine capitale ; le long de cette ligne, le Talmud conclut et culmine sa version avec la déclaration, "tout Israël a une part dans le monde à venir, sauf ..." La Loi prend pour acquis la résurrection des morts, le jugement final et la vie du monde qui viendra au-delà de la mort. Dans cette perspective, la mort devient un événement de la vie mais pas la fin de la vie ; et même la peine de mort ne marque pas l'anéantissement total de la personne du pécheur ou du criminel ; parce qu'il paie pour son crime ou son péché dans cette vie, il est prêt pour le jugement final avec tout le reste de l'Israël surnaturel. Ayant été jugé, il trouvera son chemin vers la vie du monde avec tous les autres. Neusner cite Josué 7,25:XNUMX et déclare que le pécheur est puni de mort ici sur terre pour son salut éternel.

Ainsi, au centre même de l'exposition halakique se trouve le principe théologique selon lequel la peine de mort ouvre la voie à la vie éternelle : tout Israël, à quelques exceptions près, hérite du monde à venir ; ce sont ceux qui n'ont aucune part dans le monde à venir : ceux qui disent que la résurrection des morts est un enseignement qui ne dérive pas de la Torah, et que la Torah ne vient pas du Ciel et des épicuriens. Le criminel exécuté avec la peine de mort ne figure pas spécifiquement parmi ceux qui n'auront pas la vie éternelle, à moins qu'il ne soit parmi ceux indiqués ci-dessus, c'est-à-dire parmi ceux qui défient volontairement Dieu en matière d'éternité.

Et toute la construction de l'exposition continue du Sanhédrin-Makkot vise à faire cette déclaration simple : le criminel, ayant l'image et la ressemblance de Dieu, paie la peine de son crime dans ce monde mais comme le reste d'Israël, il résistera au l'injustice et, réhabilité, il jouira du monde à venir.

En conclusion, la tradition juive, dans la lignée biblique, considère la peine de mort comme licite dans certains cas et insiste beaucoup sur l'attention à la dignité humaine de la personne accusée puis condamnée et sur les preuves matérielles du crime commis.

3) Des réponses plus directes aux déclarations erronées du pape François sur la peine de mort.

Pour notre propos, il est important de dire tout d'abord que, comme on peut le voir clairement, les affirmations d'Amoris Laetitia sont en net contraste avec la Bible et la Sainte Tradition... Affirmer que la peine de mort doit être absolument interdite est totalement contraire à la saine doctrine et à la loi naturelle : comme l'homme peut se défendre contre l'agresseur injuste, l'État peut et doit, dans certains cas, le faire et cette défense implique la légalité dans certains cas de la peine de mort. Certes il y a des gouvernements qui appliquent la peine de mort non selon les bonnes mœurs et qui tuent injustement mais cela ne veut pas dire qu'il faut "jeter aussi l'enfant avec l'eau du bain" c'est à dire que la peine de mort est toujours moralement illicite; parfois cette peine est légitime, comme nous l'avons vu, et doit être appliquée pour le bien de la communauté et du peuple et cela ne va pas contre la loi de Dieu

Les affirmations d'Amoris Laetitia, ainsi que d'autres affirmations du Pape François, contrastent fortement avec celles de St. Thomas, donc, il semble faux de dire simplement que : « Une deuxième chose : certains prétendent que sous Amoris Laetitia il n'y a pas de morale catholique ou, du moins, ce n'est pas une morale sûre. Sur ce je veux redire clairement que la morale d'Amoris Laetitia est thomiste, celle du grand Thomas. Vous pouvez en parler avec un grand théologien, l'un des meilleurs d'aujourd'hui et l'un des plus mûrs, le cardinal Schönborn. Je veux dire cela pour aider les gens qui croient que la morale est une pure casuistique. Aidez-les à réaliser que le grand Thomas possède une immense richesse, qui est encore capable de nous inspirer aujourd'hui. "

Il semble faux de dire simplement : "Pour votre tranquillité d'esprit, je dois vous dire que tout ce qui est écrit dans l'Exhortation - et je reprends les paroles d'un grand théologien qui fut secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le Cardinal Schönborn, qu'il a présenté - tout est thomiste, du début à la fin. C'est la doctrine sûre." Le Pape a répété à plusieurs reprises qu'Amoris Laetitia suit St. Thomas, comme nous l'avons vu plus haut, mais aussi en ce qui concerne la légalité de la peine, ce n'est pas vrai !

Puis je précise que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi affirmait : « La vie humaine est sacrée car dès son origine elle implique « l'action créatrice de Dieu » et il demeure à jamais dans une relation privilégiée avec le Créateur, sa seule fin (Cf. Const. passé. Gaudium et Spes, 24.). Seul Dieu est le Seigneur de la vie de son commencement à sa fin : personne, en aucune circonstance, ne peut revendiquer le droit de détruire directement un être humain innocent. » Alors. 2258 du Catéchisme de l'Église catholique se fait en rapportant ce texte dans son intégralité.

Comme on le voit bien, le texte qui vient d'être présenté ne condamne pas la peine de mort mais condamne le meurtre d'un innocent et donc ne condamne pas absolument, en particulier, le meurtre d'un coupable, d'où le nn83 d'Amoris Laetitia où il est a affirmé « De la même manière, l'Église non seulement ressent l'urgence d'affirmer le droit à la mort naturelle, en évitant la fureur thérapeutique et l'euthanasie », mais « rejette fermement la peine de mort » (Relatio finalis 2015, 64. ). » et le passage de la Relatio Finalis du Synode qui déclare : « De la même manière, l'Église sent non seulement l'urgence d'affirmer le droit à la mort naturelle, en évitant la fureur thérapeutique et l'euthanasie, mais aussi prend soin des personnes âgées, protège les personnes handicapés, assiste les malades en phase terminale, réconforte les mourants, rejette fermement la peine de mort (cf. CEC, 2258). (Relatio Finalis du Synode)…. ils se réfèrent et s'appuient sur un texte (CEC 2258) dans lequel en réalité il n'est pas fait mention de l'inadmissibilité absolue de la peine de mort.

J'ajoute que certaines déclarations du Pape François sont évidemment fausses. Le pape François déclare : "Saint Jean-Paul II a condamné la peine de mort (cf. Lettre encyclique Evangelium vitae, 56), tout comme le Catéchisme de l'Église catholique (n. 2267)." Mais oui. Jean-Paul II n'a pas condamné la peine de mort dans ces passages… en fait dans Evangelium Vitae, n. 56 Jean-Paul II écrivait : ... « Le problème de la peine de mort se situe aussi dans cet horizon, sur lequel se dessine, dans l'Église comme dans la société civile, une tendance croissante qui appelle à une application très limitée, voire totale. abolition. ...

Il est clair que ... l'étendue et la qualité de la peine doivent être soigneusement évaluées et décidées, et ne doivent pas atteindre l'extrême mesure de la répression du délinquant, sauf en cas de nécessité absolue, c'est-à-dire lorsque la défense de la société a été pas possible autrement. Aujourd'hui cependant, suite à l'organisation de plus en plus adéquate de l'établissement pénitentiaire, ces cas sont désormais très rares, voire pratiquement inexistants.

En tout état de cause, le principe indiqué par le Catéchisme de l'Église catholique reste valable, selon lequel « si les moyens non sanglants suffisent à défendre des vies humaines contre l'agresseur et à protéger l'ordre public et la sécurité des personnes, l'autorité sera limitée à ces moyens, car ils répondent mieux aux conditions concrètes du bien commun et sont plus conformes à la dignité de la personne humaine "."

Dans le Catéchisme de l'Église catholique, aux éd. typica fixée par l'art. Jean-Paul II, au n. 2267 la peine de mort n'est pas condamnée, en effet il est dit : « L'enseignement traditionnel de l'Église n'exclut pas, en supposant la pleine constatation de l'identité et de la responsabilité du coupable, l'usage de la peine de mort, alors que c'était la seul moyen viable de défendre efficacement la vie des êtres humains contre l'agresseur injuste. … ”Dans le Catéchisme de l'Église catholique, il est également indiqué au n. 2265 : « La légitime défense, en plus d'un droit, peut aussi être un devoir grave pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui. La défense du bien commun exige que l'agresseur injuste soit mis en état d'innocuité. »

Comme vous pouvez le voir s. Jean-Paul II, a déclaré que la doctrine sur la légalité de la peine de mort est traditionnelle, c'est-à-dire qu'elle appartient à la Tradition de l'Église, d'ailleurs l'art. Le Pontife n'a pas nié le principe moral qui sous-tend la peine de mort mais l'a plutôt réaffirmé, il a seulement dit qu'« Aujourd'hui, en effet, suivant les possibilités dont dispose l'État pour réprimer efficacement le crime, rendant la personne qui a commis, sans la priver définitivement de la possibilité de se racheter, les cas de nécessité absolue pour la répression du contrevenant "sont désormais très rares, voire pratiquement inexistants". ... c'est-à-dire qu'il n'y a peut-être aujourd'hui aucun cas dans lequel la peine de mort est nécessaire ... oui. Jean-Paul II n'a fait qu'une hypothèse : peut-être que dans la situation actuelle, il n'y a pas de cas où quelqu'un doive être condamné à mort...

D'autres déclarations de Jean-Paul II doivent également être comprises dans cette ligne « … la dignité de la vie humaine ne doit jamais être niée, pas même à ceux qui ont fait un grand mal. La société moderne a les outils pour se protéger, sans priver les criminels de la possibilité de se repentir. Alors je renouvelle l'appel... à abolir la peine de mort, qui est cruelle et inutile" ... ou d'autres affirmations ... en fait, dans l'exhortation apostolique post-synodale "Ecclesia in America" ​​​​au paragraphe 63, nous lisons: "Je ne peux pas non plus oublier le recours inutile à la peine de mort, alors que d'autres" moyens sans effusion de sang sont suffisant pour se défendre contre l'agresseur et protéger la sécurité des personnes ""

Et dans un message écrit le 2 février 2003, le pape polonais a déclaré : « Je ne peux pas non plus oublier l'utilisation inutile de la peine de mort. . . Un modèle similaire de société est marqué par la culture de la mort et s'oppose donc au message évangélique" Comme on peut le voir, le Pape condamne l'usage inutile de la peine de mort, c'est-à-dire l'usage de la peine de mort en dehors des bonnes règles morales et en particulier en dehors des cas qui le justifient, car il y a des cas dans lesquels il est licite , comme l'a bien expliqué le Pape polonais dans le Catéchisme et dans "l'Evangelium Vitae" mais il y en a d'autres, très nombreux, dans lesquels c'est illicite.

En lisant attentivement les textes de S. Jean-Paul II ne trouve donc aucune condamnation absolue de la peine de mort, dont la légalité est affirmée par la Tradition et, comme le célèbre moraliste Fr. Lio par la loi naturelle . Je me souviens que, comme le dit le Catéchisme de l'Église catholique au n.1958 : "La loi naturelle est immuable (Cf Concile Vatican II, Constitution pastorale Gaudium et spes, 10 : AAS 58 (1966) 1033.) et demeure inaltérée par les changements dans l'histoire; il suit l'évolution des idées et des mœurs et favorise leur progrès. Les règles qui l'expriment restent substantiellement valables. » Il n'est pas possible de détruire cette loi naturelle, ni de l'arracher du cœur de l'homme, même si certains hommes vont jusqu'à en nier les principes. Cette loi, bien que niée et combattue par certains, ressuscite toujours dans la vie des individus et des sociétés (cf. Catéchisme de l'Église catholique au n.1958). Saint Augustin a déclaré à cet égard : « Ta loi, Seigneur, condamne clairement le vol, ainsi que la loi écrite dans le cœur des hommes, que même leur méchanceté ne peut effacer. "." …. Elle ressurgit toujours dans la vie des individus et des sociétés : « Ta Loi, Seigneur, condamne clairement le vol, ainsi la loi écrite dans le cœur des hommes, une loi que même leur méchanceté ne peut effacer. …. de plus, comme l'art. Jean-Paul II "8. Le Pontife romain a, en effet, la "sacra potestas" pour enseigner la vérité de l'Evangile, administrer les sacrements et gouverner pastoralement l'Eglise au nom et avec l'autorité du Christ, mais ce pouvoir n'inclut en lui-même aucun pouvoir sur la loi divine naturelle ou positive. " Le pape n'a aucun pouvoir sur la loi divine naturelle ou positive. De plus, la légalité de la peine de mort est clairement affirmée non seulement par la loi naturelle mais aussi par la loi révélée, comme nous l'avons vu précédemment ; la Bible affirme clairement cette légalité.

De plus, étant donné l'affirmation continue et absolue de la légalité de la peine de mort, dans certaines situations, pendant 2000 ans d'histoire de l'Église d'une manière claire et sans équivoque, nous sommes évidemment confrontés à une affirmation qui évidemment, comme nous le préciserons plus bas, appartient au Magistère Ordinaire et Universel de l'Église et cette affirmation magistrale se fonde, comme on l'a vu plus haut, sur l'Écriture elle-même et sur la Tradition.

Je signale que dans le Catéchisme, même après le changement imposé par le Pape, il est clairement écrit au n. 2265 « La légitime défense, en plus d'un droit, peut aussi être un grave devoir pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui. La défense du bien commun exige que l'agresseur injuste soit mis en état d'innocuité. A ce titre, les détenteurs légitimes de l'autorité ont le droit d'utiliser également les armes pour repousser les agresseurs de la communauté civile confiés à leur responsabilité ». Notons notamment que : « La légitime défense, en plus d'un droit, peut aussi être un devoir grave pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui. La défense du bien commun exige que l'agresseur injuste soit mis en état d'innocuité. » (Catéchisme de l'Église catholique n. 2265) L'agresseur injuste doit donc être mis en état d'innocuité, mais si le système pénitentiaire ne peut assurer ceci de manière stable et certaine, il est évident que, dans certains cas, le seul moyen de mettre l'agresseur en état d'innocuité est de le tuer.

Et de fait, aujourd'hui encore, la peine de mort reste parfaitement valable dans tout État où les moyens non sanglants ne suffisent pas à se défendre contre l'agresseur et à protéger la sécurité des personnes. Il y a des cas où aujourd'hui encore, les possibilités dont dispose la communauté pour réprimer efficacement le crime en rendant l'auteur inoffensif sont bouleversées et annulées... pensez aux cas de gangs criminels qui sont de véritables armées et qui menacent un État ou dans le cas de guerres civiles, etc. ou en cas de guerres, dans ces cas et dans d'autres cas similaires, il arrive que des moyens non sanglants ne suffisent pas à se défendre contre l'agresseur et à protéger la sécurité des personnes ; de constater que certains criminels particulièrement forts sont des commandants d'armées réelles qui sont aussi capables d'attaquer les prisons dans lesquelles leurs chefs peuvent être incarcérés et donc peuvent les libérer pour qu'ils puissent continuer à faire le mal ; il convient également de noter que dans certaines atteintes à la sécurité de certains États, les responsables agissent avec le soutien et l'aide militaire d'autres États parfois très puissants ... il est évident que dans ces cas, les moyens non sanglants ne suffisent souvent pas à protéger le sécurité des personnes, pour se défendre contre l'un de ces agresseurs, même s'il a été capturé, et donc pour éviter la peine de mort.

Ce qui vient d'être dit réfute radicalement l'affirmation suivante : « … puisque la société d'aujourd'hui a des systèmes de détention plus efficaces, la peine de mort n'est pas nécessaire pour protéger la vie des personnes innocentes. "

Malheureusement, l'État ne dispose pas toujours de systèmes de détention aussi efficaces, comme je l'ai dit plus haut ; la peine de mort reste donc dans certains cas particuliers tout à fait légale pour défendre la nation et en particulier les innocents.

La peine de mort n'est donc pas toujours inadmissible.

Il me semble également important de noter que le Catéchisme de l'Église catholique dans son editio typica, par l'art. Jean-Paul II : "... il est le fruit d'une très large collaboration : il a été élaboré en six ans d'un travail intense mené dans un esprit d'ouverture attentive et avec une ardeur passionnée" Je ne pense pas qu'on puisse en dire autant de cette "correction" faite par le pape François, qui est une erreur évidente.

Le pape François veut faire passer ses changements dans la doctrine sur la peine de mort comme un développement de l'enseignement de l'Église, alors il dit : "Nous ne sommes ici en présence d'aucune contradiction avec l'enseignement du passé" Malheureusement, ces déclarations papales, comme d'autres de la sienne que nous voyons, ne sont pas vraies : c'est une erreur claire, un changement évident dans la doctrine catholique, une déviation de la saine doctrine de la doctrine du pape François selon laquelle la peine de mort est inadmissible.

Certaines affirmations que l'on retrouve dans les "Frères tous" apparaissent tout aussi déviantes et erronées. et concernant la peine de mort.

Dans cette encyclique, il est dit au n. 265. « Dès les premiers siècles de l'Église, certains étaient clairement opposés à la peine capitale. Par exemple, Lactance a fait valoir qu '«aucune distinction ne doit être faite: ce sera toujours un crime de tuer un homme." (Divinae Institutiones VI, 20, 17: PL 6, 708.) "Comme le souligne Thompson, cependant, et comme nous avons vu plus haut, dans "De Ira Dei", Lactance avertit les stoïciens et les épicuriens que la peine de mort est acceptable si elle est infligée à juste titre dans l'intérêt du bien contre le mal .
Donc Lactance n'était pas radicalement contre la peine de mort, dans certains cas il l'a acceptée !

Encore dans "Frères tous", il est dit : "Le pape Nicolas Ier a exhorté :" Efforcez-vous de libérer de la peine de mort non seulement chacun des innocents, mais aussi tous les coupables " (Epistula 97 (responsa ad Consulta bulgarorum), 25 : PL 119, 991) Le pape François veut évidemment inclure le pape s. Nicolas Ier mais celui-ci dans sa réponse aux Bulgares de l'an 866, on l'a vu plus haut, traite d'un grand nombre de questions dogmatiques et canoniques et réaffirme la légitimité de la peine de mort.

Entre autres choses, l'art. En fait, Nicola affirme que : quant à ceux qui ont égorgé leur parent il est bon que les lois respectables trouvent leur application mais si les coupables se sont réfugiés dans l'église, ils sont arrachés à la mort promise par les lois.

Évidemment, cela signifie que des lois respectables prévoyaient la peine de mort pour ceux qui tuaient leurs parents par le sang et le pape Nicolas accepte qu'elles s'appliquent, demandant seulement que les coupables soient épargnés de la mort s'ils se réfugiaient à l'église. Saint-Nicolas n'était donc pas radicalement opposé à la peine de mort ! … Et il ne s'est pas prononcé radicalement contre la peine de mort ; comment pourrait-il le faire, d'autre part, si aussi Rom 13 :4, comme nous l'avons vu, est très clair en accordant aux gouvernants le droit de tuer les méchants ?

Il faut aussi considérer que la Tradition affirmait clairement à cette époque que la peine de mort était légale et qu'aucun auteur de l'époque ne tenait compte des affirmations de S. Nicola aux Bulgares parce qu'en réalité, comme mentionné, ils ont suivi la Tradition et affirmé la légalité de la peine de mort. Nicolas Ier n'a pas protesté contre les condamnations à mort prononcées par les rois chrétiens de l'époque, mais il est évident qu'elles ont été prononcées… en fait, Nicolas Ier ne s'est pas opposé à la légalité de la peine de mort. Les affirmations de St. Nicolas Ier n'a pas, à cette époque, déterminé l'opposition à la peine de mort à Rome ou en Italie ou ailleurs ... simplement parce qu'ils ne s'opposaient pas à la peine de mort ... L'idée que l'art. Nicolas est un abolitionniste, une idée apparaît qui est née lorsque certains catholiques abolitionnistes ont cherché des points d'ancrage à leurs affirmations dans la Tradition… malheureusement, cependant, ils ont trouvé, dans ce cas, un faux point d'ancrage ; Saint-Nicolas n'était pas contre la peine de mort, il a simplement essayé de rendre la loi bulgare moins cruelle à l'époque et a donc essayé de limiter les cas dans lesquels appliquer cette peine.

De plus, le pape François déclare toujours dans "Frères tous" que : « A l'occasion du procès contre des assassins qui avaient assassiné des prêtres, saint Augustin demanda au juge de ne pas ôter la vie des meurtriers, et le justifia ainsi : « Non que nous ne voulions pas l'empêcher de ôtant aux individus méchants la liberté de commettre des crimes, mais nous souhaitons qu'à cette fin il suffise qu'en les laissant vivants et sans les mutiler en aucune partie du corps, en appliquant les lois répressives, ils soient distraits de leur vie démentielle. agitation pour les ramener à une vie saine et paisible, ou qui, retirés de leurs mauvaises œuvres, les laissent s'adonner à quelque travail utile. … Indignez-vous contre l'iniquité pour ne pas oublier l'humanité ; n'exprime pas la volupté de la vengeance contre les atrocités des pécheurs, mais tourne ta volonté pour panser leurs blessures". ( . Évidemment oui. Augustin est présenté comme opposé à la peine de mort. Nous avons vu abondamment ci-dessus, lorsque nous parlions de la doctrine des Pères sur la peine de mort dont l'art. Augustin n'est pas un abolitionniste, il l'accepte pleinement mais uniquement dans les cas où Dieu le veut bien, c'est-à-dire en dernier recours !

St. Augustine, déclare à juste titre Thompson, précise que la peine de mort ne peut être infligée que par les autorités compétentes pour promouvoir le bien commun de la société et comme moyen de dissuasion à de nouvelles actions criminelles, c'est une mesure inhabituelle qui ne devrait être utilisée que dans des cas extrêmes .nécessité là où il n'y a pas d'autre option. (Thompson "Augustin et la peine de mort" Augustinian Studies 40 (2) p. 198)

Avec les citations des auteurs susmentionnés, le pape voudrait évidemment suggérer que ses déclarations concernant l'inadmissibilité de la peine de mort sont un développement de la doctrine catholique ; en réalité, comme nous le voyons, une étude approfondie de la Bible, de la Tradition et du Magistère montre la contradiction évidente entre la saine doctrine catholique et les innovations introduites par le Pontife actuel, ce sont donc des erreurs qui ne font pas La doctrine catholique évolue mais ils la modifient.

Je veux rappeler, à propos de la foi qui nous a été transmise, une importante affirmation magistrale : « Quatrièmement : je salue sincèrement la doctrine de la foi qui nous a été transmise par les apôtres à travers les pères orthodoxes » dans le même sens et toujours dans le même teneur "; et pour cela je rejette totalement l'invention hérétique de l'évolution des dogmes, qui passent d'un sens à un autre, différent de ce que l'Église croyait auparavant" .

Le Concile Vatican I a affirmé : « L'intelligence, la science et la sagesse croissent largement et intensément, pour chacun comme pour tous, pour un homme comme pour toute l'Église, selon les rythmes propres à chaque génération et à chaque époque, mais exclusivement dans leur ordre, dans la même croyance, dans le même sens et dans la même pensée ».

Il me paraît clair que le changement opéré par le Pape sur la doctrine relative à la peine de mort est précisément un changement et non un développement de la doctrine que l'Église a toujours soutenue ; les déclarations du pape François sont placées en dehors de la saine doctrine catholique et en contraste avec elle, malheureusement.

Le professeur. Rutler a dit de manière significative : « Le pape François dit que son enseignement novateur « n'implique aucune contradiction » avec la tradition de l'Église mais, il faut le dire à contrecœur, c'est effectivement le cas. Le changement ne peut pas être qualifié de développement légitime de la doctrine parce qu'il néglige tous les critères classiques d'un développement authentique, plus particulièrement ce que John Henry Newman a appelé «la préservation du type». Et comme la peine capitale relève de la loi naturelle, une fois qu'elle est rejetée comme intrinsèquement mauvaise, la même chose pourrait arriver à n'importe quel aspect de la loi naturelle, notamment l'anthropologie de Humanae Vitae ou la doctrine morale de Veritatis Splendor. Consciencieux des revendications et des fardeaux de la plus haute fonction de l'Église, ce saint siège et ce haut devoir sont diminués par la négligence de ses obligations envers les enseignements éternels des pères ; et les fidèles sont en danger lorsqu'on leur offre la confusion et la superficialité à la place de la pensée systématique. Bref, le Vatican est devenu un Tchernobyl théologique. Nous sommes en territoire dangereux."

Le pape François déclare que son enseignement novateur "n'implique aucune contradiction" avec la tradition de l'Église mais, il faut le dire à contrecœur, c'est vraiment le cas. Le changement ne peut pas être qualifié de développement légitime de la doctrine car il néglige tous les critères classiques d'un développement authentique, en particulier ce que John Henry Newman a appelé la "conservation du type". Et puisque la peine capitale concerne la loi naturelle, une fois rejetée comme intrinsèquement mauvaise, la même chose pourrait se produire avec n'importe quel aspect de la loi naturelle, notamment l'anthropologie de Humanae Vitae ou la doctrine morale de Veritatis Splendor. Compte tenu des fardeaux de la plus haute fonction de l'Église, il est évident que le Saint-Siège et son devoir élevé concernant la Vérité sont endommagés par la négligence de ses obligations envers les enseignements éternels des pères. Les fidèles sont en danger lorsque la confusion et la superficialité sont offertes à la place de la pensée systématique. Le Vatican est devenu un Tchernobyl théologique. Nous sommes en territoire dangereux.

Dans la ligne de p. Rutler va voir le prof. Echeverria déclarant : « Ici, je veux simplement faire valoir que, à la lumière de la distinction lérinienne entre « progrès » et « changement », l'appel de François à l'abolition de la peine de mort est clairement un changement et non un progrès, et qu'il est donc en contradiction avec la L'enseignement de l'Église. … Premièrement, il y a une contradiction évidente entre l'enseignement catholique historique et l'appel à l'abolition sans réserve de la peine de mort parce que cette dernière, insiste maintenant François, est toujours fausse. ... Deuxièmement ... Malgré l'affirmation contraire de François, il est en contradiction non seulement avec les "points de doctrine établis" ... mais aussi avec l'Encyclique Evangelium Vitae de 1995 (nos. 55-56), le Catéchisme de la Église catholique (nos. 2266 -2267), et le Compendium de la doctrine sociale de l'Église (n° 405) ... Troisièmement, en tant que principe moral, la défense de droit naturel la plus importante de la peine de mort est considérée comme une question de la justice rétributive. .. De toute évidence, la position de Francis implique le changement et non le progrès. "

À la lumière de la distinction de Lérinian entre « progrès » et « changement », la demande de François d'abolir la peine de mort est clairement un changement et non un progrès, et est donc en contradiction avec l'enseignement de l'Église.

Premièrement, il y a une contradiction évidente entre l'enseignement historique catholique et la demande d'abolition sans réserve de la peine de mort parce que cette dernière, insiste maintenant François, est toujours fausse. ...

Deuxièmement, la déclaration de François est en contradiction non seulement avec "des points fermes de doctrine" ... mais aussi avec l'encyclique Evangelium Vitae de 1995 (nn. 55-56), le Catéchisme de l'Église catholique (nn. 2266-2267) ) et le Compendium de la Doctrine Sociale de l'Église (n. 405) ... et, j'ajouterais, avec tous les autres documents magistériels sur ce point.

Troisièmement, du point de vue de la doctrine morale, la défense la plus importante de la loi naturelle de la peine de mort vient de la justice rétributive.

La rétribution, souligne Echeverria, justifie la punition et la punition exige que les délinquants obtiennent ni plus ni moins que ce qui est proportionné, ou juste, à leur crime.

De toute évidence, conclut Echeverria, la position de François implique des changements et non des progrès. Comme on le voit, cette déclaration du Pape François apparaît sans aucun doute contraire à l'Écriture, à la Tradition et au Magistère vieux de 2000 XNUMX ans, bien compris.

Je note que dans la critique d'Amoris Laetitia faite par 45 théologiens il est dit que la déclaration d'AL 83 : « L'Église... rejette fermement la peine de mort », entendue dans le sens que la peine de mort est toujours et partout injuste en elle-même et donc qu'elle ne peut jamais être infligée à juste titre par l'État est une affirmation hérétique, contraire à l'Ecriture Sainte et nuisible.

Le pape François en cherchant à saper les absolus moraux concernant le sixième commandement, notamment en ce qui concerne l'adultère et les actes impurs contre nature, crée un nouvel absolu moral, puisque, contrairement à ce que l'Église a jusqu'ici affirmé, il déclare absolument inadmissible la peine de mort ; la peine de mort devient ainsi pratiquement un malum intrinsèque...

Le Pape "ouvre" les portes aux adultères et à ceux qui vivent dans la pratique homosexuelle pour que même sans l'intention de ne pas pécher ils reçoivent les Sacrements, en contraste clair avec la Bible et la Tradition, le Pape lui-même affirme l'inadmissibilité absolue de la mort peine et son opposition à l'Evangile... tout aussi en net contraste avec la Bible et la Tradition...

Dieu nous éclaire de plus en plus.

Je souligne encore avec toute la force que je ne dis pas ici, et l'Église n'a jamais dit non plus, que la peine de mort est toujours légale mais que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves elle est légale. Nous savons tous très bien que dans de nombreux ou très nombreux cas les puissants tuent leurs adversaires en se couvrant du manteau de la "justice" par des procès contrôlés et des condamnations à mort injustes et que ce sont souvent les plus faibles et les plus sans défense qui sont condamnés à mort justement parce qu'ils n'ont pas pu se défendre efficacement en procès etc.; La sagesse chrétienne est certes très consciente de tout cela… mais elle est aussi consciente du fait que dans certains cas très particuliers et particulièrement graves la peine de mort est légale, comme nous le voyons.

Le problème des puissants qui utilisent la peine de mort de manière perverse et bien d'autres problèmes qui y sont liés ne se résolvent pas, de manière simpliste, en changeant radicalement la doctrine catholique, ils ne se résolvent pas en s'écartant de la saine doctrine mais se résolvent avec notre plus profonde conversion à Christ. et avec la conversion du monde au Christ... plus les hommes se laisseront guider par le Christ, plus il y aura de vraie justice sur terre, plus les gens s'aimeront vraiment et plus l'utilisation sera juste. devenir loi et avec elle la peine de mort.

L'interdiction absolue de la peine de mort affirmée par le pape non seulement ne résout pas la question de l'utilisation abusive de la peine de mort par certains gouvernements, mais crée deux problèmes que nous examinerons ci-dessous.

1) En imposant la défense des criminels à tout prix, elle expose clairement les citoyens les plus petits et les plus sans défense aux attaques de tels criminels, si de fait la peine de mort ne peut jamais être appliquée, elle est interdite même lorsque le système carcéral ne parvient pas à bloquer le criminel pour qu'il ne commette pas d'autres crimes, une conséquence évidente de cela est que dans certains ou dans de nombreux cas, les plus faibles et les plus sans défense seront attaqués et probablement même tués par ces criminels dès qu'ils parviendront à se libérer des faibles liens de ce système carcéral...

2) Il suggère que le Pape peut changer la loi naturelle et la loi divine positive, ce qui n'est pas vrai, comme nous l'avons vu .

En outre, il convient de rappeler que, comme le dit le Catéchisme de l'Église catholique au n.1958 : "La loi naturelle est immuable (Cf Concile Vatican II, Constitution pastorale Gaudium et spes, 10 : AAS 58 (1966) 1033.) et reste inchangé à travers les changements de l'histoire; il suit l'évolution des idées et des mœurs et favorise leur progrès. Les règles qui l'expriment restent substantiellement valables. » Il n'est pas possible de détruire cette loi naturelle, ni de l'arracher du cœur de l'homme, même si certains hommes vont jusqu'à en nier les principes. Cette loi, bien que niée et combattue par certains, ressuscite toujours dans la vie des individus et des sociétés (cf. Catéchisme de l'Église catholique au n.1958) ... la légalité de la peine de mort qui, comme nous l'avons vu, est une partie de la loi naturelle et aussi de la Loi révélée ressuscitera et se vengera totalement des erreurs du Pape François et des autres abolitionnistes qui semblent désormais triompher...

Dieu nous éclaire de plus en plus.

4) Un groupe d'intellectuels catholiques a publiquement pointé du doigt l'erreur du Pape sur la peine de mort.

Christ règne.

Plusieurs intellectuels catholiques ont signalé leur opposition à l'erreur du pape sur la peine de mort, ils ont signé un appel aux cardinaux qui stipule ce qui suit :

« Le pape François a révisé la Catéchisme de l'Eglise catholique  à lire, "la peine de mort est inadmissible car elle est une atteinte à l'inviolabilité et à la dignité de la personne". Cette déclaration a été comprise par beaucoup, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Église, comme enseignant que la peine capitale est intrinsèquement immorale et donc toujours illicite, même en principe. Bien qu'aucun catholique ne soit obligé de soutenir l'utilisation de la peine de mort dans la pratique (et tous les soussignés ne soutiennent pas son utilisation), enseigner que la peine capitale est toujours et intrinsèquement mauvaise contredirait les Écritures. Le fait que la peine de mort puisse être un moyen légitime d'obtenir une justice punitive est affirmé dans Genèse 9 : 6 et dans de nombreux autres textes bibliques, et l'Église soutient que l'Écriture ne peut enseigner l'erreur morale. La légitimité de principe de la peine capitale, c'est aussi l'enseignement constant du magistère depuis deux millénaires. Contredire l'Écriture et la tradition sur ce point mettrait en doute la crédibilité du magistère en général. ... "

Vous trouverez ci-dessous la traduction du texte complet de cet appel, proposée par le blog de Sabino Paciolla : « Le pape François a révisé le Catéchisme de l'Église catholique où l'on peut désormais lire : « La peine de mort est inadmissible parce qu'elle est attentive à l'inviolabilité ». et la dignité de la personne". Cette déclaration a été comprise par beaucoup, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Église, comme l'enseignement selon lequel la peine capitale est intrinsèquement immorale et donc toujours illicite, même en principe.
Bien qu'aucun catholique ne soit obligé de soutenir l'utilisation de la peine de mort dans la pratique (et tous les soussignés ne le soutiennent pas), enseigner que la peine capitale est toujours et intrinsèquement mauvaise serait en contradiction avec les Écritures. Que la peine de mort puisse être un moyen légitime d'assurer la justice punitive est énoncé dans Genèse 9 : 6 et de nombreux autres textes bibliques, et l'Église soutient que l'Écriture ne peut enseigner l'erreur morale. La légitimité de la peine capitale en principe, c'est aussi l'enseignement cohérent du magistère depuis deux millénaires. Opposer Écriture et Tradition sur ce point mettrait en doute la crédibilité du magistère en général. Préoccupés par cette situation gravement scandaleuse, nous voulons exercer le droit sanctionné par le Code de Droit Canonique de l'Église, qui au Canon 212 stipule :
Pouvez. 212 - (…) Les fidèles ont le droit de manifester leurs besoins, surtout spirituels, et leurs désirs aux Pasteurs de l'Église §3. D'une manière proportionnée aux connaissances, à la compétence et au prestige dont ils jouissent, ils ont le droit, et même parfois aussi le devoir, d'exprimer aux saints Pasteurs leurs pensées sur ce qui concerne le bien de l'Église ; et de le faire connaître aux autres fidèles, sans préjudice de l'intégrité de la foi et des coutumes et du respect des pasteurs, en tenant compte également de l'utilité commune et de la dignité de la personne. Nous sommes également guidés par l'enseignement de saint Thomas d'Aquin, qui déclare : Si la foi était en danger, un sujet devrait faire des reproches à son prélat même publiquement. C'est pourquoi Paul, qui était un sujet de Pierre, l'a réprimandé en public, à cause du danger imminent de scandale sur la foi, et, comme le dit le glossaire d'Augustin sur Galates 2,11:33, "Pierre a donné l'exemple aux supérieurs, car si dans à quelques instants du droit chemin, ils ne dédaigneraient pas d'être grondés par leurs soumis ». (Summa Theologiae, partie II-II, question 4, article 2, ad XNUMX)
Pour cette raison, les soussignés lancent l'appel suivant :
A leurs Très Révérends Eminences, les Cardinaux de la Sainte Eglise Romaine,
Puisque c'est une vérité contenue dans la Parole de Dieu, et enseignée par le magistère ordinaire et universel de l'Église catholique, que des criminels peuvent légitimement être mis à mort par le pouvoir civil lorsque cela est nécessaire pour préserver l'ordre juste dans la société civile, et depuis le Le Pontife Romain actuel a manifesté publiquement son refus d'enseigner cette doctrine à plusieurs reprises, et a plutôt semé une grande confusion dans l'Église en la faisant paraître la contredire, et en insérant dans le Catéchisme de l'Église Catholique un paragraphe qui volonté et fait déjà comprendre à de nombreuses personnes, croyantes et non-croyantes, que l'Église considère, contrairement à la Parole de Dieu, que la peine de mort est intrinsèquement mauvaise, nous demandons à Vos Eminences d'avertir Sa Sainteté qu'il est de son devoir de mettre un mettre fin à ce scandale, retirer ce paragraphe du Catéchisme, et enseigner la véritable Parole de Dieu ; et nous affirmons notre conviction que c'est un devoir qui vous engage sérieusement, devant Dieu et devant l'Église.
Cordialement." (« Peine capitale : appel aux cardinaux de l'Église catholique » www.sabinopaciolla.com 15.8.2018 https://www.sabinopaciolla.com/pena-capitale-appello-ai-cardinali-della-chiesa-cattolica/)

Que Dieu intervienne et libère l'Église de ces erreurs que le pape François propage !

5) D'autres erreurs du pape François concernant des questions de théologie morale proches du thème de la peine de mort.

Affirmer que la peine de mort doit être absolument et toujours interdite, et donc inadmissible, est totalement contraire à la saine doctrine et à la loi naturelle : de même que l'homme peut se défendre contre un agresseur injuste, de même peut et doit, dans certains cas, l'État et cette défense implique la légalité de la peine de mort dans certains cas. La peine de mort est légale, comme nous l'avons vu, dans certains cas et doit être appliquée pour le bien de la communauté et du peuple mais cela ne va pas à l'encontre de la loi de Dieu car le commandement "ne tue pas" n'est pas absolu, c'est-à-dire qu'elle ne concerne pas aussi bien les innocents que les coupables !

Ici émerge une autre grave erreur du Pape François, une erreur qui est en contraste avec la doctrine de l'Église, et que nous notons dans les textes suivants :

« Un signe d'espoir est le développement, dans l'opinion publique, d'une opposition de plus en plus répandue à la peine de mort, ne serait-ce qu'en tant qu'instrument de défense sociale légitime. … Le commandement "Tu ne tueras pas" a une valeur absolue et concerne à la fois l'innocent et le coupable."

Le pape ajoute : « Un signe d'espoir est le développement, dans l'opinion publique, d'une opposition croissante à la peine de mort, même en tant qu'instrument de défense sociale légitime. … Cela ne rend pas justice aux victimes, mais cela alimente la vengeance. Le commandement "Tu ne tueras pas" a une valeur absolue et inclut à la fois l'innocent et le coupable."

Le Pape parle de la valeur absolue du commandement de ne pas tuer qui vaut tant pour l'innocent que pour le coupable et dit que la peine de mort est inadmissible car elle porte atteinte à l'inviolabilité de la personne humaine, mais un texte de Donum Vitae, cité par le Catéchisme de l'Église Cattolica au no. 2258, déclare : "La vie humaine est sacrée parce que dès son origine elle implique" l'action créatrice de Dieu " et il demeure à jamais dans une relation privilégiée avec le Créateur, sa seule fin (Cf. Const. passé. Gaudium et Spes, 24.). Seul Dieu est le Seigneur de la vie de son commencement à sa fin : personne, en aucune circonstance, ne peut revendiquer le droit de détruire directement un être humain innocent. . »

Je souligne que : personne, en aucune circonstance, ne peut revendiquer le droit de détruire directement un être humain innocent... Absolument inviolable est l'innocent et non le coupable !

Précisons que le document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi qui vient d'être mentionné, intitulé "Donum vitae" a l'approbation écrite de St. Jean-Paul II et qu'en plusieurs points ce texte réaffirme la vérité que seule la vie de l'innocent est absolument inviolable : « L'inviolabilité du droit à la vie de l'être humain innocent » depuis le moment de la conception jusqu'à la mort » c'est un signe et une exigence de l'inviolabilité même de la personne à qui le Créateur a fait don de la vie. "

Le droit à la vie de l'être humain innocent est inviolable, pas celui de l'être humain coupable.

De plus, ce même document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi déclare : "L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès le moment de sa conception et, par conséquent, à partir de ce même moment, les droits de la personne doivent être reconnus , parmi lesquels tout d'abord le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie. » Le droit à la vie de l'être humain innocent est inviolable, pas celui de l'être humain coupable.

... et enfin : « Le droit inviolable à la vie de tout être humain innocent, les droits de la famille, de l'institution du mariage constituent des valeurs morales fondamentales, parce qu'ils concernent la condition naturelle et la vocation intégrale de la personne humaine, au en même temps, ils sont des éléments constitutifs de la société civile et de son système juridique. » Le droit à la vie de l'être humain innocent est inviolable, pas celui de l'être humain coupable.

En fait …. dit le "Evangelium Vitae" au n. 57 « Si une si grande attention doit être portée au respect de toute vie, même celle de l'offenseur et de l'injuste agresseur, le commandement « Tu ne tueras pas » a valeur absolue lorsqu'il se réfère à l'innocent. J'insiste : le commandement "Tu ne tueras pas" a une valeur absolue lorsqu'il se réfère à l'innocent, pas lorsqu'il se réfère au coupable !

Pie XII, jugeant la peine de mort parfaitement légale dans certains cas, dit dans un discours du 12 novembre 1944 : "Le cinquième commandement - Non occides (Exode 20, 13) -, ... Tant qu'un homme n'est pas coupable, sa vie, il est intangible, et donc tout acte tendant directement à le détruire est illégal, que cette destruction soit destinée à une fin ou seulement comme un moyen pour une fin, qu'il s'agisse d'une vie embryonnaire ou en plein développement ou qu'elle ait maintenant atteint son extrémité. De la vie d'un homme, non coupable d'un crime passible de la peine de mort, Dieu est le seul seigneur !" La vie de l'innocent est intangible, pas celle du coupable !

Dans le même discours on lit aussi : « Ici aussi la raison et la foi tracent les frontières entre les droits respectifs de la société et de l'individu. … Pas d'elle, mais dans le Créateur lui-même, il a droit sur son propre corps et sur sa vie, et devant le Créateur il répond de l'usage qu'il en fait. Il en résulte que l'entreprise ne peut directement le priver de ce droit, tant qu'il ne s'est pas rendu passible d'une telle privation d'un crime grave et proportionné. »

La vie de l'innocent est intangible, pas celle du coupable !

Le Catéchisme de l'Église catholique affirme au n. 2260 : « … Le meurtre volontaire d'une personne innocente est gravement contraire à la dignité de l'être humain, à la « règle d'or » et à la sainteté du Créateur. La loi qui interdit ce meurtre a une valeur universelle : elle oblige chacun, toujours et partout. »

Il est donc intrinsèquement immoral de tuer des innocents, pas des coupables.

Le même Catéchisme affirme au n. 2263 : "La légitime défense des personnes et des sociétés ne constitue pas une exception à l'interdiction de tuer un innocent, qui consiste en un meurtre volontaire." Le cinquième commandement interdit de tuer les innocents, pas ceux qui ont commis des crimes graves ou l'injuste agresseur...

Les paroles du Pape François montrent qu'elles contiennent une erreur très grave, cette erreur est aussi en contraste avec la doctrine de l'Église sur la légitime défense et la guerre juste ; en effet si le commandement de ne pas tuer a une valeur absolue aussi à l'égard du coupable on ne peut pas tuer l'agresseur injuste pas même pour se défendre, donc si un Etat est attaqué par un autre Etat même pas pour se défendre on peut tuer ceux qui l'attaquent ! Tout cela est clairement contraire à la Bible et à la Tradition.

Cependant, il faut saluer le pape François pour avoir réaffirmé la licéité de la légitime défense : « Il est donc légitime de faire valoir son droit à la vie, même lorsque pour cela il faut porter un coup fatal à son agresseur (cf. Catéchisme de la Église catholique, n° 2264)." et précisé que : « La défense du bien commun exige de mettre l'agresseur dans la condition de ne pas pouvoir causer de dommage. » ; dans le même discours, cependant, le Pape a ajouté : « … l'Église enseigne, à la lumière de l'Évangile, que la peine de mort est toujours inadmissible parce qu'elle porte atteinte à l'inviolabilité et à la dignité de la personne. "

La logique voudrait que si le commandement "ne tue pas" était absolu même pour le coupable et si la personne humaine était inviolable, même la légitime défense ne soit pas licite... mais je suis heureux qu'au-delà du sens plus direct de ses propos , le pape a réaffirmé la licéité de la légitime défense.

Une autre erreur du Pape François concernant les questions liées à la peine de mort est que le Pontife affirme que la peine de mort porte atteinte à l'inviolabilité de la personne humaine.

Je réponds à cette affirmation en réitérant que, comme nous l'avons vu, en réalité la personne humaine est dans certains cas violable et c'est précisément à quel point elle devient un danger pour les autres…. l'autodéfense énonce précisément ceci : l'agresseur injuste peut être tué. Inviolable est l'innocent, pas le coupable ... et dans cette ligne le Catéchisme de l'Église catholique, suivant la saine doctrine, réaffirme la légalité de la légitime défense et de la guerre juste, en fait dans nos. 2263 ss affirme : « La légitime défense des personnes et des sociétés ne constitue pas une exception à l'interdiction de tuer l'innocent, meurtre en quoi consiste le meurtre volontaire. ... Ceux qui défendent leur vie ne sont pas coupables de meurtre même s'ils sont contraints d'infliger un coup fatal à leur agresseur ... La légitime défense, en plus d'un droit, peut aussi être un devoir sérieux pour les responsables pour la vie des autres...."

De plus, dans Gaudium et Spes, à propos de la guerre juste, on lit : « Tant que le danger de guerre existe et qu'il n'y a pas d'autorité internationale compétente, dotée de forces efficaces, une fois épuisées toutes les possibilités de règlement pacifique , il ne sera pas possible de dénier aux gouvernements le droit à une légitime défense ».

Au non. 2309, le Catéchisme de l'Église catholique déclare : « Les conditions strictes qui justifient une légitime défense par la force militaire doivent être rigoureusement examinées. ... "

En cas de guerre juste, les gouvernants : « … ont le droit et le devoir d'imposer aux citoyens les obligations nécessaires à la défense nationale. ... "(Catéchisme de l'Église catholique n. 2310)

En cas de guerre, la loi morale reste valable : « L'Église et la raison humaine déclarent la validité permanente de la loi morale pendant les conflits armés. (Catéchisme de l'Église catholique n. 2312)… donc : « Les non-combattants, les soldats blessés et les prisonniers doivent être respectés et traités avec humanité. » (Catéchisme de l'Église catholique n. 2313) etc.

De même, la légalité de la légitime défense et de la guerre juste est également affirmée dans Evangelium Vitae au n. 55 qui affirme à propos du cinquième commandement : "Nul ne peut donc renoncer au droit de se défendre par manque d'amour pour la vie ou pour soi-même, mais seulement en vertu d'un amour héroïque...

D'autre part, "la légitime défense peut être non seulement un droit mais un devoir grave pour ceux qui sont responsables de la vie d'autrui, du bien commun de la famille ou de la communauté civile". Malheureusement, il arrive que la nécessité de mettre l'agresseur en position de ne pas nuire conduise parfois à sa suppression. Dans cette hypothèse, l'issue fatale doit être imputée à l'agresseur lui-même qui s'y est exposé par son acte, même s'il n'était pas moralement responsable faute d'usage de la raison. »

…. Comme on peut le voir, le cinquième commandement n'a pas de valeur absolue et la vie humaine du coupable n'est pas inviolable, en effet la légitime défense des individus et des États est licite et parfois nécessaire et cela implique dans certains cas la répression de l'agresseur.

Les déclarations du pape François aussi sur ce point constituent malheureusement, sous une forme subtile mais très grave, une subversion de la doctrine morale catholique…. elles sont en elles-mêmes dangereuses et contraires à l'enseignement biblique et traditionnel...

Que Dieu intervienne et libère l'Église de ces erreurs que le pape François propage !

6) Réflexions sur les propos de certains auteurs modernes qui ont "préparé" ou soutenu les erreurs du pape François concernant la peine de mort.

Que la Vérité nous guide de mieux en mieux.

Certains auteurs catholiques, surtout ces dernières décennies, ont préparé les déclarations du pape François sur la peine de mort. Il me semble intéressant d'examiner certaines de leurs déclarations pour clarifier certaines questions qui ressortent à travers leurs écrits et donc d'approfondir le jugement moral sur la peine de mort sous divers aspects.

Comme l'a expliqué G. Concetti dans son livre : "Pena di morte" (éd. Piemme, Casale Monferrato 1993), la contestation de la légitimité de la peine de mort par les théologiens catholiques a commencé à la fin de 1700 et s'est poursuivie jusqu'au début de 1900 mais dans cette période d'environ 200 ans seuls quelques auteurs isolés ont mis en œuvre ce défi, pensez à Malanima, Zanghi, Keller, Ude ; cette dispute s'est ensuite développée, surtout après le Concile Vatican II (voir Concepts "Peine de mort" éd. Piemme, Casale Monferrato 1993 pp.22s)

Surtout après le Concile Vatican II, il y a des auteurs catholiques qui s'opposent à la légalité de la peine de mort à la suite des déclarations de divers épiscopats qui se sont prononcés contre la peine de mort. On lit dans un texte d'un moraliste jésuite : « El 8 de septiembre de 1978 aparecía en la primera página de l´Osservatore Romano a protest solemne por la ejecución de una mujer en los Estados Unidos señalando que la imposición de la pena capital es la maire humiliation imaginable. ... (…) Il existe un mouvement épiscopal abolitionniste de la pena de muerte, surgido a raíz du Concile Vatican II. La Conferencia Episcopal Canadiense, por ejemplo, si dirigée vers le Parlement d'aquel país el 6 de enero de 1973.… ... (...) En 1980 los obispos norteamericanos ...  »

Après le Concile, à partir d'une forte intervention publiée dans L'Osservatore Romano, contre l'infliction de la peine de mort à une femme aux États-Unis, on note un mouvement abolitionniste parmi les évêques et certains documents, notamment de la France et du Nord Évêques américains, traitez de la peine de mort.

En réalité, les déclarations des évêques nord-américains ne niaient absolument pas la légitimité de la peine de mort mais seulement qu'elle était justifiable dans la situation concrète des États-Unis ; les déclarations de l'épiscopat français rassemblées dans un document de 1978 semblaient plutôt abolitionnistes, mais celles-ci disaient aussi que l'Église reconnaissait la peine de mort également sur la base de Rm 13,4 .

Il y avait aussi des moralistes qui s'opposaient à la peine de mort comme Concetti, Vidal, Blazquez, Ciccone etc. Nous examinerons ci-dessous certaines des affirmations de certains d'entre eux à ce sujet et nous verrons également ce que prétendent d'autres auteurs de la ligne abolitionniste.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

a) Quelques réflexions sur les affirmations du théologien prof. Ciccon.

Examinons d'abord certaines choses que le prof. Lino Ciccone dans le livre "Ne tue pas" (Ed. Ares Milano 1988)

1) Documents bibliques.

Ciccone affirme que, bien que la peine de mort soit légitimée dans l'A. Testament, elle a été posée dans des termes très différents de ceux dans lesquels elle est posée aujourd'hui ; selon Ciccone il n'a pas été utilisé pour la défense de la société mais a été posé en des termes complètement différents, de plus Ciccone dit que la TA offre des indications contraires à la peine de mort, par exemple. 4,14 janv.

Il me paraît clair pour ceux qui connaissent la TA que les déclarations de L. Ciccone sont manifestement fausses, la peine de mort dans la TA a aussi été prononcée pour la défense et plus généralement pour le bien de la collectivité en fait, comme l'explique Brugger : "Les crimes graves contre la religion, l'ordre de la famille et de la communauté et la vie humaine étaient tous punis de mort. Par exemple, le blasphème (Lév. 24 :16), le sacrifice à des dieux étrangers (Ex. 22 :20, 32 : 21-27, Deut. 13 : 6-10, 17 : 2-7) et le travail le jour du sabbat ( Ex. 31 : 12-14, 35 : 2) étaient des crimes capitaux ; il en était de même des fausses prophéties, des songes idolâtres, de la sorcellerie et de la sorcellerie (Deut. 13 : 5, Lév. 20 : 27, Ex. 22 : 18).

Les crimes graves contre la religion, l'ordre familial et communautaire et la vie humaine étaient tous punis de mort. "Un crime des plus graves en Israël, contre à la fois la communauté et sa religion, était le meurtre intentionnel d'un innocent ou une blessure intentionnelle entraînant la mort d'un innocent (Gen. 9 : 6, Ex. 21 : 12, Lév. 24 : 17, 21, Nom. 35 : 16–20, Deut. 19 : 11–13) Un crime particulièrement grave en Israël, contre la communauté et sa religion, a été le meurtre intentionnel d'innocents ou la blessure intentionnelle entraînant la mort d'innocents. «Le sang innocent tué a souillé non seulement le meurtrier (Deut. 19:13) mais aussi sa plus grande maison (Deut. 22: 8); a pollué sa ville et son pays (Deut. 19 :10, Nom. 35 :33, 2 Sam. 21 :1-2, Jér. 26 :15, Ps. 106 :38) et a même rendu stérile le sol sur lequel il a été renversé (Genèse 4 : 11-12). Le sang innocent versé a contaminé non seulement le tueur mais aussi sa famille, sa ville et son pays. La loi a puni de mort ceux qui ont péché ; ce châtiment a été infligé pour expier le péché et donc pour défendre le peuple d'Israël du châtiment divin qui frappait le peuple pour les péchés de ses membres, cela est particulièrement clair dans l'épisode de Josué qui fait mourir Acan (Josué 7). le chapitre montre les dommages du péché et l'imposition de la peine de mort pour le bien de la nation et pour sa défense mais ces mots sont particulièrement significatifs : « Les Israélites ont péché. Ils ont transgressé les ordres que j'avais donnés. Ils ont osé prendre pour eux quelque chose qui devait être détruit. Ils l'ont volé et ont caché l'année dans leurs bagages. C'est pourquoi les Israélites ne peuvent plus résister à leurs ennemis. Désormais ils fuiront devant eux : ils se sont attiré l'extermination. Je ne serai plus à vos côtés tant que vous n'aurez pas détruit les objets destinés à l'extermination. Demandez donc à tout le monde d'accomplir un rite de purification. Ordonnez-leur de le faire pour demain. Vous direz pour ma part : Parmi vous, Israélites, il y a des objets que moi, le Seigneur, le Dieu d'Israël, j'avais ordonné de détruire. Tant que vous ne l'aurez pas fait, vous ne pourrez plus résister à vos ennemis !" (Josué 7, 11,13) On retrouve la même idée de base dans le massacre perpétré par Elie contre les prophètes de Baal (I Rois 18, 40), leur péché blessait tout le peuple... et devait être expié pour en effet après leur mort la pluie revient sur Israël (I Rois 18, 45s).

Dans le livre du Lévitique, nous lisons : « Si un Israélite ou un étranger, vivant en Israël, offre un de ses enfants en sacrifice au dieu Moloch, il doit être mis à mort. … Si les habitants de la région ferment les yeux sur de telles actions, pour éviter de mettre cet homme à mort, j'interviendrai personnellement contre lui et sa famille ; Je les exclurai du peuple d'Israël, lui et tous ceux qui se joignent à lui dans le culte idolâtre rendu à Molok." (20,1.4-5)

LÀ. Le Testament affirme donc clairement la légalité de la peine de mort ; cette punition est vue comme un acte d'autorité selon la volonté de Dieu pour la défense et pour le bien de la communauté.

Même le traitement par Ciccone du Nouveau Testament par rapport à la peine de mort est gravement incomplet et clairement déviant, il évite de citer Rm 13 et d'autres passages du Nouveau Testament que la Tradition place à l'appui de la légalité de la peine de mort. Brugger, bien qu'en faveur de l'inadmissibilité de la peine de mort, déclare: "Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait guère de doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament." Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait aucun doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament et en particulier par l'auteur du Nouveau Testament. L'image que nous recevons invariablement lorsque le Nouveau Testament relate les rencontres avec les autorités civiles où la mort est en jeu est celle d'une pratique judiciaire normale, qui n'est remise en cause que lorsqu'elle est jugée injustement exercée.

Ciccone s'appuie fortement sur Jean 8 mais, comme on l'a vu plus haut, ce passage ne dit rien sur la peine de mort elle-même. Comme nous l'avons vu précédemment lorsque j'évoquais la peine de mort dans la Bible, il faut dire que la légitimité de la peine de mort, clairement énoncée dans l'Ancien Testament, est confirmée dans le Nouveau Testament quoiqu'avec une forte indication de l'atténuation des sanctions pénales. discipline.

2) La documentation patristique de Ciccone apparaît largement incomplète et les déclarations qu'il fait sont fausses, en fait il dit qu'avant l'avènement de Constantin il y avait un rejet direct de la peine de mort par les chrétiens... malheureusement pour lui, les choses sont bien différentes de ce dit-il, comme vous avez pu le voir dans mon livre dans la partie où je parle des Pères pré-Constantiniens ... évidemment les Pères ont suivi l'Écriture et en fait non seulement l'Ancien mais aussi le Nouveau Testament ne s'y oppose pas à la peine de mort, comme vous avez pu le lire dans ce chapitre dans la partie relative aux enseignements de la Bible à ce sujet et comme nous l'avons dit quelques lignes plus haut.

3) La documentation papale et magistrale présentée par Ciccone apparaît largement incomplète. Ciccone affirme que la première confirmation magistrale explicite de la peine de mort serait en l'an 1208... mais il ne présente pas la lettre d'Innocent I à Exsuperius du 20.2.405 qui, comme on le voit, est extrêmement éclairante sur la question : " La question se pose de ceux qui après le baptême ils étaient des administrateurs publics et n'utilisaient que les instruments de torture ou même prononçaient la peine de mort. Nous ne lisons rien à leur sujet tel que défini par les anciens. Il faut se rappeler que de tels pouvoirs étaient accordés par Dieu et que, pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il était indiqué que le ministre de Dieu punit de cette manière (Rm 13, 1. 4) Comment pourraient-ils condamner un comportement qui ont-ils vu a été accordée par l'autorité de Dieu? A leur égard, nous continuons donc à nous réglementer comme nous l'avons été jusqu'à présent, afin qu'il ne semble pas que nous renversions la discipline ou que nous allions à l'encontre de l'autorité du Seigneur. Il leur est réservé de rendre compte de toutes leurs actions." Les affirmations de St. Paul étaient et sont trop clairs pour vouloir les clarifier davantage. Les papes, sur la base de l'Écriture, avaient une certitude absolue de la légalité de la peine de mort, donc, comme on le voit, puisque personne n'a attaqué cette vérité, ils n'ont jamais pris la peine de la traiter en profondeur. Les problèmes doctrinaux étaient bien différents et le Magistère menait des enquêtes et des jugements à leur sujet, d'autre part la légalité de la peine de mort était une donnée claire donc, comme on l'a vu, les Papes se sont limités à faire appliquer cette peine sans jamais la lever, en face aux nombreuses exécutions qui ont eu lieu, la voix contre cette pratique. Mais lorsque les Vaudois ont commencé à nier le droit des autorités d'appliquer la peine de mort, alors l'Église est intervenue et a fait de même lorsque Wicleff et Hus ont propagé leurs erreurs. La documentation de Ciccone est largement incomplète et ne mentionne pas ce que nous avons dit ci-dessus :

- qu'en 1215, lors du IV Concile de Latran (XII œcuménique), le canon Excommunicamus fut adopté, qui ordonna l'abandon des hérétiques condamnés "aux pouvoirs séculiers" (Const. 3) ... avec pour conséquence l'imposition de la peine de mort (COD p. 233 sqq.) Ce texte passera dans les décrétales de Grégoire IX ; la même solution sera adoptée par le concile de Constance (œcuménique XVI) contre les wyclifites (cf. COD p. 414ss) et les hussites (cf. COD p. 429, condamnation au bûcher de Hus).

- que parmi les sentences condamnées par le concile de Constance dans la doctrine de Wicleff il y a celle selon laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier affirme en fait que Dieu ne peut approuver qu'on soit civilement jugé ou civilement condamné (cf. COD p. 425, n.44)

-que parmi les sentences condamnées dans la doctrine de Hus par le Concile de Constance il y a celle pour laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier (cf. COD p. 430, n.14)

-que le pape Martin V, en 1418, rédigea un questionnaire pour examiner la doctrine professée par les personnes soupçonnées de wyclifisme et de hussisme, dans lequel il demandait explicitement à la personne si elle croyait à la possibilité pour les prélats de faire appel au bras séculier (Heinrich Denzinger " Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1272)… et donc de se voir infliger la peine de mort.

-que Léon X, en 1520, incluait également celle-ci parmi les erreurs de Luther : "Que les hérétiques soient brûlés est contre la volonté de l'Esprit".    L'erreur pour laquelle Luther nie que la peine de mort pour hérésie puisse être infligée relève des erreurs indiquées par Léon X de cette manière :

nous avons vu que ces mêmes erreurs ou articles ne sont pas catholiques, et ne doivent pas être crus comme tels, mais qu'ils sont contraires à la doctrine de l'Église catholique et à la Tradition, surtout à l'interprétation vraie et commune des Écritures divines. .. en fait, il découle clairement des mêmes erreurs ou de quelques-unes que la même Église, qui est gouvernée par le Saint-Esprit, se trompe et s'est toujours trompée.

- que le catéchisme romain enseignait la légalité de la peine de mort .

-que le Pape Léon XIII écrivit dans "Pastoralis Officii", une lettre encyclique de 1881 : "Il est bien établi que les deux lois divines, tant celle qui a été proposée avec la lumière de la raison, que celle qui a été promulguée avec des écrits d'inspiration divine , interdisent absolument à quiconque de tuer ou de blesser un homme en l'absence d'un juste motif public, à moins d'y être contraint par la nécessité de défendre sa vie. »

Compte tenu de la documentation de base insuffisante et erronée, il n'est pas étonnant que, dans le livre de Ciccone, les portes s'ouvrent sur l'inadmissibilité absolue de la peine de mort.

Ensuite, je rappelle à tous que l'État pontifical depuis son existence jusqu'en 1870 imposait la peine de mort… Dunot écrit : « Dernière preuve de la légitimité de la peine de mort, la pratique des souverains pontifes. Il ne s'agit ici que d'une justification indirecte, ma il est évident que si une telle pratique était contraire à l'Évangile, elle n'aurait pas eu droit de cité dans les États pontificaux. Ou c'est exactement le contraire qui s'observe. La peine de mort a été prévue et appliquée par les pontifes successifs jusqu'à la suppression des États pontificaux en 1870, et elle a même été prévue, par le Code pénal du Saint-Siège, pour les cas de tentatives d'assassinat sur la personne du pape, de 1929 à 1969 [42]. Dans leurs États, les papes n'ont pas fait montre d'une clémence abolitionniste envers les coupables. "( Dernière preuve de la légitimité de la peine de mort, la pratique des papes souverains. Ceci n'est qu'une justification indirecte, mais il est évident que si cette pratique était contraire à l'Evangile, elle n'aurait pas eu le droit de cité dans l'Etat pontifical. Mais c'est exactement le contraire qui est vrai. La peine de mort a été prévue et appliquée par les papes successifs jusqu'à l'abolition de l'État pontifical en 1870. Les papes ont appliqué la peine de mort dans l'État pontifical et le Code pénal du Saint-Siège prévoyait la peine de mort jusqu'en 1962 pour ceux qui tentaient de tuer le pape.

Évidemment tout cela a été fait dans la certitude absolue que cette peine était légitime selon la Loi de Dieu, en cas de doute il aurait été illégal d'appliquer cette peine. ...

Ciccone a également affirmé (p. 83) que les déclarations du théologien Concepts qui dénient à l'État le droit d'imposer la peine de mort en raison de l'inviolabilité absolue de toute vie humaine, sont tirées du "Magistère" ... mais le Magistère par excellence dont c'est le Pontifical qui a clairement précisé que : « La vie humaine est sacrée parce que, dès son origine, elle implique l'action créatrice de Dieu et demeure à jamais dans une relation particulière avec le Créateur, sa seule fin. Seul Dieu est le Seigneur de la vie de son commencement à sa fin : personne, en aucune circonstance, ne peut revendiquer le droit de détruire directement un être humain innocent" Ce document, avec l'approbation écrite du Pape, réaffirme cette vérité à plusieurs reprises.

Evangelium Vitae au n. 57 stipule : « Si une telle attention doit être portée au respect de toute vie, même celle de l'offenseur et de l'agresseur injuste, le commandement « Tu ne tueras pas » a une valeur absolue lorsqu'il se réfère à l'innocent. Si la vie humaine était toujours inviolable, la légitime défense serait également interdite ; d'autre part, la légitime défense est licite et précisément pour la légitime défense la communauté avec les gouvernants légitimes a le droit et le devoir de se défendre en imposant la peine de mort dans certains cas.

Cependant, Ciccone affirme que la légitime défense contre l'agresseur pourrait être considérée comme un meurtre indirect, non désiré… et dans cette ligne la peine de mort devrait être considérée comme illicite tandis que la légitime défense reste légale.

Je me souviens que l'art. Thomas déclare clairement que seule l'autorité civile a le pouvoir de Dieu d'infliger des châtiments et donc d'infliger la peine de mort… pour cette raison, personne d'autre ne peut intentionnellement tuer quelqu'un légitimement. Tout le monde peut certainement se défendre et peut donc précisément, selon St. Thomas, de commettre des actes qui entraînent la mort de l'agresseur injuste, de tels actes sont cependant licites dans la mesure où sont licites les actes à double effet qui causent précisément la mort de quelqu'un (cf. II-II q. 64 a.7). Selon certains "probatus auctor" tels que De Lugo et Waffelaert, cependant, le meurtre direct d'un agresseur injuste est également licite tant qu'il est choisi comme un moyen et non comme une fin (cf. HB Merkelbach "Summa Theologiae Moralis" , Desclée de Brouwer, Brugis - Belgica, 1962, II, p. 362)

Une personne sans défense et innocente ne peut pas être tuée directement comme un petit être humain dans le ventre de sa mère mais l'autorité tient de Dieu le pouvoir de tuer un agresseur injuste et, dans certains cas, dangereux pour la communauté à cause des crimes de sa part. ; L'Écriture interprétée à la lumière de la Tradition est très claire en l'affirmant et aussi la juste raison.

Les déclarations de Ciccone au sujet de la peine de mort apparaissent donc profondément inexactes et déviantes dans leurs fondements et donc dans leurs conclusions.

Étrangement, l'article de La Civiltà Cattolica n'a pas été condamné...

Dieu intervienne !

b) Réflexions sur un article de Civiltà Cattolica de 1981.

De plus, également un article dans la Civiltà Cattolica que Ciccone mentionne et sur lequel il s'appuie est subtilement mais clairement erroné et déviant.

Cet article semble savamment structuré pour sortir de la saine doctrine ; il lui manque la structure classique de l'Ecriture, de la Tradition, du Magistère, il ne propose pas toute la saine doctrine, du moins dans une synthèse efficace, présentée en 2000 ans de Christianisme ; la structure classique, si elle est bien faite, aide à montrer clairement ce que Dieu et l'Église ont vraiment dit sur cette question et aide à démasquer les erreurs et les hérésies mais aide aussi à comprendre quelles sont les marges d'un véritable développement de la doctrine.

L'article en question omet de noter avec suffisamment de richesse et de précision que l'Ancien Testament a clairement affirmé la légitimité de la peine de mort et que Jésus ne l'a jamais niée comme erronée ou illégitime et dans le sillage du Christ, le Nouveau Testament a évidemment pleinement confirmé… à tel point que l'art. Innocent I dans la lettre à Exsuperius écrit: «La question se pose de ceux qui, après le baptême, étaient des administrateurs publics et n'ont utilisé que des instruments de torture ou même prononcé la peine de mort. Nous ne lisons rien à leur sujet tel que défini par les anciens. Il faut se rappeler que de tels pouvoirs étaient accordés par Dieu et que, pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il était indiqué que le ministre de Dieu punit de cette manière (Rm 13, 1. 4) Comment pourraient-ils condamner un comportement qui ont-ils vu a été accordée par l'autorité de Dieu? A leur égard, nous continuons donc à nous réglementer comme nous l'avons été jusqu'à présent, afin qu'il ne semble pas que nous renversions la discipline ou que nous allions à l'encontre de l'autorité du Seigneur. Il leur est réservé de rendre compte de toutes leurs actions." .

Les chrétiens guidés par l'Esprit Saint ont compris dès le début que le Christ n'a pas aboli la peine de mort, au contraire ils ont compris qu'elle est pleinement confirmée par le Christ et donc par le Nouveau Testament.

Les passages bibliques que l'article de La Civiltà Cattolica présente pour affirmer que l'Evangile est contre la peine de mort ont été interprétés très différemment pendant 2000 ans, par des saints et des docteurs et des papes qui, connaissant toute la Bible et l'interprétant correctement, ont pleinement accepté et affirmé la légalité de la peine de mort.

La négation de la loi du talion par le Christ ne signifie pas la négation de la légitime défense et de la peine de mort... depuis 2000 ans l'Église à travers des milliers de saints et de docteurs et de pères et de papes l'a clairement affirmé !

Dieu, qui est Amour et Justice, a la possession totale de la vie humaine et peut punir le pécheur par la mort, la Bible le montre clairement ; le ministre de Dieu précisément parce qu'il est guidé par la Vérité de Dieu et selon la Loi de Dieu peut légitimement infliger la peine de mort. Tout comme le jugement et la condamnation appartiennent à Dieu, de la même manière le ministre de Dieu appartient au jugement et à la condamnation à la lumière de la Vérité.

Sur la base de la Tradition et du texte présenté quelques lignes ci-dessus qui se réfère précisément à la manière dont les premiers chrétiens ont accepté la peine de mort et guidé par la Tradition le Pape Innocent Ier affirme la légalité de la peine de mort, de nombreux autres Papes, comme on le voit, non seulement ils affirmaient théoriquement la légitimité de la peine de mort mais la demandaient aux rois ou la faisaient imposer dans les États pontificaux comme on l'a vu.

L'article de La Civiltà Cattolica omet également de souligner qu'avant même que Constantin les Pères aient affirmé la légalité de la peine de mort, comme nous l'avons vu ci-dessus, dans la documentation patristique ... il met plutôt en évidence certaines affirmations qui sembleraient soutenir cela dans ce période ils étaient absolument opposés à cette peine...

A cet égard, il convient de noter que la peine de mort n'est pas toujours et en aucun cas licite à l'autorité... elle est licite à l'autorité légitime et elle est licite lorsqu'elle est prononcée selon la justice, selon la Vérité de Dieu ; Malheureusement, nous savons qu'à l'époque romaine et même aujourd'hui, les dirigeants ne commandent souvent pas à la lumière de la justice et de la vérité et, par conséquent, la peine de mort est souvent imposée contre la volonté divine. Dans cette optique, il n'est pas étonnant que, dans le passé, ceux qui reconnaissaient la légitimité de la peine de mort au niveau doctrinal n'aient pas concrètement admis la façon d'agir des autorités étatiques et ont donc invité les chrétiens à ne pas faire partie de l'armée ou à ne pas être juge pour ne pas avoir à se retrouver à condamner ou à tuer sur la base de lois injustes... un juge ou un soldat chrétien aurait pu être trouvé, par exemple. , devoir condamner et tuer une personne simplement parce qu'elle est chrétienne précisément parce que des lois injustes ont défini le christianisme comme une religion interdite à de nombreuses reprises dans l'histoire et sanctionné l'appartenance à notre religion par la peine de mort !

L'article de La Civiltà Cattolica indique également que Saint Nicolas Ier dans sa réponse aux Bulgares ("Responsa ad Consulta Bulgarorum", PL 119, 978-1016) de l'année 866 aurait nié la peine de mort, ce qui n'est pas vrai, comme nous l'avons amplement démontré ci-dessus, en effet ce saint Pontife fait face à un grand nombre de questions dogmatiques et canoniques et réaffirme la légitimité de la peine de mort. cependant, tempérant la sévérité de la loi de ces peuples. Ainsi le saint pape Nicolas Ier écrit, entre autres : « XXVI. De his qui proximum, id est consanguineum suum, qui est frater, consobrinus, aut nepos, trucidaverint, venerandae leges proprium robur obtineant. Sed si ad ecclesiam convolaverint, mortis quidem legibus eruantur : poenitentiae vero, quam autistes loci, vel presbyier considerverit, absque dubio submittantur : Nolo, inquit Dominus, mortem peccatoris, sed ut convertatur, et vivat (Ezech. Xviii) ». Ce qui signifie essentiellement que quant à ceux qui ont massacré leur parent il est bon que les lois respectables trouvent leur application (donc la peine de mort peut être appliquée) mais si les coupables se sont réfugiés dans l'église, ils sont arrachés à la mort promise par les lois.

Pour les personnes intéressées, il est possible d'aller lire le texte de l'art. Nicola au lien suivant allant à la colonne 978 ff. (https://books.google.it/books?id=3iPuOWKAb0YC&printsec=frontcover&hl=it&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false…) afin que vous puissiez directement vous rendre compte des erreurs diffusées par l'article de la Civiltà Cattolica sur ce texte. Comme nous l'avons dit plus tôt lorsque nous avons parlé des revendications des papes sur la légalité de la peine de mort, il existe d'autres indications claires que le pape Nicolas Ier n'est pas un abolitionniste de la peine de mort.

Le texte de La Civiltà Cattolica insiste sur le fait que la doctrine catholique « médiévale » commune était pour la peine de mort… ; mais il ne faut pas oublier qu'à notre époque parler de "médiéval" peut être compris dans un sens négatif... et il ne faut pas oublier que la doctrine patristique catholique commune affirme la légalité de la peine de mort et que le consentement unanime des Pères est essentiel pour connaître la doctrine catholique... Le Cardinal Dulles déclare : « En revenant à la Tradition chrétienne, nous pouvons constater que les Pères et Docteurs de l'Église sont presque unanimes pour soutenir la peine de mort, même si certains d'entre eux - comme Saint Ambroise (339 ca.-397) - exhorte les clercs à ne pas prononcer de condamnations à mort ni à servir d'exécuteurs."

Brugger écrit : « Pour les Pères de l'Église primitive, l'autorité de l'État pour tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient sur la question de savoir si les chrétiens devraient occuper des fonctions dont les responsabilités incluent le jugement et l'exécution des peines capitales - les auteurs pré-constantiniens ont dit qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après 313 ont dit qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais remise en question. "

Pour les premiers Pères de l'Église, l'autorité de l'État à tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise.

Brugger montre clairement dans son livre les diverses affirmations des Pères sur la question de la peine de mort et montre précisément comment ils affirment de manière absolument unanime la légalité de la peine de mort. .

En ce qui concerne le consentement unanime des Pères, il est nécessaire de rappeler ce que le Concile Vatican I affirme « … personne ne devrait être autorisé à interpréter cette Écriture…. contre le consentement unanime des Pères. » (Concile Vatican I, Constitution Dogmatique "Dei Filius", c. 2: DS 3007)… Le texte de La Civiltà Cattolica ne mentionne même pas le texte de l'art. Innocent je l'ai vu plus haut, pourtant c'est un texte bien connu qui affirme la légalité de la peine de mort.

L'article de La Civiltà Cattolica déclare : « D'autre part, Jésus dans l'Évangile se montre opposé à toute forme de violence. Il enseigne plutôt à la subir, mais interdit d'opposer la violence à la violence. De ce point de vue, non seulement il corrige radicalement la loi mosaïque, déclarant que l'antique loi du « œil pour œil, dent pour dent » n'est plus légitime, mais il prescrit de ne pas s'opposer au méchant et d'offrir ceux qui frappent la joue droite « l'autre aussi » (Mr 5,38 : 39-XNUMX). Quand, alors, il subit la violence suprême - la peine de mort - sa réaction est le pardon, c'est-à-dire le dépassement de la violence, la rupture de la chaîne de la vengeance qui répond à la mort par la mort. »

Question : alors oui. Thomas et tous les Pères et Docteurs qui ont affirmé avec lui la légalité de la peine de mort avaient lu un autre Evangile et connu un autre Christ ?... et quel Evangile ont lu ces Papes qui précisément guidés par les auteurs que nous venons de citer et surtout par la Bible ont-ils exécuté tant de criminels ?

La violence comme pécheresse et mal est condamnée par le Christ mais la peine de mort ne fait pas partie des violences de ce type au même titre que la légitime défense... la justice doit être distinguée de la violence pécheresse : Dieu veut la justice et non la violence comme péché.

D'ailleurs, le Christ affirme même que les violents enlèvent le royaume des cieux : « Le royaume des cieux subit la violence et les violents s'en emparent. (Matthieu 11,12:XNUMX) Il s'agit évidemment d'une violence non pécheresse mais sainte.

L'article précise ensuite qu'actuellement de nombreux théologiens et de nombreux épiscopats remettent en cause la légalité de la peine de mort et ajoute qu'ils le font aussi grâce à une exégèse plus appropriée de la Bible... mais je me permets de répondre que "étrangement" depuis 2000 ans cette belle partie d'exégètes, Pères, Docteurs de l'Église et Papes, hommes véritablement guidés par l'Esprit Saint, ont clairement affirmé, précisément sur la base de la Bible, que la peine de mort est licite dans certains cas. Et le Saint-Esprit qui a particulièrement guidé nombre de ces auteurs est l'Auteur principal de la Bible... donc il la connaît bien...

Bessette et Feser, dans leur étude de la peine de mort, ont soutenu que l'enseignement clair et cohérent des Écritures est que la peine capitale est en principe légitime ; Étant donné que l'Église soutient que l'enseignement biblique sur les questions de foi et de morale est d'inspiration divine et infaillible, nous concluons également que, pour cette seule raison, l'affirmation radicale selon laquelle la peine capitale est toujours et en principe mauvaise ne peut tout simplement pas être rendue compatible avec l'orthodoxie catholique et ce jugement est encore renforcé par l'enseignement cohérent des Pères et Docteurs de l'Église, des Papes et des documents ecclésiastiques faisant autorité.

Le cardinal Journet a pu affirmer significativement, dans cette ligne : « Yes l'Évangile interdit aux États d'appliquer jamais la peine de mort, saint Paul lui-même alors a trahi l'Évangile »

Étrangement, l'article de La Civiltà Cattolica n'a pas été condamné...

c) Réflexions sur le livre "Peine de mort" écrit par G. Concetti.

Même le livre "Peine de mort", éd. Piemme 1993, écrit par G. Concetti, un franciscain qui a signé divers articles sur la peine de mort également dans le journal vatican "Osservatore Romano", affirme l'inadmissibilité absolue et l'immoralité de la peine de mort.

Nous examinons ce texte ci-dessous.

1) La documentation biblique des Concepts me semble, sur des pages. 16 et 17 très concis et assez vague, mais au fond le théologien en question affirme que la Bible est en faveur de la peine de mort.

2) La documentation patristique est incomplète et déviante. Dans. 18 de ce texte affirme que les auteurs ecclésiastiques pré-constantiniens étaient opposés à la peine de mort, ce qui est faux, comme nous l'avons vu dans les déclarations de ceux qui ont approfondi la question.   Comme le dit Thompson : « Dans les Stromates, Clément justifie la peine capitale si le criminel ne peut pas être réformé. La mort est essentielle pour empêcher le malfaiteur d'autres crimes et pour dissuader les futurs contrevenants » (Thompson « Augustine and the Death Penalty » Augustinian Studies 40 (2) p. 190) Clément d'Alexandrie, célèbre théologien alexandrin des deuxième et troisième siècles, donc pré-constantinien, affirme clairement que la peine de mort est légale.

3) La documentation papale est largement incomplète et est également erronée.

Concetti s'arrête seulement aux déclarations d'Innocent I et ne mentionne pas les autres papes qui ont fait des déclarations sur la peine de mort après lui jusqu'à l'art. Nicolas I.

Concepts se trompe complètement sur l'art. Nicolas Ier, la considérant totalement contraire à la peine de mort, qui est fausse, comme je l'ai expliqué plus haut lorsque j'ai présenté la doctrine papale sur ce point.

Concepts ne dit pas non plus :

- qu'en 1215, lors du IV Concile de Latran (XII œcuménique), le canon Excommunicamus fut adopté, qui ordonna l'abandon des hérétiques condamnés "aux pouvoirs séculiers" (Const. 3) ... avec pour conséquence l'imposition de la peine de mort (COD p. 233 sqq.) Ce texte passera dans les décrétales de Grégoire IX ; la même solution sera adoptée par le concile de Constance contre les wyclifites (cf. COD p. 414ss) et les hussites (cf. COD p. 429, condamnation au bûcher de Hus) ;

- que parmi les sentences condamnées par le concile de Constance dans la doctrine de Wicleff il y a celle selon laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier affirme en fait que Dieu ne peut approuver qu'on soit civilement jugé ou civilement condamné (cf. COD p. 425, n.44)

-que parmi les sentences condamnées dans la doctrine de Hus par le Concile de Constance il y a celle pour laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier (cf. COD p. 430, n.14)

-que le pape Martin V, en 1418, rédigea un questionnaire pour examiner la doctrine professée par des personnes soupçonnées de wyclifisme et de hussisme, dans lequel il demandait explicitement à la personne si elle croyait en la possibilité pour les prélats de faire appel au bras séculier … Et donc de se voir infliger la peine de mort ;

-Léo X a donné au gouverneur de la ville le pouvoir d'agir contre les criminels et aussi de leur imposer la peine de mort. (« Etsi pro », 1514, Bull., T. 5, p. 615) Jules III prévoyait la peine de mort pour les détenteurs d'exemplaires du Talmud non purgés de leurs créances contre le Christ (« Cum sicut », 1554, Bull. , t. 6, p. 482) Paul IV l'avait prévu pour les procurations ("Volens seleeribus", 1558, Bull., t. 6, p. 538.) etc. ; Cyrille Dounot dans son article « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église » Revue Catholica 16.10.2018 mentionne divers autres crimes qui, sur la base de décisions papales, prévoyaient la peine de mort ;

- que le catéchisme romain enseignait la légalité de la peine de mort .

- que plusieurs Papes, comme Urbain II Boniface VIII et bien d'autres que j'ai cités plus haut, ont fait des déclarations claires en faveur de la peine de mort ;

-que jusqu'en 1870 les exécutions capitales étaient exécutées dans l'État pontifical, ce qui indique évidemment que la doctrine de la légalité de la peine de mort était parfaitement acceptée par les Souverains Pontifes. Les papes appliquaient la peine de mort dans les États pontificaux et le code pénal du Saint-Siège prévoyait la peine de mort jusqu'en 1962 pour quiconque tentait de tuer le pape.

Évidemment tout cela a été fait dans la certitude absolue que cette peine était légitime selon la Loi de Dieu, en cas de doute il aurait été illégal d'appliquer cette peine.

Aussi à la p. 46 Concepts essaie de mettre sur les lèvres du pape Jean-Paul II que la vie humaine est toujours inviolable (G. Concetti "Peine de mort", éd. Piemme 1993 p. 46), même celle du criminel... malheureusement pour Concepts, cependant , au-delà du texte de Jean-Paul II que le franciscain a cité à la page précédente également d'autres textes du même pape indiquent que la peine de mort est légitime dans certains cas et que, par conséquent, la vie humaine n'est pas absolument inviolable... Absolument inviolable est la vie d''innocent, pas celle du criminel... Et en fait, comme Conetti lui-même devait le dire quelques pages plus tard : le Catéchisme de l'Église catholique produit par Jean-Paul II affirme la légalité de la peine de mort dans certains cas et un document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de 1987, intitulé "Donum Vitae" et fait avec l'approbation écrite du Pape lui-même, affirme que la vie de l'innocent est absolument inviolable... pas celle du criminel : "Le à droite inviolables à la vie de tout individu humain innocent, les droits de la famille, de l'institution du mariage constituent des valeurs morales fondamentales, parce qu'ils concernent la condition naturelle et la vocation intégrale de la personne humaine, en même temps qu'ils sont des éléments constitutifs de la société civile et son ordre. . "

D'ailleurs, il me paraît assez clair l'inconséquence de Concepts lui-même qui dans le même livre affirme le droit à la légitime défense après l'avoir nié à la racine justement en disant que la vie humaine est toujours inviolable ; la cohérence veut que si la vie humaine est toujours inviolable : elle ne peut jamais être violée... donc la défense légitime et une guerre juste sont illicites car elles prévoient aussi le meurtre de l'agresseur injuste... et s'ils vous attaquent vous ne pouvez jamais tuez même pour vous défendre et s'ils vont tuer des enfants, vous ne pouvez pas tuer ces tueurs pour défendre les enfants et s'ils vont violer et tuer des femmes et des enfants innocents, vous ne pouvez pas tuer ces violeurs, pédophiles et meurtriers ... précisément parce que l'homme la vie est toujours inviolable...

Vous comprenez bien que tout cela est totalement contraire à la saine morale ! Curieusement, le livre du P. Les concepts n'avaient pas de convictions...

d) Quelques réflexions sur les propos de N. Blazquez sur la peine de mort.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Dans son texte "La Pena de muerte y biotanasia de estado" Vision Libros 2012 cet auteur fait quelques déclarations qui nous intéressent et nous examinerons ce texte d'une manière particulière et quelques autres écrits.

1) La documentation biblique du P. Blazquez (pp. 29ss) apparaît absolument insuffisant et dépourvu de l'appui de la Tradition qui aide à interpréter correctement la Bible.

Tout d'abord, en ce qui concerne l'Ancien Testament p. Blazquez souligne l'existence de la loi du talion ... mais il ne précise pas bien que dans l'Ancien Testament la peine de mort était infligée dans bien des cas non sur la base de la loi du talion, en fait la loi du talion est une peine : "... consistant à infliger à l'auteur d'un dommage corporel une blessure égale. ... C'est une loi formulée à plusieurs reprises dans la Bible et précisément avec les mots de la Bible "œil pour œil, dent pour dent" elle est plus communément indiquée bien que sa définition juridiquement précise se trouve dans la phrase "il lui sera fait comme il a fait à d'autres ... le même mal lui sera fait qu'il a fait à l'autre "" ("Taglione" dans Encyclopedia Online Treccani, www.treccani.it, http://www. treccani.it/encyclopedia/taglione/)

La loi du talion s'appliquait donc à celui qui s'était rendu coupable d'une atteinte à autrui et consistait précisément à infliger à l'offenseur la même injure qu'il avait infligée à la victime.

Comme expliqué par la carte. Dulles « Dans l'Ancien Testament, la loi mosaïque ne spécifie pas moins de trente-six péchés graves passibles d'exécution par lapidation, brûlure, décapitation ou strangulation. Cette liste comprend l'idolâtrie, la pratique de la magie, le blasphème, la violation du sabbat, le meurtre, l'adultère, la bestialité, la pédérastie et l'inceste. La peine de mort était considérée comme particulièrement appropriée comme châtiment pour meurtre parce que dans l'alliance avec Noé, Dieu a établi le principe selon lequel « quiconque verse le sang de l'homme / » de l'homme son sang sera versé, / « parce qu'à l'image de Dieu / « Il a fait homme » (Gen. 9, 6). Dans de nombreux cas, nous voyons comment Dieu punit justement le coupable par la mort, comme cela s'est produit à Koré, Dathan et Abiram (cf. Nom. 16). Dans d'autres cas, des gens comme Daniel et Mardochée sont des intermédiaires de Dieu lorsqu'ils punissent à juste titre les coupables par la mort. »

Brugger, a soigneusement examiné le à. Testament à ce sujet et dit à juste titre : « La mort est prescrite plus de quarante fois et pour plus de vingt délits à travers les divers codes de loi des livres du Pentateuque. 1 Crimes graves contre la religion, l'ordre de la famille et de la communauté, et la vie humaine ont tous été punis de mort. » La peine de mort a été prescrite dans l'A. Testament plus de 40 fois et pour environ 20 crimes contre la religion, la communauté, la famille et la vie des gens.

Dans de nombreux cas, l'application de la peine de mort n'a rien à voir avec la loi du talion.

Le professeur. Blazquez ne le signale pas, p. par exemple, que : le prophète Elie a tué les prophètes de Baal (1 Rois 18)... et il ne s'agissait pas de "la loi du talion"...

Lorsqu'il parle du N. Testament, évidemment, Blazquez souligne que le Christ a supprimé la loi du talion puis il affirme que les condamnations à mort fixées dans l'AT sont littéralement supprimées par le Christ, comme mentionné, cependant, la peine de mort était prévue pour de nombreuses personnes qui n'ont rien à voir avec la loi du talion. Alors le raisonnement de Blazquez s'effondre lamentablement.

Blazquez va aussi jusqu'à dire que la peine de mort a été abolie par le Christ et qu'elle est incompatible avec l'Evangile … Ce qui n'est pas vrai ; Le Christ a confirmé et perfectionné l'ancienne loi mais n'a pas annulé la peine de mort, car les deux sont très bien compris. Paul qui, au fond, tous les Pères de l'Église, comme nous l'avons vu, et après eux les Docteurs et les Papes dont l'unanimité sur le sujet, comme nous l'avons vu, est évidemment très significative ; Je me souviens encore, d'ailleurs, que depuis sa naissance jusqu'en 1870, l'État pontifical a exécuté des condamnations à mort... et le code pénal du Saint-Siège prévoyait la peine de mort jusqu'en 1962 pour quiconque tentait de tuer le pape.

Évidemment, tout cela a été fait dans la certitude absolue que cette punition était légitime sur la base de la Bible et de la Tradition.

Le Christ est venu parfaire l'Ancien Testament mais pas dans le sens de la condamnation absolue de la peine de mort… et l'Église l'a très bien compris ! Le gars. 8 de l'Evangile de Jean, on l'a vu, n'aborde pas la question de la peine de mort en général… c'est simplement la réponse du Christ à ceux qui ont voulu le prendre au piège en lui proposant un cas concret ; Jésus, dans ce passage, ne parle pas de la peine de mort en général mais traite simplement d'un cas particulier ; en effet, examiné en profondeur, le passage de Jean 8, comme je l'ai noté plus haut, est plutôt une confirmation, en général, de la peine de mort et en fait l'Église catholique, qui connaît bien l'Évangile et la Bible, a toujours enseigné que la de mort est licite dans certains cas, comme nous l'avons vu.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Le cardinal Dulles affirme que dans le Nouveau Testament, le droit de l'État de mettre à mort les criminels semble être tenu pour acquis. « … En aucun cas, Jésus ne nie que l'État ait le pouvoir d'infliger la peine capitale. Dans ses débats avec les pharisiens, Jésus mentionne - avec approbation - le commandement sévère selon lequel « quiconque maudira son père et sa mère sera mis à mort » (Mt 15, 4 ; Mc 7, 10 renvoyant à Ex. 21, 7 ; cf. Lév. 20, 9). Lorsque Pilate rappelle à Jésus qu'il a le pouvoir de le crucifier, Jésus précise que le pouvoir de Pilate lui vient d'en haut, c'est-à-dire de Dieu (cf. Jn 19, 11). Jésus se réjouit des paroles du bon larron, crucifié à côté de lui, lorsqu'il admet que lui et son compagnon reçoivent la récompense due pour leurs actions (cf. Lc. 23, 41)." Comme nous pouvons le voir, il est évident que le droit de l'État à mettre à mort est pris pour acquis et n'est jamais nié, pour cette raison les premiers chrétiens n'avaient évidemment rien contre la peine de mort et le Nouveau Testament, dans cette ligne, quand déclare que "lorsque quelqu'un a violé la loi de Moïse, il est mis à mort sans pitié sur le témoignage de deux ou trois témoins" (Héb. 10, 28) il ne semble pas qu'il y ait de problème avec ce précepte en raison du fait que la peine de mort est prononcée.

En réalité, un autre passage de l'Evangile nous présente aussi la peine de mort, pensez à la parabole de Luc 19 qui se termine par ces mots : "Et ceux de mes ennemis, qui n'ont pas voulu que je devienne leur roi, amenez-les ici et tuez devant moi. »" (Luc 19,27:XNUMX) De toute évidence, nous sommes confrontés à la peine de mort... et le Christ ne dit rien qui suggère une condamnation de la peine de mort... au contraire, il utilise l'exemple parler clairement de la condamnation finale que Dieu réserve à ses adversaires.

Brugger, tout en étant favorable à l'inadmissibilité de la peine de mort, affirme que le Nouveau Testament n'a pas grand-chose à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait aucun doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament et surtout par l'Auteur du Nouveau Testament. (cf E. Christian Brugger "Peine capitale et tradition morale catholique romaine" University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63) Le cardinal Dulles déclare : "Aucun passage du Nouveau Testament ne désapprouve la peine de mort."

L'image que nous recevons invariablement lorsque le Nouveau Testament relate les rencontres avec les autorités civiles où la mort est en jeu est celle d'une pratique judiciaire normale, qui n'est remise en cause que lorsqu'elle est jugée injustement exercée. … Le Nouveau Testament ne condamne pas la peine de mort mais la tient plutôt pour acquise et même dans certains de ses passages il la légitime, pensez en particulier à Rm 13,4.

De plus, comme le dit le Compendium de la doctrine sociale de l'Église catholique au n. 380 : « La soumission, non pas passive, mais pour des raisons de conscience (cf. Rm 13,5, 13,1), au pouvoir établi répond à l'ordre établi par Dieu. Saint Paul définit les relations et les devoirs des chrétiens envers les autorités (cf. Rom. 7-12,17). ... L'Apôtre n'a certainement pas l'intention de légitimer tout pouvoir, mais plutôt d'aider les chrétiens « à faire le bien devant tous les hommes » (Rm 13,4, 1), même dans les relations avec l'autorité, dans la mesure où c'est au service de Dieu pour le bien de la personne (cf. Rm 2,1, 2 ; 3,1 Tm 13,4, 1-2,13 ; Tt 1, 2,14) et « pour la juste condamnation de ceux qui font le mal » (Rm 1, 2,17). Saint Pierre exhorte les chrétiens à être "soumis à toute institution humaine pour l'amour du Seigneur" (1 P 2,15, XNUMX). Le roi et ses gouverneurs ont pour tâche de « punir les malfaiteurs et récompenser les bons » (XNUMX P XNUMX, XNUMX). Leur autorité doit être « honorée » (cf. XNUMX Pt XNUMX, XNUMX), c'est-à-dire reconnue, car Dieu exige une conduite droite, qui ferme « la bouche à l'ignorance des insensés » (XNUMX P XNUMX, XNUMX). ... "

Les Pères qui ont lu, médité et interprété la Bible et donc le Nouveau Testament n'ont décelé aucune contradiction entre l'acceptation générale de la peine de mort et la vie chrétienne. Dans le texte de Brugger, nous lisons : « Si nous admettons deux présupposés patristiques, à savoir que le pouvoir politique est divinement institué et qu'il est inhérent à ce pouvoir le droit de tuer les malfaiteurs, alors l'idée que l'exercice du pouvoir politique est incompatible avec l'appartenance à la communauté particulière, l'Église, souffre d'une tension évidente. »

Deux présupposés patristiques doivent être gardés à l'esprit : le pouvoir politique est divinement institué, inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les criminels. Ces deux présupposés éliminent pratiquement l'idée que l'exercice du pouvoir politique et donc de la peine de mort est incompatible avec l'appartenance à l'Église. Le pouvoir de l'État est institué par Dieu et par Dieu, il a le droit de tuer les malfaiteurs, de sorte que la peine de mort est légale dans certains cas. Évidemment, les Pères l'ont dit sur la base de la Bible... et, en particulier, de l'Évangile !

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

La documentation biblique du P. Blazquez (pp. 29ss) apparaît absolument insuffisant et dépourvu de l'appui de la Tradition qui aide à interpréter correctement la Bible… mais la Tradition parle de la légalité de la peine de mort donc on comprend bien que le P. Blazquez coupe radicalement la Tradition de l'interprétation des textes bibliques et présente l'enseignement biblique de manière partielle et visant à nier la légalité de la peine de mort...

2) La documentation patristique que rapporte Blazquez (pp. 32ss) et qui suggérerait une condamnation absolue de la peine de mort par les Pères est un échec scientifique et un exemple de déformation des données réelles de l'histoire et de la Patrologie elle-même... I j'espère franchement que le problème de Blazquez est le manque d'étude approfondie des Pères et j'espère qu'il n'a pas délibérément mal interprété les données réelles ... "Étrangement" cependant Blazquez tarde à présenter les affirmations de l'art. Augustin, surtout certains, nous avons vu qu'en réalité il l'est. Augustin n'est pas un abolitionniste. Blazquez ne parle pas des déclarations de d. Jérôme et s. Ottato di Milevi, qui étaient en faveur de la peine de mort ... ne précise pas bien la pensée de St. Ambrose et d'autres car ils ont fondamentalement accepté que l'État puisse utiliser "l'épée" sur la base de Romains 13,4...

Comparé au texte de Blazquez, le texte de Brugger est une étude beaucoup plus approfondie et surtout impartiale des textes patristiques sur la peine de mort et cet auteur, on l'a vu, conclut son étude en disant : « Pour les Pères de l'Église primitive, l'autorité de l'état de tuer les malfaiteurs est pris pour acquis. Les opinions divergeaient sur la question de savoir si les chrétiens devaient occuper des fonctions dont les responsabilités comprennent le jugement et l'exécution des peines capitales - les auteurs pré-constantiniens disaient qu'ils ne le devraient pas, ceux qui écrivent après 313 ont dit qu'ils le devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais interrogé. "

Pour les premiers Pères de l'Église, il était acquis que l'autorité de l'État avait le pouvoir de tuer les malfaiteurs. Les opinions divergeaient quant à savoir si les chrétiens devaient occuper des postes dont les responsabilités comprenaient le jugement et l'exécution de la peine capitale - les auteurs pré-constantiniens ont dit qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après l'édit 313 ont dit qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais interrogé.

3) La documentation magistrale et papale (pp. 43 ss.) du texte de Blazquez, comme celle patristique, est déformée et présente de fausses déclarations ... en fait, elle évite de citer des textes papaux en faveur de la peine de mort et en cite d'autres dans le sens de les faire apparaître à tort comme complètement opposés à cela. Blazquez ne présente pas le fameux texte du s. Innocent I, que nous avons vu plus haut, et ne présente pas les autres textes que nous avons également vus plus haut et qui montrent comment les papes du premier siècle et des siècles suivants ont accepté la légalité de la peine de mort. Blazquez parle du pape Nicolas par opposition à la peine de mort qui est fausse, comme nous l'avons vu plus haut.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

4) En se tournant vers la critique du P. Blazquez à l'art. Thomas, je rappelle tout d'abord que : au Moyen Âge, rappelle le cardinal Dulles dans la lignée de H. Lio, les principaux canonistes et théologiens ont affirmé la légalité des tribunaux civils pour prononcer la peine de mort pour des crimes très graves comme le meurtre et trahison; S. Anselme, s. Albert le Grand s. Bonaventure, art. Thomas d'Aquin et Duns Scot ont soutenu la légalité de la peine de mort en la fondant sur l'autorité de l'Écriture et de la tradition patristique, et ont également fourni des arguments éclairants de la raison.

Saint Bonaventure, dans un sermon sur les préceptes, attaque les manichéens qui déforment la pensée chrétienne sur le commandement interdisant de tuer et rejetant la peine de mort, il répond à leurs erreurs en déclarant que : lorsque le ministre de la loi exécute la peine de mort selon loi (juste), c'est la loi qui tue l'homme pour une cause juste et selon l'esprit de justice, de sorte que le bourreau dans ce cas n'exécute pas par désir de vengeance, mais par amour de la justice.

Le même art. Bonaventure déclare : « Ad illud vero quod obicitur, quod in iudicialibus praecipitur interficere maleficos ; dicendum, quod nulla est ibi contradiction, quia in un prohibetur homicidium innocentis et iusti, in alio praecipitur occisio malefici. In uno etiam prohibetur homicidium ex propria auctoritate, in alio iniungitur ex auctoritate Legis ; et ista duo non habent oppositionem nec repugnantiam." Le meurtre de l'innocent est interdit, pas celui du criminel...

Saint Thomas avec ces grands docteurs de son temps et avec pratiquement tous les Pères, sur la base de l'Écriture, déclare la peine de mort légale… et contre saint Thomas. Thomas mais plus généralement contre tous p. Blazquez déclare : « Du point de vue du bien común, cabe preguntar a Santo Tomas is existe algún bien más comun a la sociedad que la vida de las personas, íncluida la de los delìncuentes. Por otra parte, un efecto objetivo malo, como es la muerte del reo, jamás podrá justificarse en nombre de una íntención buena. El fin bueno íntencional jamás podrá justíficar el use de medios objetiando malos, en cuyo ámbito se encuentra la penalty de muerte. Creemos que l'analogie utilízada n'est pas valide. Oui, médecine mata al enfermo deja de ser médecine, al menos para el enfermo que es víctima de her. Ahora bien, la peine de muerte produit siempre la muerte del enfermo ou delincuente."

Du point de vue du bien commun, dit Blazquez, il vaut la peine de demander à Santo Tomas s'il existe un bien plus commun dans la société que la vie des gens, y compris celle des criminels ; en revanche, un mauvais effet objectif, comme la mort du prisonnier, ne peut jamais être justifié au nom d'une bonne intention ; la bonne fin intentionnelle ne peut jamais justifier l'utilisation de moyens objectivement mauvais, et parmi ces moyens se trouve la peine de mort. Selon Blazquez, l'analogie utilisée par l'art. Thomas (pour lequel en tant que membre gangrené est amputé pour le salut du corps, donc un criminel est tué pour le salut de la communauté) n'est pas valable, si la médecine tue le patient elle cesse d'être la médecine, du moins pour le malade qui en est la victime, la peine de mort entraîne toujours la mort du patient ou de l'auteur de l'infraction. De toute évidence, Blazquez n'accepte pas que le bien de la vie humaine de la société soit supérieur à celui d'une seule personne et que si un homme fait attention au vrai bien de la communauté, il est également légitime de le supprimer.

Blazquez dit encore en parlant d'un passage de la Somme Théologique de S. Thomas : « Después de distinguir entre la dimension personnelle et la dimension sociale de l'individu humain, signer catégoriquement que la vida de toda persona humana, en sí mísma considerada, es inviolable, aunque se trate de la vida de un pecador. … Santo Tomás,… afirma este principe, mais después se olvída por complet de él, fijándose exclusivement en la dimension sociale del hombre. Y… concluye de acuerdo avec le principe arjstotélico de todo y las partes, en appliquant a las relaciones sociales presididas por el bien común. Al inocente hay que respetarle su vida…. El delincuente ou pecador, au contraire, représente la part corruptrice du myisme, car lo que pudiera ser licito condenarle a muerte. » (

Après avoir distingué les dimensions personnelles et sociales de l'individu humain, St. Thomas, dit le P. Blazquez affirme catégoriquement que la vie de toute personne humaine, considérée en elle-même, est inviolable, même si c'est la vie d'un pécheur ; Saint Thomas, poursuit Blasquez, affirme ce principe, mais ensuite il l'oublie complètement, se concentrant exclusivement sur la dimension sociale de l'homme et conclut donc selon le principe aristotélicien du tout et des parties, appliqué aux rapports sociaux présidés par le bien commun : l'innocent doit être protégé, au contraire le criminel ou le pécheur représente la partie corruptrice de la société, il pourrait donc être licite de le condamner à mort.

Je réponds au p. Blazquez soulignant tout d'abord que par ses déclarations il n'est pas seulement opposé à l'art. Thomas mais à toute la Tradition catholique et à la Bible ainsi qu'à pratiquement tous les hommes de tous les temps qui, comme nous l'avons dit, ont toujours considéré la peine de mort comme licite.

La sagesse de tous les temps, chrétienne et autre, s'oppose en fait à Blazquez.

Pour clarifier les fondements de la légalité de la peine de mort, il est nécessaire de rappeler deux principes patristiques : (1) les gouvernants civils ont une autorité moralement légitime sur la vie et la mort ; (2) cette autorité a été conférée par Dieu et est attestée dans les Écritures

Brugger ajoute : « Si nous admettons deux hypothèses patristiques, à savoir que le pouvoir politique est divinement institué et qu'inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les malfaiteurs, alors l'idée que l'exercice du pouvoir politique est incompatible avec l'appartenance à la communauté spéciale de Dieu, l'Église, souffre d'une tension évidente. »

Deux présupposés patristiques doivent être gardés à l'esprit : le pouvoir politique est divinement institué, inhérent à ce pouvoir est le droit de tuer les criminels. Ces deux présupposés éliminent pratiquement l'idée que l'exercice du pouvoir politique et donc de la peine de mort est absolument incompatible avec l'appartenance à l'Église. Le pouvoir de l'État est institué par Dieu et par Dieu, il a le droit de tuer les malfaiteurs, de sorte que la peine de mort est légale dans certains cas.

Saint Thomas dans la lignée des Pères affirme que Dieu gouverne le monde avec sa Providence Dieu gouverne les autres créatures à travers celles douées d'intellect (cf. "Somme contre les Gentils" III c. 78) parmi les substances douées d'intelligence les inférieures sont gouvernées par les supérieures (cf. "Somme contre les Gentils" III c. 79) il y a un arrangement entre les anges et entre les hommes (voir "Somme contre les Gentils" III c. 80s)

Dans le « De Regno ad regem Cypri », le même art. Le docteur affirme que l'homme, pour atteindre la fin établie pour lui par Dieu, a besoin d'un homme qui l'y dirige "... opus est aliquo leader, per quod directe debitum perveniatur ad finem." ("De Regno ad regem Cypri ", Lib. 1 chap. 1)

Il est naturel que l'homme vive en société « Est igitur homini naturale quod in societate multorum vivat ». (« De Regno ad regem Cypri », lib. 1 chap. 1) ; l'homme est un animal social et politique qui vit dans la multitude : "... animal sociale et politicum, in multitudine vivens..." ("De Regno ad regem Cypri", lib. 1 chap. 1)

Et précisément, seuls ceux qui détiennent l'autorité publique dans la société humaine sont autorisés à tuer des criminels : « … occidere malefactorem licitum est inquantum ordinatur ad salutem totius communitatis. Et ideo ad illum solum pertinet cui committitur cura communitatis conservandae, sicut ad medicum pertinet praecidere membrum putridum quand ei commissa fuerit cura salutis totius corporis. Cura autem communis boni commissa est principibus habentibus publicam auctoritatem. Et ideo eis solum licet malefactores occidere, non autem privatis personis. » (II-II q. 64 a. 3) Saint Thomas explique que : Dieu, Seigneur de la vie et de la mort, parfois supprime immédiatement les pécheurs, d'autres fois il leur donne le temps de se repentir et la justice humaine l'imite d'une certaine manière aussi en cela en faisant mourir immédiatement les grands criminels et en donnant le temps de se repentir à ceux qui ne sont pas de grands criminels (cf. IIª-IIae q. 64 a. 2 ad 2m).

Dieu, Seigneur de la vie et de la mort, a donc donné le pouvoir aux dirigeants de tuer des criminels dans certains cas.

C'est précisément par décret divin qu'il est juste de tuer des criminels dans certains cas ; dans cette ligne s. Thomas souligne, contrairement à ce que dit Blazquez, que si l'objectif de tuer un innocent est certainement un objectif maléfique, ce n'est pas un objectif maléfique mais un bon objectif de tuer un criminel précisément parce que le bien de la communauté et des innocents du La communauté doit être protégée des criminels qui veulent l'attaquer, oui. Thomas explique précisément que tuer un homme qui pèche peut être bon : comme tuer une bête dans certains cas est bon, car c'est nuisible, de même dans certains cas il est bon de tuer un homme car c'est nuisible pour le vrai bien de la communauté; un mauvais homme, explique s. Thomas, reprenant Aristote, est pire et plus nuisible qu'une bête (cf. IIª-IIae q. 64 a. 2 ad 3).

Le mauvais effet de tuer une personne, dit le P. Blazquez, il ne sera jamais possible de justifier au nom d'une bonne intention... donc, précisons-nous, même pas au nom de la bonne intention de se défendre... Si les propos de Blazquez étaient vrais, c'est-à-dire s'il étaient intrinsèquement mauvais de tuer une personne, la légitime défense serait également illégale car il serait toujours illégal de tuer un homme ; cela nous fait encore mieux comprendre que les affirmations de Blazquez sont absurdes et gravement erronées... ce n'est pas pour rien que l'Ecriture Sainte, tous les Pères et Docteurs sont contre lui...

Je réponds également à p. Blasquez que les déclarations de l'art. Thomas selon lequel la vie humaine, considérée en elle-même, est absolument inviolable (II-II q. 64 a. 6) doit être comprise plus généralement, en se référant à la doctrine thomiste et plus particulièrement à ce que l'art. Thomas dit en a.1 et 2 de la même question 64 où il affirme : « Nul ne pèche par le fait qu'il utilise un être dans le but pour lequel il a été créé. ... dans la hiérarchie des êtres les moins parfaits sont faits pour les plus parfaits" « … Les choses les moins parfaites sont ordonnées aux parfaites. Or toute partie est ordonnée au tout comme ce qui est moins parfait est ordonné à un être parfait. La partie est donc par nature subordonnée au tout. " … Comme une partie est au tout, ainsi chaque homme est à la communauté entière ; donc l'homme est ordonné à la communauté et subordonné à elle comme la partie est ordonnée et subordonnée au tout. Et donc si un homme est dangereux par ses péchés pour la communauté, il est bon de le supprimer, pour le vrai bien du tout dont l'homme fait partie. L'homme ne peut être tué pour lui-même mais pour ses péchés qui causent des dommages à la communauté (cf. II-II q. 64 a. 6).

L'homme est donc ordonné à la communauté mais surtout, dit St. Thomas en I, q. 1 un. 1 homme est ordonné à Dieu ; l'homme est d'abord ordonné à Dieu et ensuite à la communauté !

La communauté ne peut le supprimer, selon la loi divine, que si cela lui est nuisible pour ses péchés ; la communauté ne peut pas tuer l'homme pour lui-même !

Face à l'affirmation de ceux qui disent : « … tuer un homme est en soi un mal : puisque nous sommes tenus d'aimer tous les hommes avec charité ; et, selon Aristote, les amis « nous voulons qu'ils vivent et existent ». Il n'est donc en aucun cas permis de tuer un pécheur." … S Thomas, suivant la Bible, répond : « Avec le péché, l'homme abandonne l'ordre de la raison... dégénérant en quelque sorte dans l'asservissement des bêtes, ce qui implique la subordination au profit d'autrui. Ainsi, en fait, nous lisons dans l'Ecriture: "N'ayant pas compris sa dignité, l'homme est descendu au niveau des chevaux insensés, et est devenu semblable à eux" ... Par conséquent ... tuer un homme qui pèche peut être bon, comme tuer une bête: en fait un homme mauvais ... est ... plus nuisible qu'une bête. ”II-II q. 64 a.2 ad. Traduction de 3m tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

La communauté ne peut supprimer l'homme que s'il lui est nuisible pour ses péchés ; la communauté ne peut pas tuer l'homme pour lui-même mais seulement dans la mesure où il l'abîme avec ses péchés !

Saint Thomas lui-même donc, dans l'art. 2, que nous venons de voir, précise d'avance ce qu'il signifie à l'art. 6 de la même question où il est dit : « Considéré en lui-même, nul homme ne peut être tué licitement : car en tout homme, même pécheur, il faut aimer la nature, qui a été créée par Dieu, et qui se détruit en tuant.

Tenant compte du fait que l'homme est ordonné à Dieu et à la communauté, et à la lumière de la vérité divine, la communauté ne peut pas tuer l'homme pour elle-même mais ne peut que le tuer car avec ses péchés il l'endommage !

Dans cette ligne s. Thomas déclare: "... le meurtre du coupable devient licite ... en vue du bien commun, que le péché compromet"

Je tiens ici à souligner certains énoncés de l'art. Tommaso vient de voir :

- "... dans la hiérarchie des êtres les moins parfaits sont faits pour les plus parfaits"

- « … toute partie est ordonnée au tout comme ce qui est moins parfait est ordonné à un être parfait. La partie est donc par nature subordonnée au tout. … Et donc si un homme avec ses péchés est dangereux et perturbateur pour la communauté, il est louable et sain de le supprimer, pour la préservation du bien commun ; en effet, comme le dit saint Paul : « Un peu de ferment peut corrompre toute la masse ».

L'homme est donc d'une certaine manière, à la lumière de la sagesse divine, pour la communauté comme les êtres les moins parfaits le sont pour les plus parfaits (cf. II-II q. 64 a.1), chaque homme fait partie de son la communauté en tant que partie est à l'ensemble ainsi chaque homme est à l'ensemble de la communauté ; donc l'homme est, à la lumière de la sagesse divine, ordonné à la communauté et subordonné à elle comme la partie est ordonnée et subordonnée au tout (cf. IIª-IIae q. 64 a. 2 co.) donc si un homme est dangereux avec ses péchés pour la communauté qu'il est bon de supprimer, pour le vrai bien de l'ensemble dont l'homme fait partie. L'homme ne peut être tué pour lui-même que pour ses péchés qui causent des dommages à la communauté (cf. II-II q. 64 a. 6).

Dans les "Collationes in decem praeceptis" s. Thomas affirme que certains ont dit qu'il était toujours interdit de tuer l'homme pour lequel les juges séculiers étaient accusés d'être des meurtriers mais Dieu ne s'est pas ôté le pouvoir de tuer et donc il est licite de tuer par ordre de Dieu, et qui tue par ordre de Dieu se fait un instrument par lequel Dieu tue celui qui doit être tué.

Chaque loi divine est un commandement de Dieu, les chefs des nations qui selon la Vérité condamnent les méchants à mort et tuent les méchants sont des ministres de Dieu (Rom 13 : 4). Ce qui est licite à Dieu est licite à ses ministres par mandat de Dieu. Dieu ne pèche pas en infligeant la mort pour le péché (Rom 6,23:7), donc le ministre de Dieu qui tue par mandat de Dieu ne le fait pas non plus. (" Collationes in decem praeceptis " , a. XNUMX); selon la loi divine, il est donc permis aux dirigeants de tuer des personnes mauvaises qui, pour leurs péchés, nuisent à la société.

Ce qui vient d'être dit est très important pour faire ressortir une autre erreur du P. Blazquez.

Blazquez n'accepte pas la thèse fondamentale de l'art. Thomas et donc, comme on le voit dans les textes rapportés, il ne comprend pas bien la comparaison faite par le saint Docteur, il ne la partage pas et tente de réinitialiser sa validité .

La comparaison rapportée par l'art. Thomas, selon lequel il est permis de couper un membre malade du corps pour le bien du corps de la même manière qu'il est permis de tuer un membre mauvais d'une communauté pour le bien de celui-ci, a été présenté pour la première fois par Clément de Alexandrie et il ne me semble pas que quelqu'un ait jamais excommunié cet auteur très ancien pour une telle ressemblance... il faut la comprendre correctement, comme une comparaison qui concerne justement des choses semblables et non égales : les communautés sont très différentes des corps et les hommes sont très différents des membres des corps mais quant à quelque chose qui les concerne ils sont similaires, en effet dans certains cas une partie nuisible au tout peut être louablement éliminée pour sauver le tout car la partie est ordonnée et subordonnée au tout et c'est vrai à la fois pour certains membres malades pour le salut de tout le corps et à la fois pour le cas des criminels pour le bien de toute la communauté, comme nous avons vu que l'art. Thomas dit clairement (cf. II-II q. 64 aa.1 et 2).

L'erreur fondamentale de Blazquez réside précisément dans le fait de ne pas vouloir admettre ce juste ordre de l'homme à la communauté, un ordre que la Bible et la Tradition mais aussi la sagesse non chrétienne reconnaissent avant tout et, précisément pour cette raison, ils affirment que la peine de mort est licite. dans certains cas.

Dans la lignée de l'art. Thomas, Pie XII affirmait : "Le cinquième commandement - Non occides (Exode 20, 13) - ... Tant qu'un homme n'est pas coupable, sa vie est intangible, et donc tout acte tendant directement à la détruire est illicite, qu'il s'agisse d'une telle destruction est comprise comme une fin ou seulement comme un moyen d'atteindre une fin, qu'il s'agisse d'une vie embryonnaire ou en plein développement ou qu'elle ait maintenant atteint sa fin. De la vie d'un homme, non coupable d'un crime passible de la peine de mort, Dieu est le seul seigneur !"

Dans le même discours on lit aussi : « Ici aussi la raison et la foi tracent les frontières entre les droits respectifs de la société et de l'individu. … Pas d'elle, mais dans le Créateur lui-même, il a droit sur son propre corps et sur sa vie, et devant le Créateur il répond de l'usage qu'il en fait. Il en résulte que l'entreprise ne peut directement le priver de ce droit, tant qu'il ne s'est pas rendu passible d'une telle privation d'un crime grave et proportionné. »

Il faut ajouter que si le criminel se soucie du bien de la communauté, la vie des justes préserve et promeut le bien commun, en fait ils sont la meilleure partie de la communauté (cf. IIª-IIae q. 64 a. 6 co.). Il n'est jamais permis de tuer un juste et celui qui tue un juste pèche, évidemment, plus gravement que celui qui, faisant illégitimement la justice par lui-même, tue le pécheur ; dans le cas en question, en particulier, pour trois raisons, le meurtre d'un juste est plus grave que celui d'un pécheur : « Premièrement, parce qu'il nuit à une personne qui est tenue d'aimer davantage : et donc son action est plus contrastée avec charité. Deuxièmement, parce qu'il fait tort à ceux qui le méritent le moins : et par conséquent offense davantage la justice. Troisièmement, parce qu'il prive la société d'un plus grand bien. Quatrièmement, parce qu'il méprise davantage Dieu, ayant prononcé ces paroles pour les justes: "Quiconque vous rejette me rejette". "IIª-IIae q. 64 a. 6 ad 2 traduction tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

Blazquez accepte d'ailleurs évidemment, comme il ressort de ces écrits que j'examine   que la communauté peut punir un homme mais pas qu'elle peut le tuer parce que la vie est l'œuvre de Dieu. Il convient de noter cependant que non seulement la vie mais tous les biens que l'homme vient de Dieu, ils sont l'œuvre de Dieu, aussi liberté... donc si la communauté ne peut pas toucher aux biens qui viennent de Dieu dans le criminel elle ne peut même pas le punir en lui enlevant les biens et surtout la liberté qui viennent aussi de Dieu.La vie du criminel n'est pas la propriété de la communauté, dit Blazquez, donc la communauté ne peut pas l'enlever... mais même la liberté de mouvement du criminel n'est pas la propriété de la communauté et pourtant même Blazquez reconnaît qu'emprisonner un criminel est légitime...

Dans cette ligne, le criminel ne pouvait en aucune façon être puni pour ses crimes.

La vie physique est un des biens que Dieu a donnés à l'homme... il lui a donné surtout la vie spirituelle, et lui a donné bien d'autres biens... La communauté peut justement, pour des raisons sérieuses, enlever à l'homme pour le bien de la communauté elle-même certains biens qu'il a reçus de Dieu : liberté, coexistence avec les êtres chers, etc. … Et cela peut aussi prendre la vie physique du criminel… Le criminel est exécuté pour le bien de la communauté (cf. IIª-IIae q. 64 a. 3 ad 2). Le christianisme ne brise pas et ne détruit pas cette vérité profonde, cette loi naturelle, oui. Tommaso l'a très bien compris ; Le christianisme est venu diviniser l'homme, et comme Dieu juge et aussi punit et ôte la vie, ainsi l'homme par mandat de Dieu peut et dans certains cas doit aussi ôter la vie du criminel qui met la communauté en danger.

La vie est certes l'œuvre de Dieu, mais l'autorité légitime, comme l'art. Paolo et avec lui St. Thomas (cf. IIª-IIae q. 104 a. 6), est constitué par Dieu et, par la volonté de Dieu, doit imiter Dieu selon les exigences de son propre état (cf. IIª-IIae q. 64 a. 4 ), jugeant et condamnant à mort.

Blazquez se fixe sur la vie physique de l'homme individuel et perd de vue tout le reste, perd de vue l'ensemble de la doctrine chrétienne qui, au contraire, s. Thomas présente avec une grande cohérence, comme nous le savons bien.

De plus, saint Thomas, en traitant de la peine de mort et en la considérant comme légale, ne suit pas simplement Aristote, contrairement à ce que le P. Blazquez, mais suit l'Ecriture et la Tradition, qui en fait jugent la peine de mort licite et suit l'Esprit Saint qui a également parlé à travers Aristote, selon l'expression thomiste bien connue : "omne verum a quocumque dicatur a Spiritu Sancto est" Tout ce qui est vrai, par qui que ce soit, vient du Saint-Esprit... Je souligne que St. Thomas en traitant de la peine de mort suit précisément la Tradition : Pères, Docteurs, Papes... et le Magistère de l'Église... Tradition que Blazquez montre pour mettre de côté... donc ce n'est pas l'art. Thomas hors de la lignée évangélique mais plutôt Blazquez.

Les déclarations de Blazquez sont un amas d'erreurs, d'inexactitudes et d'incohérences très graves... Que Dieu intervienne et nous libère de ces aberrations ! La lumière du Christ dissipe les ténèbres des erreurs.

e) Quelques réflexions sur certaines déclarations de L. Eusebi sur la peine de mort.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Parmi les auteurs qui ont préparé les déclarations erronées du pape sur l'inadmissibilité de la peine de mort, il y a, en particulier, le prof. Luciano Eusebi selon lequel les passages, en faveur de la légalité de la peine de mort, de l'édition typique du Catéchisme de l'Église catholique réalisée à l'époque de Jean-Paul II présentaient une approche qui : "... essentiellement utilitaire, sans aucune référence - dans un Catéchisme - de caractère théologico-moral (comme cependant continue à se produire à propos du n. 2266, qui concerne les sanctions pénales en général) Déjà ces déclarations d'Eusebi paraissent franchement étranges pour ne pas dire absurdes car ces passages du Catéchisme sont insérés dans le traitement du V commandement, donc ils se réfèrent à la Bible et parlent aussi de la Tradition... donc ces déclarations se réfèrent à l'enseignement de la Bible et la Tradition. Comme nous l'avons vu plus haut, la Bible interprétée par la Tradition a toujours légitimé la peine de mort et le Magistère l'a clairement réaffirmé ! Non content de n'avoir lu que celles-ci qui semblent être de véritables absurdités théologiques du prof. Eusebi Ier a décidé de réfléchir sur son livre « L'Église et le problème de la punition. Sur la réponse au négatif comme défi juridique et théologique. » (Ed. La Scuola, 2014) pour approfondir ses propos. Comme nous le verrons, il est intéressant d'examiner ce que dit Eusebi aussi pour voir certaines dérives théologiques de notre temps et pour réaffirmer devant elles la saine doctrine catholique sur diverses questions importantes qui sont "derrière" la question de la peine de mort.

Disons tout d'abord qu'Eusebi échoue à faire un discours théologique sérieusement structuré avec la Bible, les Pères, les Docteurs, le Magistère... évidemment s'il l'avait fait il se serait rendu compte, s'il l'avait voulu, que la foi de l'Église dit beaucoup plus que ce qu'il dit. La foi de l'Église parle de juste rétribution divine, parle de juste châtiment et de juste châtiment, parle de la justice de Dieu y compris la juste condamnation et la juste récompense que Dieu donne à chacun selon ses œuvres, parle de l'enfer comme juste châtiment pour les péchés etc. Dans cette ligne doctrinale sûre et traditionnelle, qui est précisément la foi de l'Église, nous entendons aussi précisément la légalité, dans certains cas, de la peine de mort, que l'Église a pratiquement toujours acceptée dans certaines limites, comme nous l'avons vu.

Comme nous l'avons vu plus haut, en ce qui concerne la peine de mort, il faut garder à l'esprit certaines données fondamentales :

1) la Bible montre qu'elle accepte cette peine aussi bien dans l'Ancien Testament que dans le Nouveau ;

2) les Pères sont pratiquement unanimes pour accepter cette peine ;

3) le Magistère, précisément sur la base d'indications bibliques et patristiques, a toujours considéré comme licite, dans certains cas, la peine de mort et, dans certains cas, a inclus la reconnaissance de cette légalité dans les professions de foi requises pour rester dans l'orthodoxie catholique ;

4) la légalité de la peine de mort est une vérité qui appartient aussi au droit naturel, acceptée pratiquement partout et toujours.

Ces données nous amènent à comprendre qu'affirmer l'inadmissibilité absolue de la peine de mort va à l'encontre de la doctrine catholique et de la loi naturelle, donc dans divers cas, le Saint-Siège, au cours de 2000 ans, a condamné des personnes qui niaient la légalité de la peine. de mort et imposé à ceux qui voulaient faire partie de l'Église une profession de foi qui incluait la vérité que la peine de mort est légale.

Face à cette affirmation très solide de la légalité de la peine de mort à travers la Bible et la Tradition ainsi qu'à travers le Magistère et à travers la loi naturelle, le prof. Eusebi développe une opposition incohérente basée sur :

1) confusion au niveau de la pratique de la saine théologie ;

2) des erreurs concernant les déclarations bibliques et leur interprétation correcte dans la Tradition concernant la peine de mort ;

3) attaque contre les vérités fondamentales de la foi qui sous-tendent la doctrine catholique sur la peine de mort.

Dans le paragraphe suivant nous examinerons les points 1 et 2 de la liste qui vient d'être présentée, dans les paragraphes suivants nous examinerons le point 3.

et, 1) les erreurs d'Eusebi concernant les affirmations bibliques, patristiques et magistrales sur la légalité de la peine de mort.

En ce qui concerne le point 1 et le point 2, il convient de noter qu'Eusebi, comme déjà dit, ne développe pas un traitement théologique solide et précis basé sur la Bible interprétée à travers la Tradition et avec l'aide du Magistère, l'auteur cite de nombreux théologiens, dont Protestants mais pas fixe avec précision les données fondamentales pour une théologie saine et sûre. L'impression que j'ai des écrits d'Eusebi est que cet auteur s'est d'abord fait une idée négative de la peine de mort et a ensuite cherché des théologiens qui l'ont soutenue... Au-delà de mes impressions, cependant, le texte apparaît théologiquement désordonné, incohérent et déviant de la saine doctrine.

Eusebi ne développe pas un traitement solide des énoncés bibliques sur la peine de mort interprétés à la lumière de la Tradition ; Je soulignerai également, à cet égard, que, comme nous l'avons vu plus haut, même la tradition juive basée sur l'Ancien Testament affirme clairement la légalité de la peine de mort.

Eusebi affirme que la peine de mort ne remonte pas à la tradition apostolique (p. 128) comme nous l'avons vu plus haut, il n'en est pas du tout ainsi : le Nouveau Testament et son Auteur acceptent pleinement la légalité de la peine de mort déjà affirmée dans le OT par le même Auteur et confirmé par lui dans la Tradition. Je me réfère en particulier à ce que j'ai dit plus haut à propos de l'affirmation de la légalité de la peine de mort dans le Nouveau et l'Ancien Testament.

Comme nous l'avons vu, E. Christian Brugger, tout en étant favorable à l'inadmissibilité de la peine de mort, déclare : "Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait guère de doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament." Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait aucun doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament... et surtout par l'Auteur du Nouveau Testament qui l'avait déjà dit dans l'Ancien Testament et il a continué à le dire à travers la Tradition.

L'image que nous recevons invariablement lorsque le Nouveau Testament relate les rencontres avec les autorités civiles où la mort est en jeu est celle d'une pratique judiciaire normale, qui n'est remise en cause que lorsqu'elle est jugée injustement exercée. .

Le cardinal Dulles déclare : "Aucun passage du Nouveau Testament ne désapprouve la peine de mort."

Le Nouveau Testament ne condamne pas la peine de mort mais la tient plutôt pour acquise et, en fait, dans certains de ses passages, il la légitime ; le Nouveau Testament accepte donc pleinement ce que l'Ancien Testament affirme fondamentalement à cet égard, à savoir que la peine de mort est pleinement légitime, dans certains cas.

Et c'est précisément sur la base du Nouveau et de l'Ancien Testament que les Pères de l'Église, comme nous l'avons vu plus haut, admettent pratiquement à l'unanimité la peine de mort.

Brugger écrit également : « Pour les Pères de l'Église primitive, l'autorité de l'État pour tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient sur la question de savoir si les chrétiens devraient occuper des fonctions dont les responsabilités incluent le jugement et l'exécution des peines capitales - les auteurs pré-constantiniens ont dit qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après 313 ont dit qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais remise en question. "

Pour les premiers Pères de l'Église, l'autorité de l'État à tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient quant à savoir si les chrétiens devaient occuper des fonctions dont les responsabilités incluaient le jugement et l'exécution de la peine de mort, en fait les auteurs pré-constantiniens disaient qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après l'édit de 313 ont dit qu'ils devraient; mais la légitimité de principe de la peine capitale elle-même n'est jamais remise en question.

Dans le sillage des affirmations bibliques et patristiques, le Magistère, on l'a vu plus haut, depuis 2000 ans n'a cessé d'affirmer, avec les Médecins, la légalité de la peine de mort et l'a également déclarée à un très haut niveau d'engagement doctrinal.

Nous avons également vu comment les affirmations des Papes au sujet de la légalité de la peine de mort sont déjà nombreuses avant 1200 et indiquent que pour eux il était très clair que la Bible donnait aux autorités le pouvoir d'imposer la peine de mort.

Face à ces vérités, les erreurs d'Eusebi sont évidentes dans les pages 128 et suivantes de son livre où il parle précisément du NT, des Pères et du Magistère concernant la question de la peine de mort et dans lesquelles Eusebi montre qu'il accepte certaines affirmations de N. Blazquez .

et, 2) Eusebi veut supprimer la dimension rétributive de la saine doctrine.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Dans son livre p. 7-52 Eusébi montre qu'il veut mettre de côté dans le champ théologique ce qu'il définit comme un modèle rétributif et selon lequel : faire justice, c'est appliquer à ceux qui pèchent des peines qui reproduisent la négativité de leurs actes (p. 7)

Eusebi met concrètement en œuvre à propos de divers passages bibliques l'annulation de la dimension rétributive qu'ils contiennent naturellement.

e, 2,1) Réponse fondamentale de la Bible et de la Tradition aux affirmations d'Eusebi.

La Croix du Christ soit notre lumière.

Disons tout d'abord que la réalité de Dieu est « infiniment au-dessus de tout ce que nous pouvons comprendre ou dire : il est le « Dieu caché » (Is 45,15, 206), son nom est ineffable » (Catéchisme de l'Église catholique n. 11) ) La justice divine est une infiniment super justice dont les caractéristiques ressortent de la Bible et de la Tradition. Le P Bonino a affirmé « « Juste [çaddîq] est le Seigneur, il aime les choses justes [çedâqâh] » (Ps 7 : 97). "Le Seigneur règne, [...] la justice [çèdèq] et le droit [mishepât] sont la base de son trône" (Ps 96 [2], XNUMX). La Bible nous présente la justice comme l'une des principales « qualités » de Dieu. Or, dans l'Écriture sainte, la « justice » est une notion originale et complexe qui ne coïncide pas exactement avec la conception philosophique commune de la justice » Selon le célèbre professeur français : « Lorsqu'elle est attribuée à Dieu, la justice biblique signifie que Dieu agit selon ses propres promesses, selon sa propre alliance. En ce sens, la justice de Dieu signifie la fidélité de Dieu à son propre dessein de salut et, somme toute, la justice équivaut à l'amour miséricordieux... La notion de la justice salvatrice de Dieu est certainement centrale dans le Nouveau Testament, surtout depuis saint Paul. " (ST Bonino « Amour… » p. 34s) D'autre part : « … l'approche de la justice de Dieu comme justice salvatrice n'efface pas dans la Bible l'idée peut-être la plus commune et la plus répandue de la justice de Dieu comme justice rétributive. Dieu est le "juste Juge qui éprouve le cœur et l'esprit" (Jr 11:20), qui ne fait aucune distinction entre les hommes, mais rend à chacun selon ses oeuvres. Saint Paul, tout en insistant sur la gratuité du salut, écrit néanmoins : « J'ai combattu le bon combat […]. Maintenant je n'ai que la couronne de justice que le Seigneur, le juste juge, me remettra en ce jour-là" (2 Tm 4 : 7-8). (ST Bonino "L'amour..." p. 36)

La Bible parle clairement de la justice rétributive de Dieu

La tradition, précisément dans la lignée de la Bible, réaffirme cette justice rétributive avec une extrême clarté, comme nous le verrons.

Notre Dieu est bon et dit clairement la Tradition

Innombrables sont les textes que l'on peut trouver dans la Tradition et qui affirment précisément que Dieu récompense les hommes pour leurs actions en les récompensant ou en les punissant.

Le jugement divin est combiné avec la rétribution que Dieu donne pour les œuvres des hommes.

Origène , art. Jean Chrysostome ils offrent des textes importants qui indiquent la justice rétributive de Dieu. Augustin que la justice divine ne cesse pas de s'exercer en ce monde mais n'apparaît pas toujours claire, il y aura un jugement futur dans lequel Dieu manifestera toute sa suprême sagesse devant tous et rendra à chacun ce qui lui est dû, à aux bons il rendra des biens éternels, aux méchants il rendra des maux éternels : « Et bonis bona, et malis mala, sine fine mansura » D'autres déclarations significatives de s peuvent être trouvées. Augustin dans cette ligne Dieu juge, Dieu récompense et condamne… sur la base de nos œuvres.

Dieu nous jugera aussi à travers nous-mêmes. Je précise que le juge suprême sera toujours Dieu ; et en lui, dans sa vérité, jamais contre elle, nous nous jugerons et nous condamnerons, comme S. Gregorio Nazianzeno.

Dieu, Juge Suprême, qui est Vérité, nous fera voir nos oeuvres et nous fera juger, en lui et avec lui, notre vie...

Au Concile de Lyon a été lue la profession de foi de Michel Paléologue, selon laquelle celui qui meurt dans la grâce de Dieu reçoit la récompense de la vie éternelle tandis que celui qui meurt dans un péché grave est damné , cette même doctrine a été dogmatiquement définie par le pape Benoît XII dans la constitution "Benedictus Deus"

Paul VI a affirmé : « C'est une doctrine divinement révélée que les péchés impliquent des peines infligées par la sainteté et la justice de Dieu, qui doivent être payées à la fois sur cette terre, avec les douleurs, les misères et les calamités de cette vie et surtout avec la mort, et dans le au-delà même du feu et des tourments ou des douleurs purificatrices. … Quelles peines sont imposées selon la justice et la miséricorde de Dieu pour la purification des âmes, pour la défense de la sainteté de l'ordre moral et pour restaurer la gloire de Dieu dans sa pleine majesté.

Paul VI a également affirmé quelque chose de significatif à propos de la punition du péché originel

Veritatis Splendor affirme des choses très significatives dans cette ligne (VS n. 73 et 93)… Dieu est juste et bon juge qui récompense le bien et punit le mal. La récompense éternelle nous est accordée par Dieu.

Comme déjà mentionné, bien d'autres textes de la Tradition qui affirment que Dieu récompense ou punit et qui donc affirment la justice divine distributive j'en mettrai dans les pages suivantes et dans les prochains paragraphes.

e, 2,1,1) Étude théologique en accord avec la doctrine thomiste sur la justice rétributive en Dieu.

La Croix du Christ soit notre lumière.

Voulant répondre plus profondément aux affirmations du professeur Eusebi concernant la justice distributive en Dieu, il me semble utile de faire un large discours que je présente ci-dessous et qui nous amène tout d'abord à voir en particulier ce qu'il enseigne à cet égard s. Thomas d'Aquin.

Parlant de justice, le Docteur Angélique distingue deux sortes de justice, à savoir la commutative et la distributive (cf. IIª-IIae q. 61 a. 1 co). La justice distributive, comme le dit Aristote, "... sert à diriger les distributions..." (Ethique, livre V, cité dans Saint Thomas d'Aquin, Somme Théologique IIª-IIae q. 61 a. 1) elle, plus précisément, a la tâche de distribuer les choses communes selon la proportionnalité (cf. IIª-IIae q. 61 a. 1 co) ... selon sa norme, celui qui gouverne ou administre donne à chacun selon sa dignité (cf. Iª q. 21 a. 1 co) )

La justice commutative, qui consiste dans les choses qui s'accomplissent mutuellement entre deux personnes, ne se trouve pas en Dieu, mais la justice distributive se trouve en Celui qui donne à chacun ce qui lui est propre selon la dignité de chacun des êtres existants, et qui préserve la nature de chaque être dans son ordre et sa valeur (cf. Dionigi Aeropagita, « Les noms divins » c. VIII, cité dans saint Thomas d'Aquin, I, q. 21 a. 1) ; la justice distributive est donc en Dieu qui

La justice distributive de Dieu est aussi justice rétributive parce qu'il distribue certains biens en payant, selon la justice, les mérites des créatures.

Saint Thomas parle clairement, dans cette ligne, de la justice rétributive en Dieu en particulier dans deux textes ("Super Isaiam", chap. 62; "Super Psalmo" 17, n. 14)

Dans la somme théologique s. Thomas affirme que la justice en Dieu s'appelle dans certains cas convenance (condecentia) de sa bonté, et dans d'autres cas rétribution pour les mérites (cf. Iª q. 21 a. 1 ad 3). Le même art. Le docteur déclare en outre dans divers passages que Dieu rétribue Dans la Somme contre les Gentils s. Thomas dans divers articles traite des récompenses et des châtiments que Dieu inflige aux hommes ("Somme contre les Gentils" livre III cc. 140-145)

On parle de mérite et de démérite par rapport à la rétribution qui est faite à un homme selon la justice, parce qu'il a agi au profit ou au détriment de quelqu'un ; les actes humains sont un mérite ou un démérite devant Dieu (cf. I-II q. 21 a.4) et donc Dieu récompense ou punit à juste titre ceux qui les accomplissent.

Dans cette ligne s. Thomas affirme que : "... C'est à celui qui prend soin des hommes individuellement de donner le prix de la vertu et les peines du péché..."

De plus, saint Thomas, parlant de la peine, affirme que tout ce qui est contenu sous un certain ordre forme comme une chose par rapport à son principe. Il s'ensuit que tout ce qui s'élève contre l'ordre est refoulé par l'ordre lui-même, ou par celui qui en est le chef. Le péché est un acte désordonné, donc quiconque pèche agit contre un certain ordre, il s'ensuit que de l'ordre lui-même cet acte est refoulé. La punition est précisément cette répression de celui qui accomplit cet acte désordonné (cf. I-II q. 87 a.1).

Cette répression, notons-le, a lieu ab aeterno, car Dieu est éternel (cf. I q. 10 a. 2) et immuable (cf. I q. 9 a. 1), donc Dieu, à la différence du juge terrestre, ne change-t-il pas, il ne change pas quand il inflige la sentence (cf. Iª q. 21 a. 1 ad 3), cette sentence est décrétée, voire « super décrétée » de toute éternité !

Tout comme la création entendue dans un sens actif n'implique pas de changement en Dieu et signifie l'action divine, c'est-à-dire l'essence divine avec la relation à la créature (cf. Iª q. 45 a. 3 ad 1), il en va de même pour le travail de la justice que Dieu accomplit en donnant aux créatures ce qui est juste sur la base de leurs œuvres est également la suraction divine, c'est-à-dire la suressence divine, immuable et éternelle, avec le rapport à la créature.

Continue l'art. Thomas disant que selon les trois ordres auxquels est soumise la volonté humaine, un homme peut être puni d'une triple peine. Tout d'abord, en effet, la personne humaine est soumise à l'ordre de sa propre raison ; deuxièmement, elle est soumise à l'ordre de l'homme qui gouverne les hommes de l'extérieur, tant dans le domaine spirituel que dans le domaine temporel, tant dans le domaine politique qu'économique ; troisièmement, il est soumis à l'ordre universel du gouvernement divin.

A cause du péché, chacun de ces ordres est perverti : quiconque pèche agit contre la raison, contre la loi humaine, et contre la loi divine, il y a donc trois peines qu'il encourt : la première, qui lui est imposée par lui-même, et c'est le remords de conscience; le second qui lui est infusé par les hommes ; le troisième qui lui est donné par Dieu (cf. I-II q. 87 a.1).

De plus, même dans le châtiment que l'homme s'inflige à lui-même et que les autres hommes lui infligent, il faut aussi voir l'action de Dieu ; en fait, comme l'art. Thomas, Dieu agit en chaque ouvrier (cf. I q. 105 a. 5) ; d'une manière particulière donc, Dieu agit par ceux qu'il a placés à la tête des communautés. Dans cette ligne, comme nous l'avons vu plus haut, dans le commentaire de la lettre aux Romains chap. 13 s. Thomas déclare que les princes portent l'épée symbole du pouvoir punitif de l'autorité, qui comprend également le pouvoir de tuer, et en cela se manifeste leur être des ministres de Dieu qui infligent une punition pour exécuter le juste jugement de Dieu sur ceux qui pèchent. À travers ces principes, qui punissent justement les coupables, Dieu agit d'une manière particulière. Thomas dans cette ligne, non seulement il est licite mais il est méritoire d'agir avec zèle pour exécuter le juste jugement de Dieu sur ceux qui pèchent (cf. Super Rom., Chap. 13 l. 1). Saint Thomas, qui affirme clairement la légalité de la peine de mort, inclut évidemment la peine capitale dans les peines que peuvent infliger les princes, et dont il vient de nous parler.

Les principes, c'est-à-dire les autorités, dans la mesure où ils utilisent leur pouvoir selon la justice, sont donc des instruments de Dieu et dans leur travail, Dieu agit d'une manière particulière, en imposant la peine de mort selon la justice, c'est Dieu qui agit à travers eux.

D'autre part, comme st. Thomas en 49ère q. 2 a. Réponse à l'objection 2 : L'effet de la cause seconde défectueuse est ramené à la cause première indéfectible pour ce qu'elle a d'entité et de perfection mais non pour ce qu'elle a de défaut : tout ce qui est d'entité et d'activité dans l'action mauvaise est ramené à Dieu comme sa cause, mais ce qui lui manque n'est pas causé par Dieu, mais par la seconde cause qui est défectueuse.

Dans cette ligne, dans l'action du prince qui impose injustement la peine de mort, contre la volonté divine, il faut distinguer :

1) ce qu'il y a d'entité, qui ramène précisément à Dieu comme sa cause ;

2) ce qui manque et ce qui est pécheur, qui est précisément causé non par Dieu, mais par le péché du prince.

La peine est proportionnelle au péché, explique St. Thomas, et dans le péché, deux choses doivent être considérées : la première est, dans le cas du péché mortel, l'éloignement du bien immuable, qui est infini, et pour cet aspect le péché est infini ; la seconde est la conversion désordonnée au bien changeant et de ce côté le péché est limité ; donc, du côté de l'éloignement de Dieu, une peine infinie correspond au péché, qui s'appelle la peine du dommage, et est la perte du bien infini, c'est-à-dire de Dieu. q.87 a.4).

La peine est proportionnée à la culpabilité quant à la dureté, tant dans le jugement divin que dans le jugement humain, explique l'art. Thomas (cf. Iª-IIae q. 87 a. 3)

Dieu punit et récompense dans cette vie et dans l'autre, après la mort, contrairement à ce que dit Eusebi .

Saint Thomas précise (I-II q. 87 a. 8 in c.), Que certaines des peines du péché ne concernent que ceux qui le commettent, d'autres s'étendent à d'autres personnes.

Pour résumer : en Dieu il y a la justice rétributive donc Il a fixé de toute éternité, avec les récompenses des justes, les peines du péché ; Dieu cause de telles peines en tant que juge de l'homme tandis que l'homme les cause avec son péché. Ces sanctions peuvent également s'étendre, d'une certaine manière, à d'autres personnes qui ne sont pas directement les auteurs de tels péchés.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

e, 2,1,2) Précisions sur le Christ qui juge et condamne.

Je ne vois pas le thème du Christ juge traité par Eusébi... ni bien étudié dans le vers classique, l'exégèse de la célèbre phrase évangélique dite par le Christ : "Éloignez-vous de moi, maudits, au feu éternel !" (Mt 25,41) mais ceci est entendu, en fait, tout cela affirme précisément que le Christ est juge et condamnation et cela va directement à l'encontre des affirmations d'Eusebi...

De nombreux textes bibliques, par des Pères, par de grands saints et par des docteurs, des textes profonds du s. Le magistère affirme que Dieu et donc le Christ juge et condamne ; afin de ne pas rester dans le flou, je présenterai ci-dessous quelques textes de manière plus précise que ceux que je viens d'indiquer.

La Bible énonce clairement le jugement du Christ (Cf. Jn 5,22.27 ; Mt 25,31 ; Ac 10,42 ; 17,31 ; 2 Tm 4,1)

Le Credo des Apôtres déclare clairement que le Christ: "est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant: de là il viendra pour juger les vivants et les morts."

Le Credo de Nicée-Constantinople déclare: "Et de nouveau il reviendra, dans la gloire, pour juger les vivants et les morts, et son règne n'aura pas de fin."

Le Catéchisme de l'Église catholique affirme au n. 679 : « Le Christ est Seigneur de la vie éternelle. Le plein droit de juger définitivement les œuvres et les cœurs des hommes lui appartient en tant que Rédempteur du monde. » Dans cette ligne, voir aussi le même Catéchisme au n. 682. Christ, donc, récompensera ou punira….

Le Catéchisme romain affirme : « Par souci de clarté, les curés distingueront clairement les deux ères, dans lesquelles chacun doit comparaître devant le Seigneur pour rendre compte des pensées, des œuvres, des paroles de tous et des individus, puis entendre la sentence immédiate du juge. " … Alors Christ récompensera ou punira….

Saint Thomas explique clairement que Dieu récompense et condamne (Saint Thomas d'Aquin, « Somme Contre les Gentils », Ed. UTET, Première édition eBook : Mars 2013, l. III. Chap. CXL)

Saint Thomas affirme aussi que : « … le pouvoir judiciaire est une prérogative commune à toute la Trinité : ce qui est vrai. Cependant, par appropriation il est attribué au Fils..." … Alors Christ récompensera ou punira…. Le Docteur Angélique réaffirme cette doctrine dans ses autres écrits Le Christ est, absolument, le Juge, Celui qui est vrai Dieu et vrai homme.

Les mots de l'art. Thomas nous aide à comprendre en profondeur ce que dit le Catéchisme de l'Église catholique lorsqu'il déclare : "... Or, le Fils n'est pas venu juger... C'est pour le refus de la grâce dans la vie présente que tout le monde juge déjà lui-même pour lui-même, (cf. Jn 3,18 ; 12,48.) reçoit selon ses œuvres (Cf 1 Co 3,12-15) et peut aussi se condamner pour l'éternité en rejetant l'Esprit d'amour. (Cf Mt 12,32; Heb 6,4-6; 10,26-31) "(Catéchisme de l'Église catholique n. 679) Le Christ est, absolument, le Juge, la première partie du n. 679 et n. 682, qui affirme que le plein droit de juger définitivement les œuvres et le cœur des hommes appartient au Christ, nous aident à interpréter précisément la deuxième partie du n. 679 cité ci-dessus. Le Christ est Sauveur mais aussi Juge et Il jugera : Il récompensera et condamnera. Le jugement sera basé sur nos actions et en ce sens le Catéchisme dit que chacun juge par lui-même. Plus précisément : ce n'est pas que nous nous jugeons vraiment et absolument par nous-mêmes mais, comme mentionné, avec notre comportement nous déterminons le jugement du Christ. Dieu est le juge, surtout lorsque le jugement aboutit à une réalité éternelle de félicité ou de souffrance. Le Catéchisme au n. 679 doit dire clairement que chacun reçoit selon ses œuvres (cf 1 Co 3,12 : 15-682), c'est-à-dire qu'il reçoit la récompense ou le châtiment que le Christ inflige : « Christ glorieux, venant à la fin des temps pour juger les vivants ». et les morts, il révélera la disposition secrète des cœurs et rendra à chacun selon ses œuvres et selon l'acceptation ou le rejet de la grâce. " (Catéchisme de l'Église catholique n. XNUMX)

Dans une note, le Catéchisme rapporte un texte du chap. 3 de l'évangile de Jean; commentant ce passage s. Thomas affirme qu'au premier avènement Jésus est venu pour un jugement de discernement et non pour un jugement de condamnation mais qu'au second avènement il viendra pour un jugement de condamnation (Super Io., Chap. 3 l. 3)

Dans la note au n. 679 le Catéchisme rapporte aussi un texte du chap. 12 de l'évangile de Jean, art. Thomas commente brillamment ce texte de cette manière : le Christ jugera et condamnera, il est la Vérité qui juge et permet aussi aux âmes de se juger justement sur leurs œuvres... (Surmoi, chap. 12 l. 8) et l'Église, dont Christ est le chef, seront unis à lui dans le jugement et la condamnation. Par conséquent, le juge est toujours Christ et ce n'est jamais nous. Nous accueillons la Vérité et donc la sentence que le Christ établit et en ce sens nous pouvons nous juger d'une certaine manière mais le Juge Suprême c'est Lui, c'est Son Jugement qui est valable car Lui seul sait tout et est Justice. Ce n'est donc pas nous qui nous jugeons mais Lui, sa Vérité souveraine juge de manière suprêmement juste et parfaite, dans la mesure où nous l'accueillons, nous aussi nous pouvons nous juger en lui et avec lui, jamais contre lui, car il est le juge suprême .

Un tel jugement suprême concernant l'éternité ne peut pas simplement nous concurrencer, seul Dieu peut juger en toute vérité, ce ne peut pas simplement être l'homme qui se juge, car l'homme ne se connaît pas pleinement selon la vérité, seul Dieu sait parfaitement et peut porter un jugement parfait , pareil pour tout le monde ! Faire de l'homme le parfait et vrai juge de lui-même, à l'exclusion du Juge suprême qu'est Dieu, est une déification et une divinisation absurdes du néant et de l'ignorance humaine... Ce n'est pas nous qui nous jugeons mais Lui, sa Vérité souveraine juge de manière suprême juste et parfait; dans la mesure où nous l'accueillons, nous pouvons nous aussi nous juger en lui et avec lui, jamais contre lui, car il est le juge suprême.

Dire que c'est simplement nous qui nous jugeons, c'est rendre ridicule le jugement final car nous savons bien que : personne n'est bon juge dans sa propre cause... Alors que dans le monde le principe que personne n'est bon juge dans son propre cas s'applique, et donc dans les procès, le juge est différent par l'accusé, précisément le jugement le plus important, c'est-à-dire le jugement final, serait rendu par celui qui est le pire juge pour sa propre cause, c'est-à-dire par l'accusé lui-même : ce qui est absurde et ridicule !

Le Catéchisme romain affirme, dans ce vers : « Alors, s'adressant à ceux qui seront à sa gauche, il frappera contre eux sa justice par ces paroles : Loin de moi, maudits, vers le feu éternel, préparé pour le diable et ses anges (Mt 25,41). … C'est ce que les théologiens appellent peine de dommage

Suivent ensuite les mots : « au feu éternel » ; c'est le deuxième type de châtiment que les théologiens appellent châtiment des sens, parce qu'il est perçu avec les sens du corps... Notre Seigneur et Sauveur prononcera à juste titre cette sentence contre les méchants..." Le Christ, Juge suprême, est Celui qui inflige la peine du dommage et celle du sens.

Les paroles de l'Evangile citées dans ce passage du Catéchisme romain sont éclairantes et St. Alphonse, les reprenant, affirme : "L'âme qui sort de cette vie en disgrâce de Dieu, avant que le juge ne la condamne, elle se condamnera elle-même, et alors elle entendra la terrible sentence intimée par Jésus-Christ..." La condamnation que l'âme se fait d'elle-même est l'exécution de la condamnation du Juge Suprême !

Ajoute le s. Médecin napolitain : « Que fera le pécheur, que répondra le pécheur à Jésus-Christ comme juge ? ... Ici enfin le juge prononcera la sentence. "Décède à moi, malédicte, in ignem aeternum". (Matth., 25, 41 : "Décède à moi, malédicte, in ignem aeternum".) " Le Christ est juge... et juge et condamne... et l'Église est unie à lui.

L'enfer, notez-le bien, implique une peine de châtiment éternel éternel. Dans le Catéchisme de l'Église catholique, nous lisons, dans cette ligne, au n. 1034 : « Jésus parle à plusieurs reprises de la « géhenne », du « feu inextinguible », (Cf Mt 5,22.29 ; 13,42.50 ; Mc 9,43-48.)... Jésus annonce... et il prononcera le phrase : « Loin de moi, maudit, dans le feu éternel ! "(Mt 25,41). " Je souligne : lui, c'est-à-dire le Christ, prononcera la sentence : « Éloignez-vous de moi, maudits, dans le feu éternel ! "(Mt 25,4). Alors le Christ jugera et condamnera à la damnation éternelle ceux qui l'ont mérité !

Eusebi parle de représailles aristotéliciennes (p. 47)... mais ne se réfère pas aux représailles bibliques : "... le texte sacré dit :" Afin qu'ils comprennent qu'avec ces mêmes choses pour lesquelles on pèche, avec elles il est alors puni" ("per quae peccavit, per haec et torquetur", Sg 11,16:XNUMX).

Le thème du talion est repris à plusieurs reprises dans l'Ecriture Sainte : "Ceux qui ont vécu injustement avec folie, vous les avez donc tourmentés par leurs propres abominations" (Sg 12,23 et aussi 16,1 et 18,4)." Voir aussi, dans cette ligne, les affirmations de l'Apocalypse, chap. 18. La peine de représailles est bien enracinée dans la Vérité que Dieu nous a donnée et les déclarations faibles et déviantes d'Eusebi ne peuvent l'effacer !

e, 2,2) Eusébi veut supprimer la dimension rétributive des conséquences du péché d'Adam.

Eusebi parle du péché originel et enlève pratiquement la dimension rétributive aux conséquences du péché d'Adam, en particulier il essaie d'annuler la vérité pour laquelle Dieu a puni l'humanité à cause du péché originel Face aux affirmations d'Eusebi, le Catéchisme de l'Église catholique affirme à propos du péché originel, en s'appuyant notamment sur les textes du plus haut niveau magistral du Concile de Trente, qu'il s'agit d'un événement primordial, survenu au début de l'histoire et qui marque toute l'histoire : « La Révélation nous donne la certitude de la foi que toute l'histoire humaine est marquée par le péché originel librement commis par nos ancêtres. "(Catéchisme de l'Église catholique n° 390)

Le pape Benoît a dit plusieurs choses importantes, soulignant la dimension historique de ce péché

Benoît XVI a également affirmé : "" Le mystère de l'Immaculée Conception de Marie, que nous célébrons solennellement aujourd'hui, nous rappelle deux vérités fondamentales de notre foi : d'abord le péché originel, et ensuite la victoire sur lui de la grâce du Christ, une victoire qui resplendit d'une manière sublime en Marie Très Sainte." ... le péché originel est une vérité fondamentale de notre foi !

L'Église garde le dogme du péché originel : "... si, dans la foi de l'Église, la conscience du dogme du péché originel a mûri, c'est parce qu'elle est inséparablement liée à l'autre dogme, celui du salut et de la liberté dans le Christ." ... Le péché originel est un dogme ...

Comme dit : Eusebi enlève pratiquement la dimension rétributive des conséquences du péché d'Adam… Nous verrons plus loin comment la dimension rétributive des conséquences du péché est très clairement attestée par la Bible et par la Tradition qui interprète la Bible.

e, 2,2,1) Réponse biblique et magistrale aux affirmations d'Eusebi

Le texte biblique de référence, indiquant l'opération de la justice rétributive sur nos ancêtres après le péché est Genèse 3,16-19. La dimension rétributive inhérente à ce texte est évidente. Le célèbre bibliste Spadafora dans son Dictionnaire Biblique dit, parlant de la mort, que c'est : « Conséquence et douleur du péché (voir Adam) : Gen. 2, 27 ; 3, 3. "

Avant lui, le P. M. Sales : "Le péché est donc la cause de la mort, et la mort est le châtiment du péché (Gen. II, 17 ; III, 19 ; Sap. I, 13, etc.)." Le "Nouveau Grand Commentaire Biblique" à la p. 15 Pour le péché originel, Dieu a imposé diverses peines à l'homme, y compris la peine de mort.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Dans le II Synode d'Orange, nous trouvons des affirmations importantes sur la justice divine en acte après le péché originel   pour nous, cela signifie en particulier que la mort est la peine du péché originel et qu'avec la mort il y a, également comme peine pour le péché, la détérioration de la nature humaine, cela signifie aussi que la peine pour le péché d'Adam et Eve a affecté non seulement eux mais aussi toute la progéniture. Les mêmes vérités sont proclamées par le Concile de Trente : "Quiconque n'admet pas que le premier homme Adam, ayant transgressé l'ordre de Dieu dans le ciel, a immédiatement perdu la sainteté et la justice dans lesquelles il a été créé et qui a encouru pour ce péché de prévarication dans le colère et indignation de Dieu, et, par conséquent, dans la mort, dont Dieu l'avait d'abord menacé, et, avec la mort, dans l'esclavage de celui qui, plus tard, eut le pouvoir de la mort et qui est le diable (21) ', et qu'Adam pour ce péché de prévarication a été aggravé dans l'âme et dans le corps : qu'il soit anathème."

Dans la profession de foi de St. Paul VI lit dans cette ligne : « Nous croyons qu'en Adam tous ont péché ; ce qui veut dire que la culpabilité originelle qu'il a commise a fait tomber la nature humaine, commune à tous les hommes, dans un état où elle porte les conséquences de cette culpabilité, et qui n'est plus l'état où elle était au début chez nos ancêtres. , constitué dans la sainteté et la justice, dans lequel l'homme n'a connu ni le mal ni la mort. C'est la nature humaine tellement déchue, dépouillée de la grâce qui la revêtait, blessée dans ses propres forces naturelles et soumise à l'empire de la mort, qu'elle se transmet à tous les hommes ; et c'est dans ce sens que chaque homme naît dans le péché." Notez qu'il s'agit d'une profession de foi, elle a donc une grande importance doctrinale ! Les conséquences du texte qui vient d'être vu sont des sanctions, en fait comme on le voit : "... c'est une doctrine divinement révélée que les péchés impliquent des sanctions infligées par la sainteté et la justice de Dieu." (Paul VI "Indulgentiarum Doctrina").

Saint Jean-Paul II a fait diverses déclarations dans la ligne que nous voyons Le péché d'Adam a donc été puni et les sanctions imposées pour le péché des premiers parents se sont étendues à tous les descendants. Origène déclare à cet égard: "... l'homme, par la punition du péché, était venu du paradis de la liberté à l'esclavage de ce monde."

Le Catéchisme de l'Église catholique dans nos. 399 art. énumère toutes les conséquences dramatiques du péché originel, y compris la mort et la souffrance. Dans cette ligne, le Catéchisme précise également quelles sont les peines du péché : la peine éternelle et la peine temporelle (cf. Catéchisme de l'Église catholique n. 1472s).

La mort et toutes sortes d'épreuves sont les peines temporelles du péché originel.

Benoît XVI a déclaré: "... Dieu ... n'a pas créé la mort, mais elle est entrée dans le monde par envie du diable qui, se rebellant contre Dieu, a également attiré les hommes dans la tromperie, les conduisant à la rébellion (cf. Sagesse 1, 13-14 ; 2, 23-24)."

En résumé : Dieu rend le mal par un juste châtiment, avec cela Dieu a d'abord frappé nos parents et nous a frappés aussi, leurs descendants, pour le péché originel ; tout cela signifie évidemment, comme nous le verrons encore mieux dans les pages suivantes, qu'il y a en Dieu une justice rétributive.

Dans le cas du péché humain précoce, qui fait l'objet des affirmations d'Eusebi auxquelles nous répondons, sur la base des affirmations de l'art. Thomas vu plus haut (cf. I-II q. 87 a.1), il faut dire que les peines causées par ce péché sont au nombre de deux : une peine qui leur est infligée par eux-mêmes, et c'est le remords de la conscience et une peine qui leur est que Dieu leur infligeait.

Dans le juste châtiment que les premiers hommes s'infligent à eux-mêmes, il faut aussi voir l'action de Dieu, comme je l'ai dit plus haut dans ce paragraphe ; en fait, comme l'art. Thomas, Dieu agit en chaque personne (cf. I q. 105 a. 5).

En ce qui concerne le châtiment infligé directement par Dieu aux premiers hommes, il faut dire qu'il s'agit de la répression de celui qui commet un acte désordonné, répression opérée par Dieu (cf. I-II q. 87 a.1 ).

La condamnation que Dieu « surdécrète » de toute éternité, mais qui s'accomplit dans l'histoire, inclut aussi la souffrance et la mort pour les hommes comme punition.

Saint Thomas affirme notamment à propos de la peine de mort « Homo ergo demerendo causa est mortis, sed Deus, ut iudex. Salaire enim peccati mors, Rom. VI, 23. " (Super Heb. [Rep. Vulgata], chap. 9 l. 5) L'homme avec son péché est la cause de la mort mais Dieu est la cause de la mort car il est juge et impose précisément la peine de mort ab aeterno pour le péché.

Quindi non bisogna immaginare Dio come un personaggio che di fronte al peccato e reagendo ad esso infligge, come un sadico carnefice, la pena infierendo sulla persona … né bisogna immaginarlo come un violento personaggio che risponde ai suoi nemici, che lo odiano, infierendo su di leur. Dieu est immuable et de toute éternité il a décrété dans sa Sagesse et sa Charité le juste châtiment des méchants, de toute éternité il a décrété le juste châtiment du péché. Adam et Eve, ayant péché, ont été punis par Dieu selon ce décret et la dimension "extérieure" de l'imposition de la peine, qu'Eusebi essaie d'annuler, est très évidente dans la Bible : Dieu condamne clairement l'homme et la femme au chap. 3 de la Genèse pour leur péché et finit par les chasser du Paradis terrestre ; ce sont des actions très claires indiquant la punition de Dieu affectant Adam et Eve. Les pages suivantes de la Bible clarifient davantage les effets négatifs d'un tel péché originel.

Ce qui a été dit jusqu'ici nous aide à comprendre ce qu'affirme le Catéchisme de l'Église catholique lorsqu'il dit à propos du châtiment temporel et du châtiment éternel : « Ces deux peines ne doivent pas être conçues comme une sorte de vengeance, que Dieu inflige du dehors, mais comme découlant de la nature même du péché. » (Cf. Catéchisme de l'Église catholique, n° 1472)

Dieu n'est pas un bourreau sadique qui se venge avec haine et qui inflige un châtiment en faisant rage sur la personne.

Comme il l'explique, l'art. Thomas: l'homme avec son péché est la cause de la mort, c'est-à-dire que l'homme avec le péché cause la peine de mort, donc la peine de mort découle de la nature du péché, mais d'un autre côté Dieu est la cause de la mort dans la mesure où il est un juge immuable et très saint et en fait il a imposé ab aeterno selon sa justice la peine de mort pour le péché, c'est-à-dire qu'il a fixé cette peine de l'éternité et l'a donc imposée.

Saint Thomas précise (I-II q. 87 a. 8 in c.), Que certaines des peines du péché ne concernent que ceux qui le commettent, d'autres s'étendent à d'autres personnes, dans cette ligne, certaines peines du péché d'Adam et Eve s'étendent à tous les hommes, d'autres, plus directement causés par leur péché personnel, ne s'étendent pas à toute l'humanité. De cette façon, la punition qui frappe le géniteur tombe sur les descendants.

Pour résumer : en Dieu il y a la justice rétributive donc Il a fixé de toute éternité, avec les récompenses des justes, les peines du péché ; Dieu cause de telles peines en tant que juge de l'homme tandis que l'homme les cause avec son péché. De telles peines peuvent s'étendre, d'une certaine manière, aussi à d'autres personnes qui ne sont pas directement les auteurs de tels péchés ; le péché originel, dans cette ligne, a causé d'une manière particulière des douleurs non seulement pour Adam et Eve mais aussi pour l'humanité.

e, 2,2,2) Précisions sur "l'origine" de la mort.

Avec l'intention évidente d'aller jusqu'à dire que Dieu ne paie pas, et donc ne punit pas, le péché par la mort, Eusébi cite dans une note un théologien orthodoxe qui affirme que selon nos auteurs occidentaux la mort serait un phénomène originaire de Dieu, une sorte de créature de Dieu, alors que les écrivains des deux premiers siècles et les Pères grecs le nient.

Je réponds au prof. Eusèbe et le théologien, rappelant d'abord ce que j'ai dit un peu plus haut.

Le célèbre bibliste Spadafora dans son Biblical Dictionary dit, en parlant de la mort, que c'est : "Conséquence et douleur du péché (voir Adam)" ("Mort" dans Spadafora (dirigé par) "Biblical Dictionary" Studium 1963 2 vol. ( AM; MZ), avant lui le P. M. Sales l'avait également dit (M. Sales "La Sainte Bible commentée par le P. M. Sales" Turin 1914, v. II, p. 41)

Pour le péché originel, Dieu a imposé diverses peines à l'homme, y compris la peine de mort.

Dans le II Synode d'Orange, il a été déclaré : que la mort est la peine du péché originel

Quelque chose de similaire a été déclaré au Concile de Trente

Dans la profession de foi de St. Paul VI lisait dans cette ligne que la nature humaine est tombée à cause du péché originel : « … dépouillée de la grâce qui la revêtait, blessée dans sa propre force naturelle et soumise à l'empire de la mort, qui est transmise à tous les hommes ; et c'est dans ce sens que chaque homme naît dans le péché."  Des affirmations allant dans ce sens se retrouvent également dans d'autres textes de papes

La mort et toutes sortes d'épreuves sont les peines temporelles du péché originel.

Aussi je réponds au prof. Eusebi et le théologien russe avec les paroles de St. Thomas donc : l'ordre de l'univers concerne aussi l'ordre de la justice, qui exige que le juste châtiment soit infligé aux pécheurs. Dieu qui est Justice et l'Ordre le plus parfait et qui est l'architecte de la création et de son ordre, c'est pour cela même qu'il est Celui qui inflige ce mal qui est châtiment, donc il est (Super) Auteur du mal qui est châtiment, mais pas de ce mal qu'est la faute (cf. Iª q. 49 a. 2 co.).

Dieu est « Super Vie » et est « Super Justice », « Super Perfection » et évidemment de toute éternité a décrété que la peine pour ce péché originel de l'homme est aussi la mort ; la mort n'est pas proprement créée par Dieu, la création implique que quelque chose est fait de rien, selon saint Thomas (I, q. 65, a. 3), la création est la production, opérée par Dieu, d'un être selon toutes ses substance, sans présupposer aucune entité incréée ou créée par une autre réalité. La mort n'est pas vraiment une créature, ce n'est pas un bien mais c'est un manque de perfection, c'est un mal, que Dieu inflige ab aeterno pour le péché.

Expliquez l'art. Thomas que Dieu lorsqu'il cause l'ordre de l'univers, qui est un bien, cause par conséquent et presque accidentellement la corruption des choses, selon l'expression de l'Ecriture contenue dans I Rois 2 "Le Seigneur tue et fait vivre", si le D'autre part, la Bible affirme que "Dieu n'a pas fait la mort" (Sg. 1), cela doit être interprété dans le sens que Dieu n'a pas voulu la mort directement (cf. Iª q. 49 a. 2 co.).

Saint Thomas affirme également à cet égard que l'homme avec son péché est la cause de la mort mais que Dieu est la cause de la mort en ce qu'il est juge et impose précisément ab aeterno la peine de mort pour le péché. (Super Heb., Ch. 9 l. 5)

Dans le Compendium Theologiae s. Thomas affirme que la peine du péché originel est aussi la mort et que le Christ a voulu la subir, même s'il n'a pas péché, pour nous sauver. (Compendium theologiae, lib. 1 ch. 227 co.)

Dieu est le (Super) Auteur du mal qui est punition, mais pas de ce mal qui est culpabilité (cf. Iª q. 49 a. 2 co.).

Dieu peut enlever ce qu'il a donné, c'est-à-dire la perfection et donc la vie, à ceux qui ne le méritent pas ... et l'Écriture et la Tradition, qui s. Thomas suit, ils le disent très clairement.

D'autre part aussi l'art. Jean Chrysostome dans l'homélie XVII sur la Genèse affirme que dans les paroles de Gen. 3,17ss nous pouvons voir à la fois la sentence de Dieu comme juge contre l'homme, et les châtiments auxquels il le soumet (cf. S. Joannis Chrysostomi "Homiliae in Genesim " PG 53, 145. hom. XVII n. 9).

La cause de la mort est certainement l'homme qui a péché mais, d'autre part, Dieu est aussi la cause de la mort car ab aeterno il a condamné et puni le péché d'Adam et Eve même par la mort.

Saint Thomas, qui a connu les Pères de l'Église, y compris les Orientaux, et est resté bien enraciné dans la Tradition, a repris leur pensée, sous la conduite de l'Esprit Saint, et l'a précisée en notant que la cause de la mort est certainement l'homme qui a péché mais, d'autre part, Dieu est aussi la cause de la mort car ab aeterno il a condamné et puni de mort le péché d'Adam et Eve.

e, 2,3) Eusébi veut supprimer la dimension rétributive des châtiments bibliques en s'appuyant sur la "violence" attribuée à Dieu dans la Bible.

Concernant les affirmations d'Eusebi sur les châtiments bibliques et la violence attribuée à Dieu Tout d'abord, il faut noter qu'Eusebi ne précise pas bien ce qu'il entend par violence.

La saine théologie affirme que Dieu est la perfection infinie et donc qu'il n'est pas violent car par violence nous entendons quelque chose de mal, de brutal, de contraire à la justice ; La violence, entendue dans ce sens, est contraire à la perfection, à la justice et à la charité divine (voir "Violence" dans l'Encyclopédie en ligne Treccani, www.treccani, http://www.treccani.it/vocabolario/ricerca/ violence/; "Violent" dans l'Encyclopédie en ligne Treccani, www.treccani http://www.treccani.it/vocabolario/violento/)

Dieu est la super perfection absolue et punit, restant immuable, sans faire violence dans le sens dit ; les peines qu'Il inflige sont des actes de justice et non de violence et même lorsqu'il doit infliger des peines très douloureuses ou la mort, une telle infliction n'est jamais un acte de violence ; de même, l'autorité qui inflige des peines même très douloureuses ou même capitales à ses sujets selon la justice n'est pas violente et l'action de ceux qui se défendent à juste titre contre un agresseur injuste et arrivent à tuer cet agresseur injuste conformément à la justice est pas violent.

Les méchants sont des violents qui commettent des crimes, ce n'est pas un violent qui, véritablement par mandat divin, agit et accomplit des actes sur des hommes ou des peuples. Si Dieu commande quelque chose dans sa Sagesse et dans son Amour, il sait très bien ce qu'il fait, Il est le Seigneur et Il est Amour; le vrai bien est de faire ce que Dieu veut.

Le Concile Vatican I a affirmé à propos de notre Dieu : "La Sainte Église Apostolique Catholique Romaine croit et confesse qu'un seul est le Dieu vivant et vrai... infini pour... toute perfection..." (Concile Vatican I, Constitution Dogmatique " Dei Filius" ici)

Le pape Léon XIII a précisé : "Dieu lui-même le plus prévoyant, infiniment bon et puissant.." Dieu est bon et fait toujours de bonnes œuvres, Dieu est parfait, il n'est pas violent !

En particulier pour les intérêts de notre étude sur la peine de mort des criminels, il est évident que les condamnations à mort de certains criminels déclarées et appliquées dans la Bible selon la volonté de Dieu ne sont pas violentes au sens que nous venons de dire et la condamnation à la damnation n'est pas violent pour les anges rebelles et les pécheurs. Plus généralement, les commandements qui viennent de Dieu qui est justice et bonté infinies ne sont pas violents mais suprêmement justes.

D'autre part, il faut tenir compte du fait que la Bible montre clairement comment la violence comprise comme quelque chose de mal, de brutal, contraire à la justice entre dans le monde des hommes avec le péché d'Adam et Eve et se propage à toute l'humanité. C'est nous, les pécheurs, les violents et les insensés, il est donc doublement absurde et insensé que l'un de nous, hommes pécheurs, veuille juger des jugements divins.

Dieu par la Révélation aide l'homme à s'opposer à cette violence, il le fait déjà avec l'Ancien Testament, il le fait encore plus avec le Nouveau Testament.

La venue de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, a achevé ce que Dieu avait déjà commencé à faire ; avec la venue du Christ, avec son témoignage, Dieu a conduit l'homme à une réalisation plus parfaite de sa volonté aussi en ce qui concerne la victoire contre la violence.

La Commission théologique internationale a affirmé : « Pour le décryptage théologique global du thème de la violence sacrée dans les pages bibliques, la réflexion théologique remet traditionnellement en cause deux critères. D'une part, la tradition théologique souligne le caractère pédagogique de la révélation historique, qui doit s'ouvrir dans un contexte de réception âpre et tribale, bien différent de celui qui façonne aujourd'hui notre sensibilité. D'autre part, il met en évidence l'historicité de l'élaboration de la foi attestée dans les écritures bibliques, mettant en évidence l'évidence d'une dynamique évolutive des manières dont la violence est représentée et jugée : dans la perspective de son dépassement progressif, du point de vue de la foi au Dieu de la création, de l'alliance du salut. »

De la violence causée par le péché Dieu libère les hommes avec une pédagogie qui se manifeste dans l'Apocalypse, cette pédagogie fait évoluer la foi du peuple de Dieu pour qu'il puisse toujours mieux vaincre le péché et avec lui la violence.

Aujourd'hui, nous regardons la Bible éclairée par le message du Christ, c'est-à-dire que nous relisons le to. Testament après 2000 ans Le christianisme nous a enseigné un haut degré de charité, de sainteté et donc de victoire sur la violence mais il ne faut pas commettre l'erreur de juger l'Ancien Testament sur la base de la Révélation chrétienne sans tenir compte de la pédagogie divine que la Bible met en avant. L'Evangile fait partie de la Bible et dans la Bible Dieu a conduit l'homme à l'Evangile à travers une longue pédagogie qui a commencé avec l'Ancien Testament. Sans l'Ancien Testament, il n'y aurait pas d'Evangile.

Par la venue du Christ, Dieu a réalisé un raffinement colossal de l'enseignement religieux et de la théologie morale, la venue du Christ a ramené l'homme à la condition de perfection initiale de l'humanité, d'une certaine manière, et a rouvert les portes du ciel. homme. Avant la venue du Christ, les choses étaient radicalement différentes et Dieu parlait, dans l'Ancien Testament, à des hommes qui n'avaient pas été visités par le Christ et leur donnaient de saints enseignements mais en rapport avec leur situation, leur mentalité, selon la sagesse divine, qui est pas les nôtres. Dieu s'est adressé à des hommes immergés dans leur temps, avec leur culture et les préceptes divins qui leur convenaient précisément, qui n'avaient pas encore reçu la visite du Christ.

Si nous pensons à ce que les autres peuples ont fait à l'époque de l'A. Testament, si nous pensons à la façon dont ils ont combattu et traité les prisonniers, si nous pensons à la façon dont ils ont traité les enfants et les femmes des peuples vaincus, nous pouvons mieux comprendre comment Dieu a conduit son peuple à s'opposer à la violence.

Ce que nous lisons dans l'Ancien Testament peut nous sembler barbare, violent mais cette époque n'est pas notre époque, la mentalité était radicalement différente et le Christ n'était pas venu pour que la parole de Dieu convenait aux hommes de cette époque.

Si Dieu a donné ces paroles et pas d'autres, c'est parce que ce niveau de moralité était vraiment possible pour ces hommes et quelque chose de plus n'était pas possible, le péché pesait particulièrement lourdement sur l'humanité.

Le péché avait brutalisé l'homme depuis le début et précisément Dieu, dans sa justice et sa miséricorde, s'adressait à des hommes sur lesquels le péché était lourdement chargé et qui étaient capables, bien qu'avec l'aide divine, de ce que Dieu leur ordonnait.

Dieu a toujours été infiniment juste et saint, s'il a dit certaines choses que nous lisons dans la Bible, il les a dites du haut de sa perfection et de sa sagesse que nous ne pouvons atteindre !

Lisez l'A. Le testament ne doit pas servir à juger négativement les commandements divins du haut de notre moralité actuelle ; juger négativement les œuvres divines est une folie, bien sûr !

Si nous sommes arrivés à la morale que nous acceptons aujourd'hui, nous devons remercier Dieu qui, dans sa sagesse, mène depuis des milliers d'années un merveilleux dialogue avec les hommes avec une sage pédagogie, attestée par toute la Bible ! D'autre part, nous devons nous rendre compte que même après le Christ, la morale a un développement et un perfectionnement ; nous ne sommes pas arrivés à la perfection absolue de la morale.

Il faut aussi se rendre compte qu'aujourd'hui encore, après la venue du Christ, de nombreux péchés très graves et des actes de violence sont commis, il suffit de penser aux 50 millions d'avortements qui sont pratiqués chaque année... cela nous fait comprendre à quel point l'homme est brutalisé par le péché et combien de méchanceté l'homme peut commettre même après la venue de Christ, sans parler de ce que l'homme a pu et a fait avant Christ !

Ce que je viens de dire résout les problèmes fondamentaux qui peuvent survenir lorsque nous lisons l'Ancien Testament.

Je souligne pour notre propos que la venue du Seigneur et la victoire sur le péché et la violence qu'Il a apportées n'impliquent pas l'annulation de la peine de mort.

La peine de mort justement imposée selon la volonté divine n'était pas et n'est pas de la violence mais l'application de la vraie justice.

Le Christ n'a pas condamné la peine de mort, la peine de mort a été considérée comme parfaitement légale pendant 2000 ans de christianisme, ce n'est pas un acte violent mais juste. Violent est le crime commis, pas l'acte juste avec lequel ce crime est puni. De grands saints, de grands thaumaturges, de grands docteurs de l'Église, qui avaient le Saint-Esprit, considéraient clairement la peine de mort comme licite dans certains cas ; la peine de mort infligée à juste titre selon la volonté de Dieu n'est pas un acte de violence, lorsque nous parlons de violence dans la Bible, nous devons exclure les passages dans lesquels la peine de mort est justement appliquée.

Eusebi parlant précisément de la violence dans la Bible commente les affirmations de l'Ancien Testament (parmi lesquelles il y a celles sur la légalité de la peine de mort) en disant qu'en lui "les attitudes de violence sont attribuées à Dieu" (Eusebi p.27) tandis que "Dieu c'est absolument non-violent" (Eusebi p.28) et ajoutant que Jésus" subit les conséquences de cette vision traditionnelle "(Eusebi p.29). Le but d'Eusebi est évidemment de :

1) délégitimer la dimension rétributive inhérente à la Bible et donc à la Tradition et donc aussi délégitimer ce que l'Ancien Testament dit de la peine de mort ;

2) affirmer, pratiquement, que le Nouveau Testament dépasse cette dimension rétributive et donc qu'il a déclaré cette peine illégale ; nous avons vu que pour Eusébi la peine de mort n'appartient pas à la Tradition apostolique.

Cependant, le plan d'Eusebi s'effondre lamentablement : la dimension rétributive clairement inhérente à la Bible est clairement réaffirmée par la Tradition, comme on l'a vu plus haut, et le Nouveau Testament la confirme fondamentalement. Le Nouveau Testament admet clairement, dans cette ligne, la légalité de la peine de mort, pour cette raison, comme nous l'avons largement vu, sur la base de la Révélation et en particulier du Nouveau Testament, des Papes et des Évêques, de grands saints, de grands thaumaturges, de grands docteurs de l'Église, des hommes remplis du Saint-Esprit, considéraient clairement la peine de mort comme légale dans certains cas.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

e, 2,4) Eusébi veut supprimer la dimension rétributive inhérente à la Passion du Christ et à notre vie.

En réponse aux affirmations d'Eusebi qui veut annuler la dimension rétributive de la Passion du Christ (pp. 34 ss) il faut préciser, comme le dit aussi l'art. Thomas (cf. Compendium theologiae, lib. 1 chap. 227 co.), Qui : Le Christ nous a sauvés par la charité crucifiée, il a expié nos péchés par la charité qui s'est chargée de souffrance et de mort pour nos péchés, il est le Rédempteur, celui qui nous a rachetés et libérés de l'esclavage du péché.

Cette Rédemption a été annoncée déjà après le péché originel

Cette même Rédemption a également été annoncée par les prophètes (cf. Catéchisme de l'Église catholique n. 64)

La rédemption universelle comme rançon qui libère les hommes de l'esclavage du péché (cf. Is 53,11-12 ; Jn 8,34, 36-53,11) par la mise à mort de l'Agneau de Dieu, le Juste Serviteur (cf. Is 3,14 ; Ac 20,28 ) avait été annoncé à l'avance dans les Écritures comme un plan divin de salut ; Jésus a donc présenté le sens de sa vie et de sa mort dans cette ligne (cf. Mt 53,7), la mort rédemptrice de Jésus accomplit les prophéties (cf. Is 8-8,32 ; Ac 35-601) (cf. Catéchisme de l'Église catholique n. 9,22) Jésus a également dit d'autres choses très significatives dans cette ligne (cf. Luc XNUMXff)

Le Sixième Synode de Tolède a affirmé : nous avons été purifiés par la mort et par le Sang du Christ.

Le Synode de Tolède lui-même, puis le Concile de Trente ont dit d'autres choses très importantes dans cette ligne

Tout cela signifie essentiellement que le Christ nous a rachetés par sa Croix.

Léon XIII, après avoir rappelé le sacrifice que le Christ a offert cloué sur la Croix, affirme : « C'était une expiation tout à fait parfaite et absolue pour les hommes : et ce n'en est pas une autre du tout, mais c'est la même, celle contenue dans le sacrifice eucharistique. ... l'efficacité de ce sacrifice, à la fois pour obtenir et pour expier, découle totalement de la mort du Christ ... "

Le Christ est le Rédempteur qui, par sa Passion, a expié nos péchés et nous a donc rachetés, c'est-à-dire libérés, comme mentionné ci-dessus… l'Eucharistie rend perpétuel le Sacrifice de la Croix et son efficacité expiatoire.

À cet égard, Pie XII a affirmé que le troisième but de l'Eucharistie est : « … c'est l'expiation et la propitiation. Certes, personne en dehors de Christ ne pouvait donner au Dieu Tout-Puissant une satisfaction adéquate pour les péchés de l'humanité ; Il a donc voulu se sacrifier sur la Croix "propitiation pour nos péchés, et pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier". Sur les autels, il s'offre également chaque jour pour notre rédemption, afin que, délivrés de la damnation éternelle, nous soyons accueillis dans le troupeau des élus. » Pie XII a déclaré que le Sauveur s'est fait "... victime d'expiation pour les péchés des hommes".

Le même auteur dans la même encyclique a cité le passage suivant de l'art. Thomas : « Il faut noter que la libération de l'homme, par la passion du Christ, convenait à la fois à sa miséricorde et à sa justice. A la justice d'abord, parce que par sa passion le Christ a satisfait pour la culpabilité du genre humain : et donc pour la justice du Christ l'homme a été libéré. À la miséricorde, donc, puisque, puisque l'homme n'a pas pu satisfaire toute la nature humaine pour le péché polluant, Dieu lui a donné un réparateur en la personne de son Fils. Or c'était un geste de miséricorde plus généreuse de la part de Dieu que s'il avait pardonné les péchés sans exiger aucune satisfaction. C'est pourquoi il est écrit : « Dieu, riche en miséricorde, par le grand amour qu'il nous a porté bien que nous soyons morts pour nos péchés, nous a rappelés à la vie en Christ » » (III, q. 46, a. 1 ad 3)

La Commission Théologique Internationale a écrit des choses très significatives dans cette ligne

Il a quand même dit oui. Thomas : "... il faut dire que la passion du Christ est notre rançon ou rédemption."

Christ méritait, dit St. Thomas, d'une manière particulière avec sa Passion le salut pour tous les membres de son Corps mystique. (III, q. 48, a. 1) Saint Thomas a écrit que le Christ a dû souffrir sur la Croix aussi pour satisfaire pour le péché des premiers hommes et que les douleurs du Christ étaient les plus grandes parmi les douleurs de cette vie parce qu'elles étaient proportionnées à le fruit qu'ils devaient produire (cf. III q. 46 a. 3) Le Christ, pour expier les péchés de tous les hommes, a assumé la plus grande tristesse, sans dépasser les justes limites (cf. III q. 46 a. 6).

Dans le même A. 6, dans les réponses de 4 à 6 s. Thomas explique que le Christ a aussi souffert pour les péchés de tous et que sa douleur dépassait celle de tout pénitent parce qu'elle découlait d'une charité et d'une sagesse plus grandes, et parce qu'il souffrait simultanément pour les péchés de tous... de plus, la vie corporelle du Christ était très précieux que le Christ qu'il a offert pour le salut du monde, Le Christ a aussi évidemment offert la souffrance de la perte de sa vie corporelle pour le salut des âmes et il a aussi offert la douleur pour l'injustice subie.

Le Christ a voulu libérer l'homme non seulement avec sa puissance mais aussi avec justice et donc non seulement il était attentif à la force que, de la divinité unie à lui, avait sa douleur mais il était aussi attentif à la grandeur de sa douleur selon sa nature humaine pour qu'il suffise de faire une aussi grande réparation. ... le chemin du Christ n'était pas seulement "amour" ... c'était la charité crucifiée, c'était la charité expiatoire et réparatrice et le Christ nous appelle à suivre ce même chemin ... de la charité crucifiée, expiatoire et réparatrice (cf. Luc 9, 23ff).

J'invite chacun, dans cette ligne, à lire les propos éclairants de Pie IX sur la réparation recueillis dans le "Miserentissimus Redemptor" On y lit aussi : « … car cette disposition admirable de la Sagesse divine selon laquelle ce qui manque à notre corps dans les souffrances du Christ doit être fait en faveur de son corps, qui est l'Église [Cf. Coloss., I, 24.], nous pouvons, en effet nous devons ajouter aux louanges et aux satisfactions "que le Christ au nom des pécheurs a accordées à Dieu", aussi nos louanges et nos satisfactions. Mais il convient toujours de se rappeler que toute la valeur expiatoire dépend uniquement du sacrifice sanglant du Christ, qui se renouvelle, sans interruption, sur nos autels de manière non sanglante puisque "on est la même Victime, on est maintenant l'oblitérateur par le ministère des prêtres, le même qui s'est offert sur la croix, seule la manière de l'oblation a changé " [Conc. Trid., sess. XXII, ch. 2.]. Pour cette raison, l'immolation des ministres et des autres fidèles doit être jointe à cet auguste sacrifice eucharistique, afin qu'eux aussi puissent s'offrir en « victimes vivantes, saintes, agréables à Dieu » [Rom., XII, 1.] »

Pie XII a dit des choses très efficaces sur la victimisation du Christ et la nôtre en lui : « … Jésus est victime, mais pour nous, prenant la place de l'homme pécheur ; or la parole de l'Apôtre : « ayez en vous les mêmes sentiments qu'ils avaient en Jésus-Christ » exige de tous les chrétiens… l'exercice volontaire et spontané de la pénitence, de la douleur et de l'expiation de leurs péchés. En un mot, il faut notre mort mystique sur la Croix avec le Christ, pour pouvoir dire avec saint Paul : « Je suis en conflit avec le Christ sur la Croix »… ».

Tout cela signifie essentiellement qu'à la lumière de la très sainte justice divine rétributive, le Christ nous a libérés du péché et du châtiment par sa Croix, le Christ nous a rachetés du péché et du châtiment par sa Croix et donc par ses souffrances conjuguées à sa charité, mais cela signifie aussi que nous devons participer à ce mystère de la Croix, comme Jésus lui-même l'a dit (cf. Lc 9,22ss).

Dans le "Miserentissimus Redemptor"   dans l'acte de réparation qui conclut cette encyclique il est écrit entre autres : « Et tandis que nous entendons expier tout le cumul de crimes si déplorables, nous proposons de réparer chacun en particulier... »

Le Christ ne parle pas seulement de le suivre dans "l'amour"... mais il nous appelle à le suivre sur le chemin de la Croix... qui n'est pas seulement "l'amour", c'est la charité et donc aussi la douleur, la souffrance, humiliation, mort... réparation des péchés, expiation ! Nous devons suivre le Christ dans la juste réparation des péchés qui implique aussi la souffrance pour eux... en effet, entre autres choses, l'acte de douleur pour les péchés implique la douleur pour les péchés...

Saint Paul VI a affirmé des choses très significatives dans cette ligne

Comme on peut le voir dans ces textes, le Concile Vatican II lui-même invite à la pénitence... et donc à l'expiation et à la réparation des péchés.

Comme l'a dit la Commission théologique, « la pénitence chrétienne est une participation à la vie, à la souffrance et à la mort de Jésus-Christ. Et cela a lieu per fidem et caritatem et per fidei sacramenta [S. Thomas Aq., Summa Theol. III, 49, 3.6.]. La pénitence chrétienne… doit déterminer toute la vie du chrétien (cf. Rm 6, 3 sq.).

Notre participation à la Passion passe par la foi et par les sacrements de la foi (III, 49, aa. 3 et 5) En particulier, l'Eucharistie nous transforme en Christ pour que nous puissions participer à sa Passion.

Ajoute l'art. Thomas : « Pour obtenir les effets de la passion du Christ, il est nécessaire, comme nous l'avons noté plus haut, que nous nous conformions ou nous configurions à lui. …. ceux qui pèchent après le baptême doivent se conformer au Christ souffrant, à travers les peines et les souffrances qu'ils ont à endurer."

La vraie théologie n'est pas une découverte extraordinaire de voies "faciles" d'un "amour" qui sauve sans la dure Croix, s'il y avait de telles voies, le Christ nous l'aurait enseigné il y a 2000 ans et les saints, guidés par l'Esprit Saint, l'auraient déjà parcourus... la vraie théologie est l'acceptation de la vraie et unique voie par laquelle nous nous sauvons, c'est-à-dire la voie "étroite" de la vraie charité qui passe par la Croix et que "peu" trouvent aussi parce que c'est une voie de la sainte mortification spirituelle et corporelle, c'est une voie de pénitence et de mort et de vie, c'est la voie que nos ennemis spirituels (chair, diable et monde) ne veulent pas que nous voyagions et faisons tout pour que nous ne la suivions pas. ..

Même les grands docteurs et les grands mystiques ont rendu clair ce que j'énonce dans ce paragraphe , et évidemment ils sont pratiquement absents, avec ces textes, du traitement d'Eusebi... Eusebi parle "d'amour" mais l'amour salvateur est la charité et la vraie charité conduit à vouloir réparer les péchés en prenant la Croix avec le Christ. La vraie charité ne fait pas dire des phrases comme : « tout le Christ a déjà souffert, je n'ai pas besoin de réparer avec lui »… la vraie charité est celle de soi. Paul qui dit : "Maintenant, je suis heureux dans les souffrances que j'endure pour vous et j'accomplis ce qui, des souffrances du Christ, manque dans ma chair, en faveur de son corps qui est l'Église." (Col 2,24 ,XNUMXf)

Les grands saints, les grands mystiques, comme S. Catherine de Sienne s. Paul de la Croix, art. Jean de la Croix a pleinement vécu la parole du Christ : « « Si quelqu'un veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge chaque jour de sa croix et qu'il me suive. Celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. "(Luc 9).

Le Christ a sauvé et racheté le monde par sa charité et sa Croix et quiconque veut être sauvé et veut aider les autres à se sauver eux-mêmes doit s'immerger dans la vraie charité et donc dans la Croix du Christ. Les péchés sont expiés par la vraie charité, comme le Christ lui-même l'a indiqué. Celui qui veut le suivre doit le faire sur le chemin de la Croix, qui est le chemin de la charité vraie et donc douloureuse, humiliée et souvent persécutée ; véritable charité qui répare les péchés et convertit les pécheurs. La phrase célèbre : sanguis martyrum semen christianorum (le sang des martyrs est la semence des chrétiens) veut justement nous faire comprendre que la charité souffrante des martyrs arrache les âmes au péché, à l'incrédulité et les aide à se convertir au christianisme. C'est la vraie charité qui aide les pécheurs à se convertir au Christ. Les vrais et les plus grands théologiens ne sont pas ceux qui enseignent comment parcourir les différents chemins de la Croix mais sont ceux qui, dans le Christ, ont marché et enseigné comment marcher de la meilleure façon sur le chemin de la Croix !

Le Christ ne rejette donc pas la vision catholique traditionnelle du sacrifice, mais la confirme et les grands saints la confirment avec lui.

L'Eucharistie qui est le Sacrifice de la Croix elle-même veut nous transformer en Christ, (cf. Saint Léon le Grand, "Discours", PL 54, 355-357, "Discours 12 sur la Passion", 3, 6, 7 ) veut faire de nous les autres Christ ("christianus alter Chritus") car dans la vraie charité, sur le chemin de la Croix, nous réparons avec lui et en lui les péchés du monde et atteignons le Ciel. L'Eucharistie est Sacrifice, elle transforme le pain et le vin en Christ mais veut aussi nous transformer en Christ pour que nous puissions le suivre sur le chemin de la Croix dans la charité obéissante, souffrante et réparatrice, pour que nous puissions dire avec lui-même. Paul : ce n'est plus moi qui vis mais le Christ qui vit en moi (Gal. 2).

Dans le Missel romain, nous lisons : « Que notre offrande te soit agréable, ô Père, en cette nuit de lumière, et par ce saint échange de dons, transforme-nous en Christ ton Fils, qui a élevé l'homme à côté de toi dans la gloire. Pour le Christ notre Seigneur." (Extrait de la liturgie de la veille de Noël)

Dans le même missel, nous lisons aussi : « Accorde-nous, Père tout-puissant, que, enivrés et nourris par ces sacrements, nous soyons transformés en Christ que nous avons reçu comme nourriture et boisson de vie.

Il vit et règne pour toujours et à jamais." (Extrait de la Liturgie du XXVIIe Dimanche du Temps Ordinaire)

L'Esprit Saint qui a guidé le Christ sur le chemin de la Croix veut aussi nous guider sur le même chemin, le seul qui mène à la béatitude du Ciel. La vie de grands saints italiens tels que St. François d'Assise ou s. Catherine de Sienne ou s. Veronica Giuliani devrait faire réfléchir un penseur italien qui, comme Eusebi, veut parler de théologie, du Sacrifice de la Croix et de la Justice divine. Saint François a réalisé les grandes choses que nous voyons dans sa vie et a arraché beaucoup d'âmes au péché en suivant le Christ sur le chemin de la vraie charité, qui répare, qui souffre qui se sacrifie et ses stigmates ainsi que ceux de saint François . Catherine et ceux de Padre Pio nous disent de manière très significative ce que signifie suivre le Christ et prendre la Croix avec le Christ. Saint Paul savait bien tout cela lorsqu'il a dit : « J'ai été crucifié avec le Christ. Ce n'est plus moi qui vis : c'est le Christ qui vit en moi » (Gal. 2). Le vrai chrétien est crucifié avec le Crucifix, la charité nous fait suivre le chemin de la Croix ; plus la charité est grande, plus elle nous plonge dans la Croix du Christ, dans sa sainteté, dans sa réparation des péchés et donc aussi dans ses souffrances, pour le salut du monde.

Dans la prière Collecte pour la solennité du Très Sacré-Cœur de Jésus, nous lisons : « Ô Dieu, source de tout bien, qui dans le Cœur de votre Fils vous nous avez ouvert les trésors infinis de votre amour, faites qu'en lui payant l'hommage de notre foi nous le rendons aussi au devoir d'une juste réparation.

Pour notre Seigneur Jésus-Christ… « La vie chrétienne implique une juste réparation en Christ pour les péchés du monde. L'ange de Fatima a dit plusieurs fois aux petits enfants de manière significative d'expier les péchés du monde : ... et l'ange était plein de charité pour les enfants et pour le monde...

Notre-Dame de Fatima dit aux trois petits voyants : « - Voulez-vous vous offrir à Dieu pour endurer toutes les souffrances qu'Il voudra vous envoyer, en acte de réparation des péchés dont Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs? -Oui, nous voulons. - Alors, tu devras beaucoup souffrir, mais la grâce de Dieu sera ton réconfort." Plus loin, toujours à Fatima, les petits voyants affirmaient : "Nous avons compris que c'était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l'humanité, qui voulait réparation."

Les affirmations vraies des saints, des Docteurs et surtout de la Bible annulent les affirmations théologiques qui nient à la souffrance vécue dans la charité sa dimension salvatrice et réparatrice des péchés. La charité est soit celle du Christ, charité réparatrice des péchés du monde sur le chemin de la Croix, soit elle n'est pas la charité et n'est qu'un « amour » qui ne sauve pas ! Il y a plusieurs types d'amour mais l'amour qui vient de Dieu et qui sauve n'est que la vraie charité qui se vit sur le chemin de la Croix... et seul cet amour conduit au Ciel ! Celui qui aime vraiment selon la volonté de Dieu se fait avec le Christ l'instrument du salut du monde en emportant avec lui la Croix dans toutes ses dimensions douloureuses et angoissantes. Jésus ne nous a pas sauvés avec un "amour intelligent" mais avec la vraie charité "super intelligente" qui met en œuvre la réparation concrète, dure, terrible, obéissante, subie, sanglante des péchés...

Saint Thomas affirme précisément que le Christ nous a sauvés avec la vraie charité qui l'a conduit à la Croix pour réparer les péchés du monde, comme on l'a vu plus haut (cf. III q. 46 aa.4-6) ; pour l'art. Thomas, de plus, le Christ avec sa Passion nous a donné un exemple de vertu que nous devons suivre (III q. 46 a.3 au ch. Et a.4 au ch.). Sainte Catherine de Sienne et d'autres saints ainsi que St. Alphonse nous enseigne que toute la vie du Christ a été Croix et martyre, donc le Christ a vécu 33 ans de charité dans la souffrance, dans les épreuves, dans les persécutions, il l'a évidemment fait pour réparer tous les péchés de l'histoire. Saint Alphonse affirme : « Jésus pour notre amour a voulu dès le début de sa vie souffrir les douleurs de sa Passion ». Le ministère du Christ a commencé, de manière significative, avec 40 jours de jeûne absolu dans le désert. Fils de Dieu, c'est-à-dire sauvés, sont ceux qui se laissent guider par l'Esprit Saint, qui nous guide précisément sur le chemin du Christ, le chemin de la Croix... Nous ne nous sauvons pas avec nos idées ni avec celles de certains "théologiens" mais avec la vraie charité, sur le chemin de la Croix, comme l'enseignent la Bible et la saine doctrine. Pour monter au Ciel, il n'y a pas d'autre voie que la Croix, dit le Catéchisme, au n. 618, plus précisément il affirme que le Christ : "... appelle ses disciples à prendre leur croix et à le suivre... En effet, il veut associer à son sacrifice rédempteur ceux-là mêmes qui en sont les premiers bénéficiaires (cf. Mc 10,39:21,18; Jn 19, 1,24-1668; Col XNUMX:XNUMX). ... "En dehors de la croix il n'y a pas d'autre échelle pour monter au ciel" (Sainte Rose de Lima; cf. P. Hansen, Vita mirabilis, Louvain XNUMX) "Le Christ nous a laissé un exemple de vraie charité qui est crucifié.. réparateur… Et il nous appelle à le suivre sur ce chemin, pas par un autre chemin.

Saint Paul affirme, dans cette ligne, que c'est une grâce de Dieu, un don précieux de Dieu, de pouvoir souffrir pour le Christ : « … il vous a été accordé la grâce non seulement de croire au Christ ; mais aussi de souffrir pour lui" (Phil. 1,29) ; En effet, Jésus a dit : « Heureux serez-vous lorsqu'ils vous insulteront, vous persécuteront et, mentant, diront contre vous toute sorte de mal à cause de moi. Réjouissez-vous et réjouissez-vous, car grande est votre récompense dans le ciel. C'est ainsi qu'ils ont persécuté les prophètes avant vous. » (Mt 5,11s)… bienheureux ceux qui souffrent pour le Christ, grande est leur récompense dans le ciel ! La souffrance vécue dans la charité est précieuse devant Dieu et mérite une récompense spéciale.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

e, 2,5) Eusebi veut annuler la dimension salariale inhérente à la réalité de l'enfer.

Évidemment, pour Eusebi, l'enfer n'est pas la rétribution divine pour les péchés commis (pp. 47ff). Le dogme de l'enfer cependant, elle est liée à celle du Christ Juge qui récompense et condamne ; comme on le voit le Christ est Bonté mais aussi Justice, Il est le Juge... et dans cette vraie justice, et donc non seulement salvatrice mais aussi rétributive, le Christ justement récompense et punit...

La tentative d'Eusebi échoue lamentablement face à la doctrine catholique, face aux affirmations des Pères, des Docteurs et du Magistère qui affirment clairement que Dieu est juge, que Dieu récompense et punit déjà ici-bas puis après la mort.

Évidemment, parmi les châtiments que Dieu inflige, il y a le châtiment éternel de l'enfer.

Le pape Pélage Ier a écrit quelque chose de très significatif à ce sujet dans la profession de foi envoyée à un roi Les justes recevront donc des récompenses de Christ le Juge pour leurs actions, les méchants recevront des châtiments éternels. Chacun recevra en jugement sur la base de ce qu'il a fait, ceux qui ont fait le mal recevront la damnation avec des châtiments éternels.

Le sixième synode de Tolède a écrit que le Christ donnera à chacun selon ses œuvres, aux justes récompenses, aux méchants des douleurs éternelles

Dans le seizième synode de Tolède, pratiquement la même chose a été déclarée

Hadrien Ier affirmait : Dieu a préparé dans son immuabilité les œuvres de justice et de miséricorde et pour les méchants il a préparé les justes et éternelles tortures.

Innocent III a affirmé : nous croyons et affirmons fermement le jugement futur qui s'accomplira pour l'œuvre du Christ qui justement donnera à chacun des châtiments ou des récompenses éternelles sur la base de ce que chacun a fait dans la chair.

Benoît XII a déclaré dogmatiquement : les justes recevront des récompenses éternelles pour leurs actes, les méchants recevront des peines infernales.

Dans le Catéchisme, nous lisons au n. 1034: "Jésus parle à plusieurs reprises de " géhenne ", du " feu inextinguible ", (cf. Mt 5,22.29; 13,42.50; Mc 9,43-48.) ... Jésus annonce ... et il prononcera la phrase : « Loin de moi, maudit, dans le feu éternel ! "(Mt 25,41)."

Par ailleurs, le Catéchisme de l'Église catholique réaffirme la saine doctrine sur l'enfer dans les numéros 1033ss et explique tout d'abord que la cause de notre damnation est notre péché et non la « méchanceté » de Dieu". La damnation est la peine décrétée par Dieu, de toute éternité. , pour ceux qui meurent dans un péché grave (Catéchisme de l'Église catholique n. 1033)

L'Église affirme donc clairement l'existence de l'enfer : « L'Église dans son enseignement affirme l'existence de l'enfer et son éternité. ... "(Catéchisme de l'Église catholique n. 1035)

Il existe de nombreux textes de la Tradition qui affirment clairement que quiconque meurt dans un péché grave est éternellement damné.

Évidemment, dans la vision d'Eusebi, l'enfer a tendance à se fondre dans une sorte de contenant imaginaire vide, en effet Eusebi cite des textes qui vont dans ce sens (Eusebi p. 47 et p. 50 note 88) alors qu'il n'y a pas de place dans l'écriture d'Eusebi pour les affirmations de Notre-Dame de Fatima selon lesquelles beaucoup sont damnés : « Priez, priez beaucoup ; et faire des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d'âmes vont en enfer, car il n'y a personne qui se sacrifie et intercède pour elles. " (Apparition du 19 août 1917) avec le Père R. Lombardi a affirmé que beaucoup sont damnés (Osservatore Romano del 7-2-1954 (édition hebdomadaire). beaucoup sont damnés sur la base des affirmations de l'Évangile.

Saint Augustin, a dit: "Beaucoup sont appelés les élus" donc peu ne sont pas chassés. …. Beaucoup sont en fait les bons, mais en comparaison avec les mauvais, les bons sont peu nombreux. »

Toujours l'art. Augustin en a dit quelque chose de significatif

Saint Léon le Grand a dit : « … alors que la largeur de la route qui mène à la mort est fréquentée par de nombreuses foules, il y a peu d'empreintes de pas de quelques-uns qui entrent dans les voies du salut. "

Saint Grégoire le Grand, Pape et Docteur de l'Église a affirmé quelque chose de similaire ("XL Homiliarum in Evangelia libri duo", l. 1, homilia 19, chap. 5, PL 76, 1157)

Saint Thomas dit des choses similaires dans de nombreux passages, dans la Somme il affirmait notamment : « Cum igitur beatitudo aeterna, in vision Dei consistens, excedat communem statum naturae, et praecipue secundum quod est gratia destituta for corruptionem originalis sins, pauciores sunt qui salvantur." (je q.23 a.7 à 3m)

De nombreuses autres déclarations de médecins et de pères peuvent être trouvées dans ce sens.

et, 3) Conclusion sur les déclarations d'Eusebi.

Les affirmations d'Eusebi s'écartent évidemment de la saine doctrine sur la justice rétributive divine et son action dans l'histoire.

Eusebi se demande si l'annonce chrétienne perd quelque chose si les terminologies distributives ne sont considérées que comme un langage expressif et non comme un contenu essentiel la réponse, à la lumière de ce que nous avons vu jusqu'ici, est forte : oui ! La dimension salariale est radicalement inhérente à la saine doctrine ; ce n'est qu'en pervertissant la doctrine catholique que cette dimension peut en être exclue.

La ligne théologique suivie par Eusébi concernant la légalité de la peine de mort et ses fondements théologiques et bibliques ne résiste pas à la vérité qu'à travers l'Église (avec ses Écritures, avec ses Pères, avec ses Docteurs et avec son Magistère) Dieu nous a révélée .

L'opposition d'Eusebi à la légalité de la peine de mort, comme celle des auteurs vus plus haut, montre aussi que, normalement, ceux qui attaquent la vérité de la légalité de la peine de mort ne le font pas à partir de la Bible et de la Tradition connues en profondeur mais de d'autres données ou des données inexactes.

Dieu par sa Loi affirme clairement la légalité de la peine de mort et la Bible et la Tradition en attestent très clairement.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

f) Réflexions sur les propos de R. Fastiggi sur la peine de mort.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Le professeur. Fastigi a mené une discussion intéressante sur la peine de mort dans la doctrine catholique dans divers articles ; il y a tout d'abord un article de 2004 intitulé « La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux », Josephinum Journal of Theology Vol.12, No.2 (Summer Fall, 2005) p.192-213 ; Je vais suivre cet article mais comme il est présent en ligne ; en 2017 on retrouve un autre article de cet auteur ; le 18 février 2019, nous avons un autre article du même auteur qui aborde notre sujet

Pour répondre au prof. Fastiggi commençons par quelques données précises.

f, 1) Les déclarations du prof. Les affirmations concernant la peine de mort dans la Bible ne sont pas fondées.

Le professeur. Fastiggi déclare essentiellement : pris dans son intégralité, le Nouveau Testament fournit des principes et des exemples qui militent contre l'application de la peine de mort ; il se réfère au texte de Christopher D. Marshall, « Beyond Retribution : A New Testament Vision for Justice, Crime, and Punishment » [Eerdmans, 2001], p. 241. L'exemple le plus notable, ajoute Fastiggi, est bien sûr l'intervention de Jésus lui-même pour empêcher la lapidation de la femme surprise en adultère (Jn 8, 1-11).

Malheureusement pour Fastiggi, il ne nous semble pas que, pour un catholique, les déclarations de Marshall, qui, dans son interprétation, mettent complètement de côté le Magistère catholique et les Pères, Docteurs, etc. et plus généralement la Tradition... la Bible est interprétée de manière correcte en se laissant guider par la Tradition... notre Tradition, comme indiqué ci-dessus, a toujours parlé de la légalité de la peine de mort et notre Tradition connaît le Nouveau Testament bien et a été réalisée par le Saint-Esprit à travers des personnes qui avaient vraiment le Saint-Esprit… comme St. Innocent I, art. Thomas, s. Augustin, s. Jérôme, s. Ottato...etc. jusqu'à l'art. Jean-Paul II...

Le Saint-Esprit qui a parlé à travers la Tradition est le même Esprit qui a écrit la Bible… donc la Bible elle-même nous invite à suivre les saintes Traditions et la Tradition plus profondément.

Saint Paul déclare : "C'est pourquoi, frères, tenez ferme et gardez les traditions que vous avez apprises de notre parole ainsi que de notre lettre." (2 Thessaloniciens 2,15:XNUMX)

Dei Verbum déclare au n. 9 : « … l'Écriture sainte est la parole de Dieu en tant qu'elle est délivrée par écrit sous l'inspiration de l'Esprit divin ; quant à la Tradition sacrée, elle transmet pleinement la parole de Dieu - confiée par le Christ Seigneur et l'Esprit Saint aux apôtres - à leurs successeurs, afin qu'éclairés par l'Esprit de vérité, par leur prédication ils la conservent fidèlement, l'exposent et répandez-le; il en résulte que l'Église tire une certitude de toutes les choses révélées non seulement de l'Écriture et que, par conséquent, toutes deux doivent être acceptées et vénérées avec un sentiment égal de piété et de révérence [Cf. Conc. Di Trento, Decr . De canonicis Scripturis : Dz 783 (1501) [Collantes 2.006].) "

Le Catéchisme de l'Église catholique affirme à propos de l'Écriture Sainte et de la Sainte Tradition : « L'une et l'autre rendent présent et fécond dans l'Église le mystère du Christ, qui a promis de demeurer avec lui « chaque jour, jusqu'à la fin du monde » (Mt 28,20, 80)." (Catéchisme de l'Église catholique n° XNUMX)

Affirme encore la "Dei Verbum" au n. 10 : « La sainte tradition et la sainte Écriture constituent un seul dépôt sacré de la parole de Dieu confiée à l'Église ; en y adhérant tout le peuple saint, uni à ses Pasteurs, persévère assidûment dans l'enseignement des apôtres et dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières (cf. Ac 2,42 gr.), afin que, dans la conserver, pratiquer et professer la foi transmise, une singulière unité d'esprit s'établit entre pasteurs et fidèles [Cf. Pie XII, Const. Munificentissimus Deus, 1er nov. 1950 : AAS 42 (1950), p. 756, qui rapporte les paroles de saint Cyprien, Epist. 66, 8 : CSEL 3, 2, 733 : « L'Église est un peuple rassemblé autour du Prêtre et un troupeau uni à son Pasteur ».].

Dans un important discours aux membres de la Commission biblique pontificale, Benoît XVI a affirmé qu'il existe trois critères valables pour une interprétation de l'Écriture conforme à l'Esprit Saint qui en est l'Auteur principal : « Avant tout, une grande attention doit être payé au contenu et à l'unité de toute l'Écriture... Deuxièmement, il est nécessaire de lire l'Écriture dans le contexte de la tradition vivante de toute l'Église. … Comme troisième critère, il faut faire attention à l'analogie de la foi… Pour respecter la cohérence de la foi de l'Église, l'exégète catholique doit veiller à percevoir la Parole de Dieu dans ces textes, dans la foi même du Église. … De plus, l'interprétation des Saintes Écritures … doit toujours être comparée, insérée et authentifiée par la tradition vivante de l'Église. Cette norme est décisive pour clarifier le rapport juste et réciproque entre l'exégèse et le magistère de l'Église. ... il y a une unité inséparable entre l'Ecriture Sainte et la Tradition ...: "... C'est pourquoi l'une et l'autre doivent être accueillies et vénérées avec un égal sentiment de piété et de respect" (Dei Verbum, 9). On le sait, ce mot « pari pietatis affectu ac reverentia » a été créé par saint Basile… Il exprime précisément cette interpénétration entre Écriture et Tradition. Seul le contexte ecclésial permet de comprendre la Sainte Écriture comme l'authentique Parole de Dieu..."

Seul le contexte ecclésial permet de comprendre l'Ecriture Sainte comme une authentique Parole de Dieu… rappelez-vous du prof. Dépêchez-vous quand il mentionne Marshall ...

Le Catéchisme de l'Église catholique affirme au n. 84 : « Le dépôt (Cf 1 Tm 6,20 ; 2 Tm 1,12-14) de la foi (« depositum fidei »), contenu dans la Sainte Tradition et dans la Sainte Écriture, a été confié par les Apôtres à toute l'Église.

La tradition, comme il ressort de ce que nous avons dit plus haut en parlant des affirmations des Pères, des Docteurs et des Papes, est très claire en affirmant, sur la base des Écritures, la légalité de la peine de mort...

Et la Tradition fait de telles affirmations aussi parce que la Bible, correctement interprétée, est très claire, contrairement à ce que dit Marshall, en affirmant la légitimité de la peine de mort ; là. Testament, comme nous l'avons vu, affirme clairement la légalité de la peine de mort et l'ordonne pour divers crimes, Josué a mis à mort Acan coupable de désobéissance grave pendant la guerre, Elie a tué les 400 prophètes de Baal etc.; le N. Testament accepte cette légalité; le savant E. Christian Brugger, bien qu'en faveur de l'inadmissibilité de la peine de mort, déclare à juste titre : « Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait guère de doute que la pratique était considérée comme légitime par le Nouveau Testament. Auteurs du Testament." Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait aucun doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament... et surtout par l'Auteur du Nouveau Testament, qui est le même Auteur de l'Ancien Testament. !

L'image que nous recevons invariablement lorsque le Nouveau Testament relate les rencontres avec les autorités civiles où la mort est en jeu est celle d'une pratique judiciaire normale, qui n'est remise en cause que lorsqu'elle est jugée injustement exercée.

Le cardinal Dulles déclare : "Aucun passage du Nouveau Testament ne désapprouve la peine de mort."

Le Nouveau Testament ne condamne pas la peine de mort mais la tient plutôt pour acquise et, en fait, dans certains de ses passages, il la légitime ; le Nouveau Testament accepte donc pleinement ce que l'Ancien Testament affirme fondamentalement à cet égard, à savoir que la peine de mort est pleinement légitime.

Le cardinal Journet a pu affirmer significativement, dans cette ligne : « Yes l'Évangile interdit aux États d'appliquer jamais la peine de mort, saint Paul lui-même alors a trahi l'Évangile » dont la traduction italienne est : "Si l'Evangile interdit aux Etats d'appliquer la peine de mort, alors saint Paul lui-même a trahi l'Evangile"... Saint Paul, qui connaît bien l'Evangile et le Christ, écrit, dans cette ligne, avec un référence évidente à la peine de mort, que l'autorité « … pas en vain … porte l'épée ; il est en effet au service de Dieu pour la juste condamnation de ceux qui font le mal » (Rom. 13, 4). Dans son article sur la peine de mort H. Lio examinez ce texte par l'art. Paul (Rom. 13,4) et premier affirme que ce texte ne peut s'expliquer autrement qu'en ce sens que les magistrats peuvent punir les hommes par l'épée et que les magistrats ont reçu et exercé ce droit distingué de vie et de mort. qu'avec elle ils punissent ceux qui agissent pour le mal, alors citez ce passage de St. Paolo le commentaire du célèbre exégète F. Prat que les magistrats ne portent pas en vain l'épée, symbole du droit de vie et de mort : un droit redoutable qui ne peut venir que du Maître de vie ; donc leurs châtiments sont les châtiments de Dieu (cf. F. Prat, "La Théologie de saint Paul", II, Beauchesne, Paris 1949 p. 392), le commentaire de F. Prat est pratiquement le même que celui des autres exégètes catholiques à ce sujet. passage, dans ce même sens ils ont compris ce passage s. Augustin, s. Innocent I, art. Thomas et pratiquement tous les théologiens catholiques .

Le célèbre exégète Ricciotti dans son texte « Les lettres de s. Paolo a traduit et commenté "ed. Coletti, Rome, 1949, p. 353, explique que la déclaration de St. Paul (Romains 13,4) pour qui l'autorité porte "l'épée" est une métonymie du droit de punir, qui commençait par la peine de mort, le ius gladii, et descendait jusqu'aux peines moindres "Évidemment à l'art. Paul parle de Dieu, Christ parle et St. Paul répand l'Evangile.

Comme vu plus haut au chap. 8 de l'Evangile de St. Jean n'offre aucune indication de l'opposition du Christ à la peine de mort en général, il montre plutôt, surtout lorsqu'on le voit dans le contexte de l'ensemble du Nouveau Testament, que le Christ est en faveur de la peine de mort lorsqu'elle est imposée conformément à la justice.

Tout cela et bien d'autres que nous pouvons lire chez de grands exégètes et docteurs et papes dans cette ligne nous fait comprendre que la déclaration de Fastiggi selon laquelle, pris dans son intégralité, le Nouveau Testament fournit des principes et des exemples qui militent contre l'application de la peine de mort et la déclaration du Pape François que : la peine de mort est une peine contraire à l'Evangile, car elle signifie la suppression d'une vie qui est toujours sacrée aux yeux du Créateur et dont Dieu seul est le véritable juge et garant.

Dieu libère son Église de ces erreurs !

f, 2) Pr. Fastiggi a évidemment une idée imprécise des revendications des Pères de l'Église concernant la peine de mort

Le professeur. Fastiggi a évidemment une idée imprécise des revendications des Pères de l'Église concernant la peine de mort parce qu'il suit les affirmations erronées de Thomas Williams  que Fastiggi mentionne Les erreurs de Fastiggi sur les Pères sont également soulignées dans un autre de ses articles dans lequel il parle de la peine de mort.

Contrairement à Williams, le texte de Brugger sur le sujet clarifie bien la question, l'auteur y fait une étude patristique approfondie (la meilleure, à ma connaissance, sur ce sujet) même si elle n'est pas complètement complète et affirme que les Pères qu'ils étaient essentiellement d'accord pour affirmer la légalité de la peine de mort… écrit Brugger : « Pour les Pères de l'Église primitive, l'autorité de l'État de tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient sur la question de savoir si les chrétiens devraient occuper des fonctions dont les responsabilités incluent le jugement et l'exécution des peines capitales - les auteurs pré-constantiniens ont dit qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après 313 ont dit qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais remise en question. "

Pour les premiers Pères de l'Église, l'autorité de l'État à tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient quant à savoir si les chrétiens devaient occuper des postes dont les responsabilités comprenaient le jugement et l'exécution de la peine capitale - les auteurs pré-constantiniens ont dit qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après l'édit 313 ont dit qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais interrogé.

Je souligne que le texte de Brugger présente une profonde étude patristique ... contrairement à d'autres auteurs ... Dans ce livre, j'ai ajouté, par rapport au texte de Brugger, quelques autres citations des Pères et présentées par d'autres savants, p. ex. J'ai ajouté quelques citations des travaux de s. Ottato di Milevi et les travaux de s. Jérôme.

Un consensus pratiquement unanime sur la légalité de la peine de mort peut être reconnu parmi les Pères.

Je rappelle que le consensus unanime des pères sur une question n'oblige pas tout le monde à dire exactement la même chose sur le point... Le cardinal Dulles poursuit en effet en disant : « Revenant à la Tradition chrétienne, nous pouvons constater que la Les Pères et les Docteurs de l'Église sont presque unanimes pour soutenir la peine capitale...."

Brugger après une étude approfondie des Pères déclare plus précisément : « Tout au long de la période patristique, comme nous l'avons vu, les textes qui remettent en cause la prérogative de l'autorité civile d'exercer la peine de mort sont notoirement absents. Dans les récits qui traitent directement de la question, nous trouvons une acceptation quasi unanime d'une telle autorité. Lorsque des raisons sont élaborées, cette acceptation est invariablement fondée sur un appel à l'Écriture, en particulier à Romains 13. " Tout au long de la période patristique, les textes qui remettent en cause la prérogative de l'autorité civile d'exercer la peine de mort sont absents. Dans les récits qui traitent directement de la question, nous trouvons une acceptation presque unanime de cette autorité. Lorsque des raisons sont élaborées, cette acceptation est invariablement fondée sur un appel aux Écritures, en particulier à Romains 13.

Dans un bel article à ce sujet, le P. A. Bellon, après avoir précisé qui sont les Saints Pères, rapporte les affirmations du P. Congar selon lequel : « Le consensus unanimis Patrum (le consentement unanime des Pères) est une norme sûre. Elle exprime le sens de l'Église, et l'unanimité est toujours la marque de l'Esprit Saint.

C'est un consensus moral, qui n'exclut pas l'existence de quelques voix divergentes. » .

Pour le moment, il ne semble pas y avoir de voix de Pères qui s'opposent radicalement à la légalité de la peine de mort, mais même s'il y avait quelques rares voix réellement divergentes du consentement unanime des Pères, ce consentement serait également unanime.

En ce qui concerne le consentement unanime des Pères, il est nécessaire de rappeler ce que le Concile Vatican I affirme « … personne ne devrait être autorisé à interpréter cette Écriture…. contre le consentement unanime des Pères. »

f, 3) Pr. Fastiggi s'appuie sur une documentation largement insuffisante concernant les affirmations magistrales au sujet de la peine de mort

Le professeur. Fastiggi déclare en effet : « Quel a donc été l'enseignement du Magistère sur la peine capitale avant Evangelium Vitae ? Habituellement, trois textes sont mentionnés : 1) la profession de foi exigée par le pape Innocent III pour les Vaudois cherchant à se réconcilier avec l'Église en 1210 ; 2) la reconnaissance de l'exécution légale des criminels par le Catéchisme du Concile de Trente (dit Catéchisme romain) en 1566 ; et 3) une référence faite par le pape Pie XII sur le sujet dans son sept. Discours du 13 décembre 1952 au premier congrès international sur l'histopathologie du système nerveux. 1 Chacune de ces déclarations magistrales doit être considérée individuellement. "

Fastiggi réduit les affirmations magistrales sur le sujet à trois étapes ... mais les affirmations sur le sujet sont beaucoup plus ... il suffit d'aller au paragraphe ci-dessus que j'ai consacré aux affirmations des papes sur ce sujet ... pour découvrir que il y en a beaucoup... et ils concernent un sujet très sérieux, comme celui de l'imposition de la peine de mort à un homme ! Alors certes ces Papes qui en ont parlé l'ont fait en grande connaissance des faits, et comme nous l'avons vu, les Papes ont parfois demandé et ont appliqué la peine de mort par le bras séculier...

Précisément dans un des textes pontificaux non cités par Fastiggi, dans son article de 2005 un texte d'Innocent Ier dans la lettre à Exsuperius, de l'an 405, on lit « La question se pose de ceux qui après le Baptême étaient des administrateurs publics et n'utilisaient que les instruments de torture ou même prononçaient la peine de mort. Nous ne lisons rien à leur sujet tel que défini par les anciens. En effet, il faut se rappeler que ces pouvoirs ont été accordés par Dieu et que, pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il était indiqué que le ministre de Dieu punit de cette manière (Rm 13 : 1. 4) ils condamnent un comportement qui ont-ils vu a été accordé par l'autorité de Dieu? A leur égard, nous continuons donc à nous réglementer comme nous l'avons été jusqu'à présent, afin qu'il ne semble pas que nous renversions la discipline ou que nous allions à l'encontre de l'autorité du Seigneur. Il leur est réservé de rendre compte de toutes leurs actions."

Fastiggi cite le texte d'Innocent I dans un autre article pour souligner l'affirmation selon laquelle : "" Nous ne lisons rien à leur sujet tel que défini par les anciens. " et donc de constater qu'une telle déclaration serait significative car elle démontre que rien n'a été prononcé dans le dépôt de la foi sur les questions de la torture judiciaire ou de la peine capitale. Le jugement d'Innocent Ier, donc, selon Fastiggi, n'était pas définitif.

Fastiggi, cependant, n'examine pas tout ce qui entoure cette déclaration de lui-même. Innocent I ... et n'examine pas à fond ce que St. Innocent ...

Le texte de l'art. Innocent I doit être bien analysé, il affirme avant tout qu'Innocent suit la Tradition et suit l'Ecriture (Rm 13) ; ces pouvoirs, explique le Pape lui-même, étaient accordés par Dieu et, pour punir les méchants, l'épée était permise, d'ailleurs il a été indiqué que le ministre de Dieu punit ainsi (Rm 13, 1. 4). Le pape lui-même explique en outre que ses prédécesseurs ne pouvaient pas condamner un comportement qu'ils considéraient comme ayant été accordé par l'autorité de Dieu.

Évidemment ici le pape dit que la légalité de la peine de mort est divinement révélée en fait il déclare : "... de tels pouvoirs ont été accordés par Dieu et... pour punir les méchants, l'épée était permise, de plus il était indiqué que le ministre de Dieu punit ainsi (Rm 13, 1. 4) "... Innocent Ier dit aussi qu'il suit la Tradition et la Bible : "... nous continuons à agir comme on nous l'a prescrit jusqu'ici, de sorte qu'il ne semble pas que nous subvertissions la discipline ou que nous allions à l'encontre de l'autorité du Seigneur. Il leur est réservé de rendre compte de toutes leurs actions."

Évidemment la discipline alors en vigueur était celle-là et Innocent s'y conforma qui était évidemment liée à la Bible... Mais comment interpréter l'affirmation que : "Nous ne lisons rien à ce sujet tel que défini par les anciens." ? Croire simplement qu'il était évident que Dieu lui-même avait défini la question par lui-même. Paul (Rm 13, 1. 4) "Comment pourraient-ils condamner un comportement qu'ils voyaient comme accordé par l'autorité de Dieu?"

Il n'y avait pas besoin de quoi que ce soit d'autre, Dieu avait défini la question ! L'expression pour laquelle rien n'avait été défini doit s'entendre dans le sens où pour les anciens il était très clair que pour lui-même. Paul et donc pour Dieu la peine de mort était légale de sorte qu'il n'y avait pas besoin de définir quoi que ce soit à ce sujet mais il fallait simplement créer une discipline correspondant aux affirmations de Dieu et de soi. Paul.

Saint Innocent suit donc la Tradition et cette discipline, et suit l'Ecriture (Rm 13) ; ces pouvoirs, précise le Pape lui-même, étaient accordés par Dieu et, pour punir les méchants, l'épée était permise, d'ailleurs il a été indiqué que le ministre de Dieu punit ainsi (Rm 13, 1. 4). Comment ont-ils pu condamner, les prédécesseurs d'Innocent, un comportement qu'ils considéraient comme accordé par l'autorité de Dieu d'une manière aussi claire et précise ? Par conséquent, compte tenu de la légalité de la peine de mort, l'art. Innocent reprend la ligne de la Tradition selon laquelle il fallait que ce soit le magistrat lui-même pour voir s'il avait commis un péché en imposant la peine de mort ou s'il s'était comporté correctement.

De plus Fastiggi rapporte dans le même article, immédiatement après la citation du texte d'Innocent Ier, une citation des écrits du Pape s. Nicolas Ier qui, selon Fastiggi, indiquerait que ce pape fait appel aux principes chrétiens, et non prudentiels, pour plaider contre la peine de mort. Ici aussi, les affirmations de Fastiggi ne sont pas fondées : oui. Nicolas Ier, comme je l'ai montré plus haut et comme nous le verrons plus loin, ne se contente pas de parler contre la peine de mort, Il accepte ce châtiment mais veut simplement mettre un frein chrétien aux châtiments barbares que les Bulgares infligeaient aux condamnés. . en fait, entre autres, il ne condamne pas la pratique de la peine de mort qui était alors courante en Europe et dans le monde ... Je souligne que non seulement Nicolas Ier était un saint ... mais aussi Innocent I .. . et Fastiggi devrait le signaler... et ces deux saints étaient en faveur de la peine de mort...

Fastiggi rapporte son résumé d'un document que la Commission Pontificale Justice et Pax a publié en 1976 concernant la peine de mort : « » 1) L'Église n'a jamais abordé directement la question du droit de l'État d'exercer la peine de mort ; 2) L'Église n'a jamais condamné son utilisation par l'État ; 3) L'Église a condamné le déni de ce droit ; 4) Les papes récents ont insisté sur les droits de la personne et le rôle médicinal de la punition. » . Du résumé de Fastiggi, 4 points ressortent : l'Église 1) n'a jamais abordé directement la question du droit de l'État d'exercer la peine de mort ; 2) n'a jamais condamné son utilisation par l'État ; 3) a condamné le déni de ce droit ; 4) les papes récents ont mis l'accent sur les droits de la personne et le rôle médicinal de la punition.

Que l'Église n'ait jamais abordé directement la question de l'État du droit d'exercer la peine de mort le droit de l'État d'exercer la peine de mort me semble une affirmation imprécise : la Bible est très claire à ce sujet et depuis 2000 ans nous avons vu que les Pères, les Papes et les Médecins ont très clairement affirmé, en général, la légalité de la peine de mort et ont aussi clairement condamné ceux qui niaient cette légalité, les Papes ont directement demandé l'application de cette peine pour les criminels et l'ont fait appliquer en l'État pontifical. De toute évidence, cela a été réalisé non pas sur la base d'une supposition ou d'une doctrine peu sûre, mais sur la base d'une grande clarté doctrinale. Il était clair pour ces Papes qu'une telle punition était légitime sur la base de la Bible et de la Tradition. De plus, les grands médecins et les grands théologiens ont examiné ce sujet très important dans leurs travaux. Évidemment, dans tout cela, nous devons voir l'Église traiter en largeur et en profondeur et définir cette question à travers ses dirigeants. Si nous examinons attentivement les différentes déclarations et les différentes déclarations, nous pouvons voir comment la question a été résolue à un niveau radical. Il convient de souligner que cette question est d'une importance fondamentale car elle concerne la vie d'une personne et la définition d'une application décisive du cinquième commandement, alors si tant de saints, dont tant de docteurs, et tant de papes ont affirmé la légalité de la peine de mort, ils l'ont évidemment fait après s'être assurés de la volonté de Dieu à cet égard.

Plus profondément nous pouvons dire que le Christ, Chef de l'Église, connaît très bien sa Loi et en 2000 ans il a conduit ses saints et pasteurs très clairement, à l'unanimité, à affirmer, sur la base de sa Parole, la légalité de la peine de mort ... l'Église connaissait très profondément la question dans le Christ avant d'affirmer à l'unanimité la légalité de la peine de mort par la bouche de tant d'hommes saints et sages.

Dans cette ligne, l'Église, comme le dit le document cité par Fastiggi, a condamné le déni du droit de l'État d'utiliser la peine de mort et n'a jamais condamné, en général, son utilisation par l'État.

Reprenant exactement ce document, Fastiggi déclare : « À en juger par ce rapport de la Commission pontificale, le seul aspect immuable de la tradition catholique pourrait être sous le n° 3, qui soutiendrait une reconnaissance théorique du droit de l'État à utiliser la peine de mort. Il s'agit probablement d'une référence à la profession de foi de 1210 prescrite aux Vaudois. Pourtant, même à cet égard, la Commission n'a pas précisé si cet enseignement était définitif ou irréformable. »

À en juger par ce rapport de la Commission pontificale, dit Fastiggi, le seul aspect immuable de la tradition catholique pourrait être le numéro 3, qui soutiendrait une reconnaissance théorique du droit de l'État à utiliser la peine de mort. Il s'agit probablement d'une référence à la profession de foi de 1210 prescrite aux Vaudois. Pourtant, même à cet égard, la Commission n'a pas précisé si cet enseignement était définitif ou irréformable.

Je note qu'après ce document de 1976 de cette Commission, il y a eu diverses déclarations papales de haut niveau qui ont réaffirmé la légalité de la peine de mort dans certains cas : le Catéchisme de l'Église catholique au n. 2267 et l'encyclique Evangelium Vitae au n. 56 ; en outre, le "Compendium de la doctrine sociale de l'Église" a été publié en 2004 par l'organisme du Saint-Siège qui était autrefois la Commission pontificale Justice et Paix et dans ce Compendium, aux nos. 405 affirme la légalité de la peine de mort dans certains cas même si des méthodes moins cruelles sont évidemment considérées comme préférables.
Je signale également au prof. Fastiggi, à propos de la profession de foi imposée à Durando que c'était justement une profession de foi, que cette profession concernait aussi la légalité de la peine de mort, que cette profession était imposée aux Vaudois, et que s'ils ne l'acceptaient pas ils ne pouvaient pas faire partie de l'Église catholique... Je le répète : s'ils ne l'acceptaient pas, ils ne feraient pas partie de l'Église catholique ! Il me semble que ce fait doit être particulièrement pris en compte : pour faire partie de l'Église, il fallait affirmer la légalité de la peine de mort.

Brugger dans son texte sur la peine de mort rapporte également une lettre d'Innocent III à Durando écrite en juillet 1209 dans laquelle le Pontife affirme que c'est une erreur d'affirmer que le pouvoir séculier ne peut, sans péché mortel, condamner quelqu'un à mort ; La citation de Brugger est la suivante : Lettre d'Innocent III, « à Durand de Huesca et à ses frères », 5 juillet 1209 ; Regesta XV, XII.69; traduit dans HHM, 226–28

Tout cela signifie qu'il était clair à l'époque que ces déclarations sur la légalité de la peine de mort faisaient partie de la foi de l'Église ... la légalité de la peine de mort était considérée comme un élément fondamental de la foi catholique, à tel point qu'elle était inclus, contrairement à d'autres déclarations catholiques. , dans une profession de foi ! Plus important encore, pendant des siècles, tout le monde a pleinement accepté et personne n'a jamais condamné le fait que la légitimité de la peine de mort était incluse dans une profession de foi de l'Église dans de tels textes d'Innocent III ; évidemment pour tout le monde il était clair que cette légitimité faisait partie de la saine doctrine catholique.

En 1215, comme nous l'avons vu, lors du IV Concile de Latran (XII Œcuménique), le canon Excommunimus fut adopté qui ordonna l'abandon des hérétiques, condamnés, "aux pouvoirs séculiers" (Const. 3) ... avec l'imposition conséquente de la peine de mort (COD p. 233 s.) ce texte passera dans les Décrétales de Grégoire IX, le recueil officiel des lois de l'Église ; la même solution sera adoptée par le concile de Constance (œcuménique XVI) contre les wyclifites (cf. COD p. 414ss) et les hussites (cf. COD p. 429, condamnation au bûcher de Hus), le concile de Constance précisément dans le texte que nous venons de citer décrète la condamnation au bûcher de l'hérétique Hus.

Parmi les sentences condamnées par le concile de Constance dans la doctrine de Wicleff il y a celle pour laquelle cet hérétique se montre opposé à la remise des hérétiques au bras séculier en fait il affirme que Dieu ne peut pas approuver qu'on soit civilement jugé ou civilement condamné (cf. . COD p. 425, 44).

Parmi les sentences de Hus condamnées par le Concile de Constance il y a celle pour laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier (cf. COD p. 430, n.14)

Je me souviens que : « Martin V, élu Pape à Constance en 1417, dans la bulle Inter cunctas du 22 février 1418, reconnaissait le caractère œcuménique du Concile de Constance et de tout ce qu'il avait décidé, mais avec la formule génériquement restrictive : » dans faveur fidei et salutem animarum "."

Le pape Martin V, en 1418, rédigea un questionnaire pour examiner la doctrine professée par les personnes soupçonnées de wyclifisme et de hussisme, dans lequel on demandait explicitement à la personne si elle croyait en la possibilité pour les prélats de faire appel au bras séculier … Et donc de se voir infliger la peine de mort. Une telle question est extrêmement significative de l'importance de cette question dans la doctrine catholique ; s'il n'était pas important, et très important, il n'aurait certainement pas été donné à ces gens de reconnaître leur catholicité... même ici on voit à quel point la légalité de la peine de mort est considérée comme un élément fondamental de la foi catholique !

Léon X, comme nous l'avons vu, en 1520, incluait également ceci parmi les erreurs de Luther : « Que les hérétiques soient brûlés est contre la volonté de l'Esprit ». Cette déclaration indique clairement qu'il est légitime pour la doctrine catholique d'infliger la peine de mort dans certains cas. L'erreur pour laquelle Luther nie que la peine de mort pour hérésie puisse être infligée relève des erreurs indiquées par Léon X de cette manière :

nous avons vu que ces mêmes erreurs ou articles ne sont pas catholiques, et ne doivent pas être crus comme tels, mais qu'ils sont contraires à la doctrine de l'Église catholique et à la Tradition, surtout à l'interprétation vraie et commune des Écritures divines. .. en fait, il découle clairement des mêmes erreurs ou de quelques-unes que la même Église, qui est gouvernée par le Saint-Esprit, se trompe et s'est toujours trompée.

Le pape Léon XIII a écrit dans "Pastoralis Officii", une lettre encyclique de 1881 : "Il est bien établi que les deux lois divines, à la fois celle qui a été proposée avec la lumière de la raison, et celle qui a été promulguée avec des écrits divinement inspirés , interdire à quiconque, de la manière la plus absolue, de tuer ou de blesser un homme en l'absence d'un juste motif public, à moins d'y être contraint par la nécessité de défendre sa vie. » ... dans ce dernier texte il est clairement indiqué que la vérité est divinement révélée qu'il est interdit à quiconque, de la manière la plus absolue, de tuer ou de blesser un homme en l'absence d'un juste motif public, à moins d'y être contraint par nécessité pour défendre leur vie. Cela signifie que la Loi de Dieu divinement révélée considère la peine de mort comme légale dans certains cas.

Jusqu'en 1870, l'État pontifical imposa discrètement la peine de mort, sans aucun doute à ce sujet. Ceci n'est qu'une justification indirecte, mais il est évident que si cette pratique était contraire à l'Evangile, elle n'aurait pas eu le droit de cité pendant tant de siècles dans l'Etat pontifical qui à cette époque était aussi dirigé par de nombreux saints. Plus précisément : la peine de mort était prévue et également appliquée par pratiquement tous les papes jusqu'à l'abolition de l'État pontifical en 1870. Les papes appliquaient la peine de mort dans l'État pontifical et le Code pénal du Saint-Siège prévoyait jusqu'en 1962 la mort punition pour ceux qui tentent de tuer le Pape.

Évidemment, tout cela a été fait dans la certitude absolue, tirée de la Bible et de la Tradition, que cette peine était légitime selon la Loi de Dieu.

Nous reviendrons plus loin avec plus de précision sur ce point de l'irréformabilité de la doctrine qui affirme la légalité de la peine de mort, lorsque nous examinerons les affirmations de Brugger, mais déjà maintenant il me semble devoir constater que cette doctrine est reconnue comme :

1) clairement enseigné par la loi naturelle et la Bible ;

2) unanimement affirmé par les Pères et par de grands docteurs tels que s. Thomas, s. Bonaventure, art. Roberto Bellarmino, s. Alfonso de 'Liguori;

3) proposé comme nécessaire pour la foi catholique ;

4) continuellement réaffirmé par le Magistère avec une certitude absolue ;

5) mis en œuvre avec une sécurité absolue pendant près de 2000 ans, de sorte que des milliers de condamnations à mort ont été prononcées sur sa base.

Tout cela me semble nous amener à affirmer que nous sommes dans le domaine de l'infaillibilité... et que cela indique, comme nous le déduisons de Léon XIII que "les deux lois divines, tant celle qui a été proposée à la lumière de la raison , et celle qui a été promulguée avec des écrits d'inspiration divine « considère la peine de mort comme licite ».

E. Lio, on l'a vu, écrivait, avec beaucoup d'acuité, que tous les théologiens prennent habituellement comme argument pour démontrer la légalité intrinsèque de la peine de mort le consensus général de toutes les nations pour imposer cette peine ; quiconque veut nier la légalité de cette peine en vertu de la loi naturelle doit également rejeter l'argument tiré du consentement de tous les peuples . La légalité de la peine de mort est donc une vérité proclamée par la loi naturelle et par la loi divine positive… et réaffirmée par l'Église !

Il faut noter que dire que la peine de mort est inadmissible, c'est affirmer que tous les auteurs bibliques, et donc la Bible, et aussi les saints, les Papes, les Docteurs et donc le Saint-Esprit qui les a guidés, se sont trompés et n'ont pas réalisé que la peine de mort est un péché grave et qu'elle est intrinsèquement mauvaise… ce qui est tout simplement absurde ! Notez que la légalité de la peine de mort n'est pas une question de foi cachée, difficile, de domination de quelques-uns seulement, c'est plutôt une question qui a toujours été devant tout le monde, qui est ouvertement enseignée par tous les peuples, est affirmée dans le Ancien Testament, accepté par le Nouveau et accepté simplement et pleinement pratiquement par toute la Tradition, par tous les Papes, jusqu'à Benoît XVI, et par tous les Docteurs et pratiquement par tous les Saints Pères.

Par conséquent, cette sentence ne peut être réformée pour affirmer l'inadmissibilité de la peine de mort, et en particulier, elle ne peut être réformée sur la base des motifs incohérents présentés par le Pape et ses collaborateurs.

g) Réflexions sur les déclarations d'E. Christian Brugger dans "Peine capitale et tradition morale catholique romaine" sur la peine de mort.

Dieu nous éclaire de mieux en mieux.

Examinons maintenant le travail d'E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014.

g, 1) Réflexions sur les affirmations de E. Christian Brugger concernant la peine de mort dans l'Ecriture Sainte.

La documentation biblique du texte de Brugger, à certains égards, apparaît très précise et examinée avec impartialité.

Brugger examine minutieusement l'A. Testament et déclare à juste titre : « La mort est prescrite plus de quarante fois et pour plus de vingt délits dans les différents codes de loi des livres du Pentateuque. 1 Les crimes graves contre la religion, l'ordre de la famille et de la communauté, et la vie humaine étaient tous punis avec la mort." (p. 60) La peine de mort a été prescrite dans l'A. Testament plus de 40 fois et pour environ 20 crimes contre la religion, la communauté, la famille et la vie des gens.

Israël, surtout après l'exil, était une entité politique, une nation théocratique.

La Loi, explique Brugger, était le code juridique d'Israël et Dieu était le dirigeant politique et juridique d'Israël, l'obéissance à la Loi était à la fois l'obéissance à Dieu et la fidélité à la communauté dont il façonnait l'identité, tandis que sa violation était un acte de rébellion contre Dieu ainsi que d'hostilité contre la communauté ; la Loi avait été donnée à la nation dans son ensemble, de sorte que toute la communauté était liée par ses ordonnances (cf. Lév. 20:22) de sorte que les violations impliquaient toute la communauté dans la culpabilité. La peine de mort, poursuit Brugger, avait non seulement la fonction rétributive d'expier la culpabilité mais aussi celle d'éliminer une influence nuisible à Israël, de plus cette peine avait le rôle pédagogique de stimuler au sein de la communauté la peur de la désobéissance (Deut. 13:11 , 17:13, 19:20, 21:21) et pour rappeler à Israël la fidélité et la puissance de Dieu (Deut. 3: 21-22); la peine de mort contre les ennemis leur servait d'avertissement que le Dieu d'Israël (Deut. 2:25) devait être grandement craint.

Brugger, alors qu'il était en faveur de l'inadmissibilité de la peine de mort, passant ensuite à l'examen du Nouveau Testament déclare : « Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait guère de doute que la pratique était considérée comme légitime par auteurs du Nouveau Testament." Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait aucun doute que la pratique était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament et en particulier par l'auteur du Nouveau Testament.

L'image que nous recevons invariablement lorsque le Nouveau Testament relate les rencontres avec les autorités civiles où la peine de mort est en jeu est celle d'une pratique judiciaire normale, qui n'est remise en cause que lorsqu'on pense qu'elle est exercée injustement. De manière plus approfondie, nous pouvons dire que le Nouveau Testament confirme l'affirmation fondamentale de l'A. Testament selon laquelle la peine de mort est légale et cela me semble très bien expliquer pourquoi les Pères, comme le dit Brugger, affirment à l'unanimité la légalité de la peine de mort. .

g, 1,1) Déclarations déviantes d'E. Christian Brugger concernant la peine de mort dans l'Ecriture Sainte.
g, 1,1,1) Déclarations déviantes de E. Christian Brugger à propos de Gen. 9,5-6

La documentation biblique de Brugger, qui, comme mentionné dans certains aspects est bonne et approfondie, laisse à désirer dans d'autres aspects et d'autres conclusions ... L'Écriture doit être interprétée dans la Tradition, comme l'enseigne Vatican II et comme Benoît XVI l'a répété .. .. et il ne semble pas que Brugger ait fait ce type de travail exégétique.

Brugger parle du texte de Gen.9,5 : 6-XNUMX et déclare que le strict respect de cette prescription exigerait de la justice que tous les meurtriers soient tués, ceci à son tour

impliquerait que l'octroi de la clémence est erroné, puisque s'il était accordé,

la justice ne serait pas exécutée, ce qui n'a jamais été enseigné par l'Église. De plus, continue Brugger, admettant même qu'avant le Christ, l'effusion de sang humain était nécessaire pour corriger certains péchés, ce que Gen. 9,5-6 et Lévitique 17,11 affirment directement, la mort et la résurrection du Christ ont opéré un changement dans l'ordre moral qui élimine le besoin d'effusion de sang; la re-présentation dans l'Eucharistie de ce sacrifice intemporel du Christ offert sur la Croix est un rappel auguste que le sang ne doit plus être versé pour l'expiation des péchés.

Le texte biblique en question déclare : « De votre sang, c'est-à-dire de votre vie, je demanderai compte ; Je demanderai compte de chaque être vivant et je demanderai compte de la vie de l'homme à l'homme, de chacun de ses frères. Quiconque verse le sang de l'homme, son sang sera versé par l'homme,

car l'homme a été créé à l'image de Dieu." (Genèse 9,5 : 6-XNUMX)

Dans ses considérations sur ce texte, Brugger laisse de côté la Tradition et donc l'interprétation correcte de l'Ecriture Sainte : selon la Tradition, qui considère la peine de mort comme licite, comme nous l'avons vu, et qui connaît bien ce texte, elle indique évidemment que la peine de mort est licite, comme le dit très clairement le texte lui-même, d'après ce texte dans de nombreux passages de la Bible, comme nous l'avons vu, Dieu ordonne positivement l'imposition de la peine de mort précisément parce qu'elle est licite et pleinement conforme à la volonté de Dieu pour l'humanité ; le texte en question, correctement interprété, ne dit pas que la peine de mort doit toujours être appliquée et pour tout meurtre, en effet le TA prévoit déjà des cas dans lesquels la peine de mort ne doit pas être prononcée pour le meurtre d'autrui : Elijah n'est pas tué pour avoir massacré les prophètes de Baal (1 Rois 18), Phinees n'est pas tué pour avoir transpercé l'homme juif et la femme madianite qui s'unissaient sexuellement (Nb. 25) etc..

Le passage de Gn. 9,6 doit être interprété et mis en œuvre avec sagesse et sous la direction du Saint-Esprit qui affirme, comme l'enseignent toute la Bible et la Tradition, que la peine de mort est légale dans certains cas.

Le texte de Gn. 9,6 doit être interprété dans le contexte plus immédiat du chapitre 9 et dans le contexte plus large de l'ensemble de l'Écriture et est évidemment un précepte qui vise à défendre l'innocent et à extirper la méchanceté qui conduit au meurtre en dehors des cas dans lesquels Dieu le fait. tuer licite. Le texte de Gn. 9,6 s'adresse plus directement à l'humanité récemment punie par le déluge précisément à cause de sa méchanceté mais vise plus généralement à empêcher que la méchanceté ne se propage à nouveau à tout moment ; d'autre part, reconnaissant que l'homme est l'image de Dieu et donc précieux, il limite implicitement la vengeance afin que la peine de mort puisse être prononcée pour un acte d'une particulière gravité comme le meurtre et non pour des actes de moindre poids. Tous les hommes sont l'image de Dieu, dit implicitement Gen. 9,6, donc ce n'est que pour leurs crimes graves qu'ils peuvent être punis de peines sévères et surtout de mort. Face à la tentation d'appliquer la règle de Lamech selon laquelle : « … pour une blessure que j'ai reçue, j'ai tué un homme et un garçon pour une égratignure. Si Caïn doit être vengé sept fois, Lamech sera vengé soixante-dix-sept fois." (Gen. 4,23s) et donc face à la tentation qui conduit à infliger une peine disproportionnée à une mauvaise action, Gen. 9,6 affirme que l'homme doit être guidé par Dieu pour rendre la justice et doit appliquer une justice juste et proportionnée à les délits.

L'homme est en fait l'image de Dieu... donc quiconque juge et condamne l'homme en dehors du précepte divin et lui applique des peines disproportionnées va à l'encontre de l'ordre divin et sera justement condamné par Dieu. le droit de tuer Caïn, sans que Dieu ait fixé cette peine à l'époque (Gn 4,15), alors Dieu menace de punir tout homme qui veut faire justice de manière injuste en imposant des peines disproportionnées aux crimes.

Bien compris, le commandement fixé en Gen. 9, 6 a une valeur universelle et, comme il ressort de la Tradition, il n'a pas été annulé par le Sacrifice du Christ et sa Résurrection.

Brugger déclare que, même en admettant qu'avant le Christ, l'effusion du sang humain était nécessaire pour corriger certains péchés, ce que Gen.9,6 et Lévitique 17,11 affirment directement, la mort et la résurrection du Christ ont provoqué un changement dans l'ordre moral qui élimine le besoin de effusion de sang. mais la Tradition qui connaît certainement bien le Sacrifice du Christ et le passage de Gen. 9,6 n'a jamais dit qu'après la résurrection du Christ la peine de mort n'a plus de sens et que donc le précepte de Gen. s'applique plus.

La peine de mort avec son pouvoir dissuasif et l'élimination physique des criminels sert en effet notamment à protéger la communauté des méchants ; pour cette protection, bien sûr, le Sacrifice du Christ ne suffit pas, mais l'application réelle de la peine est nécessaire ; dans cette lignée, la Tradition a toujours confirmé la licéité, dans certains cas, de la peine de mort en incluant cette licéité dans la licéité plus générale de la légitime défense, les affirmations de divers Pères, de l'art. Thomas, de divers papes et en particulier n. 56 de l'encyclique Evangelium Vitae sont très significatifs en ce sens.

La peine capitale est donc pleinement conforme à la volonté de Dieu pour l'humanité, les Saintes Écritures, comme nous le voyons et comme nous le verrons, l'indiquent avec une extrême clarté si elles sont examinées sous la conduite de l'Esprit Saint qui est l'auteur de la Bible et il est aussi Celui qui a guidé les Pères, les Médecins et les Papes qui, en fait, unanimement, affirment la légitimité de ce châtiment depuis 2000 ans.

g, 1,1,2) Déclarations déviantes de E. Christian Brugger concernant Rom.13,1-7

Brugger fait une exégèse approfondie de Rom.13,1-7

Contrairement à ce qu'affirme Brugger, à propos de Rm 13,4 et en particulier sur la question de la valeur du terme μάχαιραν il faut dire, sur la base des affirmations de grands biblistes et sur la base des données bibliques , que l'affirmation de St. Paul (Rm 13,4) pour qui l'autorité porte "l'épée" est une métonymie du droit de punir, qui commençait par la peine de mort, le ius gladii, et descendait jusqu'aux moindres peines.

A cet égard, je me réfère à ce qui a été dit plus en détail ci-dessus dans le paragraphe dans lequel je parle des enseignements du Nouveau Testament en relation avec la légalité de la peine de mort ; ici très brièvement je répète que F. Zorell dans son "Lexicon Graecum Novi Testamenti", Institut Biblique Pontifical, Rome 1990 avec le. 805 précise que le terme machaira a diverses significations : couteau majeur, en particulier petite épée mais est généralement utilisé dans le sens d'épée et désigne la mort par métonymie (Rm 8,35) et indique le droit de punir (Rm 13,4). .. et à juste titre Ricciotti, comme nous venons de le voir, souligne que l'affirmation de l'art. Paul (Romains 13,4) pour qui l'autorité porte "l'épée" est une métonymie du droit de punir, qui commençait par la peine de mort, le ius gladii, et descendait jusqu'aux moindres peines". Donc le texte de Rm 13, 4 affirme clairement et fortement la peine de mort... en fait le terme épée est aussi utilisé dans Rm 8,35 et Ricciotti y précise aussi que c'est une métonymie qui indique la mort violente (G. Ricciotti " Les lettres de saint Paul traduites et commentées " éd. Coletti, Rome, 1949 p. 323) Dans la lettre aux Hébreux 11,37 le terme μάχαιρα machaira est utilisé pour indiquer la mort donnée par l'épée. En conclusion, la déclaration de St. Paul (Romains 13,4) pour qui l'autorité porte "l'épée" est, comme l'expliquait Ricciotti, une métonymie du droit de punir, qui commençait par la peine de mort, le ius gladii, et descendait jusqu'aux peines moindres". Avec ce que le Rom. 13, comme l'a dit St. Innocent I, art. Paul souligne en particulier le fait que l'autorité légitime tient de Dieu le pouvoir de punir, selon la justice, les malfaiteurs et aussi de leur infliger la mort.

De plus, le passage de Pie XII cité par Brugger ne veut pas exclure, contrairement à ce qu'affirme Brugger lui-même, que l'art. Paul parle de la peine capitale, le Pontife dit en effet : "... Nous avons aussi signalé que l'Église en théorie et en pratique a maintenu le double type de châtiment (médicinal et vindicatif) et que cela est plus conforme à ce que les sources de la révélation et la doctrine traditionnelle enseignent le pouvoir coercitif de l'autorité humaine légitime. Cette affirmation n'est pas une réponse suffisante, en observant que les sources susmentionnées ne contiennent que des pensées correspondant aux circonstances historiques et à la culture de l'époque, et qu'on ne peut donc pas leur attribuer une valeur générale et toujours durable. Car les paroles des sources et du magistère vivant ne se réfèrent pas au contenu concret des prescriptions juridiques individuelles ou des règles d'action (voir notamment Rm 13, 4), mais au fondement même essentiel du pouvoir pénal et à sa finalité immanente. Celle-ci est donc aussi peu déterminée par les conditions du temps et de la culture, que la nature de l'homme et de la société humaine voulue par la nature elle-même. »

Le pape Pie XII répond à ceux qui affirment que : (1) les sources de la révélation, c'est-à-dire les textes bibliques et surtout Rom 13 : 4, ne contiennent que des pensées correspondant aux circonstances historiques et à la culture de l'époque, et (2 ) ils ne peuvent donc attribuer à ces textes une valeur générale et toujours durable.

Pie XII répond donc à ceux qui veulent présenter le message de certains textes bibliques et surtout de Rom. 13,4 comme quelque chose appartenant à la culture passée, qui n'est valable que pour le passé et qui est donc inadapté pour d'autres temps.

C'est pourquoi Pie XII affirme : les paroles des sources et du magistère vivant ne se réfèrent pas au contenu concret des prescriptions juridiques individuelles ou des règles d'action (voir surtout Rm 13, 4), c'est-à-dire à des normes valables seulement alors et pas aujourd'hui, mais plutôt au fondement même du pouvoir pénal et de sa finalité immanente, qui, comme la nature de l'homme et de la société humaine voulue par la nature elle-même, est peu déterminée par les conditions du temps et de la culture. Si l'on examine les sources de l'Apocalypse, c'est-à-dire les textes bibliques (en particulier Rom. 13,4), et les textes du Magistère vivant, auxquels se réfère Pie XII, on comprend précisément qu'ils ne contiennent pas que des énoncés correspondant à les circonstances historico-culturelles de l'époque et valables uniquement pour ces époques, mais contiennent un enseignement qui se rapporte au fondement même essentiel du pouvoir criminel et à son objectif immanent, en fait l'art. Paul déclare (Rm 13,3 : XNUMXs) : « En effet, les gouvernants ne sont pas à craindre quand le bien est fait, mais quand le mal est fait. Vous ne voulez pas avoir peur de l'autorité ? Faites le bien et vous en aurez des louanges, car il est au service de Dieu pour votre bien. Mais si vous faites le mal, alors vous devez avoir peur, car ce n'est pas en vain qu'elle porte l'épée ; elle est en effet au service de Dieu pour la juste condamnation de ceux qui font le mal. » Ces textes contiennent donc un enseignement qui s'applique toujours.

Pie XII ne veut pas exclure ce que St. Paul concernant la légalité de la peine de mort, mais il veut préciser que les affirmations de St. Paul valent toujours!

Pie XII ne veut pas annuler ce qui est clairement intrinsèque au texte de St. Paul, comme nous l'avons vu plus haut, c'est-à-dire la légalité de la peine de mort, veut plutôt dire que oui. Paul ne fait pas un discours qui ne concerne que l'époque et la culture de l'Apôtre lui-même, mais il fait un discours plus général.

g, 1,1,3) Autres déclarations déviantes de E. Christian Brugger sur la Bible et la peine de mort.

Brugger conclut son examen de l'Écriture en se demandant si, à la lumière de ses considérations, l'Écriture affirme que la peine capitale est pleinement conforme à la volonté de Dieu pour l'humanité ; ces considérations, comme on le voit, sont inexactes et ses conclusions finales, faites à la lumière de ces considérations, sont erronées.

Concernant ces considérations finales, il faut dire que Brugger écarte essentiellement le fait que toute la Tradition affirme que la peine de mort est légale.

Brugger cite la distinction patristique et thomiste entre les préceptes moraux et les préceptes cérémoniels de l'Ancien Testament et place la peine de mort parmi ces derniers, c'est-à-dire parmi les préceptes qui sont annulés dans le NT, mais oublie que les Pères et l'art. Thomas considère la peine de mort comme légale dans certains cas et donc non abolie par la venue du Christ et non incluse à un niveau fondamental parmi les préceptes cérémoniels .

Brugger affirme alors que le commandement divin permet aussi des comportements qui autrement ne seraient pas justifiables ; le chercheur américain cite l'art. Thomas que la présence d'un commandement divin rend certains types de comportements justes qui seraient autrement interdits, donc les actes des Juifs en pillant les Égyptiens étaient justes et ils n'étaient pas des actes de vol précisément parce qu'ils étaient commandés par Dieu et le consentement de Abraham de tuer Isaac précisément parce qu'il a été commandé par Dieu, etc.

Brugger déclare ensuite que tous les préceptes du meurtre dans l'Ancien Testament, que ce soit sous la forme de châtiments, de herem ou de guerres d'agression, étaient donnés sous la forme d'ordres divins ; les mêmes types de comportement délibéré seraient illégitimes en l'absence d'un ordre divin particulier ... donc seulement s'il y a un ordre exprès de Dieu est-il licite d'imposer la peine de mort.

Ici aussi Brugger écarte la Tradition qui, sous la conduite de l'Esprit Saint, affirme la légalité de la peine de mort sur la base de la loi naturelle et de la loi révélée ; il est licite et juste selon la loi naturelle et la loi révélée, dit la Tradition, que dans certains cas, le pouvoir civil tue les méchants, donc aucun ordre exprès de Dieu n'est requis pour rendre la peine de mort légale au cas par cas. Au lieu de cela, il faudrait un ordre exprès de Dieu pour faire quelque chose qui semble contraire à la loi naturelle ou révélée.

En outre, poursuit Brugger, on pourrait soutenir que les conditions sociales dans lesquelles les préceptes de tuer ont été exercés, c'est-à-dire dans le contexte d'une nation théocratique indépendante, sont suffisamment incommensurables avec les conditions dans lesquelles la peine capitale était pratiquée à l'ère chrétienne ces préceptes sont donc inapplicables en dehors de la communauté théocratique dans laquelle ils ont été reçus.

Comme nous l'avons vu, cependant, il est licite et juste selon la loi naturelle et la loi révélée, selon la Tradition, que dans certains cas le pouvoir civil tue les méchants, et cela est vrai, précise la Tradition, généralement et pour tous et pas seulement pour la nation théocratique d'Israël.

En ce qui concerne les affirmations sur la tradition juive, il faut dire que Brugger déclare que: "Les érudits conviennent généralement qu'à la fin de la période du Second Temple, il y avait une réticence généralisée en Israël à imposer la peine de mort." (p. 62), mais, comme nous l'avons vu plus haut, les passages rabbiniques sur lesquels s'appuie Brugger et qui rapportent les vues des rabbins Tarfon et Akiva rapportaient une opinion minoritaire qui suscita l'ironie des autres rabbins, de sorte que les tribunaux juifs continuèrent à imposer la mort phrases tout au long du Moyen Âge.

g, 2) Réflexions sur la documentation patristique proposée par Brugger.

Brugger a fait un travail assez remarquable pour certains aspects de la documentation patristique mais ce n'est pas un travail complètement complet, car je ne crains aucun travail jusqu'à présent, par exemple il ne cite pas le s. Ottato di Milevi qui dit diverses choses en faveur de la légitimité de la peine de mort. Je n'ai pas connaissance qu'aucun patrologue ou groupe de patrologues ait abordé la question de la peine de mort dans les Pères de manière complète et exhaustive. Mais les lignes fondamentales ont maintenant émergé et en réalité elles avaient déjà émergé dans les temps anciens ... pour cette raison, le Magistère avait clairement déclaré que la peine de mort est légale dans certains cas. Cependant, Brugger a fait un travail très approfondi sur divers Pères et sa conclusion est précisément que : « Pour les Pères de l'Église primitive, l'autorité de l'État pour tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient sur la question de savoir si les chrétiens devraient occuper des fonctions dont les responsabilités incluent le jugement et l'exécution des peines capitales - les auteurs pré-constantiniens ont dit qu'ils ne devraient pas, ceux qui ont écrit après 313 ont dit qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais remise en question. "

Pour les premiers Pères de l'Église, guidés par le Saint-Esprit et la Parole de Dieu, l'autorité de l'État pour tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise. Les opinions divergeaient quant à savoir si les chrétiens devaient occuper des postes dont les responsabilités incluaient le jugement et l'exécution de la peine de mort - les auteurs pré-constantiniens disaient qu'ils ne devraient pas, ceux qui écrivaient après l'édit 313 disaient qu'ils devraient - mais la légitimité de principe de la peine elle-même n'est jamais remis en cause.

Brugger montre clairement dans son livre les diverses affirmations des Pères sur la question de la peine de mort et montre précisément comment ils affirment de manière absolument unanime la légalité de la peine de mort. "Parmi ces auteurs patristiques ... nous trouvons un accord unanime sur le fait que l'autorité civile, en tant que gardienne du bien public, a le droit d'infliger des châtiments aux malfaiteurs, y compris la peine de mort." Parmi les auteurs patristiques, nous trouvons un accord unanime sur ce point : l'autorité civile, en tant que gardienne du bien public, a le droit d'infliger des peines aux malfaiteurs, y compris la peine de mort.

A noter : les Pères et Docteurs de l'Eglise ont absolument unanimement soutenu la peine de mort ! En ce qui concerne ce consensus unanime, il est nécessaire de rappeler ce que le Concile Vatican I affirme « … personne ne devrait être autorisé à interpréter cette Écriture…. contre le consentement unanime des Pères. » .

g, 3) Réflexions sur les affirmations de l'art. Teodoro Etude sur la peine de mort.

Brugger parle aussi de St. Teodoro Studita le classant parmi ceux qui étaient contre la peine de mort. En fait, Brugger écrit qu'il y a quelques exceptions au développement d'un consensus sur la peine de mort ; les enseignements de deux clercs du IXe siècle, s. Teodoro Studita et s. Nicolas Ier, expriment-ils, l'opposition patristique à la participation chrétienne à l'effusion de sang. Nous avons déjà examiné les énoncés de l'art. Nicolas Ier et nous reviendrons pour en parler plus tard.

Concernant les déclarations de St. Théodore doit être bien conscient que, alors que ce saint a nié que la force et l'épée puissent être utilisées contre les hérétiques, St. Théophane affirmait que non seulement il fallait user de l'épée mais aussi que : ceux qui s'opposent à l'usage de la force contre « des hommes absolument impurs d'esprit et de corps et adorant des démons » sont les ennemis des Apôtres, et donc de l'Église !

Saint Théophane a expliqué que l'empereur Michel a décrété la peine de mort contre les Pauliciens "à la demande du saint patriarche Nikeforos et d'autres hommes pieux"

Théophane prétend que ceux qui niaient que le clergé avait le droit de recourir à des mesures telles que la peine de mort pour réprimer l'hérésie étaient contre l'Écriture Sainte à tous égards, mais ne cite que l'exemple d'Ananias et de Saphira pour étayer cette affirmation. En raison de la rareté des sources, nous ne savons pas quels autres passages ont été utilisés pour justifier la peine de mort dans cette affaire.

Saint Théodore précise sa position (Ep. 455, PG 99 : 1485B) déclarant que comme Saint Siméon de la Montagne Merveilleuse avait recommandé à un monarque de prendre des mesures punitives contre une nation qui massacrait le peuple chrétien, lui aussi exhortait alors le "Empereur de faire la même chose qui est de faire la guerre aux Scythes et aux Arabes, qui tuaient le peuple de Dieu. Dans ce dernier cas, la guerre était contre les ennemis, mais dans le cas des Pauliciens, la lutte était contre les hérétiques qui étaient sujets de l'Empire.

Concernant le cas de saint Jean le Jeûnant, patriarche de Constantinople, Théodore nie que ce saint ait ordonné l'empalement des magiciens, estimant plutôt qu'il l'a permis parce qu'ils étaient des assassins, et contre eux il ne fallait pas empêcher les autorités civiles. pratiquer le droit romain et donc la peine de mort ; s. Théodore cite ici le texte de St. Paul (Rm 13,4) : les autorités ne portent pas l'épée en vain... elles sont les vengeresses de celui qui fait le mal (Ep. 455, PG 99 : 1485s)

Donc oui. Théodore dit que les crimes qui concernent simplement l'État, comme le meurtre, doivent être punis de peines d'État, y compris la peine capitale, tandis que les crimes concernant la vie de l'Église doivent être punis de peines ecclésiastiques (Ep. 455, PG 99 : 1485s). Saint Théodore n'est donc pas contre la peine de mort, ni les saints qui viennent d'être mentionnés...

Saint Théodore était donc en faveur de la peine de mort ; il a simplement nié que les hérétiques, en particulier dans le cas des Pauliciens, devraient être punis de mort. Je me souviens que l'art. Théodore était profondément enraciné dans la Tradition ; pour l'art. Il n'est pas permis à Théodore qu'un Archevêque avec ses associés fasse ce qu'il veut, de sorte que pendant la durée de son archevêché un nouvel évangéliste, un nouvel apôtre, un législateur qui affirme des choses différentes de la Tradition ! Nous avons en effet, dit St. Théodore, s. Paul l'Apôtre qui déclare: si quelqu'un prêche une doctrine, ou vous exhorte à faire quelque chose contre ce que vous avez reçu, contre ce qui est prescrit par les canons des synodes catholiques et locaux tenus à des moments différents, il ne doit pas être reçu, ou être compté dans le nombre des fidèles et va vers un jugement terrible indiqué par l'Apôtre (cf. Galates 1). (San Teodoro lo Studita, Épître 24, PG 99, col. 987) La fidélité à la Tradition de l'art. Théodore, lié aux affirmations de St. Siméon de la Merveilleuse Montagne, par s. Jean le Jeûnant, de Théophane et des autres qui avec ce dernier prônaient la peine de mort, il est très important d'affirmer qu'évidemment aussi en Orient il était très clair que la Tradition affirmait, également basée sur Romains 13,4 : XNUMX, que le la peine de mort était légale.

La position de l'art. Théodore, sur le cas concret des Pauliciens, différait de celui de St. Théophane, s. Nikephoros et d'autres hommes pieux qui ont affirmé la nécessité d'imposer la peine de mort aux hérétiques , évidemment sur ce point la Tradition n'avait pas encore été fixée avec précision et s. Théodore s'est senti libre de pouvoir dire sa pensée à partir de l'Écriture ; la Tradition s'est fixée dans les siècles suivants.

g, 4) Réflexions sur la documentation papale et magistrale offerte par Brugger.

La documentation papale et magistrale apparaît limitée et incomplète dans le texte de Brugger; il ne cite pas certains documents pontificaux qui clarifient davantage leur acceptation totale de la légitimité de la peine de mort.

Brugger ne cite pas le P. ex. le pape Simplicius qui, en 478, recommanda à l'empereur Zénon de mettre à mort les assassins des évêques ; ces tueurs sacrilèges, selon le Pontife, sont dignes de périr au moyen de ces tourments, avec de telles douleurs l'Église et l'Empire trouveront le repos, avec eux les faveurs divines seront attirées vers l'Empire. (Épître XII voir Bull., Appendice au t. 1, p. 221)

Brugger ne mentionne pas le pape Pélage Ier qui, dans une lettre au duc d'Italie, affirme qu'il ne faut pas penser que c'est un péché de punir les évêques réfractaires, en effet il est établi par des lois divines et humaines que les troubles de la paix et l'unité de l'Église doit être réprimée par le pouvoir civil, et c'est le plus grand service qu'on puisse rendre à la religion.

Brugger ne mentionne pas Honorius I qui reconnaît ce pouvoir d'imposer la peine capitale aux dirigeants communautaires et demande que l'auteur d'un viol reçoive la peine de mort, que cette peine ne soit pas retardée, et que le plus grand nombre de personnes soit purgé.

Brugger ne présente pas les diverses déclarations avec lesquelles saint Grégoire le Grand, pape, enseigne la légitimité de la peine capitale dans plusieurs de ses lettres, reconnaissant que les crimes graves méritent une telle peine. Dans un cas, parlant des violences infligées à Mgr Janvier de Malaga, il dit que : la loi punit l'auteur d'une telle insulte de la peine de mort , dans une lettre à une reine , vous exhorte à réparer les offenses faites à Dieu en punissant les adultères, les voleurs et les responsables d'autres actes dépravés pour lesquels cette peine est prévue par la peine de mort   Brugger ne mentionne pas Urbain II qui, dans un décret adressé à l'évêque de Lucques, légitimait une condamnation à mort non encore prononcée judiciairement ; il n'appelle pas meurtre ceux qui, dans l'ardeur de leur zèle pour leur mère, la sainte Église, ont mis à mort les excommuniés, mais demande qu'ils reçoivent une pénitence adéquate.

Brugger cite les déclarations de Nicolas I et s. Teodoro Studita qui affirme que l'Église n'a pas d'épée… et Brugger déclare : « Il y a quelques premières exceptions au consensus en développement sur la peine capitale, et celles-ci méritent d'être mentionnées ici. Les enseignements de deux clercs du IXe siècle

expriment encore l'opposition patristique à la participation chrétienne à l'effusion de sang. » Il y a donc quelques exceptions, selon Brugger, au développement du consensus sur la peine de mort, les enseignements de deux clercs du IXe siècle, s. Teodoro Studita et s. Nicolas Ier, expriment, selon Brugger, l'opposition patristique à la participation chrétienne à l'effusion du sang.

Je souligne que les affirmations de ces deux saints ne sont pas un véritable déni de la légalité de la peine de mort, en effet : (1) s. Nicolas Ier, comme on l'a vu, ne nie pas la légalité de la peine de mort ni n'affirme que les chrétiens ne peuvent pas l'imposer mais veut simplement tempérer la brutalité de la loi bulgare à l'époque, (2) s. Théodore, comme nous l'avons vu, ne nie pas non plus absolument la légalité de la peine de mort, ni son application par les chrétiens, mais s'oppose à l'usage de la violence contre les hérétiques.

La lettre de saint Nicolas Ier en réponse aux Bulgares ("Responsa ad Consulta Bulgarorum", PL 119, 978-1016) de l'année 866 qui aborde un grand nombre de questions dogmatiques et canoniques et réaffirme la légitimité de la peine de mort est présenté par Brugger de manière inexacte dans certaines pages de son ouvrage , c'est-à-dire comme s'il excluait absolument la peine de mort, ce qui n'est pas vrai, en effet, entre autres choses, le Pontife affirme que : quant à ceux qui ont massacré leur proche il est bon que les lois respectables trouvent leur application mais si les coupables qu'ils ont réfugiés dans l'église, sont arrachés à la mort promise par les lois. Évidemment, cela signifie que des lois respectables prévoyaient la peine de mort pour ceux qui tuaient leurs parents par le sang et le pape Nicolas accepta qu'elles s'appliquent, demandant seulement que les coupables soient épargnés de la mort s'ils se réfugiaient à l'église. Saint-Nicolas n'était donc pas radicalement opposé à la peine de mort ! ... et il ne s'est pas prononcé radicalement contre la peine de mort... comment pourrait-il le faire, en revanche, si Rm 13, 4, on l'a vu, est très clair en accordant aux gouvernants le droit de tuer les méchants , comme le dit clairement St. Innocent moi ? Saint Nicolas, comme nous l'avons vu, savait évidemment très bien qu'à cette époque la peine de mort était imposée dans tous les États chrétiens et n'a pas produit de documents pour l'interdire partout… il est donc évident qu'il a accepté cette peine.

Pape Innocent III en 1199, avec le Decretale Vergentis a développé un parallèle entre hérétiques et coupables de trahison, et a écrit que selon les sanctions légitimes les coupables de trahison sont punis de mort, encore plus les hérétiques qui offensent Jésus-Christ doivent être séparés de notre tête qui est le Christ... donc frappé de la capitale Châtiment. Brugger ne parle pas de ce Decretale Vergentis.

Le Pontife lui-même réaffirmera encore la légitimité de cette peine capitale en ordonnant aux disciples de Pietro Valdo, qui cherchaient à se réconcilier avec l'Église, d'accepter explicitement la doctrine catholique sur la légalité de la peine de mort : « De potestate saeculari asserimus, quod sine sin mortali potest iudicium sanguinis exercere, dummodo ad inferendam vindictam non haine, sed iudicio, not incaute, sed consulte procedat " . Ce qui signifie essentiellement ceci : le pouvoir séculier peut, sans péché mortel, exercer le jugement de sang, c'est-à-dire imposer la peine de mort, à condition qu'en infligeant la peine il ne procède pas par haine, mais avec raison, avec prudence, sans imprudence. Le fait qu'Innocent III ait inclus la légalité de la peine de mort parmi les vérités auxquelles les Vaudois devaient expressément croire pour entrer dans la communion de l'Église catholique montre que cette vérité était évidemment considérée comme une partie importante de la doctrine de l'Église.

Brugger ne fait référence qu'aux papes Lucius III   Innocent III , Grégoire IX et Boniface VIII ils adoptèrent des décrétales, passées en législation universelle, qui prévoyaient de placer l'hérétique au pouvoir du bras séculier pour le châtiment ; la punition qu'ils ont indiquée pour ce crime était la peine de mort pour la crémation . Brugger ne mentionne pas Boniface VIII qui venait menacer de sanctionner les autorités temporelles qui ne procédaient pas sans délai (indilando) à l'exécution des hérétiques. Le Pontife lui-même a décidé d'abandonner les assassins des Cardinaux au bras séculier afin que ces assassins soient punis de mort .

Le décret Furatur , paraphrasant l'Exode (21, 16), il affirme que quiconque est reconnu coupable d'un enlèvement et qui a vendu la personne enlevée est mis à mort.

Brugger ne dit pas qu'en 1215, lors du IV Concile de Latran, le canon Excommunicamus a été adopté, qui ordonnait l'abandon des hérétiques, déjà condamnés, "aux pouvoirs séculiers" (Const. 3) ... avec imposition conséquente de la mort peine (COD p. 233 sq.) Et Brugger ne dit pas que ce texte du Concile passera dans les Décrétales de Grégoire IX, le recueil officiel des lois de l'Église

Brugger ne dit pas qu'une résolution égale à celle du IV Concile de Latran sera adoptée par le Concile de Constance (œcuménique XVI) contre les wyclifites (cf. COD p. 414ss) et les Hussites (cf. COD p. 429, condamnation au bûcher de Hus), le concile de Constance dans le texte qui vient d'être cité décrète la condamnation au bûcher de l'hérétique Hus.

Brugger ne dit pas que parmi les sentences condamnées par le concile de Constance dans la doctrine de Wyclif il y a celle pour laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier en fait il affirme que Dieu ne peut pas approuver qu'on soit civilement jugé ou civilement condamné (voir COD p. 425, n.44)

Brugger ne dit pas que parmi les sentences de Hus condamnées par le Concile de Constance il y a celle pour laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier (cf. COD p. 430, n.14)

Je me souviens que : « Martin V, élu Pape à Constance en 1417, dans la bulle Inter cunctas du 22 février 1418, reconnaissait le caractère œcuménique du Concile de Constance et de tout ce qu'il avait décidé, mais avec la formule génériquement restrictive : » dans faveur fidei et salutem animarum "."

Brugger ne dit pas que le pape Martin V, en 1418, rédigea un questionnaire pour examiner la doctrine professée par des personnes soupçonnées de wyclifisme et de hussisme, il y demanda explicitement à la personne si elle croyait en la possibilité pour les prélats de faire appel au bras séculier … Et donc de se voir infliger la peine de mort. Une telle question est extrêmement significative de l'importance de cette question dans la doctrine catholique ; si ce n'était pas important, et très important, il n'aurait certainement pas été donné à ces gens de reconnaître leur catholicité.

Brugger ne dit pas que Léon X a donné au gouverneur de la ville le pouvoir de prendre des mesures contre les criminels et aussi de leur imposer la peine de mort. ("Etsi pro", 1514, Bull., T. 5, p. 615) ... Brugger ne dit pas que Jules III prévoyait la peine de mort pour les détenteurs d'exemplaires non purgés du Talmud de leurs blasphèmes contre le Christ (" Cum sicut" , 1554, Bull., T. 6, p. 482) ... Brugger ne dit pas que Paul IV l'avait prévu pour les procurations ("Volens seleeribus", 1558, Bull., T. 6, p. 538 .) etc. ; Cyrille Dounot dans son article il cite divers autres crimes qui, sur la base de décisions papales, prévoyaient la peine de mort.

Brugger dit que Léon X, en 1520, a également inclus cela parmi les erreurs de Luther : « Que les hérétiques soient brûlés est contre la volonté de l'Esprit.  mais il me semble significatif de souligner que l'erreur pour laquelle Luther nie que la peine de mort pour hérésie puisse être infligée rentre dans les erreurs indiquées par Léon X de cette manière :

nous avons vu que ces mêmes erreurs ou articles ne sont pas catholiques, et ne doivent pas être crus comme tels, mais qu'ils sont contraires à la doctrine de l'Église catholique et à la Tradition, surtout à l'interprétation vraie et commune des Écritures divines. .. en fait, il découle clairement des mêmes erreurs ou de quelques-unes que la même Église, qui est gouvernée par le Saint-Esprit, se trompe et s'est toujours trompée.

Le catéchisme romain, comme le dit aussi Brugger, enseignait la légalité de la peine de mort ... mais je pense qu'il est important de noter que pratiquement personne n'a remis en question ce point de doctrine parmi les catholiques ... il a été établi que la doctrine catholique contenait la légalité de la peine de mort. Les saints Docteurs ont pacifiquement accepté ces affirmations et les ont développées, il était évident pour eux que la Tradition basée sur la Bible déclarait clairement que la peine de mort était légale dans certains cas.

De même, le Catéchisme Majeur de saint Pie X (troisième partie, n. 413) enseignait la légalité de cette peine : « 413 Q. Y a-t-il des cas où il est permis de tuer son prochain ? A. Il est permis de tuer son prochain quand on combat dans une guerre juste, quand on exécute par ordre de l'autorité suprême la sentence de mort sous peine de quelque crime ; et enfin quand il s'agit de la défense nécessaire et légitime de la vie contre un agresseur injuste. "... et pratiquement personne n'a soulevé de questions sur ce point de doctrine parmi les catholiques... il a été établi que la doctrine catholique contenait la légalité de la mort peine de mort, il était évident que la Tradition basée sur la Bible déclarait clairement que la peine de mort était légale dans certains cas.

Le pape Léon XIII, comme le dit aussi Brugger, a écrit dans "Pastoralis Officii", une lettre encyclique de 1881 : "Il est bien établi que les deux lois divines, tant celle qui a été proposée avec la lumière de la raison que celle qui a été promulguée avec des écrits d'inspiration divine interdisent à quiconque, de la manière la plus absolue, de tuer ou de blesser un homme en l'absence d'un juste motif public, à moins qu'il n'y soit contraint par la nécessité de défendre sa vie. » … Et pratiquement personne n'a remis en question ce point de doctrine parmi les catholiques… il a été établi que la doctrine catholique contenait la légalité de la peine de mort… il était évident que la Tradition basée sur la Bible indiquait clairement que la peine de mort était légale dans certains cas.

Je signale également que jusqu'en 1870 les exécutions capitales étaient pratiquées dans l'État pontifical, ce qui indique évidemment que la doctrine de la légalité de la peine de mort était parfaitement acceptée par les Souverains Pontifes et personne ne remettait en cause ce point de doctrine chez les catholiques... il a été établi que la doctrine catholique contenait la légalité de la peine de mort… il était évident que la Tradition basée sur la Bible affirmait clairement que la peine de mort était légale dans certains cas. Dunot écrit que la peine capitale était normalement appliquée dans l'État pontifical et que le code pénal du Saint-Siège prévoyait la peine de mort jusqu'en 1962 pour quiconque tentait de tuer le pape.

Évidemment, tout cela a été fait dans la certitude absolue que ce châtiment était légitime selon la Loi de Dieu… il était évident que la Tradition basée sur la Bible déclarait clairement que la peine de mort était légale dans certains cas ; cette preuve persistait pour lui-même. Jean Paul II et pour Benoît XVI... cette évidence demeure malgré les erreurs du Pape François...

g, 5) Réflexions sur la critique de Brugger des affirmations de l'art. Thomas d'Aquin.

Brugger développe une critique de St. Thomas un peu dans la lignée de Blazquez, qu'on a vu plus haut. Sa critique vise à aller au-delà de l'opinion traditionnelle selon laquelle l'art. Thomas présente bien pour arriver à une nouvelle doctrine selon laquelle la peine de mort est quelque chose d'intrinsèquement mauvais.

Cependant Brugger essaie de "démanteler" les déclarations thomistes d'une manière incorrecte, en fait, Brugger ne se rend pas compte que l'art. Thomas est avant tout un croyant, un théologien et c'est aussi un grand philosophe.

Saint Thomas fonde ses affirmations sur la peine de mort, au niveau théologique, sur la Tradition et l'Écriture.

Dans la Somma contra Gentiles s. Thomas développe un discours apologétique philosophique et aussi à ce niveau, dans une vision large de Dieu et de la création, la légitimité de la peine de mort est présentée sur une base philosophique et rationnelle.

Pour vraiment réfuter l'art. Thomas, Brugger aurait dû le faire, donc sur un double plan, théologique et philosophique, et il aurait dû le faire en travaillant très en profondeur car l'art. Thomas est un auteur très profond, qui suit la sagesse biblique, surnaturelle, et la combine à merveille avec la sagesse naturelle, philosophique, reprenant de grands philosophes.

Brugger ne semble pas avoir fait ce genre de double réfutation.

Je ne suis pas au courant que les déclarations de St. Thomas qui justifient la légalité de la peine de mort ; Je ne suis même pas au courant que les déclarations philosophiques de St. Thomas qui justifient la légalité de cette peine.

Brugger défie St. Thomas sans bien les insérer dans le référentiel du s. Docteur.

Brugger ne semble pas se rendre compte, par exemple, que lorsqu'il l'est. Thomas parle de l'homme qui perd sa dignité lorsqu'il pèche développe un discours enraciné dans la Bible, comme le dit le saint lui-même (cf. II-II q. 64 a. 2 ad 3) rapportant deux passages bibliques, l'un du Psaume 48 v. 21 et l'autre des Proverbes, chap. 11 v. 29 ...

Il faut aussi préciser qu'il y a une dignité essentielle qui ne se perd pas avec le péché, car l'essence demeure, mais il y a une dignité effective, actuelle qui se perd avec le péché : l'image divine demeure toujours dans l'homme, même dans l'être humain ... l'enfer, mais la ressemblance divine, et la dignité qui y est attachée, est perdue avec le péché grave... le péché grave nous rend indignes du Ciel... et de recevoir l'Eucharistie comme St. Thomas : « Ad quartam quaestionem dicendum, quod in indigne manducante est duo peccata à considérer ; scilicet peccatum quo indignus redditur ad manducandum, et peccatum quo indigne manducat." (Super Sent., lib. 4 d. 9 q. 1 a. 3 qc. 4 co.) ... dans cette ligne certains péchés rendent indigne de vivre en relation avec la communauté à laquelle on appartient et donc de tels péchés rendent licite la peine de mort de la part de la communauté. Un homme qui est un réel danger pour une communauté à cause de sa violence meurtrière est indigne, en ce sens, de vivre.

Plus généralement les affirmations de S. Thomas selon lequel la vie humaine, considérée en elle-même, est absolument inviolable (II-II q. 64 a. 6) doit être comprise en se référant à la doctrine thomiste et plus particulièrement à ce que l'art. Thomas dit en a.1 et 2 de la même question 64 où il affirme : « Nul ne pèche par le fait qu'il utilise un être dans le but pour lequel il a été créé. ... dans la hiérarchie des êtres les moins parfaits sont faits pour les plus parfaits" « … Les choses les moins parfaites sont ordonnées aux parfaites. Or toute partie est ordonnée au tout comme ce qui est moins parfait est ordonné à un être parfait. La partie est donc par nature subordonnée au tout. " … Comme une partie est au tout, ainsi chaque homme est à la communauté entière ; donc l'homme est ordonné à la communauté et subordonné à elle comme la partie est ordonnée et subordonnée au tout, donc si un homme est dangereux par ses péchés pour la communauté, il est bon de le supprimer, pour le vrai bien de l'ensemble de dont l'homme fait partie.

Une vie humaine, considérée en elle-même, est absolument inviolable mais peut être réprimée pour ses péchés qui causent des dommages à la communauté (cf. II-II q. 64 a.2 et a. 6).

L'homme est donc ordonné à la communauté mais surtout, dit St. Thomas en I, q. 1 un. 1 homme est ordonné à Dieu ; l'homme est d'abord ordonné à Dieu et ensuite à la communauté !

La communauté ne peut le supprimer que si cela lui est nuisible pour ses péchés ; la communauté ne peut tuer l'homme pour elle-même, la vie humaine, considérée en elle-même, est absolument inviolable.

Face à l'affirmation de ceux qui disent : "... tuer un homme est en soi un mal... Il n'est donc en aucun cas licite de tuer un pécheur." s. Thomas, suivant la Bible, répond : « Avec le péché, l'homme abandonne l'ordre de la raison... dégénérant en quelque sorte dans l'asservissement des bêtes, ce qui implique la subordination au profit d'autrui. Ainsi, en effet, nous lisons dans l'Ecriture: "N'ayant pas compris sa dignité, l'homme est descendu au niveau des chevaux insensés, et est devenu semblable à eux" ... Donc ... tuer un homme qui pèche peut être bon, comme tuer une bête : en fait un homme mauvais... est... plus nuisible qu'une bête. »

La communauté ne peut supprimer l'homme que s'il lui est nuisible pour ses péchés ; la communauté ne peut pas tuer l'homme pour lui-même mais seulement dans la mesure où il l'abîme avec ses péchés !

Saint Thomas lui-même donc, dans l'art. 2, que nous venons de voir, précise d'avance ce qu'il signifie à l'art. 6 de la même question où il est dit : « Considéré en lui-même, nul homme ne peut être tué licitement : car en tout homme, même pécheur, il faut aimer la nature, qui a été créée par Dieu, et qui se détruit en tuant.

Tenant compte du fait que l'homme est ordonné à Dieu et à la communauté, et à la lumière de la vérité divine, la communauté ne peut pas tuer l'homme pour elle-même mais ne peut que le tuer car avec ses péchés il l'endommage !

Dans cette ligne s. Thomas déclare: "... le meurtre du coupable devient licite ... en vue du bien commun, que le péché compromet"

Je tiens ici à souligner certains énoncés de l'art. Tommaso vient de voir :

- "... dans la hiérarchie des êtres les moins parfaits sont faits pour les plus parfaits"

- « … toute partie est ordonnée au tout comme ce qui est moins parfait est ordonné à un être parfait. La partie est donc par nature subordonnée au tout. … Et donc si un homme avec ses péchés est dangereux et perturbateur pour la communauté, il est louable et sain de le supprimer, pour la préservation du bien commun ; en effet, comme le dit saint Paul : « Un peu de ferment peut corrompre toute la masse ».

L'homme est donc d'une certaine manière, à la lumière de la sagesse divine, pour la communauté comme les êtres les moins parfaits le sont pour les plus parfaits (cf. II-II q. 64 a.1), chaque homme fait partie de son la communauté en tant que partie est à l'ensemble ainsi chaque homme est à l'ensemble de la communauté ; donc l'homme est, à la lumière de la sagesse divine, ordonné à la communauté et subordonné à elle comme la partie est ordonnée et subordonnée au tout (cf. IIª-IIae q. 64 a. 2 co.) donc si un homme est dangereux avec ses péchés pour la communauté qu'il est bon de supprimer, pour le vrai bien de l'ensemble dont l'homme fait partie. L'homme ne peut être tué pour lui-même que pour ses péchés qui causent des dommages à la communauté (cf. II-II q. 64 a. 6 ; II-II q. 64 a.2 ad. 3m).

Dans cette ligne s. Thomas déclare clairement que seuls les dirigeants légitimes de la communauté ont le pouvoir de Dieu d'infliger des châtiments et donc d'infliger la peine de mort… pour cette raison, personne d'autre ne peut intentionnellement tuer quelqu'un légitimement. Tout le monde peut certainement se défendre et peut donc précisément, selon St. Thomas, de commettre des actes qui entraînent la mort de l'agresseur injuste, de tels actes sont cependant licites dans la mesure où sont licites les actes à double effet qui causent précisément la mort de quelqu'un (cf. II-II q. 64 a.7).

Je rappelle que, selon la saine doctrine, il est légitime d'accomplir une action à double effet qui a aussi des effets néfastes lorsque, plus précisément, les conditions suivantes sont réunies :

a) "L'acte accompli doit être bon en soi, ou du moins indifférent."

b) Le bon effet doit être obtenu immédiatement et non par le mauvais. L'effet direct de l'intervention doit être positif et le négatif doit être indirect (cf. HB Merkelbach dans « Summa Theologiae Moralis » Brugis 1959, t.1, p. 166).

c) La personne doit avoir une intention droite et donc cette intention doit être orientée vers le bon effet et non vers le mauvais, sinon le mal serait volontaire en soi ou du moins il serait voulu, donc il faut aussi qu'il y ait il n'y a pas de danger immédiat de permettre le mal ou de l'approuver (voir B. Merkelbach dans « Summa Theologiae Moralis » Brugis 1959, t.1, p. 167).

d) Il doit y avoir une raison pour établir la cause qui produit le double effet et cette raison doit être proportionnellement grave, c'est-à-dire qu'il doit y avoir proportionnalité entre le bien visé et le mal toléré : p. ex. il n'est pas moralement justifié de mettre en place une procédure ayant également pour effet d'avorter pour éviter de légers troubles (voir B. Merkelbach dans « Summa Theologiae Moralis » Brugis 1959, t.1, p. 166).

Ainsi, selon l'art. Thomas, tout le monde peut certes se défendre et donc précisément il peut accomplir des actes qui entraînent la mort de l'agresseur injuste, mais de tels actes sont licites dans la mesure où les actions à double effet sont licites, selon certains "probatus auctor" comme De Lugo et Waffelaert, d'autre part, le meurtre direct d'un agresseur injuste est également licite tant qu'il est choisi comme un moyen et non comme une fin. ; la peine de mort, cependant, pour tous ces auteurs ne peut être prononcée que par l'autorité légitime qui dirige la communauté.

g, 6) Réflexions sur l'irréformabilité de la doctrine catholique qui affirme la légalité de la peine de mort.

Brugger développe une longue et intéressante discussion sur l'irréformabilité d'une doctrine au sein de l'enseignement catholique et en particulier sur l'irréformabilité de la doctrine qui affirme la légalité de la peine de mort.

De toute évidence, la documentation limitée et largement incomplète que Brugger a présentée, même si elle lui permet de faire quelques déclarations importantes, l'empêche de se rendre pleinement compte de l'enracinement profond de la doctrine de la légalité de la peine de mort dans la Tradition.

Comme il ressort de ce qui a été dit et vu ci-dessus :

- la peine de mort est indiquée comme légale dans l'Ancien Testament et est clairement établie pour punir certains crimes, comme l'atteste également la tradition judiciaire juive ;

- la pratique de la peine de mort était considérée comme légitime par les auteurs du Nouveau Testament comme Brugger lui-même l'a dit "Le Nouveau Testament a peu à dire directement sur la peine de mort, mais il ne fait guère de doute que la pratique était considérée comme légitime par le Nouveau Testament Auteurs du Testament." le chapitre 13 de la lettre aux Romains a une importance particulière dans cette ligne ;

-pour les Pères de l'Église primitive, guidés par le Saint-Esprit et la Parole de Dieu, l'autorité de l'État pour tuer les malfaiteurs est tenue pour acquise, comme le dit Brugger lui-même ;

-les mots de l'art. Innocent I que nous avons vu plus haut interprète avec une certitude absolue Rm 13,4 dans le sens de la légalité de la peine de mort et indique une Tradition claire dans ce sens ;

- il y a une Tradition claire, favorable à la peine de mort, en Occident et aussi en Orient, qui se voit clairement même au temps de S. Théodore Studita et du patriarche Nicéphore et qui n'est pas révoquée mais également confirmée par l'art. Nicolas Ier et d'autres papes, avant et après lui ;

-la profession de foi demandée par Innocent III des Vaudois contient une référence claire à la légalité de la peine de mort... et c'est bien une profession de foi catholique ;

-Le Concile de Latran IV (XII Œcuménique), avec le canon Excommunicamus, qui a ordonné l'abandon des hérétiques condamnés "aux pouvoirs séculiers" (Const. 3) avec l'imposition conséquente de la peine de mort (COD p. 233 ff.) contient une claire référence à la légalité de la peine de mort;

-Le Concile de Constance (œcuménique XVI) contient également une référence claire à la légalité de la peine de mort dans les résolutions contre les Wyclifites (cf. COD p. 414ss) et les Hussites (cf. COD p. 429, condamnation au bûcher de Hus) ;

- parmi les sentences condamnées par le concile de Constance dans la doctrine de Wicleff il y a celle pour laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier en fait il affirme que Dieu ne peut approuver qu'on soit jugé civilement ou civilement condamné (cf. COD p. 425, n.44)

- parmi les sentences condamnées dans la doctrine de Hus par le Concile de Constance il y a celle pour laquelle cet hérétique montre s'opposer à la remise des hérétiques au bras séculier (cf. COD p. 430, n.14) ;

- le questionnaire que le pape Martin V rédigea en 1418 pour examiner la doctrine professée par les personnes soupçonnées de wyclifisme et de hussisme, dans lequel on demandait explicitement à la personne si elle croyait en la possibilité pour les prélats de faire appel au bras séculier et donc se faire infliger la peine de mort implique évidemment la légalité de cette peine ;

-les affirmations de Léon X, qui, comme on l'a vu, en 1520, parmi les erreurs de Luther incluait aussi celle-ci : "Que les hérétiques soient brûlés est contre la volonté de l'Esprit". … Impliquent évidemment la légalité de la peine de mort ;

- les affirmations lumineuses et très claires des Docteurs de l'Église tels que St. Thomas, s. Bonaventure, art. Grégoire le Grand, s. Roberto Bellarmino, s. Pietro Canisio, s. Alphonse de 'Liguori etc. ce sont des indications claires de la légitimité de la peine de mort et de la justice qu'elle incarne lorsqu'elle est utilisée selon la volonté de Dieu ;

- à la lumière de ce que nous avons vu jusqu'ici, la vérité qu'il est absolument interdit à quiconque de tuer ou de blesser un homme en l'absence d'un juste motif public, à moins d'y être contraint par la nécessité de défendre sa vie : « Il est bien établi que les deux lois divines, tant celle qui a été proposée avec la lumière de la raison, que celle qui a été promulguée avec les écrits d'inspiration divine, interdisent absolument à quiconque de tuer ou de blesser un homme en l'absence d'une juste raison publique, à moins d'y être contraint par le besoin de défendre sa vie. » ce qui signifie que la loi de Dieu, divinement révélée, considère la peine de mort comme licite dans certains cas et que la légalité de cette peine est une vérité clairement écrite aussi dans la loi naturelle ;

-H. Comme nous l'avons vu, j'ai écrit, avec beaucoup d'acuité, que tous les théologiens, pour démontrer la légalité de la peine de mort sur la base de la loi naturelle, prennent généralement pour argument le consensus général de toutes les nations à croire qu'il est juste et donc dans l'imposition de cette peine. ; la légalité de la peine de mort est donc une vérité proclamée par la loi naturelle et par la loi divine positive… et réaffirmée par l'Église !

- conformément à ce qui a été dit jusqu'ici, il convient de noter que jusqu'en 1870, l'État pontifical imposait la peine de mort dans la certitude doctrinale absolue qu'il est licite d'imposer la peine de mort dans certains cas ;

- conformément à ce qui a été dit jusqu'à présent, Pie XII a réaffirmé à plusieurs reprises la légalité de cette peine et Jean-Paul II a également réaffirmé cette doctrine ;

- la doctrine qui affirme la légalité de la peine de mort est donc proclamée par l'Église comme faisant partie du droit naturel, et plus précisément comme faisant partie de la légitime défense ;

-cette doctrine est inextricablement liée à l'Ecriture Sainte et à St. Tradition et est clairement approuvé par eux, en fait, il a été universellement accepté par tous pratiquement sans opposition depuis le début de l'Église comme une volonté claire de Dieu émergeant de sa Parole, il a donc été proposé à plusieurs reprises dans le cadre de la Doctrine catholique nécessaire pour être accepté pour être membre de l'Église catholique.

De toute évidence, il me semble que la légalité de la peine de mort doit donc être rangée parmi les doctrines irréformables.

Plus précisément, cette irréformabilité découle du droit naturel et donc d'un exercice correct de la raison, comme l'art. Thomas dans "Somme contre les Gentils" et dans cette ligne cette légitimité a toujours été reconnue et chez tous les peuples. Par la loi divine positive, Dieu a confirmé, repris et précisé ce que l'exercice correct de la raison avait déjà affirmé. Les affirmations bibliques puis celles des Pères, des Docteurs et du Magistère précisent précisément cette vérité déjà enracinée dans la mentalité humaine et dans leur ensemble indiquent précisément que cette vérité est indélébile de la saine doctrine.

Les motifs apportés par le pape actuel contre cette vérité apparaissent donc, on l'a vu aussi, incapables de toujours déclarer cette peine inadmissible.

Le Pape n'est pas supérieur à la Parole de Dieu et à la Tradition… et il ne peut pas changer la loi naturelle… comme l'a expliqué St. Jean-Paul II "8. Le Pontife romain... a la "sacra potestas" pour enseigner la vérité de l'Evangile, administrer les sacrements et gouverner pastoralement l'Eglise au nom et avec l'autorité du Christ, mais ce pouvoir ne comporte en lui-même aucun pouvoir sur la loi divine naturelle ou positive. » Le pape n'a aucun pouvoir sur la loi divine naturelle ou positive, et en particulier il ne peut pas effacer ce qui apparaît clairement indélébile.

Je conclus en rappelant que l'art. Paul déclare: "Nous n'avons aucun pouvoir contre la vérité, mais pour la vérité." (2 Cor. 13,8) Les ministres de Dieu, y compris le Pape, n'ont aucun pouvoir contre la Vérité, leur pouvoir est seulement de soutenir la Vérité . !

Dieu intervient pour que la Vérité sur la légalité de la peine de mort soit clairement réaffirmée par le Pape et par tous les prélats catholiques !

7) Précisions finales du chap. VI : le Pape pervertit et ne développe pas la saine doctrine.

Reprenant ce qui vient d'être dit et ce que nous avons vu, plus haut, dans les éclaircissements conclusifs du troisième chapitre et dans les deux premiers chapitres et évitant de vous proposer tous les textes doctrinaux du Pape, dans le domaine moral, examinés dans ce chapitre n'apparaissent pas comme un développement de la saine doctrine mais comme un changement de celle-ci, en effet, ils n'apparaissent pas dans le sens de la continuité des principes, ils ne se développent pas comme une conséquence logique et ne réalisent pas une influence conservatrice de dans le passé, ils ne sont qu'une trahison de la saine doctrine... ils trahissent des doctrines fondamentales, surtout dans le domaine moral, des doctrines clairement liées à l'Ecriture Sainte et toujours réaffirmées par la Tradition et la loi naturelle...

Cette trahison, il faut le noter, n'est pas une évolution mais un changement, en fait elle a été définie par les propres collaborateurs de Bergoglio : « changement de paradigme ». Bien que le Pape et certains de ses collaborateurs tentent de faire passer son œuvre comme une évolution de la saine doctrine et comme pure doctrine thomiste, il s'agit d'un changement radical, d'une véritable perversion de la saine doctrine et est en nette opposition aussi à la doctrine des s. Docteur d'Aquino, les mêmes Prélats proches du Pape en parlent, l'indiquant comme un "changement de paradigme".

Avec ce « changement de paradigme », le pape François :

1) d'une part, comme on l'a vu dans les chapitres précédents, il fait disparaître la Loi révélée sur un point essentiel de la morale et écarte la doctrine selon laquelle les normes négatives de la loi divine sont obligatoires toujours et en toute circonstance, affirme qu'une conscience morale chrétienne peut croire avec sincérité et honnêteté et découvrir avec une certaine certitude morale que Dieu lui permet de faire ce que Lui-même absolument, toujours et sans exception, ouvre aussi pratiquement les portes à l'adultère, à la contraception et à l'homosexualité pratiquée ;

2) d'autre part, comme on le voit dans ce chapitre, il soulève l'inadmissibilité de la peine de mort comme doctrine de l'Église, dans la lignée d'un faux ordre de charité... contrairement à ce que dit la Bible, les deux- Magistère millénaire et pratiquement toute la Tradition ainsi que l'art. Thomas d'Aquin.

C'est-à-dire que le Pape actuel invente, contre la Tradition et la Bible, de nouvelles lois morales absolues et de l'autre annule pratiquement des lois que la Tradition et la Bible affirment clairement

Le professeur. Echeverria développe une réflexion sur les affirmations du Pape sur la peine de mort, réflexion basée sur les affirmations de S. Vincenzo di Lerino sur le progrès et la perversion de la doctrine conclut à juste titre "... De toute évidence, la position de François implique un changement et non un progrès" (E. Echeverria "Le pape François, l'héritage lérinien de Vatican II et la peine capitale" Catholic World Report, 15.10.2017 https://www.catholicworldreport.com/2017/10/15/pope-francis-the-lerinian-legacy-of-vatican-ii-and-capital-punishment/) Position du pape François sur la peine de mort c'est un changement, c'est-à-dire une perversion de la saine doctrine. A juste titre donc GW Rutler (George William Rutler, "Les nouveaux commentaires du pape François sur la peine de mort sont incohérents et dangereux" Catholic World Report 18.12.2018 https://www.catholicworldreport.com/2018/12/18/pope-francis- les-nouveaux-commentaires-sur-la-peine-de-mort-sont-incoherents-et-dangereux /) a déclaré que l'enseignement du Pape François sur la peine de mort est en contradiction avec la Tradition de l'Église ; il s'agit de changement, c'est-à-dire de perversion, de saine doctrine, comme il ressort clairement de l'étude des critères classiques du développement authentique de la saine doctrine, établis par l'art. John Henry Newman; de plus, puisque la légalité de la peine capitale fait partie de la loi naturelle, une fois rejetée comme intrinsèquement mauvaise, cette légalité ouvre les portes car la même chose pourrait arriver pour n'importe quel aspect de la loi naturelle. Le Vatican, conclut Rutler, est devenu un Tchernobyl théologique...

Dieu intervient rapidement pour rétablir la sainte Vérité à tous les niveaux dans son Église et parmi ses Prélats.

Que Dieu qui est Lumière se lève et que les ténèbres de l'erreur soient dispersées.

Que la glorieuse Mère de Dieu intercède pour nous, qui anéantit les doctrines hérétiques, écrase le pouvoir de l'erreur et démasque le piège des idoles (cf. Hymne Akathistos, vv. 111-112 ; éd. GG Meersseman, Der Hymnos Akathistos im Abendland, vol. . I, Universitatsverlag, Freiburg Schw. 1958, p. 114), et qui, depuis les temps anciens, a été invoquée par le peuple chrétien « en » défense « de la foi ». (Voir "Messes de la Bienheureuse Vierge Marie", Sainte Messe "Vierge Marie soutien et défense de notre foi". Https://www.maranatha.it/MessaleBVM/bvm35page.htm)

Note.

« Relatio Finalis du Synode des Évêques au Saint-Père François » (24 octobre 2015), 24.10.2015, www.vatican.va, https://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino/pubblico/ 2015/ 10/24/0816 / 01825.html

Pape François, "Discours à la délégation de l'Association internationale de droit pénal" 23.10.2014 http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2014/october/documents/papa-francesco_20141023_associazione-internazionale-diritto - criminel.html

Pape François, « Message vidéo au VI Congrès contre la peine de mort », 21.6.2016, www.vatican.va,

https://w2.vatican.va/content/francesco/it/messages/pont-messages/2016/documents/papa-francesco_20160621_videomessaggio-vi-congresso-contro-pena-di-morte.html

Francesco, "Angélus" du 21.2.2016, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/angelus/2016/documents/papa-francesco_angelus_20160221.html

Francesco “Discours du s. Père Francesco aux participants à la rencontre promue par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation », mercredi 11 octobre 2017, www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/francesco/it/ discours/2017 /octobre/documents/papa-francesco_20171011_convegno-nuova-evangelizzazione.html

Francesco "Lettre au Président de la Commission internationale contre la peine de mort", 20 mars 2015 www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/francesco/it/letters/2015/documents/papa-francesco_20150320_lettera - peine-de-mort.html

Francesco “Discours du s. Père Francesco aux participants à la rencontre promue par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, "Mercredi 11 octobre 2017, www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/francesco/it/ discours/2017 /octobre/documents/papa-francesco_20171011_convegno-nuova-evangelizzazione.html

Congrégation pour la Doctrine de la Foi, « Nouvelle rédaction du n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique sur la peine de mort "- Rescriptum" ex Audentia SS.mi ", 02.08.2018, www.vatican.va, http://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino /publicité /2018/08/02/0556/01209.html#it

Congrégation pour la Doctrine de la Foi : « Lettre aux évêques concernant la nouvelle rédaction du n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique sur la peine de mort », 02.08.2018, www.vatican.va, http://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino/pubblico/2018/08/02/ 0556/ 01210.html

Congrégation pour la Doctrine de la Foi : « Lettre aux évêques concernant la nouvelle rédaction du n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique sur la peine de mort », 02.08.2018, www.vatican.va, http://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino/pubblico/2018/08/02/ 0556/ 01210.html

Francesco "Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort", du 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents / pape-francis_20181217_commission-contre-peine-de-mort.html

Francesco "Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort", du 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents / pape-francis_20181217_commission-contre-peine-de-mort.html

Francesco "Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort", du 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents / pape-francis_20181217_commission-contre-peine-de-mort.html

Card. A. Dulles « Catholicisme et peine capitale » First Things April, 2001 https://www.firstthings.com/article/2001/04/catholicism-capital-punishment) la traduction italienne de cet article peut être trouvée sur divers sites Catholiques (« Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007, https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007 https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 60

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 62

Lettre encyclique de Jean-Paul II « Evangelium Vitae », 25.3.1995, n. 9, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Saint Ambroise "De Cain et Abel" cité dans Jean Paul II "Evangelium Vitae" n. 9

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX, https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

Voir « Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort », 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents/ papa-francesco_20181217_commissione-contropena-dimorte.html

Cf. « La Bible commentée par les Pères. Nouveau Testament » Nouvelle Ville, Rome 2017, 4/1, p. 375 ; G. Ricciotti "Vie du Christ", Mondadori, 2011, III réimpression pp. 463s

Voir "Lettre 153", 9 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les oeuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/lettere/index2.htm

Voir art. Augustin, « Homélie 33 », n. 4, www.augustinus.it, https://www.augustinus.it/italiano/commento_vsg/omelia_033.htm

Voir art. Augustin, Homélie 33, n. 4 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les œuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/commento_vsg/omelia_033.htm

H. Lio "Poena mortis" dans "Dictionarium morale et canonicum", Officuum Libri Catholici, Agence Catholique du Livre, Romae, 1966, III p. 678

"Metonimia" dans Vocabolario en ligne, www.treccani.it, http://www.treccani.it/vocabolario/metonimia/

"Μάχαιρα" dans le lexique grec de Thayer, base de données électronique, biblehub.com,

https://biblehub.com/greek/3162.htm

Commentaire NT de Heinrich August Wilhelm Meyer, "Romains" 13,4 sur biblehub.com, https://biblehub.com/commentaries/meyer/romans/13.htm

Innocent I, « Lettre à Exsuperius » du 20.2.405 ; PL 20, 498-502 ; pour la traduction précise, voir A. di Berardino, édité par, "Les canons des anciens conciles de l'église". vol. II. « Les conciles latins. Décrète-les. conciles romains. Canons de Serdica », Institutum Patristicum Augustinianum, Rome 2008, p. 117

Voir « Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort », 17.12.2018, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents/ papa-francesco_20181217_commissione-contropena-dimorte.html

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église » Revue Catholica 16.10.2018

M. Sales « Le Nouveau Testament commenté par le p. Marco Sales » Éd. LICET et Marietti, Turin, 1914, v. II p. 540s

Conseil pontifical Justice et Paix "Compendium de la doctrine sociale de l'Église", 2.4.2004, n. 380 www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_it.html#a)%20La%20signoria%20di%20Dio

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Voir « Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort », 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents/ papa-francesco_20181217_commissione-contropena-dimorte.html

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

Voir E. Feser, J. Bessette, « Par l'homme son sang sera versé. Une défense catholique de la peine capitale » Ignatius, San Francisco, 2017, cap. 2, paragraphe intitulé « La peine capitale dans les Écritures »

Ch. Journet, « L'Église du Verbe incarné », t. 1, La hiérarchie apostolique, Saint-Maurice, éditions Saint-Augustin, 1998, p. 575 ; cité dans Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Conseil Pontifical Justice et Paix "Compendium de la Doctrine Sociale de l'Eglise", 2.4.2004 ,, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott- soc_it.html # a)% 20The% 20signoria% 20of% 20God

Saint Jean-Paul II, Lettre encyclique "Evangelium Vitae" 25.5.1995 n. 40s, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Saint Jean-Paul II, Lettre encyclique "Evangelium Vitae" 25.5.1995 n. 56, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Cf Catéchisme de l'Église catholique, nn. 2263-2269 ; cf Catéchisme du Concile de Trente III, 327-332.) "(Saint Jean-Paul II, Lettre encyclique" Evangelium Vitae "25.5.1995 n. 55, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Saint Jean-Paul II, Lettre encyclique "Evangelium Vitae" 25.5.1995 n. 55, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Cf. S. Thomas d'Aquin, Summa Theologiae, II-II, q. 64, a. 7; S. Alphonsi Mariae de Ligorio, Theologia moralis, l. III, tr. 4, ch. 1, dub. 3 ; Saint Jean-Paul II, Lettre encyclique "Evangelium Vitae" 25.5.1995 n. 55, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Voir « Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort », 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents/ papa-francesco_20181217_commissione-contropena-dimorte.html

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74-95

Concile Vatican I, Constitution dogmatique. "Dei Filius", v. 2 : Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 3007

Hernán Judge "Argumentos racionales y bíblicos sobre la pena de muerte en la patrística" in Teología y Vida, Vol. LII (2011), 307-322 https://scielo.conicyt.cl/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0049 -34492011000100017

Voir E. Christian Brugger "Peine capitale et tradition morale catholique romaine", University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 84

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 75

Dans « Pères de l'Église », traduit par Thomas Falls. New York : Patrimoine chrétien, 1948, vol. 6 ; PG. 6, col. 330, 342, 431

Dans "Ante-Nicene Fathers", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 2, New York: Christian Literature Publishing Co., 1885

Dans "Ante-Nicene Fathers", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 1, New York : Christian Literature Publishing Co., 1885 p. 517, 552 ; PG 7, 1095ss; 1187

Dans "Pères de l'Église", vol. 85. Traduit par John Ferguson. Washington, DC: The Catholic University of America Press, 1991, pp. 149-50 ; PG. 8, 918-922

Dans "Ante-Nicene Fathers", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, New York: Christian Literature Publishing Co., 1885, vol. 2, p. 438 ; PG. 8, 1322ss

Dans "Pères de l'Église", vol. 23. Traduit par Simon P. Wood. New York : Pères de l'Église, 1954 p. 58, 63 ; 233-237 ; PG. 8, 326-340; 612-618

Dans « Pères Anté-Nicéens », éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 3, p. 72; PL 1,686

Dans "Ante-Nicene Fathers", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 3, New York : Christian Literature Publishing Co., 1885, p. 73 ; PL 1,689s

Dans "Pères de l'Église", vol. 40.Traduit par Edwin A. Quain, SJ New York : Pères de l'Église, 1959 ; PL 1,91ss)

Dans "Pères de l'Église", vol. 40. Traduit par Rudolph Arbesmann, OSA New York : « Fathers of the Church », 1959, p. 90 ; PL 1,651s

"Pères Anté-Nicéens", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 3, New York : Christian Literature Publishing Co., 1885 p. 647 ; PL. 2,150 XNUMX

Dans "Pères de l'Église" vol. 10. Traduit par Edwin A. Quain, SJ Washington, DC : The Catholic University of America Press, 1950, p. 302 ; PL. 2,745ss

Dans "Pères de l'Église", vol. 10. Traduit par Emily J. Daly, CSJ Washington, DC : The Catholic University of America Press, 1950, p. 19; PL 1, 284ss

Dans "Pères de l'Église", vol. 51. Traduit par Rose B. Femme. Washington, DC : The Catholic University of America Press, 1964, p. 194 ; Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, Vindobonae 1868 v. III. pars je p. 691ss https://archive.org/details/corpusscriptoru16wissgoog/page/n889/mode/2up?view=theater); "Ad Demetrianum", chap. 13 (Dans « Fathers of the Church », vol. 36. Traduit par Roy J. Deferrari. New York : « Fathers of the Church », 1958, p. 179 ; PL 4, 554

Dans "Pères de l'Église", vol. 10. Traduit par R. Arbesmann. Washington, DC : The Catholic University of America Press, 1950, p. 387 ; PL 3,333-335

"Pères Anté-Nicéens", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 7, New York : Christian Literature Publishing Co., 1886, p. 187, PL 6, 705-713; cf. "Epitome Divinarum Institutionum" 59 (64)

"Pères Anté-Nicéens", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 7, New York : Christian Literature Publishing Co., 1886, no. 64, par. 2, p. 249 ; PL 6, 1067ss

"Pères Anté-Nicéens", éd. Alexander Roberts et James Donaldson, vol. 7, New York : Christian Literature Publishing Co., 1886, p. 273 ; PL 7, 126ss

Saint Irénée de Lyon, "Adversus Haereses" 5, 24, 1 cité dans Hernán Giudice "Argumentos racionales y bíblicos sobre la pena de muerte en la patrística" dans Teología y Vida, Vol. LII (2011), 307-322 https: //scielo.conicyt.cl/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0049-34492011000100017; cf. aussi l'art. Irénée de Lyon, Adversus Haereses 4, 36

« Contre Celsum », trad. Henry Chadwick, Cambridge : Cambridge University Press, 1953, vol. 8, ch. 65, p. 501 ; PG 11,1614

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 81

Clément d'Alexandrie, Stromateis, bk. 1, ch. 27, par. 171 (FOC, vol. 85, p. 149), PG 8, 918-921

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 79

Voir "De duodecim abusionibus saeculi", PL 4 col. 877-878, IX https://play.google.com/books/reader?id=M0rUVSsdr5IC&hl=it&pg=GBS.PA877

Voir « Epistola ad Fortunatum de Exhortatione Martyrii », PL 4, col. 658ss, V, https://books.google.it/books?id=M0rUVSsdr5IC&redir_esc=y

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église » Revue Catholica 16.10.2018

Voir « Lactance, Epitome des Institutions Divines, trad. Michel Perrin (Paris: Les Editions du Cerf, 1987

Salvatore Sciortino, « Les indices dans le procès pénal extraordinaire » dans « Iuris Antiqui Historia. Une revue internationale de droit ancien "3. 2011 cfr. FM Cappello, p. 60 ; cf. A. Levi "Encyclopédie italienne (1931)" www.treccani.it, https://www.treccani.it/encyclopedia/delazione_%28Encyclopedia-Italiana%29/

FM Cappello, A. Levi "Encyclopédie italienne (1931)" www.treccani.it, https://www.treccani.it/encyclopedia/delazione_%28Encyclopedia-Italiana%29/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 75

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir « Épist. Ad Studium ”PL t. XVI, col. 1040 A, cit. dans H. Lio "Poena mortis" dans "Dictionarium morale et canonicum", Officium Libri Catholici, Agence Catholique du Livre, Romae, 1966, III p. 678

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 pp. 85s

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 86

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 87

Hernán Judge "Argumentos racionales y bíblicos sobre la pena de muerte en la patrística" in Teología y Vida, Vol. LII (2011), 307-322 https://scielo.conicyt.cl/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0049 -34492011000100017

Parsons, éd., "Saint Augustine Letters", vol. 3, Lettre 133, 3–6 ; Lettre 134, 6-12 ; Lettre 139 (2),

53–57 ; vol. 4, Lettre 185, 166, 167 ; Pères Nicéens et Post-Nicéens, éd. Schaf, vol. 1, Lettre 88

(7), 369-373.

« Lettre à Marcellin », Lettre 133, 1.2 : PL 33, 509 ; traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les œuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/lettere/index2.htm

« Augustin, La Cité de Dieu, 32 ; Les Sermons de saint Augustin, éd. Rotelle, Sermon 32, 357, 358 ; Les Lettres de saint Augustin dans Les Pères nicéens et post-nicéens, éd. Schaf, vol. 1, Lettre 47 (5), 292, 294 ; Lettres de saint Augustin, éd. Parson, vol. 3, Lettre 153 (17), 281-303 ; vol. 4, Lettre 204 (5), 3–8 ; Augustine, DeOrdine dans Les «Pères de l'Église» (New York: CIMA Publishing, 1948) vol. 1, 287, 288. "(Thompson" Augustine et la peine de mort "Augustinian Studies 40 (2) p. 197 note 58)

Saint Augustin « L'ordre » l. 2 n.4 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les œuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/order/index2.htm

Sant'Agostino, “La cité de Dieu”, l. Moi, non. 21, traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les œuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/cdd/index2.htm

Voir "Lettre 47", 5 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les oeuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/lettere/index2.htm

"Lettre 153", 8 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les oeuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/lettere/index2.ht

Voir "Lettre 153", 9 traduction extraite du site www.augustinus.it qui publie en ligne les ouvrages de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/lettere/index2.htm

"Lettre 153", 19 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les oeuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/lettere/index2.htm

Saint Augustin « Le sermon du Seigneur sur la montagne » l. Dans. 20,64 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les œuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/montagna/index2.htm

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018, https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

« Dans Isaiam », V, XIII ; PL 24, 157 https://books.google.it/books?id=QqEOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=it&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 213 note 87

Voir Anonyme « Les Constitutions apostoliques », tome III Livres VII-VIII Éd. et trad. M. Metzger, Cerf, 1987 (Sources chrétiennes n° 336), p. 29, VII, 2, 8 ; texte cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/)

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Gratiani, "Concordia discordantium canonum" PL 187 https://books.google.it/books?id=JsMGxm8mJeEC&redir_esc=y; https://geschichte.digitale-sammlungen.de//decretum-gratiani/online/angebot ; http://gratian.org/

Voir f. J. Gaudemet, « Non occides (Ex 20, 13) », in A. Melloni et alii (dir.), « Le christianisme dans l'histoire. Essais en l'honneur de Giuseppe Alberigo", Bologne, 1996, pp. 89-99.

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 84

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 94

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 142s

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 142s

Y. Congar « Foi et théologie », pp. 163-164 cité dans A. Bellon "Je vous écris de Saint-Pétersbourg (Russie) et vous demande comment l'Église catholique explique le concept du" consentement des pères ", Amis dominicains 14.8.2017 https://www .amicidomenicani.it/le -J'écris-de-saint-petersbourg-russie-et-je-me-demande-comment-l-eglise-catholique-explique-le-concept-du-consentement-des-peres /

Voir E. Feser, J. Bessette, « Par l'homme son sang sera versé. Une défense catholique de la peine capitale »Ignatius, San Francisco, 2017 ,, p. 119., cit. dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

Voir S. Bonaventura, Opera omnia, Vivès, 1868, t. 12, p. 250. « Sermo VI »)) (Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église » Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/ 16 / une-solution-de-continuite-doctrinale /

« Commentaire dans IV libros Sententiarum Petri Lombardi. " L . III, q. XXXVII dub. V dans S. Bonaventurae "Opera Omnia" éd. Quaracchi 1887, t. III, p. 834

Saint Thomas d'Aquin "Somme contre les Gentils", lib. 3 chap. 146 n. 7 et 8 Unione Tipografico-Editrice Torinese, Turin, Première édition eBook : mars 2013

Voir II-II q. 25 a. 6 ma traduction reprenant la traduction réalisée par Edizioni Studio Domenicano https://www.edizionistudiodomenicano.it/Docs/Sfogliabili/La_Somma_Teologica_Seconda_Parte_2/index.html#273/z

I-II q. 105 a. 2 annonce. 9 traduction tirée de la "Somma Theologica" publiée en ligne par l'éditeur ESD https://www.edizionistudiodomenicano.it/Docs/Sfogliabili/La_Somma_Teologica_Seconda_Parte/index.html#1100/z

Voir citation de J.-Y. Pertin, J.-Y. Pertin, « Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand », L'Harmattan, 2015, p. 309. Les références des lettres sont faites sur l'édition de D. Norberg, Gregorii Magni "Registrum epistularum", CCSL 140-140A, (l. XII, epistula 11) Tournai, 1982

Voir citation de J.-Y. Pertin, J.-Y. Pertin, Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand, L'Harmattan, 2015 p. 286 Les références des lettres sont faites sur l'édition de D. Norberg, Gregorii Magni « Registrum epistularum », CCSL 140-140A, (l. VIII, epistula19) Tournai, 1982, Tournai, 1982, cfr. Cyrille Dounot « Une solution doctrinale de continuité. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir citation de J.-Y. Pertin, J.-Y. Pertin, Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand, L'Harmattan, 2015 p. 291. Les références des lettres sont faites sur l'édition de D. Norberg, Gregorii Magni "Registrum epistularum", CCSL 140-140A (l. IX, epistula 86)

S. Antonino « Summa Theologica » Vérone, MDCCXL, Ex Typographia Seminarii, p. 708, p. Ce. XIV, ch. IV § IX https://play.google.com/store/books/details?id=BMNiAAAAcAAJ&rdid=book-BMNiAAAAcAAJ&rdot=1

"De controversiis christianae fidei, adversus hujus temporis haereticos", II, 3, 13, éd. Ingolstadt, 1591, t. 2, coul. 653.

« Relectiones theologiae », De homicidio X, 16-18, éd. Lyon, 1557, t. 1er, p. 129, cit. dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

« Opus de triplici virtute theologica fide, spe & charitate », XXIII, 1, 2, éd. Lyon, 1621, p. 374 cit. dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir "Le grand catéchisme de Canisius", trad. AC Peltier, Vivès, 1857, t. 4, p. 69-70, II, 1, 3, 9 cit. dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir Roberti Bellarmini « De controversiis christianae fidei, adversus hujus temporis haereticos » Apud Societatem Minimam, Venetiis, 1599, t. 2, coul. 475s, II, 3, 13,; cit. dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

S. Alfonso M. de Liguori "Éducation et pratique pour les confesseurs", dans "Œuvres de saint Alfonso Maria de Liguori", Pier Giacinto Marietti, Turin 1880 Vol. IX, pp. 162s

Sant'Alfonso Maria de Liguori "Confesseur direct pour les confessions des paysans", dans "Œuvres de saint Alfonso Maria de Liguori", Pier Giacinto Marietti, Tome IX, Turin 1880, p. 672

Saint Alphonse Maria de Liguori

"Éducation au peuple" dans "Œuvres de saint Alfonso Maria de Liguori", Pier Giacinto Marietti, Tome VIII, Turin 1880 p. 936

Innocent I, « Lettre à Exsuperius » du 20.2.405 ; PL 20, 498-502 ; pour la traduction exacte, voir A. di Berardino, édité par, « Les canons des anciens conciles de l'église. vol. II. Les conciles latins. 1 Décrets. conciles romains. Canons de Serdica », Institutum Patristicum Augustinianum, Rome 2008, p. 117

PL 54, 680 ; Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.283.

Voir Taureau. t. 1, p. 221 (désormais B), Ep. XII, cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

PL 69, 394. ép. LA; cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

PL 80, 481, épître XIII ; JE 2025 ; Mansi X, 585, [34] (cité dans Cyrille Dounot "Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église" Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10 / 16 / une-solution-de-continuite-doctrinale /

Voir J.-Y. Pertin dans « Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand », L'Harmattan, 2015, p. 293. Les références des lettres sont faites sur l'édition de D. Norberg, Gregorii Magni « Registrum epistularum », CCSL 140-140A, Tournai, 1982, citation de Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir citation faite dans J.-Y. Pertin, « Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand », L'Harmattan, 2015, p. 286 ; cf. Cyrille Dounot « Une solution doctrinale de continuité. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir citation faite dans J.-Y. Pertin, « Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand », L'Harmattan, 2015, p. 291. Cf. Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

"Responsa ad Consulta Bulgarorum", PL 119, 978-1016) de l'an 866 aborde un grand nombre de questions dogmatiques et canoniques et réaffirme la légitimité de la peine de mort. (Voir Cyrille Dounot "Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église" Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de - continuer-doctrinal /

Voir « Responsa ad Consulta Bulgarorum », PL 119, 978-1016, chap. 26 cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir Gratiani, « Concordia discordantium canonum » PL 187, 1234, P. II C. 23, q. 5, ch. 47 https://books.google.it/books?id=JsMGxm8mJeEC&redir_esc=y citation dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 782, IV, tit. 7, 10

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

 Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 795

Voir « Lettre d'Innocent III à Durand de Huesca et à ses frères », 5 juillet 1209 dans Regesta XV, XII.69 ; traduit dans HHM, 226–28 cf. E. Christian Brugger "Punition capitale et tradition morale catholique romaine" University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 104

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 780, l. V, mésange. 7, 9

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 787ss, l. V, mésange. 7, 13

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 789, l. V, mésange. 7, 15

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 1091ss, l. VI, mésange. 5, 9, 5

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 1091ss, l. VI, mésange. 5, 9, 5, cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/)

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 810, l. V, tit.18, 1

Sur ces textes et leurs commentateurs, cf. H. Gilles, "Peine de mort et droit canonique", La mort et l'au-delà en méridionale France (XIIe-XVe siècles), Privat [Cahiers de Fanjeaux, 33], Toulouse, 1998, pp. 393-416.] Cité dans : Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881, p.789 l. 5, 7, 15

Antonia Fiori "Eresie" dans "Federiciana" (2005), texte publié en ligne sur le site www.treccani.it http://www.treccani.it/encyclopedia/eresie_(Federiciana)/

Concetta Bianca "Martino V" dans Dictionnaire biographique des Italiens, Volume 71 (2008) http://www.treccani.it, http://www.treccani.it/encyclopedia/papa-martino-v_%28Dtionary-Biografico%29 /

Joseph Von Hefele, « Histoire des Conciles d'après les documents originaux », Letouzey et Ané, Paris 1907, vol. I, pp. 53, 68-74 et vol. VII-1, p. 571). "(R. De Mattei" Fake news? Non, vérité historique " http://www.robertodemattei.it/2020/08/24/fake-news-no-verita-storica/

CJ Hefele « Histoire des Conciles d'après les documents originaux », Librairie Le Clere, Paris 1876, T. 11 p. 83 https://play.google.com/books/reader?id=7qvS0vQT8HcC&hl=it&pg=GBS.PA78

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1272

Const. « Quum secundum statuta », dans Ae. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et adnotatione critis instruxit", II, Lipsiae 1881, p. 1190 ; L 5, mésange. 9, 1

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1483

Voir Radio Spada "Traduction italienne du taureau de Léon X" Exsurge Domine "contre Luther" Radio Spada 15.6. 2019 https://www.radiospada.org/2019/06/traduzione-della-bolla-exsurge-domine-di-leone-x-contro-lutero/

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1492

Voir Radio Spada "Traduction italienne du taureau de Léon X" Exsurge Domine "contre Luther" Radio Spada 15.6. 2019 https://www.radiospada.org/2019/06/traduzione-della-bolla-exsurge-domine-di-leone-x-contro-lutero/

"Catechismo Tridentino", et Cantagalli 1992, n. 328 https://www.maranatha.it/catrident/30page.htm

Léon XIII, « Pastoralis Officii », www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_12091891_pastoralis-officii.html, cfr. Henri Denzinger

"Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.3272

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 3720

Pie XII "Discours aux curés et aux carêmes" du 23.2.1944 www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1944/documents/hf_p-xii_spe_19440223_inscrutabile-consiglio. html

Pie XII, « Discours au syndicat médico-biologique s. Luca », dimanche 12 novembre 1944, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1944/documents/hf_p-xii_spe_19441112_unione-medico-biologica.html

« Discours aux membres du corps médical de l'armée », 13 février 1945, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/pius-xii/en/speeches/1945/documents/hf_p-xii_spe_19450213_medici-chirurghi .html

Cf. Pie XII, "Allocution aux participants au I Congrès international d'"Histopathologie du système nerveux"", 14/9/1952, www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/pius -xii /es/speeches/1952/documents/hf_p-xii_spe_19520914_istopatologia.html

"Discours aux participants de la VIe Conférence nationale d'étude de l'Union des juristes catholiques italiens" du l5.12.1954 www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1954 /documents /hf_p-xii_spe_19541205_giuristi-cattolici.html

Benoît XVI, Exhortation Ap. post-synodale "Africae munus" (19 novembre 2011), n. 83 www.vatican.va https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/apost_exhortations/documents/hf_ben-xvi_exh_20111119_africae-munus.html

Id., "Audience générale" 30 novembre 2011 www.vatican.va https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/audiences/2011/documents/hf_ben-xvi_aud_20111130.html

Jean-Paul II "Evangelium Vitae", 25.3.1995, n. 56, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Mimmo Muolo "De la pomme d'Adam à la peine de mort." dans "Avvenire" du 10.12.1992 p. 17

Voir PG Accornero, "Mgr Maggiolini, l'un des éditeurs, parle." dans « Notre temps » 6.12.1992, 6

Jean-Paul II, Lettre encyclique Evangelium vitae, 56 : AAS 87 (1995) 464 ; cf. aussi Id., Message for the 2001 World Day of Peace, 19 : AAS 93 (2001) 244, où l'utilisation de la peine de mort est définie comme "tout sauf nécessaire".

Conseil Pontifical Justice et Paix "Compendium de la Doctrine Sociale de l'Eglise" n. 405, 2.4.2004, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_it.html#a)%20La%20legittima%20difesa

Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007 https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/ ; article original en anglais : Dulles "Catholicism and capital sentences" First Things April, 2001 https://www.firstthings.com/article/2001/04/catholicism-capital-punishment

Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007 https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/ ; article original en anglais : Dulles "Catholicism and capital sentences" First Things April, 2001 https://www.firstthings.com/article/2001/04/catholicism-capital-punishment

Sabino Paciolla “Card. Müller: l'abus sexuel du clergé implique une inconduite sexuelle, pas seulement du cléricalisme ", www.sabinopaciolla.com 24.1.2019 https://www.sabinopaciolla.com/card-muller-labuso-sessuale-del-clero- implique-sexual- inconduite-et-pas-seulement-cléricalisme /

Voir Gn 9,6 : 19,11 ; Jn 13 ; Rom 1, 7-5 ; Innocent III, Professio fidei Waldensibus praescripta ; Catéchisme romain du Concile de Trente, p. III, 4, n. 5 ; Pie XII, Discours aux participants à la Conférence nationale d'étude de l'Union des juristes catholiques italiens, 1954 décembre XNUMX

« L'Église du Dieu vivant, pilier et soutien de la vérité » (1 Tm 3) Déclaration sur les vérités concernant quelques-unes des erreurs les plus courantes dans la vie de l'Église à notre époque. » dans la Corrispondenza Romana, le 15 juin 10 https://www.corrispondenzaromana.it/nota-esplicativa-alla-dichiarazione-sulle-verita-riguardanti-alcuni-degli-errori-piu-comuni-nella-vita-della-chiesa-nel -notre-temps-dans-notre-temps-l-eglise-vit-un-de /

Bernard Wuellner, Dictionary of Scholastic Philosophy (Milwaukee : Bruce, 1956), pp. 68-69

Bessette et Feser « Par l'homme son sang sera versé. Une défense catholique de la peine capitale "Ignatius Press, San Francisco, 2017, chapitre" "Droit naturel et peine capitale"

Voir H. Lio "Poena mortis" dans "Dictionarium morale et canonicum", Officuum Libri Catholici, Agence Catholique du Livre, Romae, 1966, III p. 678

Sabino Paciolla “Card. Müller: l'abus sexuel du clergé implique une inconduite sexuelle, pas seulement du cléricalisme ", www.sabinopaciolla.com 24.1.2019 https://www.sabinopaciolla.com/card-Müller-labuso-sessuale-del-clero- implique-sexual- inconduite-et-pas-seulement-cléricalisme /

Voir Francesco Cardinal Roberti et Pietro Palazzini, eds., "Dictionary of Moral Theology" (Londres : Burns and Oates, 1962), p. 697

Voir Bessette et Feser « Par l'homme son sang sera versé. Une défense catholique de la peine capitale "Ignatius Press, San Francisco, 2017, chapitre" "Droit naturel et peine capitale"

Vocabulaire en ligne, item : « Commander » dans Vocabulaire en ligne, Treccani (texte consulté le 6.7.2020)

http://www.treccani.it/vocabolario/ordinazione/

Léon XIII, Lettre encyclique "Libertas Praestantissimum" du 20 juin 1888, n. 8, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_20061888_libertas.html

Paul VI, Lettre encyclique "Humanae Vitae" de 1968 ,, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/paul-vi/it/encyclicals/documents/hf_p-vi_enc_25071968_humanae-vitae.html

Voir Bessette et Feser « Par l'homme son sang sera versé. Une défense catholique de la peine capitale » Ignatius Press, San Francisco, 2017, paragraphe « La peine capitale »

Hernán Judge "Argumentos racionales y bíblicos sobre la pena de muerte en la patrística" in Teología y Vida, Vol. LII (2011), 307-322 https://scielo.conicyt.cl/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0049 -34492011000100017

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 84

Léon XIII Encyclique Lett. "Immortale Dei", www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01111885_immortale-dei.html

Conseil pontifical Justice et Paix « Compendium de la doctrine sociale de l'Église », 2.4.2004 www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_it. html # a)% 20The% 20signory% 20of% 20Dieu

Voir I-II, q. 93, a. 3, annonce 2 : Ed. Léon. 7, 164 texte cité dans le Catéchisme de l'Église catholique n.1902

Lettre encyclique Léon XIII "Immortale Dei", 1.11.1985, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01111885_immortale-dei.htm

Conseil pontifical Justice et Paix "Compendium de la doctrine sociale de l'Église", 2.4.2004, n. 402, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_it.html#e)%20Infliggere%20le%20pene

Voir citation de J.-Y. Pertin, J.-Y. Pertin, Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand, L'Harmattan, 2015, p. 309. Les références des lettres sont faites sur l'édition de D. Norberg, "Gregorii Magni" Registrum epistularum", CCSL 140-140A, (l. XII, epistula 11) Tournai, 1982

Voir citation de J.-Y. Pertin, J.-Y. Pertin, Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand, L'Harmattan, 2015 p. 286 Les références des lettres sont faites sur l'édition de D. Norberg, Gregorii Magni "Registrum epistularum", CCSL 140-140A, (VIII, 19) Tournai, 1982

Voir citation de J.-Y. Pertin, J.-Y. Pertin, Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand, L'Harmattan, 2015 p. 291. Les références des lettres sont faites sur l'édition de D. Norberg, Gregorii Magni "Registrum epistularum", CCSL 140-140A, (l. IX, epistula 86) Tournai, 1982

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Cf. Conseil pontifical Justice et Paix "Compendium de la doctrine sociale de l'Église", 2.4.2004, n. 402, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_it.html#e)%20Infliggere%20le%20pene

Voix "Poena", P. Palazzini, Dictionarium morale et canonicum, Officium Libri Catholici, Rome, 1962, t. 3, p. 673-675, cité par M. Hendrickx, « Le magistère et la peine de mort. Réflexions sur le Catéchisme et « Evangelium vitæ » », Nouvelle Revue Théologique, t. 118/1, 1996, p. 12.

Cyrille Dounot « Une solution doctrinale de continuité. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

« Discours à la délégation de l'Association internationale de droit pénal » (23 octobre 2014), www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2014/october/documents/papa - francesco_20141023_association-internationale-droit-criminel.html

Voir Discours à une délégation de l'Association internationale de droit pénal, 23 octobre 2014

Francesco "Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort", du 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents / pape-francis_20181217_commission-contre-peine-de-mort.html

Francesco "Discours à la police pénitentiaire, au personnel de l'administration pénitentiaire et de la justice juvénile et communautaire", samedi 14 septembre 2019, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/francesco/it / discours / 2019 / septembre / documents / pape-francis_20190914_polizia-penitenziaria.html

Francesco « Discours aux participants au XX Congrès mondial de l'Association internationale de droit pénal », vendredi 15 novembre 2019, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/francesco/it/speeches /2019/ novembre / documents / pape-francois_20191115_diritto-penal.html

« Discours aux participants à la Rencontre internationale des responsables régionaux et nationaux de la pastorale pénitentiaire », 8 novembre 2019, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2019/november /documents/papa-francesco_20191108_pastorale-carceraria.html

Jean-Paul II, Lettre encyclique "Evangelium Vitae" 25.5.1995 n. 55, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Conseil pontifical Justice et Paix "Compendium de la doctrine sociale de l'Église", 2.4.2004, n. 500, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_it.html#e)%20Infliggere%20le%20pene

S. Alphonsi Mariae de Ligorio: "Theologia moralis" t. III Romae, Typis Polyglottis Vaticanis MCCCCIX, Editio photomechanica. Somptibus CssR. 1953, p. 663 https://www.santalfonsoedintorni.it/theologia-moralis_1.html

Jean-Paul II, Lettre encyclique "Evangelium Vitae" 25.5.1995 n. 56, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

IIª-IIae q. 49 a. 8 ad 3 traduction tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, éditée par ESD i.e. Editrice Studio Domenicano

Somme contre les Gentils, lib. 3 chap. 146 n. 7 et 8 Unione Tipografico-Editrice Torinese, Turin, Première édition eBook : mars 2013

https://www.jewishvirtuallibrary.org/capital-punishment (articolo visto il 6.7.2020)

http://www.jewishencyclopedia.com/articles/4005-capital-punishment (articolo visto il 6.7.2020)

Voir Haim Hermann Cohn, Louis Isaac Rabinowitz, Menachem Elon "Peine capitale" dans "Encyclopedia Judaica", The Gale Group 2008, (article vu le 6.7.2020) https://www.jewishvirtuallibrary.org/capital-punishment

Voir Haim Hermann Cohn, Louis Isaac Rabinowitz, Menachem Elon "Peine capitale" dans "Encyclopedia Judaica", The Gale Group 2008, (article vu le 6.7.2020) https://www.jewishvirtuallibrary.org/capital-punishment

Voir Haim Hermann Cohn, Louis Isaac Rabinowitz, Menachem Elon "Peine capitale" dans "Encyclopedia Judaica", The Gale Group 2008, (article vu le 6.7.2020) https://www.jewishvirtuallibrary.org/capital-punishment

Voir Haim Hermann Cohn, Louis Isaac Rabinowitz, Menachem Elon "Peine capitale" dans "Encyclopedia Judaica", The Gale Group 2008, (article vu le 6.7.2020) https://www.jewishvirtuallibrary.org/capital-punishment

Jacob Neusner "La crucifixion dans un contexte rabbinique : juridique ou théologique ?" dans Shofar, Une revue interdisciplinaire d'études juives Vol.23, No.3 • 2005 pp. 84s

Voir Jacob Neusner "Crucifixion in Rabbinic Context: Juridical or Theological?" dans Shofar, Une revue interdisciplinaire d'études juives Vol.23, No.3 • 2005 p. 81

Voir Jacob Neusner "Crucifixion in Rabbinic Context: Juridical or Theological?" dans Shofar, Une revue interdisciplinaire d'études juives Vol.23, No.3 • 2005 p. 81s

Voir Jacob Neusner "Crucifixion in Rabbinic Context: Juridical or Theological?" dans Shofar, Une revue interdisciplinaire d'études juives Vol.23, No.3 • 2005 p. 83

Voir Jacob Neusner "Crucifixion in Rabbinic Context: Juridical or Theological?" dans Shofar, Une revue interdisciplinaire d'études juives Vol.23, No.3 • 2005 p. 83s

La Civiltà Cattolica, « Une rencontre privée du Pape avec des jésuites colombiens » année 2017, cahier 4015, volume IV pag. 3 - 10, 7 octobre 2017 https://it.aleteia.org/2017/09/29/amoris-laetitia-papa-francesco-risponde-dubia-morale-tomista/2/

"Discours" du pape François pour "l'ouverture de la Convention ecclésiale du diocèse de Rome avec le pape François dans la basilique Saint-Jean-de-Latran", 16.06.2016, www.vatican.va, https://press.vatican.va/ content/salastampa /it/bollettino/pubblico/2016/06/16/0447/01021.html

Jean XXIII, Encicl. « Mater et Magistra », III : AAS 53 (1961) 447 : cf. Jean-Paul II, « Discours aux prêtres participant à un séminaire d'étude sur la « procréation responsable », 17 septembre 1983

Cf. Pie XII, Discours à l'Union médico-biologique « S. Lucas". 12 novembre 1944 : Discours et messages radio, VI (1944-1945) 191-192.)

Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Instr. "Donum vitae", 5, www.vatican.va,

https://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for%20human-life_it.html

Jean-Paul II, « Evangelium Vitae », 25.3.1995, n. 56, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Jean-Paul II "Homélie" 27.1.1999, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/homilies/1999/documents/hf_jp-ii_hom_19990127_stlouis.html

Pape Jean-Paul II, Exhortation apostolique post-synodale « Ecclesia in America » 63 Ecclesia in America,

Pape Jean-Paul II, « Message pour la journée des malades » 11.2.2003, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/it/messages/sick/documents/ hf_jp -ii_mes_20030207_journee-mondiale-du-malade-2003.html

Voir l'article de H. Lio dans «Dictionarium morale et canonicum», Romae, 1966, III pag. 677 et suiv.

Voir aussi J. Leclerq "Leçons de Droit Naturel." Wesmaël-Charlier, Namur 1946, IV 89

S. Agostino "Confessioni" 2,4,9, traduction extraite du site www.augustinus.it qui publie en ligne les oeuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/confessioni/index2.htm

"Discours aux Officiers et Avocats du Tribunal de la Rote Romaine pour l'inauguration de l'année judiciaire" du 21.1.2000, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii /it /speeches/2000/jan-mar/documents/hf_jp-ii_spe_20000121_rota-romana.html

Congrégation pour la Doctrine de la Foi : « Lettre aux évêques concernant la nouvelle rédaction du n. 2267 du Catéchisme de l'Église catholique sur la peine de mort par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 02.08.2018, www.vatican.va, http://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino/ public/ 2018/08/02/0556 / 01210.html

Coût "Fidei Depositum" du 11-10-1992, www.vatican.va, http://www.vatican.va/archive/catechism_it/aposcons_it.htm

Francesco “Discours du s. Père Francesco aux participants à la rencontre promue par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, "Mercredi 11 octobre 2017, www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/francesco/it/ discours/2017 /octobre/documents/papa-francesco_20171011_convegno-nuova-evangelizzazione.html

Pape François, Lettre encyclique « Tous frères » du 3.10.2020 n. 265, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/francesco/it/encyclicals/documents/papa-francesco_20201003_enciclica-fratelli-tutti.html#_ftnref253

Voir Lactance, « Epitomé des Institutions Divines, trad. Michel Perrin (Paris : Les Editions du Cerf, 1987), chap. VI, 20 ; Lactance, « Traité de la colère de Dieu, in « Pères des troisième et quatrième siècles », éd. A. Cleveland Coxe (Édimbourg : T&T Clark, 1989), vol. 7, 273, 274, le texte en question se trouve aussi dans PL 6, 705-713

Pape François, Lettre encyclique « Tous frères » du 3.10.2020 n. 265, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/francesco/it/encyclicals/documents/papa-francesco_20201003_enciclica-fratelli-tutti.html#_ftnref253

"Responsa ad Consulta Bulgarorum", PL 119, 978-1016 https://books.google.it/books?id=3iPuOWKAb0YC&redir_esc=y

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir « Responsa ad Consulta Bulgarorum », PL 119, 978-1016, chap. 26 https://books.google.it/books?id=3iPuOWKAb0YC&redir_esc=y cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Pape François, Lettre encyclique « Tous frères » du 3.10.2020 n. 265 http://www.vatican.va/content/francesco/it/encyclicals/documents/papa-francesco_20201003_enciclica-fratelli-tutti.html#_ftnref253

Epistula ad Marcellinum, 133, 1.2 : PL 33, 509 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les ouvrages de la maison d'édition Città Nuova Sant'Agostino - Lettere (augustinus.it)

Pie X, Motu proprio « Sacrorum antistitum », serment anti-moderniste, cf. Henri Denzinger

"Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 3541, www.vatican.va https://www.vatican.va/content/pius-x/la/motu_proprio/documents/hf_p-x_motu-proprio_19100901_sacrorum-antistitum.html

Constitution dogmatique "Dei Filius", chapitre 4. Foi et raison, cf. Henri Denzinger

"Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 3020

George William Rutler, « Les nouveaux commentaires du pape François sur la peine de mort sont incohérents et dangereux » Catholic World Report 18.12.2018 https://www.catholicworldreport.com/2018/12/18/pope-francis-new-comments-on -la-peine-de-mort-est-incoherente-et-dangereuse /

E. Echeverria "Le pape François, l'héritage lérinien de Vatican II et la peine capitale" Catholic World Report, 15.10.2017 https://www.catholicworldreport.com/2017/10/15/pope-francis-the-lerinian-legacy -du-Vatican-ii-et-de-la-peine-capitale /

Voir "L'exhortation apostolique Amoris laetitia : une critique théologique", Correspondance romaine du 17-8-2016 https://www.corrispondenzaromana.it/lesortazione-apostolica-amoris-laetitia-una-critica-teologica/

Voir "Discours de Jean-Paul II aux Officiers et Avocats du Tribunal de la Rote Romaine pour l'inauguration de l'année judiciaire" du 21.1.2000, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/ jean-paul-ii / fr / discours / 2000 / jan-mar / documents / hf_jp-ii_spe_20000121_rota-romana.html

"Un appel aux cardinaux de l'Église catholique" First Things, 15 août 2018 https://www.firstthings.com/web-exclusives/2018/08/an-appeal-to-the-cardinals-of-the-catholic -église; D. Montagna "75 membres du clergé, des universitaires font appel aux cardinaux : exhortez François à "retirer" l'enseignement de la peine de mort" Lifesite news 15.8.2018 https://www.lifesitenews.com/news/open-appeal-to-cardinals-urge-pope -restaurer-le-catéchisme-à-la-vérité-sur-la-mort-p

Pape François, "Angélus" du 21-2-2016, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/angelus/2016/documents/papa-francesco_angelus_20160221.html

"Message vidéo au VI Congrès contre la peine de mort", 21-23.6.2016, www.vatican.va,

https://w2.vatican.va/content/francesco/it/messages/pont-messages/2016/documents/papa-francesco_20160621_videomessaggio-vi-congresso-contro-pena-di-morte.html

Jean XXIII, Encicl. « Mater et Magistra », III : AAS 53 (1961) 447 : cf. Jean-Paul II, « Discours aux prêtres participant à un séminaire d'étude sur la « procréation responsable », 17 septembre 1983...

Cf. Pie XII, Discours à l'Union Médico-Biologique “S. Lucas". 12 novembre 1944 : Discours et messages radio, VI (1944-1945) 191-192.

Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Instr. "Donum vitae", 5, www.vatican.va, https://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for%20human-life_it.html

Saint Jean-Paul II, Discours aux participants à la 35e Assemblée générale de l'Association médicale mondiale, 29 octobre 1983 : AAS 76 (1984) 390.

Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Instr. "Donum vitae", Introduction n. 4, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for%20human-life_it.html

Partie 1 n. 1, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for%20human-life_it.html

Partie III, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for%20human-life_it.html

Jean-Paul II, « Evangelium Vitae », 25.3.1995, n. 57, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Pie XII, "Discours à l'union médico-biologique" San Luca "", dimanche 12 novembre 1944, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/ 1944 /documents/hf_p-xii_spe_19441112_unione-medico-biologique.html

Francesco "Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort", du 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents / pape-francis_20181217_commission-contre-peine-de-mort.html

Concile Vatican II, Constitution pastorale Gaudium et spes, 7.12.1965, n. 79 : AAS 58 (1966) 1103, www.vatican.va, http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19651207_gaudium-et-spes_it.html

Jean-Paul II, « Evangelium Vitae », 25.3.1995, n. 55, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/it/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html

Voir, Concetti, Gino, "La peine de mort peut-elle encore être considérée comme légitime ?" Documentation Catholique n° 1750, 1977, pp. 187- 188

Voir « Les eveques canadiens et la

peine de mort », La Documentation catholique n° 1627, 1973, 246

Voir, "Commission sociale de l'épiscopat français. Éléments

de réflexion sur la peine de mort », La Documentation Catholique n° 1735, 1978, pp.

108-115

La peine de mort. Declaración de la Conferencia Episcopal de los Estados Unidos, Eclessia, 1992, pp. 858-862

Carlos Novoa MSI "Punition de Dieu et peine de mort" Theologica Xaveriana 141 (2002) p. 93 notes 28

Voir Concepts « Peine de mort » éd. Piemme, Casale Monferrato 1993 p. 50 ans ; Blazquez « La peine de mort après Tomas et l'abolitionnisme d'aujourd'hui », Revista chilena de derecho Vol.10, no. 2 (août 1983), p. 306

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 60

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 61

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 61

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Innocent I, « Lettre à Exsuperius » du 20.2.405 ; PL 20, 498-502 ; pour la traduction exacte, voir A. di Berardino, édité par, « Les canons des anciens conciles de l'église. vol. II. Les conciles latins. 1 Décrets. conciles romains. Canons de Serdica », Institutum Patristicum Augustinianum, Rome 2008, p. 117

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881, p.789 l. 5, 7, 15

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1483

Voir Radio Spada "Traduction italienne du taureau de Léon X" Exsurge Domine "contre Luther" Radio Spada 15.6. 2019 https://www.radiospada.org/2019/06/traduzione-della-bolla-exsurge-domine-di-leone-x-contro-lutero/

cf "Catéchisme de Tridentine", et Cantagalli 1992, n. 328 https://www.maranatha.it/catrident/30page.htm

Léon XIII « Pastoralis Officii », www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_12091891_pastoralis-officii.html, cfr. Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.3272

Cyrille Dounot « Une solution doctrinale de continuité. Peine de mort et enseignement de l'Église », Revue Catholica 16.10.2018, https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Instr. "Donum vitae", 22.2.1987, n. 5, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for%20human-life_it.html

"Réflexions sur la peine de mort" dans La Civiltà Cattolica, 1981 vol. je p. 417ss https://books.google.it/books?id=29xNAAAAMAAJ&pg=PA416-IA5&lpg=PA416-IA5&dq=la+civilt%C3%A0+cattolica+1981+pena+di+death&source=bl&AMots=PnRe_MWsUeQUZ3&sig3XHL_MWsUe&sig5AC307= = X & ved = 9ahUKEwjqt1v2nLHqAhURw8QBHRCYAWoQ2AEwAnoECAoQAQ # v = onepage & q = la% 8civilt% C6% A20% 3catolica% 0% 20pena% 201981di% 20death & f = false)

Innocent I, « Lettre à Exsuperius » du 20.2.405 ; PL 20, 498-502 ; pour la traduction exacte, voir A. di Berardino, édité par, « Les canons des anciens conciles de l'église. vol. II. Les conciles latins. 1 Décrets. conciles romains. Canons de Serdica », Institutum Patristicum Augustinianum, Rome 2008, p. 117

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir "Responsa ad Consulta Bulgarorum", PL 119, 978-1016, chap. 26 cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74-95

Voir E. Feser, J. Bessette, « Par l'homme son sang sera versé. Une défense catholique de la peine capitale » Ignatius, San Francisco, 2017, cap. 2, paragraphe intitulé « La peine capitale dans les Écritures »

Ch. Journet, « L'Église du Verbe incarné », t. 1, « La hiérarchie apostolique », Saint-Maurice, éditions Saint-Augustin, 1998, p. 575 ; cité dans Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 (https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74-95

Clément d'Alexandrie, Stromates dans Les « Pères Anté-Nicéens », vol. 1, 299–340.

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881, p.789 l. 5, 7, 15

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1272

https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

cf "Catéchisme de Tridentine", et Cantagalli 1992, n. 328 https://www.maranatha.it/catrident/30page.htm

1987 Congrégation pour la Doctrine de la Foi "Donum Vitae" Partie III, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for%20human-life_it.html

N. Blazquez "La Pena de muerte y biotanasia de estado" Vision Libros 2012 pp. 26s

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007 https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 60

Blazquez, « La peine de mort après Tomas et l'abolitionnisme d'aujourd'hui », Revista chilena de derecho Vol.10, no. 2 (août 1983) p. 287s

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Conseil pontifical Justice et Paix "Compendium de la doctrine sociale de l'Église", 2.4.2004, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_it .html # a)% 20La% 20signature% 20de% 20Dieu

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 84

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74

Voir E. Feser, J. Bessette, « Par l'homme son sang sera versé. Une défense catholique de la peine capitale » Ignatius, San Francisco, 2017, p. 119., cit. dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

Voir S. Bonaventura, Opera omnia, Vivès, 1868, t. 12, p. 250. "Sermo VI") (Voir Cyrille Dounot "Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église" Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/ 16 / une-solution-de-continuite-doctrinale /

Dans III Sententiarum, q. XXXVII dub. V dans S. Bonaventurae "Opera Omnia" éd. Quaracchi 1887, t. III, p. 834

Blazquez, « La peine de mort après Tomas et l'abolitionnisme d'aujourd'hui », Revista chilena de derecho Vol.10, no. 2 (août 1983), p. 277-316)

N. Blazquez, « La peine de mort à la suite du saint Thomas et l'abolitionnisme d'aujourd'hui », Revista chilena de derecho Vol.10, no. 2 (août 1983), p. 289

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 75

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 84

Cf. « Somme contre les Gentils » III c. 63) et ce faisant il se sert de causes secondes (cf. « Somme contre les Gentils » III ch. 77

II-II q. 64 a.1 traduction de l'édition 2001 du Suprême Théologique CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.2 traduction de l'édition 2001 du Suprême Théologique CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.2 arg. Traduction de 3m tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.6, traduction tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.2 ad. Traduction de 3m tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.1 traduction de l'édition 2001 du Suprême Théologique CD Rom, ESD

IIª-IIae q. 64 a. 2 co. traduction tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

N. Blazquez, « La peine de mort à la suite du saint Thomas et l'abolitionnisme d'aujourd'hui », Revista chilena de derecho Vol.10, no. 2 (août 1983), p. 285

Voir Clemente Alessandrino, Stromates, l. 1, ch. 27, PG 8, 918-921; Clément d'Alexandrie « Stromateis », Les Pères de l'Église (série), The Catholic University of America Press, 1991, vol. 85, p. 149

Pie XII, "Discours à l'union médico-biologique" San Luca ", dimanche 12 novembre 1944, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1944 /documents/hf_p-xii_spe_19441112_union-medicale-biologique.html

N. Blazquez, « La peine de mort à la suite du saint Thomas et l'abolitionnisme d'aujourd'hui », Revista chilena de derecho Vol.10, no. 2 (août 1983), p. 277-316; N. Blazquez, "La pena de muerte y biotanasia de estado" Vision Libros 2012

I-II, q.109, a.1, ad 1 ; sur ce passage et sur les passages parallèles voir A. Strumia "Omne Verum, a quocumque dicatur, a Spiritu Sancto est" www.albertostrumia.it, http://www.albertostrumia.it/%C2%ABomne-verum- quocumque- dicatur-spiritu-sancto-est%C2%BB consulté le 6.12.2021

M. Roncalli « Eusebi : L'Église et la peine de mort, entre théologie et droit » Nouvelles de la semaine 9.8.2018 http://www.settimananews.it/societa/eusebi-la-chiesa-la-pena-morte-teologia-right /

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74

Serge-Thomas Bonino, op « Amour, justice et toute-puissance de Dieu selon saint Thomas », Faculté de théologie. Université pontificale de s. Tommaso in Urbe, Dispensa ad usum librium (1er semestre 2019-2020) p. 33; à partir de maintenant je citerai ce livre comme ST Bonino "Amour ..."

Cf. Ps 1, 1-6 ; 112, 1-10; PS 44 ; Go 10, 1-7 ; 13, 3-28 ; 23-24 ; PS 37 ; Go 38-42 ; Est 53 ; Sève 3-5 ; Mt 25,31 et suiv.; Lc 26 : 3-33 ; Fil. 4,3 ; Ap. 3,5 ; 17,8 ; 20,12 ; 20,15h21,8 ; 21 ; 27, 22,15 ; 1908h1950 etc.; sur ce point voir aussi : J. Rivière « Jugement » in Emile Amann ; Eugène Mangenot; Alfred Vacant « Dictionnaire de théologie catholique : contenant l'exposé des doctrines de la théologie catholique, leurs preuves et leur histoire » Paris, Letouzey et Ané 1721-1828 vol. VIII col. 1932-1995 ; Pierre Adnès « Jugement » in Dictionnaire de Spiritualité, éd. Beauchesne, 1571-XNUMX, t. VIII colonnes XNUMXss

Voir 1 Jn. 1,9 ; Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, nn. 228,621,628 XNUMX XNUMX

pour un large tour d'horizon des textes et des auteurs les plus pertinents qui affirment cette rémunération, les deux articles déjà indiqués peuvent être utilement consultés : J. Rivière « Jugement » in Emile Amann ; Eugène Mangenot; Alfred Vacant « Dictionnaire de théologie catholique : contenant l'exposé des doctrines de la théologie catholique, leurs preuves et leur histoire » Paris, Letouzey et Ané 1908-1950 vol. VIII col. 1721-1828 ; Pierre Adnès « Jugement » in Dictionnaire de Spiritualité, éd. Beauchesne, 1932-1995, t. VIII colonnes 1571ss

Contre Celse VIII, 48 ; cité dans Pierre Adnès « Jugement » in Dictionnaire de Spiritualité, éd. Beauchesne, 1932-1995, t. VIII colonnes 1571ss

Voir St. Joannis Chrysostomi "Homiliae in Genesim" PG 53, 145. hom. XVII n. 9; De diabolo tentateur 1, 8, PG 49, 258 ; cité dans Pierre Adnès « Jugement » in Dictionnaire de Spiritualité, éd. Beauchesne, 1932-1995, t. VIII colonnes 1571ss

De civitate Dei XX, 1-3, PL 41, 657-661 ; cité dans Pierre Adnès « Jugement » in Dictionnaire de Spiritualité, éd. Beauchesne, 1932-1995, t. VIII colonnes 1571ss

L'âme et son origine "2,4,8 traduction italienne tirée du site www.augustinus.it, https://www.augustinus.it/italiano/anima_origine/index2.htm

Voir Pierre Adnès « Jugement » dans Dictionnaire de Spiritualité, éd. Beauchesne, 1932-1995, t. VIII colonnes 1578 ; S. Gregio di Nazienzo “Orationes 16, 8, PG 35, 944d-945a; s. Agostino "La cité de Dieu" XX, 14 Traduction italienne tirée du site www.augustinus.it, https://www.augustinus.it/italiano/cdd/index2.htm

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 857s

Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.1001s

Paul VI Constitution apostolique “Indulgentiarum Doctrina” du 1.1.1967 n. 2, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/paul-vi/it/apost_constitutions/documents/hf_p-vi_apc_01011967_indulgentiarum-doctrina.html

Voir Paul VI, "Homélie" du dimanche 14 février 1965, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/paul-vi/it/homilies/1965/documents/hf_p-vi_hom_19650214.html

II-II, q. 7h du matin 1 à 2 ; "Chaîne en Lucam", chap. 14 l. 3 ; "Super Matheum". [représentant. Leodegarii Bissuntini], chap. 20 l. 1;

S. Tommaso d'Aquino, « Recueil de théologie et autres écrits », UTET, Turin, Première édition eBook : mars 2013 p. Je c. 172 n. 340

Voir « L'Église et le problème de la punition. De la réponse au négatif comme défi juridique et théologique. », Ed. La Scuola, 2014 pp. 7ss. 22s. 25-52. 71

« Catéchisme de Tridentine », éd. Cantagalli 1992, n. 89 https://www.maranatha.it/catrident/11page.htm

III, 59, a.1, "Somma Theologica", traduction extraite de l'édition en ligne, Edizioni Studio Domenicano, https://www.edizionistudiodomenicano.it/Docs/Sfogliabili/La_Somma_Teologica_Terza_Parte/index.html#699/z

III, 59, aa.2 et 4 "Somma Theologica", traduction tirée de l'édition en ligne, Edizioni Studio Domenicano, https://www.edizionistudiodomenicano.it/Docs/Sfogliabili/La_Somma_Teologica_Terza_Parte/index.html#703/z

« Catéchisme de Tridentine », éd. Cantagalli 1992, n. 94 https://www.maranatha.it/catrident/11page.htm

s. Alfonso M. de 'Liguori "Chemin de la santé", dans "Œuvres Ascétiques" Tome X, Éditions d'Histoire et de Littérature, Rome 1968 p. 68

S. Alfonso Maria de Liguori, "Apparatus to death", in "Ascetic Works" Vol. IX, Editions of History and Literature, Rome 1965 pp. 232-233

Père Angelo Bellon "J'ai du mal à comprendre certaines pages de la Bible surtout où Dieu incite à la guerre et à l'extermination" Amis dominicains 10.7.2012 https://www.amicidomenicani.it/ho-difficolta-a-capire-certe-pagine- of- la-bible-avant-tout-où-dieu-incite-a-la-guerre-et-a-l'extermination /

Voir « L'Église et le problème de la punition. De la réponse au négatif comme défi juridique et théologique. », Ed. La Scuola, 2014 p. 19 et suiv.

Cf Concile de Trente, Sess. 5a, Original decretum de sin, canon 3 : DS 1513 ; Pie XII, Lettre encyclique Humani generis : DS 3897 ; Paul VI, Discours aux participants au Symposium de quelques théologiens et savants sur le mystère du péché originel (11 juillet 1966) : AAS 58 (1966) 649-655.

Benoît XVI, « Audience générale » 10.12.2008, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/audiences/2008/documents/hf_ben-xvi_aud_20081210.html ; voir dans cette ligne aussi « Audience générale » 3.12.2008, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/audiences/2008/documents/hf_ben-xvi_aud_20081203.html ; "Angélus" 8.12.2008, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/angelus/2008/documents/hf_ben-xvi_ang_20081208.html ; "Homélie" 8.12.2005, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/homilies/2005/documents/hf_ben-xvi_hom_20051208_anniv-vat-council.html

Benoît XVI "Angélus" 8.8.2008, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/angelus/2008/documents/hf_ben-xvi_ang_20081208.html

Benoît XVI, "Audience générale" 3.12.2008, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/audiences/2008/documents/hf_ben-xvi_aud_20081203.html

"Mort" dans Spadafora (dirigé par) "Dictionnaire Biblique" Studium 1963 2 vols. (AM; MZ)

M. Sales « La Sainte Bible commentée par le P. M. Ventes "Turin 1914, v. II, p. 41

RE Brown, JA Fitzmeyer, RE Murphy (édité par) "Nouveau grand commentaire biblique" Queriniana 2014

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, nn. 371-372.385

Aa. Vv .. Décisions des conciles œcuméniques (classiques de la religion) (édition italienne) (positions dans Kindle 8200-8204). De Agostini Libri, Novare 2013 Édition du Kindle.

Paul VI "Profession de foi" dimanche 30 juin 1968, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/paul-vi/it/motu_proprio/documents/hf_p-vi_motu-proprio_19680630_credo.html

Jean-Paul II, "Audience générale", mercredi 8 octobre 1986, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/audiences/1986/documents/hf_jp-ii_aud_19861008 .html ; , Audience générale, mercredi 25 juin 1997, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/audiences/1997/documents/hf_jp-ii_aud_25061997.html

Origène, « In Exodum homilia », 8, 1 : SC 321, 242 (PG 12, 350) cité dans le Catéchisme de l'Église catholique n. 206

Benoît XVI "Angélus" 8.8.2008, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/benedict-xvi/it/angelus/2008/documents/hf_ben-xvi_ang_20081208.html

Voir saint Thomas d'Aquin « Recueil de théologie et autres écrits » Unione Tipografico-Editrice Torinese, première édition eBook : mars 2013, p. Je c. 195, 372

« L'Église et le problème de la punition. De la réponse au négatif comme défi juridique et théologique. », Ed. La Scuola, 2014 p. 20 note 23

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 372

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 1511

Paul VI "Profession de foi" dimanche 30 juin 1968, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/paul-vi/it/motu_proprio/documents/hf_p-vi_motu-proprio_19680630_credo.html

Voir Jean-Paul II, Audience générale, mercredi 25 juin 1997, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/it/audiences/1997/documents/hf_jp-ii_aud_25061997 . html ; Catéchisme de l'Église catholique No. 1473

Voir "Création" dans l'Encyclopédie italienne Treccani 1931, www.treccani http://www.treccani.it/encyclopedia/creazione_%28Encyclopedia-Italiana%29/

« L'Église et le problème de la punition. De la réponse au négatif comme défi juridique et théologique. », Ed. La Scuola, 2014 p. 27ss

Léon XIII, Lettre encyclique "Libertas Praestantissimum" 20.6.1988, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_20061888_libertas.html

Commission théologique internationale « Dieu la Trinité, unité des hommes. Monothéisme chrétien contre la violence "17.1.2014 n. 27, www.vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/cti_documents/rc_cti_20140117_monoteismo-cristiano_it.html#2._Monoteismo_e_violenza:_un_legame_necessario

Cf. Gn 3,15, 3 ; Concile Vatican II, Constitution dogmatique. Dei Verbum, 56, cité dans le Catéchisme de l'Église catholique n. XNUMX

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 485

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 492 ; 1523 ; 1740

Léon XIII Lettre encyclique "Caritatis Studium" (Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 3339

Pie XII, Lettre encyclique « Mediator Dei » 20.11.1947, p. II www.vatican.va https://www.vatican.va/content/pius-xii/it/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_20111947_mediator-dei.html)

Pie XII, Lettre encyclique « Haurietis Aquas » du 15.5.1956 https://www.vatican.va/content/pius-xii/it/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_15051956_haurietis-aquas.html

Commission Théologique Internationale "Réconciliation et Pénitence" 1982, B, II, 2, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/cti_documents/rc_cti_1982_riconciliazione-penitenza_it.html

III, q. 48 a. 4 traduction de l'édition 2001 de Somma Theologica sur CD Rom, édité par Edizioni Studio Domenicano

Voir III q. 46 a. 4 traduction réalisée par mes soins sur la base de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, éditée par ESD c'est-à-dire Editrice Studio Domenicano

Voir III q. 46 a. 5 traduction réalisée par mes soins sur la base de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, éditée par ESD c'est-à-dire Editrice Studio Domenicano

Voir III q. 46 a. 6 traduction réalisée par mes soins sur la base de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, éditée par ESD c'est-à-dire Editrice Studio Domenicano

Pie XI, Lettre encyclique "Miserentissimus Redemptor" 8.5.1920, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/pius-xi/it/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19280508_miserentissimus-redemptor.html

Pie XII, Lettre encyclique « Mediator Dei » 20.11.1947, p. II www.vatican.va https://www.vatican.va/content/pius-xii/it/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_20111947_mediator-dei.html

Pie XI, Lettre encyclique "Miserentissimus Redemptor" 8.5.1920, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/pius-xi/it/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19280508_miserentissimus-redemptor.html

Voir Constitution apostolique de saint Paul VI « Indulgentiarum Doctrina » du 1.1.1967 n. 3 www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/paul-vi/it/apost_constitutions/documents/hf_p-vi_apc_01011967_indulgentiarum-doctrina.html ; "Audience générale" 24.7.1968 https://www.vatican.va/content/paul-vi/it/audiences/1968/documents/hf_p-vi_aud_19680724.html

Commission Théologique Internationale "Réconciliation et Pénitence" 1982, B, II, 2, www.vatican.va,

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/cti_documents/rc_cti_1982_riconciliazione-penitenza_it.html

III, q. 49 a.3 à 1m ; traduction de l'édition 2001 de Somma Theologica sur CD Rom, édité par Edizioni Studio Domenicano

Voir art. Jean de la Croix « Cantique Spirituel » strophes 36-37, Lettre à la p. Giovanni di s. Anna n.23 ; Sainte Rose de Lima, « Écrits », Au docteur Castillo ; et. L. Getino, La Patrona de América, Madrid 1928, pp. 54-55 ; s. Catherine de Sienne « Dialogue de la Divine Providence » Cantagalli 1994 p. 32. s. Luigi Grignion de Montfort « Lettre circulaire aux amis de la Croix » ; voir aussi les écrits de s. Paul de la Croix, de l'art. Véronique Giuliani etc.

« Mémoires de Sœur Lucie », p. 166s (mémoire IV) www.fatima.pt, https://www.fatima.pt/it/pages/narrativa-delle-apparizioni-

"Mémoires de Sœur Lucie", pp. 169-170 (IV Memoria), www.fatima.pt, https://www.fatima.pt/it/pages/narrativa-delle-apparizioni-

"Mémoires de Sœur Lucie", pp. 171-172 (IV Memoria), www.fatima.pt, https://www.fatima.pt/it/pages/narrativa-delle-apparizioni-

S. Alfonso M. de Liguori "L'amour des âmes" dans "Œuvres Ascétiques" Tome V, CSSR, Rome 1934, p. 34

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, nn. 801, 858, 1002,1306, 1580

Voir Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 443

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 492

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.574

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 596

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 797

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.1002

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, nn. 76 ; 409 ; 411 ; 801 ; 858 ; 1002 ; 1351 ; 1575 ; Paul VI, « Credo du Peuple de Dieu », 12 : AAS 60 (1968) 438, www.vatican.va, http://www.vatican.va/content/paul-vi/it/motu_proprio/documents/hf_p - vi_motu-proprio_19680630_credo.html ; Catéchisme de l'Église catholique No. 1035

Discorso 90, 4 traduction tirée du site www.augustinus.it qui publie en ligne les œuvres de l'éditeur Città Nuova https://www.augustinus.it/italiano/discorsi/index2.htm

Discours 111, ma traduction ; voir le sermon sur le site www.augustinus.it qui publie les œuvres de l'éditeur Città Nuova en ligne https://www.augustinus.it/italiano/discorsi/index2.htm

Saint Léon le Grand Pape et Docteur de l'Église, Sermo XLIX (XI De Quadragesima) PL 54, 302

Cf. Eusébi, « L'Église et le problème de la punition. De la réponse au négatif comme défi juridique et théologique. », Ed. La Scuola, 2014 p. 51

Fastiggi « La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux, .doc » p. 1-21 https://www.academia.edu/34285853/Capital_Punishment_the_Magisterium_and_Religious_Assent.doc www.academia.edu

R. Fastiggi « Existe-t-il vraiment un enseignement définitif de l'Église sur la peine capitale ? Rapport mondial catholique 10.11.2017

R. Fastiggi "Le pape François et l'autorité papale attaqués" La Stampa 18.2.2019 https://www.lastampa.it/vatican-insider/en/2019/02/18/news/pape-francis-and-papal-authority -sous-attaque-1.33681809

Concile Vatican II, Constitution dogmatique. "Dei Verbum" 18.11.1965, 9, www.vatican.va, http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19651118_dei-verbum_it.html

Benoît XVI, « Discours aux membres de la Commission biblique pontificale », 23.4.2009 avril 2, www.vatican.va, http://w2009.vatican.va/content/benedict-xvi/it/speeches/20090423/april/ documents/hf_ben-xvi_spe_XNUMX_pcb.html

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63)

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

Ch. Journet, « L'Église du Verbe incarné », t. 1, La hiérarchie apostolique, Saint-Maurice, éditions Saint-Augustin, 1998, p. 575 ; cité dans Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir H. Lio "Poena mortis" dans "Dictionarium morale et canonicum", Officuum Libri Catholici, Agence Catholique du Livre, Romae, 1966, III p. 678

Voir H. Lio "Poena mortis" dans "Dictionarium morale et canonicum", Officuum Libri Catholici, Agence Catholique du Livre, Romae, 1966, III p. 678

Voir Discours à la délégation de la Commission internationale contre la peine de mort, 17.12.2018, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2018/december/documents/papa - francesco_20181217_commission-contre-la-peine-de-mort.html

Voir R. Fastiggi « La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux »,

Josephinum Journal of Theology Vol.12, No.2 (été automne 2005) p.192-213; Je vais suivre cet article mais tel qu'il est présent en ligne « La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux, .doc » p. 1-21 https://www.academia.edu/34285853/Capital_Punishment_the_Magisterium_and_Religious_Assent.doc

Br. Thomas Williams, LC, "Capital Punishment and the Just Society" dans Catholic Dossier (sept./oct., 1998) https://www.catholiceducation.org/en/religion-and-philosophy/social-justice/capital -la-punition-et-la-societe-juste.html

"La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux, .doc" p. 4 https://www.academia.edu/34285853/Capital_Punishment_the_Magisterium_and_Religious_Assent.doc

R. Fastiggi « Existe-t-il vraiment un enseignement définitif de l'Église sur la peine capitale ? Rapport mondial catholique 10.11.2017

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74

Cardinal A. Dulles « Catholicisme et peine capitale », alleanzacattolica.org, 27.4.2007/XNUMX/XNUMX https://alleanzacattolica.org/cattolicesimo-e-pena-capitale/

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 94

Y. Congar « Foi et théologie », pp. 163-164 cité dans A. Bellon "Je vous écris de Saint-Pétersbourg (Russie) et vous demande comment l'Église catholique explique le concept du" consentement des pères "amis dominicains 14.8.2017 https://www. amicidomenicani.it/le- J'écris-de-saint-petersbourg-russie-et-demande-comment-l-eglise-catholique-explique-le-concept-du-consentement-des-peres /

Concile Vatican I, Constitution dogmatique. "Dei Filius", 24.4.1870, ch. 2, www.vatican.va, https://www.vatican.va/content/pius-ix/it/documents/constitutio-dogmatica-dei-filius-24-aprilis-1870.html

Fastiggi « La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux, .doc » p. 8 https://www.academia.edu/34285853/Capital_Punishment_the_Magisterium_and_Religious_Assent.doc

Voir « Capital Punishment, the Magisterium and Religious Assent », Josephinum Journal of Theology Vol.12, No. 2 (Summer Fall, 2005) p.192-213 ; Je vais suivre cet article mais tel qu'il est présent en ligne « La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux, .doc » p. 1-21 https://www.academia.edu/34285853/Capital_Punishment_the_Magisterium_and_Religious_Assent.doc

Innocent I, lettre à Exsuperius du 20.2.405 ; PL 20, 498-502 ; pour la traduction exacte, voir A. di Berardino, édité par, « Les canons des anciens conciles de l'église. vol. II. Les conciles latins. 1 Décrets. conciles romains. Canons de Serdica », Institutum Patristicum Augustinianum, Rome 2008, p. 117

R. Fastiggi « Existe-t-il vraiment un enseignement définitif de l'Église sur la peine capitale ? Rapport mondial catholique 10.11.2017

Origins 6 (9 décembre 1976) 391, cité dans Fastiggi "Capital Punishment, the Magisterium, and Religious Assent.doc" https://www.academia.edu/34285853/Capital_Punishment_the_Magisterium_and_Religious_Assent.doc

R. Fastiggi « La peine capitale, le magistère et l'assentiment religieux.doc » p. 11 https://www.academia.edu/34285853/Capital_Punishment_the_Magisterium_and_Religious_Assent.doc

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, p. 451 n. 795 ; PL 215, 1512

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 104

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881, p.789 l. 5, 7, 15

R. De Mattei "L'Haec Sancta (1415), document conciliaire condamné par l'Église." Correspondance romaine 20 juillet 2016, https://www.corrispondenzaromana.it/lhaec-sancta-1415-un-documento-conciliare-che-fu-condannato-dalla-chiesa/

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1272

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1483

Voir Radio Spada "Traduction italienne du taureau de Léon X" Exsurge Domine "contre Luther" Radio Spada 15.6. 2019 https://www.radiospada.org/2019/06/traduzione-della-bolla-exsurge-domine-di-leone-x-contro-lutero/

Léon XIII, « Pastoralis Officii », 12.9.1891, www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_12091891_pastoralis-officii.html, cfr. Henri Denzinger

"Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.3272

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/)

Voir H. Lio "Poena mortis" dans "Dictionarium morale et canonicum", Officuum Libri Catholici, Agence Catholique du Livre, Romae, 1966, III p. 678

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014, p. 62

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74-95

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 72s

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 72s

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 64ss

Voir G. Ricciotti « Les lettres de l'art. Paolo a traduit et commenté "ed. Coletti, Rome, 1949 p. 353

Pie XII, "Discours à l'Union des juristes catholiques italiens" 5.2.1955 www.vatican.va www.vatican.va https://www.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1955/documents/ hf_p-xii_spe_19550205_union-jurists-catholics.html

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 71s

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 71s

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine », University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 71s

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74-95

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 142s

Concile Vatican I, Constitution dogmatique. "Dei Filius", v. 2 : Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 3007

E. Christian Brugger "Peine capitale et tradition morale catholique romaine" University of Notre Dame Press

Notre-Dame, Indiana, 2014 p. 98

Voir Hiéromoine Patapios "St. Théodore le Studite et le problème des Pauliciens » The Greek Orthodox Theological Review vol. 43, n. 1-4, Brookline Massachussets 1998, p. 143- 154 http://www.apostoliki-diakonia.gr/en_main/catehism/theologia_zoi/themata.asp?cat=patr&main=EH_texts&file=11.htm

Voir Hiéromoine Patapios "St. Théodore le Studite et le problème des Pauliciens » The Greek Orthodox Theological Review vol. 43, n. 1-4, Brookline Massachussets 1998, p. 143- 154 http://www.apostoliki-diakonia.gr/en_main/catehism/theologia_zoi/themata.asp?cat=patr&main=EH_texts&file=11.htm

Voir Hiéromoine Patapios "St. Théodore le Studite et le problème des Pauliciens » The Greek Orthodox Theological Review vol. 43, n. 1-4, Brookline Massachussets 1998, p. 143- 154 http://www.apostoliki-diakonia.gr/en_main/catehism/theologia_zoi/themata.asp?cat=patr&main=EH_texts&file=11.htm

Voir Hiéromoine Patapios "St. Théodore le Studite et le problème des Pauliciens » The Greek Orthodox Theological Review vol. 43, n. 1-4, Brookline Massachussets 1998, p. 143- 154 http://www.apostoliki-diakonia.gr/en_main/catehism/theologia_zoi/themata.asp?cat=patr&main=EH_texts&file=11.htm

Voir Hiéromoine Patapios "St. Théodore le Studite et le problème des Pauliciens » The Greek Orthodox Theological Review vol. 43, n. 1-4, Brookline Massachussets 1998, p. 143- 154 http://www.apostoliki-diakonia.gr/en_main/catehism/theologia_zoi/themata.asp?cat=patr&main=EH_texts&file=11.htm

Theofanes « The Chronicle of Theophanes » Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1982, p. 174

Épître I, PL 69, 394 ; cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église », Revue Catholica, 16.10.2018, https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Ép. XIIIPL 80, 481; Mansi X, 585, [34] - cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Gregorii Magni "Registrum epistularum" l. XIII, épistule 49 éd. D. Norberg, Gregorii Magni "Registrum epistularum", CCSL 140-140A, Tournai, 1982

Gregorii Magni "Registrum epistularum" l. VIII, épistule 4 éd. D. Norberg, Gregorii Magni "Registrum epistularum", CCSL 140-140A, Tournai, 1982

Voir Traduction de l'abbé J.-Y. Pertin, Justice et gouvernement dans l'Église d'après les Lettres de saint Grégoire le Grand, L'Harmattan, 2015, p. 293. Les références aux lettres sont faites sur la base de l'éd. D. Norberg, Gregorii Magni « Registrum epistularum », CCSL 140-140A, Tournai, 1982 cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Voir Gratiani, « Concordia discordantium canonum » PL 187, 1234, P. II C. 23, q. 5, ch. 47 https://books.google.it/books?id=JsMGxm8mJeEC&redir_esc=y citation dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

E. Christian Brugger "Peine capitale et tradition morale catholique romaine" University of Notre Dame Press

Notre-Dame, Indiana, 2014 p. 98

Voir E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 98.143.215

Voir "Responsa ad Consulta Bulgarorum", PL 119, 978-1016, chap. 26 cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 782, IV, tit. 7, 10 cit. in Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

 Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n. 795

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 780, l. V, mésange. 7, 9

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 787ss, l. V, mésange. 7, 13

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 789, l. V, mésange. 7, 15

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 1091ss, l. VI, mésange. 5, 9, 5

Voir Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 1091ss, l. VI, mésange. 5, 9, 5, cité dans Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit », II, Leipzig 1881 p. 810, l. V, tit.18, 1

Sur ces textes et leurs commentateurs, cf. H. Gilles, "Peine de mort et droit canonique", La mort et l'au-delà en méridionale France (XIIe-XVe siècles), Privat [Cahiers de Fanjeaux, 33], Toulouse, 1998, pp. 393-416.] Cité dans : Cyrille Dounot « Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Aé. Friedberg, « Corpus iuris canonici editio lipsiensis secunda post Ae. L. Richteri curas ad librorum manu scriptorum et editionis romanae fidem recognovit et critical adnotatione instruxit", II, Leipzig 1881, p.789, l. 5, 7, 15

R. De Mattei "Le Haec Sancta (1415), un document conciliaire qui a été condamné par l'Église." Correspondance romaine 20 juillet 2016 https://www.corrispondenzaromana.it/lhaec-sancta-1415-un-documento-conciliare - qui-a-été-condamné-par-l-eglise /

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1272

« Une solution de continuité doctrinale. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 (https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1483

Voir Radio Spada "Traduction italienne du taureau de Léon X" Exsurge Domine "contre Luther" Radio Spada 15.6. 2019 https://www.radiospada.org/2019/06/traduzione-della-bolla-exsurge-domine-di-leone-x-contro-lutero/

"Catechismo Tridentino", et Cantagalli 1992, n. 328 https://www.maranatha.it/catrident/30page.htm

Léon XIII "Pastoralis Officii", www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_12091891_pastoralis-officii.html, Voir Heinrich Denzinger

"Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.3272

Cyrille Dounot « Une solution doctrinale de continuité. Peine de mort et enseignement de l'Église "Revue Catholica 16.10.2018 https://www.catholica.presse.fr/2018/10/16/une-solution-de-continuite-doctrinale/

II-II q. 64 a.1 traduction de l'édition 2001 du Suprême Théologique CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.2 traduction de l'édition 2001 du Suprême Théologique CD Rom, ESD

Voir II-II q. 64 a.2 traduction tirée de l'édition 2001 du Suprême Théologique CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.2 arg. Traduction de 3m tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.2 ad. Traduction de 3m tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.6, traduction tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.2 ad. Traduction de 3m tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

II-II q. 64 a.1 traduction de l'édition 2001 du Suprême Théologique CD Rom, ESD

IIª-IIae q. 64 a. 2 co. traduction tirée de l'édition 2001 de la Somma Theologica sur CD Rom, ESD

E. Colom et A. Rodríguez-Luño, « Choisis en Christ pour être saints. », I, Ed. Edusc 2003, p. 209

Voir HB Merkelbach « Summa Theologiae Moralis », Desclée de Brouwer, Brugis - Belgica, 1962, II, p. 362

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press Notre Dame, Indiana, 2014 p. 63

E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 74

Voir Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, p. 451 n. 795 ; PL 215, 1512 ; Lettre d'Innocent III, « à Durand de Huesca et à ses frères », 5 juillet 1209 ; Regesta XV, XII.69; traduit dans HHM, 226-28 (Cf. E. Christian Brugger « La peine capitale et la tradition morale catholique romaine » University of Notre Dame Press, Notre Dame, Indiana, 2014 p. 104

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1272

Heinrich Denzinger « Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum » édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003 n. 1483

Léon XIII « Pastoralis Officii » 12.9.1891, www.vatican.va, https://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_12091891_pastoralis-officii.html, cfr. Heinrich Denzinger "Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum" édité par P. Hünermann, Edizioni Dehoniane Bologna, 2003, n.3272

Voir H. Lio "Poena mortis" dans "Dictionarium morale et canonicum", Officuum Libri Catholici, Agence Catholique du Livre, Romae, 1966, III p. 678

Saint Thomas d'Aquin "Somme contre les Gentils", lib. 3 chap. 146 n. 7 et 8 Unione Tipografico-Editrice Torinese, Turin, Première édition eBook : mars 2013

Jean-Paul II "Discours aux Officiers et Avocats du Tribunal de la Rote Romaine pour l'inauguration de l'année judiciaire" du 21.1.2000, www.vatican.va, http://w2.vatican.va/content/john- paul-ii/it/discours/2000/jan-mar/documents/hf_jp-ii_spe_20000121_rota-romana.html

Retour aux chapitres